#Rugby – ProD2 / T.Bisman (Béziers) : «Respecter ce maillot et cette ville chaque week-end!»

Thibaut Bisman, enfant du rugby biterrois par excellence nous a accordé un entretien, à l’aube d’une nouvelle saison en Pro D2 et après un été mouvementé à l’ASBH. Alors que le club est tiraillé par des événements extras-sportifs, Thibaut Bisman tente de se focaliser sur le terrain et les défis qui attendent les Héraultais durant cette saison. Fier de porter ce maillot, amoureux de sa ville, ce demi de mêlée de caractère veut se nourrir de l’adversité qui entoure son club, pour actionner un levier motivationel pour l’ensemble du groupe. Mais l’ex joueur d’albi n’oublie pas d’envoyer un message à ses anciens coéquipiers et jeter un regard sur le nouveau challenge du Sporting Club Albigeois : la toute nouvelle division nationale.

 

 

C’est reparti pour une nouvelle saison en Pro D2 avec ton club de cœur, ta ville natale, l’AS Béziers. Mais, il y a eu un été assez compliqué et j’imagine que pour le joueur, le compétiteur et l’amoureux de ce club que tu es ainsi que l’ensemble du groupe avez dû vivre ce feuilleton avec un peu d’angoisse et de stress ? 

 

Je ne vais pas te mentir, évidemment que tout ce qui s’est passé cet été te préoccupe. Après, de là à dire que nous étions angoissés et stressés, non parce-que, dans tous les cas de figure, nous sommes des sportifs professionnels et on se doit de l’être dans tous les cas de figure. Donc, en grands professionnels, nous avons essayé de mettre un petit peu les œillères et de rester un peu dans notre bulle en attendant de voir ce qui allait se passer définitivement et de reprendre l’entraînement pour préparer la saison du mieux que l’on pouvait. 

 

On connaît un peu ton caractère, c’est dans l’adversité que tu te motives. J’imagine que là, ça a activé quelques leviers qui vont te permettre, à toi et à l’ensemble du groupe, d’aller chercher une belle aventure humaine et sportive ? 

 

Evidemment, il est certain que l’on risque de s’appuyer sur ce genre d’événement. Il est sûr aussi que nous avons à cœur de prouver que nous sommes aussi de bons joueurs et des joueurs avec du caractère. Même si moi aussi, je peux être un des plus grands fans des joueurs qui étaient annoncés et que ça aurait été un privilège de jouer à leurs côtés, nous existions aussi. La Pro D2 reste un championnat particulier et le rugby reste avant tout une histoire d’hommes donc il est évident que ça va être des leviers sur lesquels nous allons nous appuyer pour se motiver, au moins sur les premières rencontres. Je pense qu’après, il faudra manipuler d’autres leviers pour réussir à faire une saison complète. 

 

Ce club de Béziers est une terre de rugby par excellence, sa place est à minima en Pro D2. J’imagine que vous allez faire tout ce que vous pouvez pour montrer à tout le monde que, quoi qu’il arrive, Béziers a sa place en Pro D2 ? 

 

Exactement mais c’est un petit peu l’objectif chaque saison. Dans tous les cas de figure, même si, évidemment, Béziers a une belle place dans le rugby français je dirai en général, quand tu es un compétiteur, tu as envie de gagner un maximum de matches. Tu as envie de faire des rencontres abouties, malheureusement, parfois, elles n’ont pas toutes le succès au bout mais au moins se respecter et respecter ce maillot et cette ville chaque week-end. 

 

Il y a aussi eu une autre problématique, c’est cette pause qui a été énorme, une pause XXL pour le rugby. Je pense que, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, il n’y avait jamais eu autant de pause. Comment les corps ont-ils réagi, physiquement et physiologiquement, à la reprise ? Ca n’a pas un peu couiné ? 

 

Personnellement, je m’étais quand même entraîné et je n’avais pas trop coupé pendant le confinement. Malgré tout, la reprise a été assez difficile, on a bien senti qu’on manquait un peu de rythme, il fallait s’habituer à s’entraîner dur et à haute intensité. Ca a mis à peu près trois semaines et après cette période, en étant sérieux, on a quand même tous réussi à retrouver une bonne forme physique pour s’entraîner, reprendre le rugby et tout ce que cela comprend sur les contacts, l’intensité sur les changements de jeu, des choses comme ça. Au début, il est certain que nous n’étions pas prêts à tout ça. 

 

Cette saison sera hors du temps et hors norme quoi qu’il arrive et là, ça ne concerne pas que Béziers mais l’ensemble du rugby et du sport français avec cette épidémie de Covid. On se demande encore si le championnat va pouvoir reprendre dans des conditions normales, on voit des matches amicaux qui sont annulés à coups de pelletées. J’imagine que là-aussi, c’est quelque chose qui doit faire un peu réfléchir tous les sportifs de haut-niveau dont tu fais partie ? 

 

Là, par contre, je dirai que le plus compliqué pour moi, c’est ça. C’est même un peu plus dur que le confinement parce-que tu as l’impression que tu avances et que tu recules et moi, personnellement, je déteste ça. Tu t’entraînes et tu prépares pour un match, au final, il est annulé, alors que tu travaillais en collectif, la semaine d’après, tu travailles en séparé ou en petits groupes. Donc, il faut retrouver une autre motivation, remettre une autre exigence que celle juste avant où tu t’étais un petit peu préparé pour retrouver tous les repères qui te manquent pour pouvoir faire des matches. Ça, j’avoue que c’est assez frustrant, du coup, tu te demandes si ça va faire ça toute la saison et comment va se passer le championnat. Il risque d’être un petit peu compliqué et particulier, il risque aussi de durer parce-que j’imagine que les rencontres annulées vont être repoussées. Mais on essaie de faire abstraction même de ça et on essaie de s’adapter du mieux qu’on peut parce qu’au final, dans tous les cas de figure, on ne changera ni les règles ni la loi. Je ne suis pas scientifique pour savoir comment on peut combattre le Covid et faire en sorte qu’il soit détruit définitivement donc, nous sommes obligés de nous adapter. Et pour moi, dans tous les cas de figure, toute la saison sera comme ça, chaque semaine, il faudra se dire  » là, on joue, on se prépare, et puis, si jamais on ne joue pas, on va se préparer d’une manière différente et on préparera le match d’après « . 

 

Pour faire un peu d’humour, quand tu nous dis que tu n’es pas scientifique, tu es en train de nous dire que tu n’es pas le cousin du Dr Raoult ? 

 

Exactement

 

On est à quelques semaines du top départ de cette saison 2020 / 2021 en Pro D2. J’imagine que le staff vous a fixé une feuille de route et des objectifs. Quel est l’objectif à minima pour Béziers cette saison ? 

 

Nous n’avons encore rien fixé en termes d’objectif pur. D’une part, nous avons vécu une intersaison assez compliquée, d’autre part, de par l’épisode de rachat et aussi de par l’épisode du Covid, je pense qu’aujourd’hui, nous allons évidemment nous fixer de gagner un maximum de matches. C’est un objectif qui me paraît général et réalisable ensuite, parler aujourd’hui d’objectif ou de Top 6 ou de place au classement, ça me paraît un peu prématuré et présomptueux. 

 

Lorsque tu vas refouler la pelouse pour de vrai en championnat, ton sentiment risque d’être du soulagement ? Parce qu’avec tout ce qui est arrivé depuis le mois de Mars et ce confinement et ce Covid, j’imagine que, quand ça reprendre, tu vas te dire  » enfin, ça recommence et on re-rentre dans le vrai  » ? 

 

Exactement. En plus, moi, je ne vis que pour la compétition donc, j’ai envie de te dire que même les matches amicaux m’importent peu parce-que ça ne veut plus rien dire. Ça permet de voir les nouveaux joueurs, ça permet de travailler un petit peu sur la continuité de ce qui a fait les saisons auparavant. Mais un match de championnat reste un match de championnat, j’ai trop vécu de matches où ça se passe bien lors de la prépa d’été alors qu’en championnat, c’est compliqué. Ou à l’inverse, tu doutes pendant tous tes matches amicaux et quand tu commences la saison, tu retrouves plein de certitudes donc, il me tarde vraiment de jouer le premier match de championnat. 

 

On va maintenant porter un regard sur ton second club de cœur, celui-là est jaune et noir, c’est le Sporting Club Albigeois. A Albi, c’est un peu comme à Béziers, il y a toujours des rebondissements. Il n’y a pas eu de rachat du Sporting Club Albigeois cet été, par contre, il y a eu une montée en Pro D2 qui ne s’est pas faite, qui n’a pas pu se faire plus une épidémie de Covid. Tu n’as pas l’impression que c’est pareil à Albi et qu’il y a une certaine  » scoumoune  » qui suit le club ? 

 

C’est vrai que ça y ressemble beaucoup par rapport à tous les mouvements, changements ou épisodes que le club et la ville peuvent vivre. Après, dans tous les cas de figure, comme je te l’ai dit, ils sont obligés d’y faire face et de s’y adapter et je trouve que chaque année, le staff, la mairesse et les joueurs s’adaptent plutôt bien à toutes ces échéances non prévues. 

 

Tu es encore en contact avec des joueurs ? J’imagine que tu dois un peu échanger ? 

 

Oui, bien sûr, je suis évidemment resté très proche de pas mal de joueurs. 

 

Quel est, pour toi, leur sentiment ? Tu les sens déterminés, que, comme chaque année, ils ont un peu de rage au fond du ventre et un sentiment d’injustice ? 

 

Oui, je pense qu’ils sont maintenant rodés sur le fait de justement enterrer ce sentiment d’injustice et de faire face à la réalité. Chaque année, ils y arrivent bien donc, je pense qu’aujourd’hui, ils ont mûri, les jeunes joueurs ont grandi dans le sens où c’est un peu la vie en général. Tu dois t’adapter un petit peu à ce qui se fait au jour le jour et donc du coup, oui, je sens les joueurs motivés comme chaque saison. Peut-être aussi sûrs de leur jeu car, pour la plupart, ça fait quand même trois ans qu’ils jouent ensemble avec le même système de jeu et les mêmes annonces donc je sens quand même pas mal de sérénité. Après, reste à voir comment va évoluer ce championnat et comment ils vont s’en sortir dans la poule Elite. Ca va relever le niveau, chaque week-end, tu vas rencontrer une équipe qui peut prétendre à la montée donc, tu n’as quand même pas trop le temps de respirer. On va dire que tu te jauges chaque week-end pour la montée donc je pense que les joueurs sont prêts à ça et, dans tous les cas de figure, je fais confiance à pas mal de joueurs avec qui je suis en contact, dont Matthieu André, Ben Caminati. Je sais que ce sont des joueurs d’expérience qui vont apporter. 

 

Ce championnat National, si tu étais resté à Albi, tu l’aurais pris avec appétit parce-que c’est quand même un joli plat de résistance ? Ce n’est pas la Pro D2 mais ça commence à fleurer bon la Pro D2 ? 

 

Oui, franchement. Je l’ai vécu une année avec Albi quand on est descendu, on ne savait pas trop à quoi s’en tenir. Aujourd’hui, je l’aurai vécu avec beaucoup d’appétit parce-que je sais ce par quoi on serait passé. Il n’y aucun relâchement, une fois que le meilleur est monté, il faut pouvoir chaque week-end gagner tous tes matches. 

 

Même à Strasbourg, ça peut être un guet-apens, comme l’histoire l’a montré à l’époque en Fédérale 1 ? 

 

Exactement. Donc, du coup, je l’aurai abordé avec énormément d’appétit et je pense que chaque week-end, le discours aurait été le même. Ils ne vont rien nous donner, il n’y aucune équipe qui donne quoi que ce soit. Quand tu joues un championnat de Fédérale 1 où il a des équipes qui, budgétairement, ont des objectifs un peu moins élevés, il est évident qu’ils se disent déjà avant le match  » ça va être dur et on risque de subir toute la partie « . Alors que là, les équipes vont se galvaniser, elles vont se dire  » si on fait partie de cette poule Elite, c’est qu’on le mérite  » donc, je ne pense pas qu’elles feront de complexe d’infériorité. Tout le monde va être logé à la même enseigne et il va vraiment falloir faire preuve d’humilité chaque week-end et d’exigence pour, je pense, être le meilleur dans cette poule. 

 

On peut imaginer un week-end de pause Thibaut Bisman venir au Stadium, débarquer un peu dans le vestiaire du SCA et essayer de transmettre avant le match sa grinta naturelle ? 

 

Venir au match, avec grand plaisir et ça risque d’arriver, c’est certain. Et à ce moment-là, on se fera une petite photo tous les deux si tu veux (rires). 

 

Pas de souci

 

Après, je n’aurai pas la prétention de venir dans le vestiaire pour motiver les troupes des joueurs actuels. Je pense qu’ils ont assez de joueurs cadres de l’équipe et de leaders pour le faire. En tous cas, je serai leur premier supporter le week-end où je viendrai les voir jouer. 

 

On sait aussi que tu étais l’un des joueurs qui était très, très proche des supporters. Un petit clin d’oeil à nos amis de l’Association des bénévoles et supporters ? 

 

Tu peux leur dire que je ne suis pas là à 7h30 pour boire le café avec eux comme ça a été le cas pendant deux ans mais je pense très souvent à eux et je leur souhaite le meilleur. Il est évident que, quand je monterai sur Albi, je passerai leur faire un coucou et on boira une bière ensemble après le match ou même avant. 

 

On va terminer avec la question humour et décalée. On a une rumeur qui nous est revenue dans l’oreillette, tu nous dis si c’est une réalité ou une fake news : Thibaut Bisman à Rouen, c’était une fake news ? 

 

Ah oui, je pense que c’était une fake news (rires)

 

Une grosse même

 

Une grosse, une très grosse fake news (rires)

 

Après, on sait que tu aimes bien le camembert donc peut-être que ça peut t’attirer vers la Normandie ? 

 

Non, en ce moment, je suis en sèche donc je ne mange pas de camembert. 

 

On revient au sérieux pour te souhaiter une très, très belle saison avec Béziers et ta ville natale en espérant qu’au mois de Mai on te rappelle et que vous soyez en play-off. Ce serait la belle surprise et le beau clin d’œil au destin 

 

Pas de souci et j’espère qu’on se reverra aussi pour une accession en Pro D2 et j’embrasse tout le monde

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-27-et-28-aout-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’ITW de Thibaut Bisman lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 27/28 août 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s