#Football – Coupe de France / Y.Lorec (Fontenilles) « La surprise de la Coupe, ce n’est pas uniquement en 32è, ou en quart ! »

Après un premier retour réussi au Stade de l’Esèche et un succès contre les JS Auzielle 1-0 le week-end dernier, c’est un gros morceau qui attend Fontenilles ce dimanche sur leur pelouse. A l’occasion de ce deuxième tour de Coupe de France, les troupes du président Yann Lorec vont recevoir une équipe au top du football régional : l’AS Portet. Un gros défi qui pourrait pourquoi pas être celui d’un premier exploit cette saison…

Les Haut-Garonnais ont faim d’exploits en ce début de saison – DR

A croire que c’est un peu votre destinée. La saison dernière déjà vous affrontiez Portet au même stade de la compétition. Un an après, comment s’annonce cette rencontre ?

Le match qui arrive, nous l’attendons. C’est toujours intéressant de se frotter à des gros. Après ce n’est pas qu’on veuille forcément jouer contre des gros, mais c’est le tirage qui nous les donne (rires). Sur un début de saison c’est toujours intéressant. Chez nous, tout le monde n’est pas encore rentré. Nous avons repris le 5 août mais, certains reviendront tout juste de vacances. Nous avons malheureusement quelques blessés avec notamment un des joueurs de l’équipe une qui s’est fait les croisés. Il va donc nous manquer pour toute la saison. Nous allons mettre une équipe avec des nouveaux, des jeunes qui viennent d’arriver. Nous montons d’ailleurs une équipe deux cette année. Nous en profiterons peut-être pour intégrer sur le banc quelques jeunes issus de la formation. Ça faisait longtemps que nous n’avions pas intégré de jeunes formés à Fontenilles dans notre équipe senior.

Cet après-midi c’est donc des retrouvailles avec Portet…

Oui nous les connaissons de l’année dernière (rires). L’écart est un peu trop important pour que l’on puisse…

Prétendre rivaliser ?

Si on peut toujours rivaliser. L’année dernière nous avions tenu un certain temps. Nous nous sommes un peu écroulés à la fin. Si nous pouvons faire mieux, temps mieux. La surprise de la Coupe, ce n’est pas uniquement en 32è, ou en quart ! Les petits sont là tout le temps. Si le stade de Portet est fermé, ils n’ont peut-être pas pu s’entraîner correctement. Il y a plein de paramètres qui rentrent en compte avant le match, et le jour du match. Nous verrons. Comme d’habitude, nous ferrons ce que nous pouvons pour gagner.

Avec cette équipe qui fait un peu le pari de la jeunesse, quels seront vos atouts pour rivaliser au mieux avec Portet ?

Déjà si nous avons deux équipes, certains jouerons en une d’autres en deux. Il va donc falloir gagner sa place en équipe première. Quand il n’y avait qu’une seule équipe, la place était gagnée facilement. Les jeunes auront les dents longues et voudront peut-être titiller les plus anciens. Mettre une saine rivalité ne pourra que faire avancer le club. Quand on a cinq divisions d’écart, il faut un peu de chance aussi. On ne va pas dire qu’il suffit du talent pour gagner. Il faut des effets de jeu qui nous permettent d’y croire et de tenir le score. C’est un peu comme sur le premier tour. Nous battons une équipe au-dessus de nous, pensionnaire de D2. Nous gagnons 1-0 à la mi-temps et nous tenons le score en deuxième période. Nous avons fait une belle deuxième mi-temps au niveau solidarité et jeu.

Au-delà de cette rencontre, quels seront les objectifs pour Fontenilles cette saison ?

Cette année l’objectif avec cette équipe deux nouvellement créée c’est d’intégrer les jeunes, et pour l’équipe première, viser le maintien car nous avons une sacrée poule. C’est notre deuxième année en D3, et même si nous avons un peu recruté, c’est du costaud en face. L’année dernière, nous avions assuré le maintien même si le championnat n’avait pas été arrêté par le confinement. C’est toujours intéressant comme performance. A nous de renouveler les mêmes résultats cette année.

Via une victoire contre Portet, seriez-vous partant pour une petite épopée en Coupe ?

Si on peut aller le plus loin possible bien sûr. Après il faut être réaliste. aux sixièmes, septièmes tours, des équipes de district, il n’y en a plus beaucoup. Sur des tirages au sort qui vont bien, ça peut le faire. Il faut vraiment avoir beaucoup de chance, mais pourquoi pas. Il faut prendre les matchs les uns après les autres, ça ne sert à rien de se dire dans quinze matchs nous sommes au Stade de France. Nous prenons les matchs les uns après les autres, on voit comment on organise tout ça. Chaque match supplémentaire est un bonus et de l’expérience supplémentaire. Pouvoir battre une équipe de division supérieure, ce n’est que du bonus.

Ça serait la petite fête au village comme on dit…

Oui malheureusement on ne peut pas faire la fête en ce moment (rires). Mais ça sera la fête dans les têtes. Nous essayerons de nous poser pour faire la fête plus tard. En espérant avoir une saison des plus normales possibles même si c’est difficile à imaginer aujourd’hui, mais on ne sait jamais. Ça évolue tellement vite que l’on peut tout imaginer. Aujourd’hui, l’objectif c’est de progresser, prendre du plaisir et bien préparer la saison pour partir aussi avec une deuxième équipe qui va faire ses premiers pas en D5. Pour nous l’idée est de travailler sur les jeunes, l’école de foot.

Propos recueillis par N.Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s