#Football – D1 / A.Pellegrino (AS Stéphanoise) « Montée en R3 sur trois ans »

Au sortir d’une très belle saison entre un seizième de finale de Coupe Occitanie et une montée en D1, l’AS Stéphanoise doit cette année confirmer sa bonne lancée. Alex Pellegrino, le coach Tarn-et-Garonnais confirme les envies de son groupe et son objectif de rapidement élever le potentiel de ses joueurs.

83841499_2933618456662489_9106323986081382400_oCette saison vous vous retrouvez dans le rôle d’un promu, qu’allez-vous mettre en place pour éviter de risquer cette bête noire qu’est l’ascenseur ?

Nous avons essayé de faire un recrutement cohérent à des postes où nous devions apporter expérience et du nombre. Nous avions de base un groupe qui avait fait une belle saison. L’idée était de s’appuyer dessus tout de même plutôt que de tout chambouler. Nous avons donc gardé notre ossature en recrutant des joueurs pour des postes où nous avions un peu pêcher l’année dernière, en l’occurence au poste d’avant-centre.

Il vous manquait de finition du coup l’année dernière, cela sera un objectif essentiel de votre préparation au mois d’août ?

Si le reste fonctionne comme la saison dernière, c’était le point noir de l’équipe. Nous avons raté beaucoup d’occasion, remarque nous avons également pris très peu de buts. L’année dernière, nous avons eu la chance de trouver une défense très stable. Nous avons également eu la chance d’être épargnés par les suspensions et les blessures même si la saison a été écourtée. Au final nous avons fait autant de matchs de Coupe que de Championnat avec notre parcours en Coupe Occitanie. Nous avons des gens de métier à ds postes clés comme le gardien, la défense centrale, maintenant devant aussi avec le recrutement de Valentin Lours. Ça nous permet de peut-être pouvoir rivaliser.

Rivaliser au point de jouer les premiers rôles ?

En terme d’ambition, nous serons dans la timidité comme ce fut le cas cette saison. Nous apprendrons du niveau D1. Mise à part mes quelques joueurs d’expérience, je dois avoir 14 joueurs de moins de 20 ans.

La jeunesse de l’effectif peut tout de même vous laisser entrevoir une belle marge de progression…

C’est exactement l’objectif. Après est-ce que la mayonnaise va prendre ? L’avenir nous le dira mais l’esprit est là : faire monter en puissance des jeunes du cru. L’année dernière nous avons fait jouer un gamin qui avait 16 ans. Ça ne nous dérange pas de faire jouer des gamins s’ils ont le niveau pour évoluer et s’ils sont supérieurs aux autres.

Cet esprit jeunesse ne vous fait-il pas courir que la mayonnaise jeunesse soit un peu trop longue à prendre et vous mettre en difficulté ?

Nous avons la grosse ossature de la saison dernière. Tous les défenseurs sont les mêmes, pareil pour le gardien. Nous ne chamboulons pas beaucoup de choses. Ce sont quelques retouches par rapport à la saison dernière. La mayonnaise, nous verrons. Peut-être que les garçons ne seront pas dans l’humilité, donc pas dans nos attentes et se prendront pour d’autres joueurs. A ce moment-là, nous aurons des difficultés. S’ils restent dans une mentalité de travail, d’humilité et d’envie, j’espère que nous pourrons viser le maintien assez rapidement de façon à intégrer de nouveaux jeunes. Cette saison, nous sommes en train de créer une équipe de U19, cela nous permettra de ne pas devoir aller chercher des joueurs extérieurs, mais de se servir de ceux qui étaient là. Le club se construit petit à petit.

Cette construction peut-elle entraîner une montée en puissance dans les années à venir ?

C’est le but recherché. Nous n’allons pas nous le cacher. Quand nous avons pris l’équipe en juin l’année dernière avec mon adjoint Jean-Marc Gal, nous avons montré un projet au président et aux bureaux : la montée en R3 sur trois ans. Nous avons un joker avec la montée en D1 lors de la première année. Il nous reste un joker cette saison pour apprendre et prendre un peu la température de la D1. Je ne connais pas le football pratiqué dans ce championnat. Est-ce principalement de l’athlétique ? Est-ce que ça joue au ballon ? Je ne connais pas d’équipe de D1, et les seules que nous avons jouées l’année dernière, nous les avons battues. En Coupe Occitanie, nous avons sorti Labastide, de D1, Bressols qui vient de monter en R2 et Pavie de R3, pour au final perdre contre Toulouse Métropole. Ce qui n’était pas une grosse surprise. Ça a permis à de jeunes joueurs de se frotter à ce qui se fait de mieux au niveau régional. J’espère que tout ça va nous servir dans l’optique du maintien rapide en D1, et puis voir ce que l’avenir nous réserve. Je le répète aux joueurs, d’abord l’humilité, le travail et après nous verrons ce qu’il se passe. Si nous sommes dans la difficulté, nous essaierons de trouver des solutions pour nous en sortir. Si ça nous sourit, nous verrons pour préparer les objectifs futurs.

Avoir pu vous frotter à des adversaires comme Toulouse Métropole n’est-ce pas une opportunité pour voir le chemin qu’ils ont à parcourir, mais également une possibilité de visibilité pour le club ?

Les deux. Au niveau visibilité pour du sponsoring ça risque d’être compliqué avec le covid. C’est un peu difficile d’aller chercher un peu de monnaie au vue de la conjoncture et des difficultés des entreprises pour payer leurs salariés. Mais la visibilité du club a été faite toute la saison au travers de cette Coupe Occitanie, sans aucun problème. Ça nous a permis également d’avoir un recrutement cohérent. Beaucoup de joueurs sont venus voir ces rencontres et nous ont trouvés cohérents dans ce que nous faisions. En discutant avec le coach de Toulouse Métropole (Dialla Coulibaly), ils nous a dit que nous avions une belle équipe. Après, c’est de la diplomatie également pour nous faire avaler la pilule comme nous en prenons cinq. Mais nous avons été loins d’être ridicules et nous prenons des buts par manque d’expérience sur des moments clés, à la 35è, il y avait toujours 0-0.

L’expérience aidant, ces buts devraient donc s’effacer quelque peu…

J’espère que les joueurs auront retenu la leçon et que la mi-temps est à la 45è et pas à la 35è. Après, il ne faut pas se voiler la face niveau football, nous avons couru après la balle pendant un long moment. Même si nous étions prêts athlétiquement, mentalement ça use un peu quand même. Ils nous ont bien fait courir. Les jeunes joueurs ont justement retenu de cette rencontre. Lors des confrontations suivantes, nous avons vu un petit décalage positif par rapport aux matchs d’avant.

Cette saison, exit la Coupe Occitanie. La Coupe de France peut-elle représenter un atout majeur dans votre quête d’expérience et de visibilité ?

Non. Je m’en sers comme match de préparation officiel. L’année dernière, nous avons joué contre Negrepelisse (R3). Nous les avons bousculés pendant un moment pour finalement perdre 1-0. Nous avions fait un très gros match. Ça a révélé certains joueurs, leur permettant de prendre conscience de leurs capacités. Cette rencontre nous a énormément servie également.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s