#Football – R1 / Nicolas Bayod revient sur son parcours à la tête de Portet

Clap de fin pour l’aventure Portésienne de Nicolas Bayod. Après cinq années de présidence, il a décidé il y a quelques mois de quitter le club, présidé dorénavant par Jean-Jacques Soula. C’est l’occasion pour faire un un bilan sur les réalisations et échecs de l’ancien président de l’ASPCR.

18738334_1555568937809256_6258417132565183218_o
C’est la fin d’un cycle à la tête de l’ASPCR – Crédit Pamisire

L’un des plus gros coups d’éclat du club sous votre ère demeurera l’accession en D2 féminine il y a deux ans. Avec le recul, comment jugez-vous cette saison en D2 ?

Nous avions la volonté de bien structurer la section féminine. Pour ceux qui ont suivi les épisodes de cette accession, notre montée en D2 n’avait été validée qu’au mois d’août. Dés le départ, ce n’était pas un bon point pour démarrer la saison. De son côté, le club n’était pas forcément préparé et on ne pouvait que constater un écart considérable entre la R1 et la D2. Après je pense qu’il y avait la place pour se maintenir, même s’il n’y a rien à dire sur notre descente.

Malgré le mérite du groupe vous redescendez directement, cela a pas mal chamboulé la physionomie du groupe avec notamment le départ de votre coach, Emma Davezac.

J’avais décidé de changer un peu l’organisation en ne conservant pas Emma qui avait fait de l’excellent boulot à ce niveau. La saison dernière fut très compliquée en terme de préparation. Le nouveau coach a démissionné après deux semaines d’activité. La saison était lancée et c’est l’équipe deux qui en a pâti. Nous avons du faire un forfait au bout de la quatrième journée. La reconstruction n’a pas été évidente. Dorine Mamata est donc monté pour coacher l’équipe une au mois d’octobre. A partir de là, elle a fait du très bon boulot car nous étions quatrième au moment de l’arrêt de la saison. Chez les U18, l’équipe était en tête de la poule d’accession, mais c’est Nîmes qui accèdera aux U19 Nationaux avec un nombre de points plus important. L’année s’est bien passée sur le plan de la compétition et des résultats, maintenant je pense que mes successeurs devront faire un travail en profondeur. Il faut mettre de la compétence et du monde. Malgré ces belles saison, le club n’a pas réussi à capitaliser sur l’aspect féminin auprès des jeunes.

Le club a connu un certain essoufflement de ce côté-là…

Au sein du club pour permettre de mettre en place un projet d’école de foot féminine, même s’il s’agit là d’un bien grand mot. C’est là qu’il sera important de mettre des choses en place. Pour ma part, je suis donc arrivé en fin de mon mandat. C’est désormais Jean-Jacques Soula le président du club. Personnellement, je n’ai pas souhaité me représenter. Après, malgré le retour en R1, la saison 2019-20 a été à mes yeux positives pour les féminines. On peut voir souvent les difficultés qu’il peut y avoir dans le football féminin à l’image de Balma. Ils étaient champion de R1 en 2019 et ne sont pas reparti la saison suivante.

Avec aujourd’hui un regard extérieur, Portet a-t-il du coup les capacités pour repartir de l’avant en féminines ?

Au-delà de repartir de l’avant, l’année dernière, malgré les très nombreux départs, nous avons fait mieux que bien figuré en R1. Nous étions en position pour éventuellement rejouer les barrages d’accession. Même si en-dessous, nous n’avions pas ce qu’il fallait, sur le plan sportif, les filles ont réussi à recréer un groupe et une vraie dynamique. C’est vraiment super. Avec autant de départs beaucoup de personnes pensaient que nous ne pourrions pas repartir. Dorine a fait un gros travail sur ce point-là. Il y a également un vrai vivier. On le voit avec les performances des U18 ! Cette saison, Jean-Claude Casagrande sera présent. On aura une personne qui aura du temps, a déjà fait ses preuves dans le foot féminin et a déjà connu le haut niveau en féminines avec Jean-Pierre Bonnet au TFC en Première Division. Le club a vraiment de beaux atouts pour pouvoir non seulement bien figurer au niveau régional, mais aussi structurer le club par le bas sur la section féminine.

Cela pourrait derrière impulser pourquoi pas un peu plus que du niveau régional du coup…

Pour aller au-dessus, il nous manquait de structurer la base. Nous en étions conscients. Malheureusement, nous n’avons pas réussi à trouver les ressources humaines pour pouvoir faire émerger ce projet.

aspcr féminines
Les féminines Portésiennes auront su détonner ces dernières années – Crédit ASPCR

Revenons à votre départ du club. Pour quelles raisons avez-vous préféré quitter la présidence du club du coup ?

Pour plusieurs raisons. Lors de cette dernière année, j’avais misé sur un renouvellement avec notamment la mise en place d’un référent technique qui prenait l’équipe féminine. Au bout de quinze jours en début de saison c’est donc tombé à l’eau. Ça a été un sacré coup dur. Pour moi, le gros point faible du club ce qu’il n’est pas en capacité de fédérer au niveau sportif pour créer une dynamique, une continuité sur les projets sportifs. Après, cela fait trois ans que j’habite sur le Nord de Toulouse. Les trajets étaient un bel inconvénient. En tant que président, il faut être présent pour tout le monde. Même si vous faites du travail à distance, les gens ont besoin de vous voir. Sur la fin de mon mandat, ça a été un peu dommageable pour le club. Je n’arrivais pas forcément au bout d’un cycle car j’étais partant pour continuer. Mais la mise en place avortée de ce référent technique ça a été un sacré coup dur pour moi. Avec le confinement, la saison s’est terminée prématurément.

Quel bilan tirez-vous sur votre présidence à Portet ?

Le bilan est mitigé. C’est toujours du positif, mais par rapport à ce que je souhaitais mettre en place au niveau notamment des écoles de foot et du développement auprès des jeunes, c’est très loin du compte. Maintenant, j’ai découvert un environnement que je maitrisais moins, celui du foot amateur. C’est une belle expérience pour moi. Quand je me suis formé à la gestion d’organisation sportive, je n’étais pas parti pour gérer un club. Mon idée était d’avoir un rôle plutôt sur l’aménagement économique et sportif d’un club mais pas forcément de prendre la présidence d’un club. L’opportunité s’est présentée, je l’ai saisie. C’était très enrichissant. Aujourd’hui j’en tire aussi des conclusions et dans tous les cas ça me servira dans l’avenir. Malgré tout, nous avons permis au club d’accéder à la D2 féminine. Jouer contre des clubs comme l’Olympique de Marseille, ça reste exceptionnel et je pense que ça restera gravé à vie dans l’Histoire du club. Pour ça, il y a eu un très gros travail. Emma Davezac a fait un travail énorme pour en arriver là. Chez les garçons, le club a atteint le plus haut niveau Régional même s’il faut savoir raison garder. Aujourd’hui la R1, c’est une DHR améliorée. Le niveau est malheureusement tiré vers le bas au niveau régional. Pour moi, la N3 aujourd’hui est un peu une super DH. Il faut savoir le reconnaître. Après, arriver en R1 avec les moyens du club c’est très bien. De ce côté, Sébastien Masias a fait un travail énorme. Le championnat s’arrêtant et les règles évoluant la saison dernière, l’équipe a réussi à se maintenir. Malgré de nombreuses défaites, le club a été pérennisé à ce niveau-là. C’est une très bonne chose d’avoir le club en R1. Au niveau de l’école de foot, je n’ai pas réussi à mettre en place l’environnement et les personnes qu’il fallait. Ça n’a pas été forcément dans le sens que je voulais pour diverses raisons. Bien entendu, j’ai également ma part de responsabilité. Les personnes qui arrivent seront j’espère en capacité de mettre en place ce qu’il faut pour avoir un réservoir de jeunes plus conséquent.

Quid de Nicolas Bayod dorénavant ?

Je travaille sur un projet avec une équipe en train de se constituer sur le District Haute-Garonne. Avec le confinement, ça a pris un peu de retard. C’est quelque chose sur lequel je suis assez investi. Mais je compte bien rester dans le milieu et pourquoi pas faire bénéficier le plus grand nombre de clubs de l’expérience acquise durant ces cinq années. D’ici septembre, si le cheminement continue, je ferais sûrement parti d’une liste pour le développement du foot sur la Haute-Garonne. Les élections sont au mois de novembre.

Propos recueillis par N.Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s