#Football – D2F / Dervout (Mérignac-Arlac) : « Il va falloir faire douter nos adversaires »

Le FCEMA, si cet acronyme ne vous dit encore rien, vous allez apprendre à le connaître. Le Football Club des Ecureuils Mérignac-Arlac est un des promus en D2 Féminine. Une équipe masculine en Nationale 3, une équipe féminine en D2, c’est ce qui attend le club de la Gironde pour cette saison 2020-2021. Concernant la D2, le club la connait bien puisqu’il a évolué à ce niveau lors des saisons 2002-2003, 2010-2011 et 2015-2016. Nous avons donc rencontré Margaux Dervout, milieu de terrain du FCEMA. Rencontre.

Margaux, après une saison de R1 réussie, vous avez obtenu votre ticket pour la D2. C’était l’objectif en début de saison ?
Cela fait deux saisons que l’effectif de l’équipe première a changé dans sa quasi totalité. Après une saison de restructuration (nouvelles joueuses, nouveau coach) où l’on termine 4e de DH, dire que l’objectif est de monter en D2 aurait été sans doute un peu trop ambitieux. Néanmoins, il y a eu l’arrivée de nouvelles joueuses, une bonne préparation d’avant-saison, des premiers résultats qui confirmaient la qualité de ce nouveau groupe et même si l’on voulait prendre les matchs les uns après les autres, l’objectif de terminer en tête du championnat de R1 pour jouer les barrages d’accession en D2 s’est confirmé au fil des matchs.

Est-ce que tu peux nous raconter comment s’est passée la saison précédente pour ton équipe ?
Au début de saison, c’était un groupe vraiment différent par rapport à la saison précédente et même si la plupart des joueuses du club connaissaient les recrues pour avoir jouer avec elles en sport étude ou au club des Girondins de Bordeaux, il a fallu un temps d’adaptation pour apprendre à jouer ensemble, à créer des automatismes. C’est sûrement la raison pour laquelle, nous avons assez mal débuté le championnat par une défaite contre notre principal concurrent (le club de l’Asmur) mais le groupe a très bien réagi en enchaînant les victoires par la suite, on avait conscience que notre joker avait été utilisé sur ce premier match. La saison a été raccourcie par la crise sanitaire actuelle, nous avions très peur que la FFF supprime toutes les descentes et toutes les montées mais ça n’a pas été le cas. La suppression de l’étape des barrages nous a été favorable, c’est une bonne chose pour les joueuses et tout le club mais si l’on regarde le ration point/match nous méritons notre ticket pour la D2.

« Le FCEMA est un club ambitieux »

On sait que les Écureuils ont joué en D2 lors de la décennie précédente mais ce n’est pas un club habitué au niveau national. Est-ce que tu peux nous présenter ce club ambitieux ?
Le club des écureuils de Mérignac-Arlac est un club phare de la région tant au niveau féminin que masculin, nous comptons un grand nombre de licenciées, une école de foot féminin très structurée, l’encadrement est de qualité et les infrastructures parfaitement adaptées au niveau national. C’est vrai que le FCEMA n’est pas un club professionnel et que l’expérience de la D2 féminine n’est pas énorme mais c’est un club ambitieux dans lequel les filles ont toute leur place.

Margaux Dervout sous le maillot de Mérignac Arlac

Pour la prochaine saison, comment le FCEMA va s’organiser pour rivaliser avec des écuries habituées à la D2 ? On sait que l’argent est le nerf de la guerre et les sections féminines adossées à des clubs professionnels s’arment de plus en plus. Vous allez être prête ?
Je pense pas être la mieux placée pour répondre à cette question mais c’est certain que les clubs professionnels comme l’OM contre qui nous allons jouer mettent les moyens nécessaires pour développer leurs sections féminines. Evidemment les moyens ne pourront pas être les mêmes mais j’espère que le club mettra tout en œuvre pour faire briller le football féminin aquitain et pour rivaliser avec de tels clubs.

« La montée du FCEMA montre que j’ai fait le bon choix »

Pour parler de toi, tu es passée par Blanquefort, Bordeaux, Bergerac et maintenant tu évolues sous les couleurs de Mérignac Arlac. Racontes nous ton parcours dans le football féminin et quelles sont tes ambitions pour les prochaines années ?
J’ai commencé le football à l’âge de 6 ans au club de Gensac pendant 8 ans (avec les garçons) avant de rejoindre des équipes féminines. J’ai intégré la section sportive régionale du lycée de Mérignac et en même temps le club de Blanquefort qui s’est ensuite associé aux Girondins de Bordeaux. Après mes années en U19 national, j’avais envie de rejoindre un club dont l’objectif était la montée en D2. La montée du FCEMA montre que j’ai fait le bon choix puisque seulement après deux saisons, le premier objectif est atteint. Concernant cette saison, les joueuses et le staff seront tournés vers un seul et même but, le maintien en Division 2, c’est souvent compliqué pour les équipes promues de se maintenir mais c’est pas du tout impossible.

Est-ce que tu peux nous parler de ton profil sur le terrain. Quels sont tes atouts principaux ?
Je pense que mon volume de jeu est un de mes atouts et offensivement je dirai la capacité à alterner en jeu rapide en peu de touches de balles et conduite balle au pied.

Quelles vont être les armes principales de votre groupe pour tenir tête aux cadors de la D2 ?
Pour réussir à se maintenir il va falloir faire douter nos adversaires, être régulière pour récupérer le maximum de points possibles. Il va falloir jouer avec nos armes, de l’envie et puis nous nous connaissons toutes assez bien, il faut s’appuyer là-dessus. 

Propos recueillis par Romain Brunot

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s