#Rugby – Fed1 / S.Jaca (Mauléon) : «Nous n’étions pas du tout favorables à la constitution de la Nationale!»

Dans la Soule, terre de rugby par excellence, Sebastien Jaca et Arnaud Héguy préparent ardemment l’an II en fédérale 1 pour le SA Mauléon. Un brin courroucé par le timing et la création de la poule Nationale, et ce malgré une invitation du fait de son excellent classement à l’arrêt des compétitions (4ème), le club formateur de Camille Lopez, se projette dorénavant vers ce nouvel exercice avec humilité et envie de confirmer. Pour Sébastien Jaca le coach adjoint du SAM, la perspective d’une poule regroupant, Bigourdan, Béarnais, Basques et Landais l’enthousiasme, tout en étant un beau challenge à relever. Focus sur un club dont l’ADN formateur et un certain art de vivre le rugby font son charme, et qui à l’aube d’une saison 2020/2021 attendue, aiguise en toute discrétion ses armes.

Sébastien, on va commencer par le sujet d’actualité des dernières semaines : la création du championnat National et la séparation de la Fédérale 1  » classique  » et des gros poissons professionnels / semi-pros de la division. Qu’est-ce que tu en penses et sachant qu’en plus Mauléon y était invité, qu’est-ce qui a motivé le refus à de participer à cette poule Nationale ? 
Honnêtement, ça a été un avis général du club mais aussi le mien personnellement. Il est sûr que, si l’on pense de façon égoïste, on trouve que ça va un petit peu vite et que cette division a été créée très, très rapidement, surtout par rapport à la crise actuelle. Nous l’avons mal perçu et nous n’étions pas du tout favorables à la constitution de cette poule. Maintenant, il s’agit juste d’un avis de notre club car c’est vrai que, d’un côté général, on peut trouve logique que le haut du niveau de la Fédérale 1 doit être élevé donc ça peut aussi être compréhensible. Nous avons été invités, car en finissant 4es de poule cette année sur le terrain, nous avons terminé 14es nationaux donc, nous avons reçu cette invitation qui est gratifiante pour le club. Par contre, nous savons qui nous sommes et c’est à tout à fait logiquement que nous avons refusé cette poule. Comme elle est constituée pour préparer à la Pro D2, ce sont des clubs professionnels et semi-professionnels et le système de notre club ne nous permet pas de pouvoir accéder à cette division. Nous n’avons rien à y faire et ça aurait été un cadeau empoisonné pour le club et les joueurs et ça aurai mis un frein voire même peut-être casser la dynamique actuelle dans laquelle nous sommes. La logique et la raison ont fait que nous avons refusé cette poule. 
Dans les côtés positifs, tu nous parles de quelque chose de gratifiant. Cette invitation en poule Nationale vient quand même récompenser tout le travail qui a été fait à Mauléon. Il y a moins de deux ans, vous étiez en Fédérale 2 et pour votre première année en Fédérale 1, vous êtes allés titiller des gros calibres, entre autres Albi à Marius Rodrigo, vous êtes allés gagner à Tarbes, vous êtes invités en Nationale. Cela montre quand même qu’à Mauléon, on bosse bien, avec pas énormément d’argent mais ça prouve qu’avec beaucoup d’huile de coude, d’inventivité et d’esprit rugby, on peut faire de belles choses ? 
Il faut essayer d’être un petit peu malins. Notre club est en Pays Basque, dans une zone montagneuse et Mauléon n’est pas très attractif parce-que qu’il faut vraiment rentrer à l’intérieur et les joueurs préfèrent aller vivre sur la côte et le centre-ville. Donc, nous sommes obligés d’appuyer sur la formation et en plus de cela, il y a un petit peu une culture rugby dans le coin, avec beaucoup de sportifs et de bons joueurs rugbystiquement. Il y a également ce sentiment d’appartenance qui fait que le joueur reste dans ce club, qu’il aime y évoluer depuis son plus jeune âge jusqu’aux seniors. Donc, il y a tout ce travail qui fait qu’au final, ça arrive et que là, il est vrai que l’on a réussi une bonne saison mais c’est le travail de plusieurs années, un collectif qui joue ensemble depuis plusieurs années. Le résultat est là cette année mais c’est l’évolution du club qui fait que nous avons fini 4es cette saison. Il est sûr que c’est gratifiant pour tout le monde et nous sommes vraiment contents d’avoir pu finir comme ça cette année. Mais maintenant, on connaît notre place et on sait qu’on ne peut pas non plus lutter avec les meilleurs. 

Quand tu nous parles du sentiment d’appartenance, je pense que la quintessence en est Camille Lopez. Un gars du cru, qui est allé jouer à Clermont, qui est champion de France, qui joue en équipe de France et qui, dès qu’il voit passer un article sur Mauléon, il le re-tweete, le partage et en fait la promotion. C’est quand même le meilleur des VRP ? 
Il représente le club à l’échelle internationale puisque c’est un international. Il n’oubliera jamais ses origines, ses meilleurs amis évoluent encore en seniors, ils sont en relations avec lui et, nous aussi on le connaît. Il n’oubliera jamais le club et je sais qu’il pensera toujours à Mauléon. Et même les joueurs qui font 2 / 3 ans et qui s’en vont, pour raisons professionnelles ou autres, qui changent de club, généralement, il y a toujours une bonne image de notre club. Nous avons de bons retours et au final, c’est ce qui fait notre force et c’est aussi ce que nous aimons un petit peu. 
Et puis, c’est aussi un territoire refuge pour les anciens de Mauléon parce-que, dans le même style, nous avons Sylvain Bouillon, joueur du Stade Nantais qui, dès que le Covid a commencé, est venu se réfugier et se confiner en terre souletine ? 
Oui, il a sa famille à Mauléon et il est resté là pendant tout le confinement. Il ya également Gilen Queheille,, un ancien albigeois. 
Le fils du président
Il est revenu chez lui mais de toute manière, tout le monde, y compris les joueurs professionnels de Mauléon actuellement,  revient au pays dès qu’il le peut (rires). 
En clair, il y a un peu de Soule sur tous les terrains de France et de Navarre ? 
Ils la représentent et tant mieux. Ca veut quand même dire qu’il y a du travail qui est effectué et c’est bien pour le club, ça donne une visibilité. 

On va aussi parler de la saison qui arrive dans la Fédérale 1  » classique « . Avec Mauléon, vous étiez l’année dernière les outsiders, l’équipe que personne n’avait vu venir. Cette année, vous allez être marqués, pointés, suivis quasiment à la culotte ? 
Oui (rires). Mais vous avez bien vu la poule dans laquelle nous sommes l’année prochaine. 
Elle est cousue main
Oui, de toute manière, plus proche, on ne peut pas faire. Le sud-ouest est quand même bien représenté en Fédérale 1 avec des clubs de bon niveau, des clubs historiques donc, nous pourrons être regardés mais tout le monde sera regardé parce qu’il y a quand même de sacrées équipes. Il y aura un niveau très intéressant tous les dimanches et ça va être assez excitant de pouvoir évoluer dans cette poule. Il y aura Saint-Jean qui sera peut-être l’un des favoris pour le titre, il y aura Anglet, Tyrosse et Auch qui sont des gros clubs, il y a toujours Oloron qui est en Fédérale 1 et qui restera toujours en Fédérale 1. Il y aura des matches très disputés tous les week-end, ça, c’est certain. 
Surtout que Saint-Jean-de-Luz est quand même un club assez similaire à Mauléon, avec des gars qui jouent ensemble depuis les cadets et une certaine vision du rugby. Ce sont des clubs qui se ressemblent beaucoup si ce n’est la côté en plus ? 
Oui, Saint-Jean-de-Luz est peut-être plus attractif. 
Mauléon a aussi ses charmes
C’est vrai, chacun a ses atouts. Saint-Jean-de-Luz a cette culture du jeu que l’on essaie aussi de faire à Mauléon. Il y a beaucoup qui est fait en termes de formation, avec beaucoup de joueurs issus de l’école de rugby ou du canton de la Nivelle et de tous les clubs qu’il y autour. C’est vrai que ça nous ressemble un petit peu mais Saint-Jean-de-Luz est là depuis plusieurs années. Ils ont fait le Jean-Prat l’an dernier et sont quand même un ton au-dessus de nous, il faut le reconnaître. 
Tu n’as pas un petit regret que Nafarroa n’est pas fait son come-back en Fédérale 1 ? Ca aurait mis encore plus de côté géographique et des derbys encore plus enflammés ? 
Oui, c’est certain car pour nous, en termes de derby, les derbys purs sont Nafarroa, Oloron. Mais, quand on est joueur de Fédérale 1, il faut être prêt aussi à peut-être sortir du département et à faire 2 / 3 heures de bus. Car nous avons du monde autour pour pouvoir affronter des équipes d’autres départements. C’est sûr que cela nous aurait manqué, nous étions très content d’affronter Nafarroa mais c’est leur choix et nous ne pouvons rien faire contre ça. 
Quels sont l’objectif et la feuille de route qu’Arnaud Héguy et toi avez fixé au groupe et aux joueurs ? Et quel est celui de Benat Queheille ? 
Pour le moment, nous n’avons rien fixé car nous avons juste fait une reprise physique de trois semaines au mois de Juin par rapport à l’arrêt qu’il y a eu. L’objectif va être très simple et, comme cette année, où nous allons partir dans cette poule très homogène sans savoir qui va être en haut et qui va être en bas, ce sera le maintien dans un premier temps et essayer d’accrocher tout le monde tous les week-end pour ne pas lâcher un match et faire la meilleure saison possible. Après, en termes de jeu, on le verra plus tard avec l’effectif. 
Est-ce que le côté Coupe de France qu’il y avait dans l’ancienne Fédérale 1 avec les gros calibres ne va pas un peu manquer à Mauléon ? On sait que vous avez dans votre ADN ce côté  » aller titiller le gros  » et essayer de le faire trébucher. C’est quelque chose qui vous plaît et vous parle ? 
Ça nous parle mais ça ne parle pas qu’à nous. 
Oui mais plus particulièrement à Mauléon ou à Saint-Jean-de-Luz. Aller vous titiller à plus gros que vous sont des défis et des challenges que vous aimez quand même bien relever ? 
Exactement, ce genre d’évènement transcende tous les joueurs. Quand on voit les poule, on regarde qui est le plus gros et la réception est cochée. Il est sûr que le match à domicile est coché et que les joueurs se préparent dans leurs têtes en conséquence pour pouvoir renverser les plus gros. C’est sûr que cela va nous manquer mais, de toute manière, on aura beau râler, on ne pourra rien changer donc, on va faire avec. Nous avons déjà une poule qui va être assez excitante avec de bons matches tous les week-end et j’espère que les joueurs se concentreront sur ça et ne penseront pas à ce qu’on ne pourra pas avoir. 
Mis à part le derby avec Oloron, quel match sera coché en réception ? Saint-Jean-de-Luz, Lannemezan, Auch ? 
Là, je crois que ce sera la même bataille tous les week-end : Saint-Jean-de-Luz, Anglet, Tyrosse, Oloron et même Lannemezan, Bagnères. Nous avons déjà affronté Valence-d’Agen et il y aura Castelsarrasin mais ce sera un championnat tellement équilibré que tous les week-end compteront. Il est sûr qu’il y aura Oloron et eux-aussi doivent dire que le match contre Mauléon est un match à part, une parenthèse dans la saison. Et après oui, il y aura les affrontements avec Saint-Jean-de-Luz, Anglet, Tyrosse que nous n’avons pas eus l’an dernier et qui mettront du piquant à la saison, c’est certain. 
Et d’après Pierre Serena, il y a le brasseur d’Oloron qui vous attend de pied ferme car il était un peu dépité de ne pas avoir eu droit au derby Oloron / Mauléon cette saison. Donc, il faudra faire double ration pour ce derby dans cette saison post-coronavirus ? 
Nous avions quatre matches très intéressants à jouer dont le derby à Oloron et il est certain que nous aussi, nous aurions aimé jouer ce match. Il est sûr que tout le monde sera très content d’aller au prochain derby et le brasseur encore plus. 

J’imagine bien. L’année dernière, tout le monde a pris en référence ce match face à Albi ou vous avez été admirables. Le sens de l’histoire aurait même voulu que Mauléon gagne tant ce fut quelque chose qui a frappé tous les gens qui ont assisté à ce match. Tous tes joueurs se sont quasiment transcendés. Tu ne penses pas qu’avant de revenir de l’échauffement sur la pelouse, le fait d’être passés devant cette tribune d’honneur qui les a complètement poussés et galvanisés leur a donné le supplément d’âme ? Dès l’avant-match, nous savions depuis notre tribune de presse qu’on allait vivre quelque chose de spécial car, quand nous avons vu ce public galvaniser les joueurs, je pense que ce sont pour eux des émotions incommensurables
Oui, c’est vrai. Nous étions prêts pour ce match, nous l’avions préparé. En plus, il venait en début de bloc après trois semaines de repos et bien sûr que nous avions ciblé ce match parce que c’était un match à domicile. Nous l’avions préparé en conséquence, tous les joueurs étaient prêts à vouloir essayer de  » ramasser  » Albi. Il est certain que ce match comptera dans les esprits des joueurs qui ont participé et même, je pense, dans celui des gens qui étaient au stade. Mais il ne faut pas oublier qu’au final, nous avons perdu ce match et que nous avons beau avoir fait 75 minutes admirables, on le perd à la 83e ou à la 85e minute. Donc, le résultat reste celui-là mais, dans la tête des joueurs, je pense que ça restera un moment fort de leur saison et peut-être pour certains, dans leurs carrières. 
Pour ceux qui voudraient le revoir, nous avons récupéré la vidéo auprès du service vidéo du Sporting Club Albigeois et nous sommes en train d’y coller les commentaires de Radio Albigès en direct avec les bruits d’ambiance de la foule. Normalement, on le rediffusera dans l’été sur Facebook avec, bien entendu, l’accord du Sporting Club Albigeois et du SA Mauléon si vous le souhaitez. Nous avons prévu de le re-diffuser car ça a quand même été un des sommets de cette saison tronquée. Nous n’avons pas eu de phases finales mais là, il y avait quand même un petit goût de Coupe de France
Ca sera sympa mais je pense que, même au-delà du match et des adversaires, les joueurs d’Albi ont dû, mine de rien, sortir grandis de ce match. Parce qu’évoluer dans ce contexte, il ne faut pas s’échapper et ça, ça a aussi prouvé la force de caractère de cette équipe qui , sur la saison, a survolé la poule et le championnat. Et même en difficulté, car il faut le dire, ils se sont retrouvés en extrême difficulté à un moment, ils ont su bien réagir et ça prouve que c’est une équipe qui avait vraiment du caractère et son mot à dire pour jouer le titre en fin de saison. Ils auraient pu en toute légitimité monter en Pro D2 donc, ce n’est peut-être pas que sur le terrain parce-que le rugby est aussi une aventure et une force de groupe. Et là-aussi, ils l’ont prouvé en renversant ce match qui était mal engagé pour eux. 
Tous les présidents et les coaches que nous interviewons nous parlent de Mauléon et prennent en exemple ce match contre Albi. Cette année, il va falloir confirmer et montrer que Mauléon est maintenant bien ancré en Fédérale 1 pour y être un acteur prépondérant ? 
Oui, il faudra confirmer (rires). C’est le mot, c’est notre deuxième saison en Fédérale 1 et, par rapport à ce qu’il s’est passé, c’est à nous entraîneurs d’être bon là-dedans, à faire un peu, non pas  » redescendre  » les joueurs mais faire en sorte qu’ils ne se voient pas trop beaux, à rester sérieux et à travailler sérieusement. Après, le terrain parlera mais , de toute manière, c’est à nous de ne pas fanfaronner et de ne pas trop penser à la saison qui vient de se passer. Il faut qu’on passe à autre chose, garder cette dynamique et travailler sérieusement pour faire la meilleure saison possible. 
Ecrire une nouvelle page d’une nouvelle aventure tout aussi belle ? 
L’aventure y est puisque le groupe reste le même, il y a juste un joueur qui arrête. Donc, il faut que l’aventure comme elle est lancée avec Arnaud et moi depuis cette année mais c’est aussi la dynamique de la montée de Fédérale 2 et du travail qui a été réalisé avant. Nous sommes dans cette continuité, il faut que ça continue comme ça et même pour les années futures. 

Ca amène notre traditionnelle question décalée : on sait que, pour vivre heureux il faut vivre caché. Par contre,et tu as du le voir, nous faisons des points sur les transferts et les mutations d’intersaison. Pour trouver une information sur Mauléon concernant les transferts, les arrivées et les départs, je pense que même Sherlock Holmes aurait du mal ! Vivons heureux, vivons cachés est poussé à l’exégèse ! 
Oui, c’est vrai (rires). En termes de recrutement, nous avons l’accord de quatre joueurs qui vont nous rejoindre et de jeunes juniors qui vont monter en seniors. Nous n’avons pas les mêmes moyens ni les mêmes possibilités que d’autres clubs de Fédérale 1 de pouvoir faire venir des joueurs professionnels car nous ne faisons pas de contrats fédéraux. Nous sommes bloqués par ça et c’est une grosse contrainte pour nous donc, il est certain que le recrutement ne se fait pas sur les  » noms ronflants  » des joueurs. Par contre, nous ciblons des joueurs à fort potentiel, des espoirs, des joueurs de caractère qui peuvent apporter une plus-value à l’équipe donc, j’espère que ça sera bénéfique pour nous. C’est vrai que ça communique peu et que ce n’est peut-être pas ronflant sur les noms mais j’espère que pour nous, dans le collectif, ça sera bon et il n’y aura que ça qui comptera. 
On vous fait confiance pour cela à Mauléon et puis, il faut le rappeler, vous êtes l’un des plus petits budgets de Fédérale 1. Et, comme j’aime parfois le dire, le premier mécène et le premier sponsor de Mauléon, ce sont la billetterie et les buvettes, à savoir le peuple de la Soule qui vient soutenir son équipe
Voilà et j’espère que, malgré cette crise et la faible visibilité que l’on peut avoir sur le rendement économique, le retour des partenaires et la future saison, nos supporters reviendront aux matches avec autant d’envie de voir cette équipe et autant de capacité à nous supporter. Et qu’ils continueront aussi à rester à la buvette après les matches (rires)
Cette buvette est magnifique, c’est la plus longue de Fédérale 1. C’est quasiment la rue de la Soif en pleine Soule ! 
C’est vrai, nous avons cette qualité (rires)
Propos recueillis par Loïc Colombié  
https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-26-juin-2020-integral/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s