#Football – D2F / I.Troussier (ASPTT FA) : «Vu la bonne proposition d’Albi, je ne pouvais que l’accepter!»

Nous sommes allés à la rencontre de l’une des nouvelles recrues de l’ASPTT Football de l’Albigeois. Inès Troussier, après avoir fait ses armes au GF38 débarque dans le Tarn pour relever le défi rouge et jaunes et s’imposer dans le microcosme de la D2F. Entretien avec une portière qui veut donner un nouvel élan à sa jeune carrière.

Crédit photo GF38

Inès, tu fais partie de la nouvelle vague de l’ASPTT qui arrive pour cette saison 2020 / 2021, tu évolues au poste de gardienne de but. Qu’est-ce qui t’amène dans le Tarn, toi qui étais bien ancrée en terre grenobloise ? 
Concrètement, le projet de Grenoble ne me correspondait plus. On ne m’offrait pas ce que je voulais donc cela faisait déjà un petit moment que je voulais partir et j’ai décidé de prendre mon envol cette saison. Et, vu la bonne proposition d’Albi, je ne pouvais que l’accepter. 
On sait que tu as évolué à Grenoble avec une certaine Cindy Perrault, qui est passée par l’ASPTT Albi. Est-ce que vous avez discuté un peu d’Albi ensemble ? 
Très rapidement mais pas plus que cela. Honnêtement, on s’est envoyé un ou deux messages mais après, nous avons chacune notre vie aussi. 
Tu es une jeune gardienne. Est-ce que Cindy Perrault a compté pour toi dans ta progression ? Tu étais un peu dans son ombre au début avant de prendre le relais cette saison
Elle m’a clairement aidée. C’est une très belle personne, quelqu’un qui va tout le temps aider les autres à progresser. Même si elle est en difficulté, elle va chercher à nous aider et franchement, j’ai énormément appris à ses côtés et je suis très contente qu’elle ait croisé mon chemin. 
Jusqu’à ce que tu sois rouge et jaune, qu’est-ce que cela représentait pour toi lorsqu’on te parlait de l’ASPTT Albi ? 
J’ai connu le club d’Albi lorsqu’ils étaient en D1 donc, cela n’est que du positif dans le sens où le club donne beaucoup pour les féminines, contrairement à d’autres clubs qui vont peut-être être en manque de moyens ou qui vont plus avoir le côté masculin qui va vraiment être le phare du club. Alors que j’ai vraiment l’impression qu’Albi est un club familial, j’en avais déjà parlé avec Angélique Schlepp qui est aussi passée par Albi. Il n’y a rien que du positif et rien qui me poussait à aller dans un autre club à part Albi. 
Le fait qu’il y ait un nouveau staff mais aussi un nouveau projet, d’arriver avec quelque chose de tout neuf a également dû te parler ? 
Ça enlève un certaine pression dans le sens où je ne connais pas non plus les joueuses. C’est un peu compteur à zéro et à chacune d’entre nous de faire sa place. C’est intéressant parce-que le club veut mettre les moyens pour que la section féminine réussisse donc, c’est vraiment le top du top. 
On imagine que tu as aussi eu le temps d’échanger pas mal avec Hervé Witas, le coach spécifique des gardiennes. D’ailleurs il a une approche assez particulière de ce côté spécifique ? 
Particulière, oui et non parce qu’avec mon ancien coach des gardiens, nous étions aussi assez proches comme je le suis actuellement avec Hervé. Donc, cela ne me change pas tant que ça mais j’aime bien la façon de travailler, de voir qu’il est passionné par ce qu’il fait. Ça donne encore plus envie de le rejoindre au spécifique et d’apprendre à ses côtés parce-que j’ai beaucoup entendu parler de lui, que de manière positive. 
Tu as sûrement dû croiser et connaître quelques joueuses qui font partie de l’ASPTT Football de l’Albigeois ? 
Pour l’instant, je n’en ai croisé que deux, lors d’un entretien avec les coaches. Nous avons vaguement parlé, le feeling est très bien passé. Je suis contente parce-que je pense que ça va être une très belle saison et que je vais bien m’entendre avec tout le monde. 
Est-ce qu’il y a une joueuse que tu avais croisée sur le terrain avant d’être à l’ASPTT ? 
Quand Grenoble avait joué contre Albi, je crois que je n’avais pas joué et que je n’étais même pas sur le banc donc, je n’ai pas souvenir d’avoir croisé des joueuses. Les seules que je connaisse sont Pilar Khoury, Angélique Schlepp et Cindy Perrault qui ont fait partie d’Albi. 
Les ex-albigeoises de l’époque de la D1
Exactement. 
Albi a un stade que beaucoup de clubs nous envient, le Stade Maurice Rigaud qui est un véritable écrin. Est-ce que tu as eu le temps d’en prendre possession ? 
J’ai pris le temps d’aller voir tous les terrains, ceux d’entraînements et ceux de matches et c’est sûr que ça fait rêver. Avec le confinement, c’était compliqué de jouer au foot et quand on voit les installations, ça donne vraiment envie de fouler la pelouse et de s’entraîner. 
Quel est le point fort d’Inès Troussier ? Sur la ligne, les sorties aériennes, les uns contre uns, le jeu au pied ? 
J’aurai tendance à dire les sorties aériennes, pour ne pas avoir peur, il faut se lancer. 
Propos recueillis par Loïc Colombié
https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-26-juin-2020-integral/

Retrouvez l’intégralité de l’itw d’Ines Troussier, lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 26 juin 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s