#Football – D2F / Roy-Petitclerc (Brest) : « Il y a toujours l’objectif ultime de vouloir monter en D1 »

Arielle Roy-Petitclerc est le genre de joueuses que l’ensemble des clubs de D2 Féminine recherche : un excellent état d’esprit, un engagement sans faille, une qualité technique au-dessus de la moyenne et une grande capacité d’adaptation. Après une saison et demie à Albi, elle a rejoint Brest en Juin 2019. Elle revient avec nous sur son parcours, son adaptation au SB29 et ses ambitions avec le club Brestois. Rencontre.

Arielle, tu as rejoint le Stade Brestois 29 après une saison et demie dans le Tarn à Albi. Pour quelles raisons as-tu décidé de quitter l’ASPTT ? 
J’ai décidé de quitter l’ASPTT, car j’avais envie de vivre d’autres projets, de me fixer de nouveaux objectifs avec un nouveau club. L’ASPTT a été mon premier club qui m’a accueilli en France et m’a permis de réaliser mon rêve de venir jouer en Europe. Après deux années, j’ai senti que ma mission au sein du club était terminée et que je devais tenter autre chose et connaître une structure différente. Étant originaire du Canada, je cherche à vivre le plus d’expériences possibles et saisir les opportunités qui s’offrent à moi.

Le Stade Brestois, du côté masculin, évolue en Ligue 1 et sa section féminine tend à rejoindre l’élite. Qu’est ce qui t’a convaincu dans le projet brestois ?
Le projet brestois était d’abord axé sur la recherche d’une équipe avec un bon état d’esprit, une ambiance de travail saine et la recherche de performance avec des joueuses qui voulaient se battre. Nous étions plusieurs nouvelles joueuses cette année et le club voulait se reconstruire et créer un meilleur climat de travail. C’était un club qui semblait très convivial et facile à intégrer. Ils m’ont parlé de leur projet et de leurs objectifs et mes valeurs étaient semblables aux leurs.

En plus, lors de ton premier match officiel tu as rencontré ton ancien club. Racontes nous ces retrouvailles. Ca a dû être un moment particulier pour toi non ?
Ce n’est jamais facile de jouer contre son ancien club, de revoir les entraîneurs et les joueuses avec qui j’avais joué. Je me rappelle que lors de cette journée, j’étais stressée à l’idée de devoir jouer, mais une fois sur le terrain tout s’est bien passé.

« Prouver qu’un bon état d’esprit pouvait amener aux résultats »

Présentes nous cette section féminine brestoise. Quelle est son ambition, quelles sont ses particularités ? 
La section brestoise a cherché d’abord à se reconstruire avec l’arrivée de nouvelles joueuses et créer une image convaincante dans le championnat. C’est ce qui s’est passé cette année, nous avons réussi à se battre comme une vraie équipe et à prouver qu’un bon état d’esprit pouvait amener aux résultats. Puis, cette année, c’était de garder ces valeurs, mais en allant chercher des nouvelles joueuses, des joueuses expérimentés et talentueuses pour se renforcer et espérer une meilleure place au classement. C’est un club qui connaît ses qualités et ses faiblesses et qui n’a pas peur de voir loin.

La saison dernière, vous avez démarré la saison très fort avec 6 victoires en 7 matchs et on pouvait penser que vous jouerez la montée en fin de saison. Comment tu expliques cet excellent début de saison ? 
Je pense que la cohésion a joué pour beaucoup lors des premiers matchs. Nous avions fait une bonne préparation avant le championnat et nous avons assuré un état d’esprit qui nous a permis de vouloir se battre les unes pour les autres. À chaque victoire la confiance augmentait et il était plus facile de faire abstraction des problèmes ou de faire outre. Je pense que nous avons réussi à créer un groupe uni et complet malgré notre hétérogénéité. Certaines joueuses débutaient leur premier match en D2, d’autres arrivaient de la D1, certaines étaient jeunes et je pense que c’est ce qui a fait notre force.

Arielle Roy-Petitclerc sous le maillot Brestois
© Michel Rousseau

Malheureusement, vous n’avez pas su tenir cette excellente dynamique et vous finissez sur une série d’une seule victoire sur vos 9 derniers matchs et une 7ème place au classement. Avec du recul, quels sont les enseignements que vous tirez de cette saison. Qu’est ce que vous allez devoir changer la saison prochaine pour tutoyer le sommet de la D2 ?
Nous savions qu’à un moment ou à un autre nous allions être dans un moment plus compliqué. La saison est longue et rare sont les équipes qui réussissent à être au top toute la saison. Lorsque nous avons commencé à accumuler les défaites, la chance avait tourné et ce qui nous réussissait en début de championnat était devenu l’inverse. Nous n’avons pas su trouver la solution au problème assez rapidement, nous avions un groupe très jeune tant dans l’âge que dans l’expérience et cela nous a fait défaut à ce moment-là. Certainement l’arrivée de nouvelles joueuses plus expérimentés va nous permettre, je l’espère, de gérer mieux nos moments de faiblesses. Nous serons mieux préparées aussi mentalement en tant qu’équipe pour ses difficultés.

« À partir du moment où tu te sens bien, il est plus facile de performer et de vouloir fournir les efforts nécessaires pour l’équipe »

A titre personnel, tu étais capitaine à Albi et tu t’es immédiatement imposée à Brest comme un élément incontournable de l’entrejeu et un élément important du groupe. Racontes nous ta saison, comment tu as vécu cette saison ?
Ma saison s’est très bien déroulée. J’ai connu un nouveau style de jeu, une autre mentalité et de nouvelles personnes et on m’a rapidement intégré au club. À partir du moment où tu te sens bien, il est plus facile de performer et de vouloir fournir les efforts nécessaires pour l’équipe. Je suis tombé à la bonne place au bon moment. La confiance que les entraîneurs et que mes coéquipières me portaient m’ont aidé à vivre une belle année au foot. Le groupe que nous avions étaient unis et cela fait partie des choses que j’apprécie dans un club. Certes il y a eu des moments forts et des moments plus faibles, mais globalement ma saison à Brest a été très positive et j’espère que la saison prochaine sera de même.

Pour la saison 2020-2021, il y a eu pas mal de changements dans l’effectif avec les départs de Desforges, Renault-Frih, Grange, Forest, Thouvenot, Banner, Tall, Krell et Bihan et les arrivées actées de Ringenbach (Saint-Malo), Kaya (Metz), Mery (Saint-Etienne), Banuta (Rodez) ou encore Neutelers (Grenoble). Qu’est ce que tu vas attendre de ses nouvelles recrues et quel regard tu portes sur ce grand nombre de mutations ? 
J’attends des nouvelles joueuses leurs expériences et de la nouveauté. Il est toujours bien de connaître du nouveau dans une équipe pour conserver une stimulation. Aussi, il est impensable que celles qui arrivent entrent dans le même cadre que nous avons réussi à instaurer, soit avoir la meilleure cohésion possible et avoir un bel état esprit. Nous ne cherchons pas à faire briller une joueuse, mais à avoir des résultats positif en équipe. Il faut que le groupe soit conscient que les efforts doivent communs et que l’ensemble du club ait le même objectif pour avancer ensemble. 
La question des mutées sera un éternel combat pour les équipes qui recrutent plusieurs joueuses. Il faut que la compétition soit saine entre ses joueuses et que le groupe reste soudé et c’est ce qui peut devenir complexe.

Pour ta part, la saison prochaine, tu restes au SB29. Quel est l’objectif de ton équipe pour la saison prochaine ?
L’objectif du stade brestois sera de faire mieux que l’année dernière, soit être plus haut au classement à la fin du championnat que ce que nous avons fait cette année. Nous avons connu un bon début de championnat l’année dernière et nous savons ce que nous pouvons faire, nous devons espérer maintenant une saison constante de l’équipe. Il y a toujours l’objectif ultime de vouloir monter en D1, je crois que toute équipe peut se permet d’avoir cet objectif tant qu’il est possible de le réaliser. Le championnat n’est pas encore débuté, la monté est encore accessible à tous.

« Le championnat D2 est devenu un grand championnat »

Tu as connu la D1 avec Albi, ton ambition est-elle de retrouver les sommets du football français à tout prix ?
Personnellement, mes objectifs ne sont plus les mêmes. Cette année mon ambition est de faire performer mon équipe et si mes performances peuvent aider, ce serait mon idéal. Le championnat D2 est devenu un grand championnat et l’objectif de vouloir monter en D1 est quelque chose de très stimulant. L’idée de vouloir gagner chaque match est ce que j’aime. En D1, ayant joué dans un club de bas de classement, nous nous battions contre l’idée de perdre et ainsi de descendre de division. Ce n’était pas la même mentalité. Pour ma part, aujourd’hui je suis là pour prendre du plaisir à jouer au foot et Brest m’offre cette opportunité encore cette année.

Pour terminer, on va te laisser présenter l’Association Défi Futsal dont tu es l’ambassadrice. Il y a eu un événement, il y a peu de temps, avec la course virtuelle Soccer Sport Fitness. Parles nous de ton engagement pour cette cause associative.
En fait c’est une association qui a pour but de soutenir les jeunes provenant des milieux défavoriser. La course virtuelle avait pour objectif d’amasser des fonds pour ses jeunes, mais aussi pour les organismes partenaires afin de les aider avec la situation actuelle. Nous étions plusieurs ambassadeurs de plusieurs sports différents évoluant à plusieurs niveaux et nous voulions aussi rassembler les gens par le biais de cette course et réussir à les faire bouger. Nous avons réussi à atteindre plus de 1000 personnes qui ont participés, ce qui était le double de notre objectif de départ.

Crédit photo : Michel Rousseau
Propos recueillis par Romain Brunot

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s