#Rugby – Fed1 / G.Le Corvec (RCHCC) : «Pouvoir accéder à cette Nationale à court ou moyen terme.»

Nous sommes allés à la rencontre d’un des acteurs du rugby dans le Var, le manager du Rugby Hyères-Carqueiranne-La Crau, Grégory Le Corvec. Pour celui qui a connu son unique sélection en équipe de France face aux redoutables All-Blacks en 2007, cette nouvelle saison va s’annoncer avec la certitude d’être attendu aux abords de chaque îlot fédéral. Alors qu’ils envisagent d’accéder prochainement à la nouvelle division nationale, dirigeants, joueurs et bien entendu le manager du RCHCC, vont s’atteler à faire honneur à leurs ambitions. Dans une poule très axée sur le midi toulousain , la rencontre avec les Bucco-rhodaniens du CO Berre et a plus grande échelle le derby varois face à l’US Seynoise seront des joutes qui enfièvreront indéniablement lors du prochain exercice, le Stade André Véran. Greg Le Corvec s’en réjouit, et dans cette fédérale 1 en totale recomposition sociologique, le club méditerranéen va devoir une fois de plus élever son niveau de jeu , pour arriver au bout de ses idées. Pour sa 6eme saison consécutive chez les ors, noirs et verts, coach Le Corvec après avoir glané un Brennus avec Perpignan en tant que joueur (2009) et un titre de champion de France de fédérale 2 en tant que néo-entraîneur des Hyerois (2017), et ce même s’il s’en cache : verrait la conquête d’un nouveau bouclier agrémenter sa belle armoire au trophée, mais surtout consacrer ses longues années de labeur au pays des palmiers.

 

 

Crédit photo Henri Montalbano

On va commencer par prendre des nouvelles de ce club de Hyères-Carqueiranne-La Crau. Après une saison qui s’annonçait sous de belles auspices puisque vous étiez encore dans  » la bonne corde  » pour aller accrocher un Du Manoir voire plus si affinités, même si les places en Jean-Prat commençaient à être quasiment verrouillées, et puis comme partout est arrivé le Covid qui a un peu un point-virgule à la saison de votre club ? 

 

Nous étions plutôt en bonne force pour accéder aux phases finales, l’ambition du club était d’être dans les 6 premiers et nous étions 6es. On a fait des choses très intéressantes tout au long de la saison et le Covid est arrivé. Nous avons donc terminé 6es et maintenant, nous allons penser à la prochaine saison. 

 

En tant que coach et que joueur, vous avez quasiment tout connu dans votre carrière mais ça, vous ne l’aviez pas vu venir ? 

 

Je crois que je ne suis pas le seul. C’est malheureux mais c’est vrai qu’avec cette crise sanitaire, le sportif est venu en second plan et c’est tout à fait normal avec le nombre de décès qu’il y a eu en France et dans le monde entier. Donc, il a fallu faire les choses, bien respecter les consignes. Avec le club, on a pu recommencer à s’entraîner un peu au mois de Juin, nous avons aussi suivi le protocole de la Fédé pour le rugby amateur. Les garçons sont maintenant en vacances depuis une semaine et nous reprendrons mi-Juillet. 

 

Beaucoup disent dans la presse et dans les divers médias que, cette année, les prépas physiques auront une part prépondérante du fait que les joueurs n’ont jamais connu une trêve aussi longue. Mais, il y aura aussi un côté de prépa mental ? 

 

Exactement. Je pense que, quand il y a eu un arrêt aussi long, il va falloir reprendre  » tranquillement « , retrouver de bonnes sensations. C’est vrai aussi qu’au niveau du plaquage et de la lutte, il n’y en a pas eu, ça a plutôt été de la course, des abdos, du gainage, des choses sans contact. Là, nous allons reprendre petit à petit et mi-juillet, nous allons nous adapter. Notre préparateur physique a déjà travaillé sur cela donc, notre reprise va déjà se faire sur un peu de course et après sur un peu de lutte pour retrouver le passage au sol pour ensuite retrouver le contact. Mais c’est vrai qu’on aura eu une préparation qui aura été longue. Pendant le confinement, les garçons ont aussi travaillé de chez eux, nous avions mis en place l’application Zoom qui a été à la mode pendant un moment. De cette façon, ils ont pu se préparer avec le préparateur physique de chez eux, dans leur jardin, leur salon ou sur leur terrasse. On ne les a pas laissés sans rien faire donc, ils ont bien, bien bossé pendant le confinement. Il n’y avait certes pas de rugby mais ils ont quand même pu bien bosser. Nous avons repris le terrain par petits groupes et au mois de Juillet, nous reprendrons crescendo, en respectant les conditions de la Fédé pour voir comment reprendre avec contact et déjà, si on peut reprendre avec contact. Nous testerons aussi les joueurs à la reprise parce-que, dans leurs vie professionnelles, ils sont testés chaque semaine ou tous les 10 jours. Au rugby amateur, il n’y a pas vraiment de tests qui soient mis en application mais nous, nous allons tester les garçons pour ne pas qu’il y ait de souci. 

 

Crédit photo Henri Montalbano

Il va aussi y avoir un aspect psychologique car le rugby est un sport de combat et qui dit sport de combat dit une grosse part psychologique pour permettre aux joueurs de se ré-enclencher dans ce rugby de haut-niveau ? 

 

Bien sûr. Il est sûr qu’il va falloir quelques jours pour se réadapter mais les garçons ont faim de rugby. Dès qu’on va commencer à toucher un peu le ballon, on va retrouver des sourires et du plaisir et ça va vite revenir. Les joueurs ont surtout besoin de se retrouver entre eux, de retrouver notre organisation, de retrouver le ballon et dès qu’ils seront sur un terrain de rugby, je pense que le psychologique et le mental reprendront à ce moment-là. Les garçons ont besoin de courir, de plaquer, de retrouver les collègues et c’est ça qui est le plus important pour moi. Ils ont hâte de reprendre le rugby !

 

Il y a aussi le sujet d’actualité du moment à savoir la réforme de la Fédérale 1. Il y a eu un divorce à l’amiable entre clubs amateurs et clubs professionnels et la création d’une nouvelle division. Qu’en pensez-vous et, à Hyères-Carqueiranne-la Crau, étiez-vous intéressés par ce défi de la Nationale ? 

 

En premier lieu, je trouve cette poule très homogène et c’est une bonne chose qu’il y ait ce rugby-là fait d’équipes qui se structurent. Ces clubs veulent monter en Pro D2 et, pour moi, il fallait cette poule intermédiaire. En termes de travail et de professionnalisme, il y a dans le rugby amateur des clubs qui sont encore semi-pros mais la plupart sont professionnels. Nous, nous avions bien sûr l’envie d’y être et ça ne s’est pas joué à grand-chose parce-que les garçons ont travaillé cette année. C’est vrai que, si je fais un peu le parallèle par rapport à l’an dernier où on termine 3es et on perd en quart de finale, comme il y a deux ans où on avait perdu en 8es. Ça veut dire que, si cette poule avait été faite l’an dernier, nous serions dans les 14. Là, je crois que l’on termine 21e avec plus de points que certaines équipes par rapport à la péréquation mais, comme nous avons fini 6es de poule et que le règlement est fait comme ça avec les 4es et les 5es en premiers puis les 6es, nous n’y étions pas. Il y a un petit regret car nous étions dans une poule très relevée mais également parce-que nous avons fait de belles choses mais nous avons laissé des points en route, comme notamment le match à domicile contre Bourg-en-Bresse où on perd dans les arrêts de jeu. A Bourgoin, on rate la transformation de la gagne également dans les arrêts de jeu. A Castanet, lors du dernier match avant le confinement, je pense que nous avons fait le pire match depuis 5 ans que je suis à la tête de cette équipe. Nous avons laissé des points en route, c’est comme ça, c’était dommageable pour les garçons mais, maintenant, nous passerons sur le terrain. C’est comme ça, il va falloir que nous fassions une grande saison la saison prochaine. 

 

Et puis, on sait qu’à Hyères-Carqueiranne-La Crau, vous vous êtes structurés très rapidement. Vous êtes montés en Fédérale 2 et depuis, vous grandissez pas à pas, vous gravissez les échelons vers le professionnalisme. Peut-être que d’être trop tôt dans cette poule Nationale aurait été un cadeau empoisonné ? 

 

Je ne sais pas. Personnellement, pour en avoir parlé avec le président, ça aurait pu nous apporter en termes de visibilité. Bien sûr, nous n’aurions peut-être pas joué les premières places mais, en étant dans les 14, il aurait absolument fallu se maintenir la première année. C’est vrai que, comme vous le dîtes, nous avons eu un parcours depuis 3 / 4 ans qui fait que nous avons été champions de France de Fédérale 2 et que, maintenant, nous sommes bien implantés en Fédérale 1. Le club travaille bien et c’est vrai que nous sommes passés d’un niveau complètement amateur à un statut désormais semi-professionnel, car j’ai encore des garçons qui travaillent et qui rivalisent avec des équipes qui étaient professionnelles cette année. Nous allons nous structurer encore et encore pour maintenant, je l’espère, pouvoir accéder à cette Nationale à court ou moyen terme. Mais, il y a beaucoup, beaucoup de concurrence, beaucoup, beaucoup d’équipes qui sont armées pour accéder à cette division. C’est passionnant, il y a une nouvelle organisation l’année prochaine pour les phases finales, les deux premiers accéderont aux 8es de finale plus les barragistes. C’est attrayant, sympa, il y a des objectifs et de belles équipes dans notre poule qui est beaucoup axée dans le sud-ouest et donc, des équipes que nous ne connaissons pas trop. C’est très bien, nous allons pouvoir avancer et, j’espère, faire une belle saison avec des phases finales et, pourquoi pas, accéder à cette Nationale. 

 

Par contre, et partant de ce postulat-là, vous allez quand même avoir la grosse pancarte de favori de la poule ? 

 

Je ne me cache pas, nous faisons de belles choses, nous travaillons mais favori … Il y a La Seyne qui monte, ils viennent certes de Fédérale 2 mais ils ont fait un recrutement très intéressant. Berre, qui est aussi un promu, a récupéré une dizaine de pros. Dans les équipes du Sud-Ouest, je vois Pamiers et Mazamet qui ont recruté. 

 

Saint-Sulpice-sur-Lèze

 

A Saint-Sulpice, il y a 2 000 ou 2 500 habitants mais 2 000 au stade. C’est une belle équipe, nous les avons pris il y a deux ans et ça avait été sympa pour nous parce qu’on était sorti vainqueur de ce 8e de finale aller / retour. Il y a aussi Lavaur, Castanet que l’on connaît un peu mieux parce qu’on les a joués cette année, Graulhet qui est aussi en train de s’armer. Toutes les équipes sont ambitieuses et, je ne vais pas m’en cacher, nous voulons nous qualifier mais le chemin est long. Il va falloir bien bosser, être solidaires et après, on verra. Commencer par regarder ce qu’on fait, nous, on sait que nous allons rencontrer de belles équipes qui sont joueuses et nous respectons tout le monde. Nous allons travailler mais bien sûr que nous sommes ambitieux et que nous voulons être au moins dans les six. 

 

Si on suit vos propos, pour vous, toutes les cartes sont redistribuées entre le coronavirus et ce changement de réformes de la Fédérale 1 ? 

 

Bien sûr ! Quand je vois la poule, quand je vois les joueurs qui ont signés un peu partout dans notre poule, ça va être très, très homogène. Il va bien sûr falloir gagner à domicile, faire des perfs à l’extérieur, prendre des points partout, c’est important. Après, ça sera de rester dans la continuité que l’on a depuis uncertain temps, passer encore un cap et on verra bien.  Si vous voulez me donner la place de favori, je vais la prendre (rires). Mais, il y a beaucoup, beaucoup de poules, je regarde les articles des présidents de tous les clubs qui se veulent ambitieux, notamment Mazamet, Graulhet, Pamiers, La Seyne, Berre … Tout le monde a de l’ambition. 

 

Et il y a aussi des clients dans les autres poules : on pense à Rennes, Niort, Saint-Jean-de-Luz, Bédarrides, Mâcon entre autres. 

 

Bien sûr, la Fédérale 1 est une division très formatrice donc, il y a aussi beaucoup de jeunes joueurs qui émergent. Il y a également beaucoup de joueurs professionnels qui, en fin de carrière, redescendent dans les clubs de Fédérale 1. Donc, le niveau est de plus en plus intéressant et évolue, tous les clubs se structurent. Certaines équipes sont complètement amateurs mais aujourd’hui, certains clubs s’entraînent 4 fois par semaine, il y a de la muscu. Donc, c’est super intéressant. 

 

On va basculer sur le mercato. On dit souvent que le meilleur recrutement pour un coach est déjà de garder 90% de son effectif et l’ossature pour rajouter ensuite par petites touches des  » appoints  » et des surplus techniques. Où en est-on du recrutement à Hyères-Carqueiranne-La Crau ? 

 

Quand nous sommes montés de Fédérale 2 à Fédérale 1, il a bien sûr fallu recruter pour être au niveau ainsi que l’année suivante. Pour avoir des ambitions, il a fallu recruter donc, nous avons toujours recruté entre 10 et 12 joueurs, ce qui est assez important. Cette année, nous avons recruté  » seulement  » 6 joueurs, nous avons eu 5 départs pour 6 arrivées parce-que c’est important d’avoir de la continuité et de la cohésion. Les garçons connaissent tous le projet de jeu, il a fallu faire quelques petites retouches à des postes clé et en récupérant des joueurs plus expérimentés. Donc, je suis plutôt satisfait de mon recrutement mais je suis surtout satisfait des garçons qui sont là aussi depuis maintenant 4 ou 5 ans. Chaque année, des garçons sont arrivés et se sont impliqués donc, nous allons garder ça. Nous avons une grosse base de l’effectif de l’an dernier avec seulement 6 arrivées qui, je l’espère, vont nous amener la plus-value que l’on souhaite. 

 

On sait que le rugby est un sport d’automatismes et de répétitions de gammes. Avec une pause aussi  » maousse costaud  » comme aurait dit les anciens, la prime à la stabilité quand arrivera l’automne sera vraiment prépondérante 

 

Oui, moi, j’ai voulu un effectif stable qui se connaît et qui connaisse le projet de jeu. Nous allons rester dans cette organisation-là et continuer à bosser même si nous n’avons pas pu travailler le collectif durant les trois mois qui se sont écoulés. Nous allons retravailler à partir de mi-Juillet mais les garçons connaissent la circulation, le projet de jeu, le fonctionnement donc, ceux qui vont arriver vont s’adapter rapidement. 

 

Vous gagnerez du temps par rapport aux clubs qui ont 18 arrivées ou 15 départs et inversement proportionnel ? 

 

C’est le but lorsqu’on a un effectif qui est stable donc, j’espère qu’avec 6 arrivées, nous aurons un temps d’avance sur les autres équipes. 

 

Autre sujet qui a fait débat et qui défraye toujours la chronique, c’est la réforme des espoirs et le fait que les espoirs soient couplés avec l’équipe première. Ça va bien quand on ne se déplace pas trop loin parce-que cela fait vraiment esprit club par contre, quand on doit comme Hyères-Carqueiranne-La Crau se déplacer à l’autre bout du Midi, ça peut piquer ? 

 

C’est vrai que ça n’est pas évident. Nous avons une poule où nous allons voyager mais c’est comme ça, on ne va pas commencer à se trouver des excuses. Avec le président, nous sommes en train de travailler sur des organisations pour les déplacements donc, pour l’instant, il n’y a encore rien de figé. Comme vous le dîtes, cela va créer de la cohésion parce-que, quand nous allons jouer à domicile, les jeunes vont jouer avant nous et ça, c’est important en termes de liens de club. Après, il est vrai que, quand nous allons partir à l’extérieur, en termes d’organisation, ce n’est pas évident parce-que nous allons mettre tout le monde dans le même bus et à l’hôtel. Parce-que, quand nous allons faire 6 heures de bus, il va falloir aller à l’hôtel donc, ça a aussi un coût supplémentaire. La Fédération va prendre en charge une partie des défraiements mais est-ce qu’ils vont prendre la totalité ? Parce-que cela va être un coût assez important au niveau du club. C’est vrai que ce n’est pas évident quand il va falloir partir à 60 dans un bus. Est-ce que nous allons partir avec des mini-bus, à deux bus ? Est-ce que les jeunes vont partir le matin ? Ce sont notamment des choses auxquelles on réfléchit et il n’y a rien de figé. Mais, en termes de cohésion de club, c’est vrai que, lorsque l’on va jouer à domicile, ça va créer une identité un peu plus forte. 

 

L’avantage de cette poule, c’est quand même de voir que le derby avec La Seyne a été préservé. On sait que les derbys entre Hyères-Carqueiranne-La Crau et La Seyne, ou La Valette et Grasse à l’époque, sentent le soufre avec quelques claques qui volent par ci, par là. Cette année, ce sera quand même un moment fort du club ? Parce-que, qui dit derby, dit aussi cette âme rugby, Coupe de France et c’est aussi cela que l’on aime dans le sport. Les derbys sont des phases finales avant l’heure ? 

 

Exactement, je pense que l’on joue au rugby pour cela. Beaucoup de personnes disent que les derbys ne sont plus pareils qu’avant et qu’on les met de côté. Non, nous, nous sommes fiers de jouer ces matches-là et, lorsque j’ai repris les commandes du club, j’ai toujours dit que La Seyne était le club phare de la Fédérale dans la région varoise. J’avais dit à mes joueurs que l’ambition était de récupérer la suprématie. Au niveau du haut-niveau, c’était bien sûr Toulon mais au niveau amateur, il fallait que notre club passe devant. Nous y sommes arrivés en 2 / 3 ans mais ça n’a pas été évident parce-que pendant 15 ans, ça n’a été que La Seyne. Aujourd’hui, nous avons réussi à récupérer le  » leadership  » de la région mais nous savons que La Seyne remonte avec de grosses ambitions, avec un recrutement de haut de Fédérale 1 avec des garçons comme Marc Andreu qui rejoignent le club. 

 

Ou Laurent Magnaval

 

Bien sûr. Ils ont recruté des joueurs qui ont connu le très haut niveau. Un derby, c’est quelque chose de fabuleux, ça réunit toute une région donc, il y aura du monde au stade. Et, quand on joue dans un stade plein, ça fait monter l’adrénaline et c’est super important. Donc, hâte de reprendre la saison, hâte de jouer ces derbys parce qu’il n’y a que ça de vrai. 

 

Vous parliez de Toulon, qui a quand même une place prépondérante dans votre région. Un certain Mourad Boudjellal a quitté Toulon, ça ne vous a pas tenté à Hyères de lui demander de venir donner un coup de main avec son énergie et sa mane financière pour aider Hyères-Carqueiranne-La Crau à se structurer ? 

 

C’est une personne qui a fait beaucoup de bonnes choses pour le RCT pendant un certain temps. Un nouveau président est arrivé à Toulon et qui fait de très belles choses différemment donc, bravo à eux. Moi, j’ai un président, Alain Brenguier qui fait des choses très importantes au club depuis 10 ans pour son club, pour les joueurs, pour le staff et pour l’ensemble des licenciés du club et c’est ça le plus important. Mourad Boudjellal est sur un nouveau projet dans le foot, on va lui souhaiter bon courage mais notre président est Alain Brenguier et c’est très bien comme ça (rires). 

 

Il y a quelques années, quasiment en même temps que vous, un club qui s’appelle Suresnes est monté de Fédérale 2 à Fédérale 1 et se retrouve aujourd’hui en Nationale. Est-ce que c’est un exemple à suivre même s’ils sont à l’autre bout de la France ? 

 

Bravo à eux. J’ai souvenir que nous les avions il y a deux ans dans la poule et que nous les avions battus à l’aller et au retour. Il y a un projet à Suresnes qui est intéressant avec des anciens du Stade Français et notamment Mathieu Blin qui, il me semble, va récupérer la responsabilité du club. Bravo à Suresnes, ça va encore faire un club de la région parisienne. J’ai toujours un peu cette amertume, mais c’est le sport, parce-que je sais qu’il y a des équipes qui sont dans cette division-là qui ne sont peut-être pas meilleures que la nôtre. Mais, bravo à Suresnes comme à d’autres équipes et nous, nous allons bosser pour les rejoindre. 

 

En plus, si vous montez en Nationale l’année prochaine, vous pourrez vous dire que vous serez allé vous la chercher entièrement sur le terrain ? 

 

On pourra dire ça, cela sera sur le terrain que ça va se passer. 

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-23-juin-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Gregory Lecorvec lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 23 juin 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s