#Rugby – Fed1 /J.Montbroussous (SCG) : «Ce premier livre me tenait à cœur!»

Trois quart Centre et vice capitaine du Sporting Club Graulhetois sur les pelouses de fédérale 1, Jérôme Montbroussous, est aussi pharmacien et conférencier à la faculté de Toulouse dans la vie civile. Dans le cadre de cette dernière activité et de sa passion pour la diététique, celui qui est une des figures emblématiques du rugby dans la cité des mégissiers a décidé d’écrire un livre sur le sujet. Le jeudi 9 juillet à l’auditorium , en présence de son ami Yannick Jauzion, ce pluri actif présentera son premier livre, avec l’ambition que les plus jeunes sachent trouver les bonnes clés concernant la diététique, et qu’ils ne tombent pas dans le dopage ou tout autres errances. Focus sur un joueur qui voit approcher la fin de carrière et qui vit déjà pleinement sa reconversion, mais qui veut profiter des derniers instants sur le pré avec son frangin, tout en abordant les nouvelles perspectives sportives du SCG avec ambition.

 

 

Jérome, la dernière fois que nous nous sommes parlé, nous étions en tout début de crise du coronavirus et de confinement. De par ta profession de pharmacien, tu étais sur le front, au cœur du problème. Maintenant que la première vague est passée, j’imagine que tu dois un peu souffler et que, dans ton corps de métier, on doit se sentir un peu plus serein ? 

 

Oui, nous sommes soulagés surtout moi, personnellement, parce-que dans ma pharmacie, je n’ai eu personne de malade. Il y a eu des cas  sur Graulhet, des Graulhetois et des Graulhetoises ont été touchés donc, il est certain que nous étions en plein dedans. Est-ce qu’il y aura une seconde vague, je ne me permettrai pas de juger. On verra mais il faut rester prudent et attentif. En tous cas, nous n’avons plus de problème ni de masque ni de gel ni de tout ce qui posait un peu souci durant ce Covid et maintenant, nous sommes en tous cas armés pour subir, si ça doit malheureusement arriver autre chose. 

 

On va aussi pouvoir reparler un peu rugby. Maintenant que tu n’es plus dans le rush, j’imagine que tu as pu te refocaliser sur ta passion. Ça bouge pas mal à Graulhet, il y a déjà une poule très géographique qui a été donnée et on va te demander ce que tu en penses. Et puis, il y a un recrutement qui a de la gueule au Sporting Club Graulhetois? 

 

Au niveau de la poule, nous savions qu’il y avait des chances pour que l’on parte dans le Sud-Ouest, nous n’avons que 3 / 4 clubs donc, ça va. Après, il y a des derbys, c’est quand même le plus intéressant. C’est pour cela que moi, je suis plutôt content de cette poule Nationale parce-que je trouve qu’elle coïncide par rapport au budget. Je pense que ça prépare un peu mieux les clubs nationaux à la Pro D2, je ne sais pas si c’était le moment de le faire ou pas mais en tous cas, pour Graulhet, je pense que l’on arrive dans une véritable Fédérale 1 comme j’ai connue au début, où tu peux pratiquement lutter avec tous les clubs. Il y aura bien sûr un ou deux clubs qui seront un peu  » phares  » mais après, en tous cas, tous les budgets seront à peu près équivalents donc ça sera quand même plus facile de combattre tous les week-ends. Même si j’adorais recevoir des Albi ou battre Auch il y a 4 ou 5 ans, ça devenait aujourd’hui de plus en compliqué parce-que l’écart s’agrandissait ainsi que l’écart avec la Pro D2. Donc, je trouve cela assez cohérent de faire une poule Nationale. 

 

Avec cette nouvelle mouture de la Fédérale 1, les ambitions graulhetoises peuvent renaître de leurs cendres ? 

 

Oui, je pense que cela se pourrait et j’espère en tous cas arriver à une véritable Fédérale 1 amateur avec que des pluriactifs. Là, c’est un peu moi qui suis idéaliste mais j’aimerai presque qu’il n’y ait plus de contrat pro en Fédérale 1 et qu’on laisse tous les jeunes joueurs ou les anciens travailler ou se former à côté pour après espérer monter au niveau Nationale, Pro D2 ou Top 14. Je pense que là, Graulhet et son petit budget peuvent essayer au niveau de la  4e division. Attention, il y a encore des clubs beaucoup mieux structurés que nous donc, nous ferons quand même partie des outsiders pour l’instant. Mais en tous cas, effectivement, les ambitions peuvent être revues et puis, il le faut ! Il faut reformer, il faut recréer quelque chose pour que ça remarche comme j’ai pu le connaître à Graulhet. 

 

On parlait du recrutement. Pour reprendre le jargon de Guy Laporte, c’est un recrutement malin mais il y a quelques éléments qui vont vraiment amener de la plus-value ? Je pense entre autres à Saïmoni Nabarro d’Albi 

 

Oui, c’est vrai que là, ça fait un joueur du niveau sûrement du dessus qui ne va pratiquement ne faire que ça. Il va travailler un petit peu mais c’est quelqu’un qui va nous amener une plus-value ultra, ultra intéressante. C’est un recrutement qui s’est fait d’une façon un petit peu particulière avec ce Covid, comme pour tous les clubs. Donc, Guy Laporte et les entraîneurs se sont acharnés au téléphone, il y a eu certaines déceptions de quelques personnes du cru qui avaient dit oui et qui se sont désistées. Mais bon, malheureusement, ce sont les aléas du rugby d’aujourd’hui où on dit oui pour dire non deux jours après.  En tous cas, je trouve que le recrutement est effectivement intéressant, quantitativement, on arrive à quelque chose d’intéressant pour les deux équipes ce qui est quand même le plus important. Après, il faut que la mayonnaise prenne, que l’ambiance soit là aussi pour que les supporters s’identifient à ce projet de jeu et aux joueurs. 

 

Et puis pour toi, qui a joué le maintien avec Graulhet pendant quelques années où vous avez un peu mangé votre pain noir, il te reste encore deux, trois années, voire plus on te le souhaite, de rugby. C’est peut-être aussi maintenant l’occasion de manger le pain blanc ? 

 

Pour tout t’avouer, je ne savais même pas si je reprenais cette année parce-que j’avais quelques projets professionnels mais j’essaie de tout faire pour pouvoir encore faire du rugby pendant quelques années. J’ai vécu 5 / 6 supers années à Graulhet et cela fait quatre ans que l’on mange un peu notre pain noir et qu’on essaie de se maintenir parce qu’on savait que c’était le niveau de Graulhet. On savait qu’un jour, la Fédérale 1 ne pourrait plus rester comme cela donc maintenant, je pense qu’après ces quatre années qui étaient quand même un peu compliquées et malgré le fait qu’on en ressort toujours quelque chose de bénéfique humainement, il faut que ça gagne. Il y a le socle des bénévoles et le socle de plein de choses à Graulhet donc, maintenant, il faut que ça gagne et que le club soit récompensé. 

 

On va parler aussi des à cotés. On a commencé en parlant de ton travail de pharmacien mais tu ne fais pas que cela. Tu es aussi conférencier à la fac de Toulouse et, si j’ai de bonnes infos, tu vas également organiser une conférence le 9 Juillet. Tu peux nous en parler un petit peu ? 

 

C’est vrai que le 9 Juillet, je lance vraiment la sortie de mon premier livret, qui parle de la diététique que j’ai adaptée au rugby. Le deuxième livret parlera plus de la diététique au niveau du sport collectif mais j’ai vraiment voulu sortir ce premier livret spécifique au rugby parce-que ça me tenait vraiment à cœur. Il y a trois personnes avec qui j’ai des liens assez proches qui m’ont fait cette préface, en l’occurrence Sébastien Bézy, Antoine Tissier et Yannick Jauzion. Avec Muriel, qui s’occupe de ma communication,  on a eu l’idée de faire une conférence le 9 Juillet autour du rugby, de la diététique, de la performance et de l’après-carrière, en compagnie d’un ami avec qui je travaille sur quelques conférences qui s’appelle Emmanuel Laugier et qui est justement très proche de certains Albigeois. Il est addictologue et du coup, juste avant la présentation de mon livre, il va réaliser une conférence sur le sujet de la diététique et de l’apport pour améliorer ses performances. 

 

Et tout ça se déroule où ? 

 

Ça sera à l’auditorium Le Foulon de Graulhet. 

 

Bien entendu, à la maison et au bercail de Graulhet

 

J’ai hésité au début à faire la première à Toulouse mais ça me tenait à cœur de le faire à Graulhet pour remercier un petit peu ce club qui m’a donné pendant quand même 9 ans, presque 10 maintenant. Comme cela, une partie de l’argent de la vente sera redistribué à l’école de rugby. Ça permettra aussi de mettre un petit coup de pub sur le club qui le mérite aussi et du coup, il y aura deux, trois journalistes : un du Midol, un de La Dépêche et un de spécifique sur le rugby. Il y aura un médecin, deux entraîneurs qui ont fait du Top 14, trois joueurs, un préparateur physique, on va faire quelque chose d’assez sympa. 

 

Un beau plateau comme on dit ? 

 

Oui, un beau plateau pour parler de ça, pour faire le lien entre pros et amateurs qui est important pour moi et puis, passer une soirée autour du rugby à Graulhet.

 

Quand on t’écoute, ce livre est vraiment quelque chose qui te tenait à cœur, tu l’avais en toi ? 

 

C’est vrai que c’était mon sujet de doctorat il y a quatre ans. On m’avait dit  » fait un petit livre, tu n’es pas loin  » sauf qu’il est vrai que je me suis entouré de deux personnes qui m’ont aidé à aller au bout de ce livre, Olivier le graphiste et Muriel qui m’a coordonné un petit peu toute la rédaction. Grâce à cela, j’ai pu lancer ce premier livre qui me tenait à cœur parce-que j’aimerai beaucoup intervenir dans l’éducation des jeunes rugbymen pour que durant leurs carrières et même après, ils n’aient pas de problème ni en partant sur du dopage pour passer ce cap et devenir pro ni avoir des problèmes de pathologies dans l’après-carrière. C’est le plus important pour moi en tant que pharmacien parce-que c’est vrai que, quand on est jeune et que l’on n’a pas de base, dès qu’on arrête le sport ou autre, on voit effectivement qu’il y a quelques dégâts dans les après-carrières. 

 

Les dérives qu’il y a dans le sport professionnel, et dans tous les sports, pas uniquement dans les sports collectifs, cela t’inquiète ? Et plus particulièrement dans le rugby ? 

 

Oui, ça m’inquiète et c’est pour cela que j’aimerai bien que la Fédérale 1 soit très amateur. J’ai l’impression, et ce n’est que mon avis et je ne veux pas faire de polémique, qu’on vend du rêve à certains jeunes. On ne les éduque pas sur une après-carrière ou alors, sur ce qu’ils peuvent faire pendant et surtout, ils ont très peu d’éducation diététique. Ils partent très vite sur des compléments alimentaires ou autres, sur des choses qui peuvent être utiles car parfois, je les conseille. Mais, en tous cas, on dit souvent que l’école de rugby est l’école de la vie et comme le rugby s’est tellement professionnalisé et est devenu un sport tellement exigeant, je pense que la diététique doit faire beaucoup plus partie de l’éducation de la base, de la vie et du rugby en particulier. Donc, c’est vrai que cela me tient à cœur pour cela, pour qu’un jeune ou même qu’un joueur à 30 ans qui a fait de la Fédérale 1, de la Fédérale 2, de l’Honneur ou du Top 14 ne soit pas complètement paumé ou laissé à l’abandon par les clubs après sa carrière. 

 

On ne va pas parler de ta reconversion parce-que cela fait longtemps que tu la prépares et que tu as les deux pieds dedans. On va par contre parler de ta fin de carrière que, j’imagine, tu rêves en rouge et noir mais de quelle manière ? Avec des play-offs ? 

 

Comme je suis quand même très compétiteur, c’est pour cela que j’ai du mal à partir de Graulhet tant que ça ne remarchera pas sportivement autant que je l’aimerai. Mais en tous cas, oui, on va dire un beau maintien, ça, c’est une certitude et les play-offs, je les ai dans un coin de la tête. Maintenant, avec cette Fédérale 1 qui va « s’amateuriser « , ce qui n’est pas péjoratif mais en tous cas, on ne va plus jouer des clubs avec 2M ou 3M de budget donc, je pense que ce sera quand même une Fédérale 1 qui sera plus homogène, les play-offs sont dans un coin de ma tête. J’aimerai que Graulhet s’identifie un peu plus à cette passation entre jeunes et anciens, entre jeunes et bénévoles, anciens et dirigeants, qu’il y ait quand même quelque chose qui soit plus cohérent et qu’on n’ait pas chaque année 15 départs, comme dans beaucoup de clubs actuels. J’aimerai bien que l’on soit un petit peu  » le petit village gaulois  » comme peut l’être Mauléon et qu’il y ait moins ce problème à l’intersaison de 15 départs, 15 arrivées car je trouve que c’est très éphémère. Après, on sait que le rugby de maintenant est devenu un petit peu comme ça et c’est normal mais un joueur s’identifie moins à un club. Mais, je suis sûr que c’est possible et c’est vrai qu’à Graulhet, je vois plus un club dans l’avenir comme cela, un club où on arrive à reformer et à avoir des jeunes qui sortent de chez nous, même pour aller en Top 14, en Pro D2 ou en Nationale. Ce serait le plus heureux des objectifs mais en tous cas, dans ma fin de carrière rêvée, cela fait partie, comme avec certains de mes amis qui restent et mon frère, de quelque chose de très beau qui ne nous ait pas arrivé depuis 4 ou 5 ans. Et aussi effectivement que les supporters et les bénévoles s’y retrouvent. 

 

Tu as devancé la question que j’allais te poser à savoir est-ce que ton frère continue avec toi. Tu m’as donné la réponse donc, la fratrie Montbroussous sera de nouveau sur les terrains de Pélissou 

 

Nous prenions la décision la semaine dernière et nous avons appelé Jean-Christophe Bacca pour lui dire. Nous sommes passés par différentes étapes mais pour l’instant, on se dit que ce serait dommage de finir comme cela. 

 

Ce qu’on souhaite au Mag Sport, c’est d’avoir les frangins Montbroussous sur les pelouses de Pélissou et, qui sait, retutoyer les play-offs et les phases finales. C’est tout ce que mériterait Graulhet avec tout le travail qui a été fait depuis des années

 

C’est gentil, merci

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-26-juin-2020-integral/

Retrouvez l’intégralité de l’itw J.Montbroussous lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » du 26 juin 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s