#Rugby – Nationale / V.Calas (Albi) : «Il va falloir repartir de l’avant!»

Nous sommes allés à la rencontre d’un des joueurs cadres du Sporting Club Albigeois, Vincent Calas alias Cailloux. Malgré une énième déception de ne pas avoir accroché l’ accession en Pro D2, le 3eme ligne aile jaune et noir se veut volontariste et tente de ne pas sombrer dans le pessimisme. Lui et ses coéquipiers vont se remobiliser, dès la reprise le 2 juillet et se projeter vers une nouvelle division « Nationale » où toutes les cartes seront rebattues. A bientôt 30 ans, ce biterrois ne rêve que d’une chose, re tutoyer les phases finales d’accession en mai 2021, pour réenchanter le rêve collectif du SCA : la ProD2.

 

 

Vincent, on imagine que ce printemps a dû être pour toi assez compliqué émotionnellement, entre la montée et la non-montée d’Albi, en Fédérale 1, en Pro D2, en Nationale, tout compte fait, ce sera la Nationale. Comme tous les jaunes et noir, ces moments ont dû être difficiles à vivre ? 

 

Oui, un moment assez difficile avec en plus cette pandémie qui est venue se glisser au milieu de tout ça en Mars. Sorti du confinement, les instances du rugby ne faisaient que repousser la décision de savoir si on montait ou pas. Nous étions dans l’attente avec un point d’interrogation et au final, j’ai complètement déconnecté. Ça me prenait la tête, comme je te l’avais dit, ça me filait des migraines donc, du coup, j’ai attendu le résultat comme tout le monde. Et quand c’est tombé, en début de semaine je crois, je l’ai appris comme tout le monde et j’ai été à moitié surpris parce-que j’étais quasiment sûr que nous n’allions pas accéder à la Pro D2. Et c’était bien dommage, malgré la saison que nous avons pu faire sportivement. 

 

Est-ce que tu as peut-être un sentiment un peu de trahison envers les instances du rugby ? 

 

Trahison, je n’en sais rien mais dégoûté oui. On te dit que le rugby est un sport de solidarité et au final, quand tu vois le résultat, tu prends encore une fois une quenelle. C’est assez rageant parce-que maintenant, c’est juste une question de business, d’argent, de droits TV et c’est bien dommage d’en arriver là. 

 

Le bambin qui est en toi et qu’on a tous en nous, cette âme d’enfant que tu avais quand tu as commencé à jouer au rugby en a, je pense, pris un coup ? 

 

Oui, j’ai pris un coup mais de toute façon, maintenant, il va falloir repartir de l’avant et la saison rattaque déjà le 1er Juillet. Je ne sais pas trop comment ni sur quel rythme on va repartir mais en tous cas, il va falloir commencer à se remotiver dès le 1er Juillet, à se préparer pour une très, très, très grosse saison et garder en vue cet objectif de remonter en Pro D2. 

 

Il va maintenant y avoir une poule Nationale et fini la Fédérale 1 où on savait quasiment dès le début de saison que vous tendiez vers les phases finales et qu’il y aurait très peu d’obstacle pour vous empêcher d’y aller. Là, il va y avoir des obstacles tous les week-ends ? 

 

C’est une très belle poule avec de très grosses écuries. Il est sûr que cela va changer des matches que l’on a connus depuis deux ans, sans cracher sur les équipes que l’on a rencontrées parce qu’il y a quand même eu de belles confrontations pendant deux ans. Mais c’est vrai que, cette année, c’est un beau challenge qui se présente devant nous et moi, je suis quand même impatient de reprendre et de pouvoir rattaquer le championnat. 

 

Avec en plus une étiquette de favori car le Sporting a affiché ses ambitions de remonter en Pro D2 depuis trois ans. Vous allez être attendus au coin du bois ? 

 

C’est sûr mais je pense que les 13 autres clubs qui sont en Nationale ne le disent pas, par contre, s’ils sont en Nationale, c’est qu’ils ont l’intention de monter en Pro D2. Donc, favoris, je n’en sais rien mais c’est vrai qu’on a beaucoup fait parler ces derniers temps par rapport à la non-montée et l’année passée, il s’est passé ce qu’il s’est passé. Ça fait deux ans qu’on en parle plus mais je pense que les autres clubs sont tout aussi favoris que nous donc, chaque week-end, il va falloir se la peler pour ramener une victoire. 

 

On a entendu de poule de la mort, de poule plus simple, de légitimité, de non-légitimité. Là, ce seront le pré et le terrain qui pourront mettre l’église au centre du village ? 

 

Exactement. De toute façon, il y aura toujours des gens pour critiquer ou faire des comparaisons à droite, à gauche. Après, les gens disent ce qu’ils veulent, cela ne me regarde pas. 

 

On est en plein mercato, il y a un recrutement qui est en train de se faire, de nouvelles valeurs qui arrivent au Sporting Club Albigeois, de nouveaux joueurs. Que penses-tu de ce recrutement ? 

 

Je ne sais pas du tout, je ne connaissais pas ces nouveaux joueurs. S’ils les ont recrutés, c’est qu’ils pensent que c’est un bon choix. De toute façon, il fallait remplacer les éléments qui partent donc on verra bien. Je suis impatient de retrouver ce nouveau groupe, ces nouvelles têtes et je ne me fais pas de souci pour l’intégration de ces joueurs. Je crois qu’il n’y aura pas beaucoup de nouvelles têtes, on en est à 5 / 6 et je ne sais pas si d’autres vont arriver. En ce moment, je suis vraiment très, très loin de tout ça. 

 

Tu es en mode OFF pour l’instant, en train de te régénérer l’esprit ? 

 

Oui, entre tout ce qu’il s’est passé, je ne vais pas te cacher que je suis loin de tout ça. Mais j’apprends les recrues soit par tes interviews soit par tes articles. On discute quand même beaucoup entre joueurs mais il est vrai que je n’y prête pas fortement attention. 

 

Il y a une question qui assaille les supporters : est-ce que Vincent Calas restera jaune et noir l’année prochaine ? Vu ta sémantique et ton langage, cela va de soi, tu ré-arboreras le maillot du Sporting Club Albigeois pour cette saison 2020 / 2021 ? 

 

Oui, bien sûr. J’ai failli partir au Stade Toulousain mais j’ai refusé, je préférai rester à Albi

 

Je croyais tu allais signer au Warathas (rires)

Non, (rires) bien sûr que je serai Albigeois l’année prochaine. Il me restait un an de contrat avec l’année qui va arriver, j’étais sous contrat donc oui, je serai bien Albigeois à la reprise. On verra par la suite parce-que mon contrat sera terminé et il faudra rouvrir la porte aux discussions. 

 

Ça ne te fait pas bizarre parce-que les années filent et tu commences à devenir un des anciens, un des papas du vestiaire ? Avant, tu étais le petit jeune et maintenant, tu es plus un des vieux briscards ? Tu n’as pas encore l’âge canonique de Matthieu André mais tu n’en es pas loin 

 

Je n’en suis pas loin. C’est vrai que maintenant, je commence à me rendre compte que plus les années passent plus je m’approche doucement de la fin de carrière. Je suis arrivé à Albi à 21 ou 22 ans donc, je ne sais pas si je suis un papa du vestiaire mais je vais attaquer ma 8e saison à Albi. On apprend, on grandit et je prends mon âge. A bientôt 30 ans, j’en suis très content et j’acquiers de l’expérience depuis ces années-là. J’espère pouvoir la faire partager aux jeunes joueurs qui montent. 

 

Lors du dernier match du Sporting Club Albigeois le 29 Février face à Saint-Sulpice-sur-Lèze, tu as fini la rencontre au poste de 3/4 aile. Est-ce que c’est une possibilité de reconversion ou était-ce juste un petit coup pour le fun ? 

 

Pour tout te dire, je jouais ailier à l’école de rugby mais je venais sauter en touche parce-que j’étais plus grand que les 2es lignes. Contre Saint-Sulpice, je suis passé à l’aile parce-que je pense que j’ai un minimum de vitesse et qu’il fallait dépanner mais c’est avec grand plaisir que je l’ai fait. C’est vrai que j’étais un peu mort de peur parce qu’il ne fallait quand même que je me fasse déposer dans mon petit couloir des 15 mètres et surtout au niveau des placements. Même avec Hugo Mola, j’avais failli rentrer à Perpignan à Aimé Giral à l’aile parce qu’il y avait eu 3 / 4 blessés en 1ère mi-temps derrière et qu’on se retrouvait avec plus personne. Moi, ça ne me dérangeait pas, ce n’est pas prévu au programme de repasser à l’aile mais s’il faut dépanner, je suis prêt à le faire n’importe où. A part 1ère ligne parce qu’avec mon dos de serpent, je n’irai pas bien loin. 

 

Le prochain coup, tu nous fais une pige à l’ouverture avec un drop de 40 mètres ? 

 

Non, plutôt une pénalité des 60 mètres, je trouve que c’est plus joli 

 

Maintenant que l’on connaît la composition des poules, quel va être le principal adversaire et le principal outsider d’Albi dans cette lutte pour monter en Pro D2 ? J’imagine que tu vas me dire Bourg ou Massy mais il y a peut-être des équipes à côté

 

Non, franchement, il n’y a pas d’outsider. On va prendre les matches les uns après les autres pour commencer, faire un point à mi-décembre au moment des vacances de Noël et après, on verra par la suite. Encore une fois, ce sera très compliqué, tous les matches seront compliqués. Quand on va retourner à Aubenas, on va être attendu, à Nice, c’est pareil, Dax, Suresnes, Massy … On va s’attendre chaque week-end à un gros combat et, comme je te l’ai dit, on va prendre les matches les uns après les autres. On fera le point à mi-parcours et j’espère qu’on aura un bon bilan d’ici Décembre. 

 

En clair, avant de penser à la Pro D2, peut-être que le premier challenge à relever est de garder le Stadium inviolé ? Cela fait deux ans qu’il n’y a pas eu de défaite au Stadium et ça va être un autre beau défi à relever. On se rappelle que lors de la première année en Fédérale 1 Elite, ça avait été un des défauts de la cuirasse

 

Oui, la première année de la poule Elite, nous avions perdu à domicile contre Aix et Bourg-en-Bresse. Et là, je pense qu’on va essayer de le garde inviolé, oui. Ça serait cool pour commencer, ne pas perdre à domicile, ça serait déjà bien et ça nous mettrait bien au classement. Et après, essayer d’aller gratter des victoires à l’extérieur mais ça ne sera pas une mince affaire. 

 

Et puis, essayer de retrouver ces phases finales qui font la joie et le bonheur des supporters, des joueurs et des suiveurs car on en a été sevré cette saison 

 

Bien sûr, les phases finales sont toujours quelque chose de spécial. Cette année, on ne les a malheureusement pas vécues mais quand on avait reçu Dijon et Rouen l’année dernière, c’est vrai qu’il y avait eu une très bonne ambiance au Stadium et cela faisait plaisir de voir les travées se remplir un peu. Préparer une semaine de phases finales, c’est vraiment spécial et très, très chouette à vivre. J’espère qu’on les revivra cette année. 

 

Le ton est donné et on te remercie pour ce point de passage avant cette saison 2020 / 2021 qui s’annonce appétissante avec de beaux challenges en perspective

 

Merci, c’était un plaisir et à très vite

 

 Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-19-juin-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Vincent Calas lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » du 19 juin 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s