#Rugby – Fed1 / G.Aguilar (Mâcon) : «Prouver qu’on fait partie des équipes à surveiller en Féd1.»

Guillaume Aguilar, le manager de l’AS Mâcon Rugby, a réagi lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » du 16 juin 2020, à la composition des poules pour le prochain exercice de fédérale 1. Dans ce territoire berçait entre charolais et viticulture, celui qui il y’a moins d’un était encore joueur, veut invariablement que la saison 2020-2021 soit synonyme de rebond, après une année sportive tronquée et en deçà des espérances du club. Un brin déçu de ne pas avoir étaient invités en Nationale, et pas convaincu du rumine de la genèse de cette division entre Pro D2 et fédérale1, les bourguignons veulent s’inscrire dès septembre dans les équipes à surveiller de près. Car pour Macon, son manager qui disposent d’un écrin pouvant accueillir la télé, et d’un budget dans la strate haute du championnat (2 millions), l’accès à cette 3 eme division du championnat est bel et bien un objectif à court/moyen terme. Entretien avec un manager, qui après un recrutement conséquent dévoilant les ambitions mâconnaise, attend avec impatience le pragmatisme des actes sur le pré.

Guillaume, les poules ont été annoncées il y a quelques jours, est-ce qu’elles vous conviennent ? 

 

J’ai envie de dire que nous n’avons pas vraiment le choix comme depuis quelques mois (rires). Nous allons essayer de bien figurer dans cette poule, nous avons quand même quelques derbys avec nos amis de la Côte d’Or que sont Beaune et Nuits-Saint-Georges, qui arrive de Fédérale 2. Par rapport à d’autres équipes de certaines poules, nous avons des déplacements qui sont moins loin, à part peut-être Drancy et Nîmes qui sont les plus éloignés par rapport à nous. Donc, on ne va pas encore forcément se plaindre et maintenant, nous avons envie d’avancer et de préparer correctement notre saison. Nous allons aller de l’avant. 

 

Avec un joli recrutement et le titre du Du Manoir en 2019, Mâcon aura sûrement la pancarte de favori avec le CS Vienne, voire peut-être aussi avec Bédarrides qui est en train de s’équiper. Il va falloir assumer ce statut et tendre vers les play-offs pour, qui sait, aller rechercher un bouclier ? Car on sait que quand on y a goûté, on ne peut plus s’en passer

 

Effectivement. Un statut de favori, je ne sais pas parce-que nous avons quand même fait une saison très moyenne la saison dernière. Donc, nous allons rester humbles, bien se préparer et en effet, notre recrutement a été effectué après le bilan de cette saison un petit peu ratée. Nous en avons tiré les leçons et nous voulions bien figurer dans la poule que nous étions censés avoir à la base. Je pense qu’effectivement, nous pouvons faire figure de favori mais vous savez que, dans le rugby, c’est toujours plus compliqué que cela. Vous parliez de Bédarrides, on va y aller, on connait leurs valeurs, leurs attaches et leur public. Ce n’est jamais facile d’aller s’imposer dans ces régions et ces clubs-là. En tous cas, nous allons travailler dès le mois de Juillet pour bien figurer dans cette poule, essayer de figurer dans le haut de tableau et aller chercher ces play-offs. 

 

Le fait que le CS Nuiton soit le seul promu de cette poule va montrer le côté très homogène de cette dernière et ressembler à la poule 4 de l’année dernière. Je pense que la poule la plus équilibrée cette année sera la vôtre, la poule 2 ? 

 

Nous avons en effet un promu qui arrive et qui est Nuits-Saint-Georges, que je connais bien. Après, il y a des équipes qui se sont armées durant cette période un peu particulière donc ça va être une poule homogène avec des équipes qui vont vouloir un peu tirer leur épingle du jeu. Je pense au CS Vienne qui a quand même une équipe avec des éléments très forts, qui sort d’une belle saison, qui a refusé la poule Nationale mais qui aurait très bien pu dire oui et y figurer. On a Nîmes que l’on connait bien, que l’on a joué pas mal de fois les années précédentes. Je pourrai citer d’autres équipes comme l’ASVEL et des équipes qui s’appuient sur la continuité qui vont être dures à battre à la maison ou chez nous. C’est une poule, en tous cas, qui, je pense, va être intéressante à suivre. 

 

Et puis, c’est une poule viticole avec Beaune, Mâcon, Nuits-Saint-Georges, Bédarrides-Châteauneuf du Pape. Il y a quelques caves qui valent leur pesant d’or ? 

 

Effectivement (rires). Si on pouvait jouer les samedis soirs, pas forcément pour les joueurs mais pour les dirigeants et les staffs, et qu’on nous fasse goûter un petit peu tous ces vins-là, ça ne serait pas mal ! 

 

Arnaud Vercruysse, Christophe Hamacek et David Lelièvre avaient lancé l’idée de faire un trophée entre patrimoines viticoles. C’est un petit championnat dans le championnat qui pourrait avoir de la gueule ? 

 

Si on réunit ces clubs-là que sont Nuits, Beaune, Mâcon et Bédarrides et que l’on crée une espèce de championnat autour du vin et de la vigne, ça pourrait faire un beau championnat. Les spectateurs en seraient ravis. 

 

Un trophée Bacchus ? 

 

Oui, ça serait sympa, on verra quand il y aura une refonte du calendrier. 

 

On va repasser sur le registre sportif et laisser le critère culinaire / gastronomique / viticole sur le bord du chemin. On sait que nous sommes dans la période du mercato, comme on dit dans le foot même si ce n’est pas trop adapté au rugby. Où en êtes-vous à Mâcon à ce niveau-là ? Est-ce qu’il y a eu beaucoup de turn-over avec beaucoup de départs et d’arrivées ? 

 

Oui, nous avons fini le recrutement et nous arrêtons de faire venir des joueurs. Il y a en effet un gros turn-over qui s’est effectué cette année de par nos mauvaises prestations. Comme je le disais tout à l’heure, nous avons tiré les leçons de cette saison un peu manquée. Bien sûr, nous ne négligeons pas notre part de responsabilités parce-que bien sûr, à un moment donné, on ne peut pas dire que, quand on gagne, c’est grâce au staff et aux joueurs et que, quand on perd, ce n’est que la faute des joueurs. Donc, nous avons forcément notre part de responsabilité là-dedans et nous avons essayé de tirer un bilan et d’apporter une conclusion à cette saison pour se demander ce qu’il nous avait manqué. Nous avons recruté fort, nous avons recruté des joueurs qui ont de l’expérience en Fédérale 1 mais aussi de jeunes joueurs qui ont un gros potentiel. Je pense à Esteban Court qui vient de Bédarrides, à DazzyCornez qui arrive de Fédérale 2, à Hamza Martin qui arrive de Mazamet. Ce sont de jeunes joueurs qui ont un gros potentiel et que nous allons essayer de faire encore progresser chez nous.  Il y a ensuite des joueurs d’expérience comme Ioan Debrach qui était à Bourg la saison dernière ainsi que Loïc Mondoulet, Philip du Preez qui vient de Pro D2. Je ne peux pas citer tout le monde mais nous avons essayé de faire en sorte d’avoir des joueurs d’expérience. 

 

Un bon amalgame entre expérience et une jeunesse en plein devenir ? 

 

C’est exactement ça tout en essayant de garder nos meilleurs éléments, en tous cas ceux qu’on a jugé important de garder même s’il y a des joueurs qu’on aurait aimé garder et qui sont partis pour diverses raisons. Mais, nous avons essayé de faire au mieux pour avoir une belle équipe très compétitive la saison prochaine, peu importe la poule dans laquelle nous étions

 

On a récemment entendu votre président Alain Piguet faire un peu état de son mécontentement sur le timing de la genèse de la Nationale. En tant que manager, avec un regard purement sportif, qu’en pensez-vous ? 

 

Sur cela, je partage son avis c’est à dire que, pour moi, ce qui me semble un petit peu aberrant même si le mot est fort, c’est qu’on nous dit au mois de Novembre que les présidents votent, que tout le monde est d’accord pour ne pas faire de poule ou de niveau particuliers et que l’on va tous rester ensemble. Le Covid arrive et là on dit  » OK, les pros veulent rester entre eux  » donc là, on insiste mais pas trop parce-que forcément, ça coûte de l’argent et ensuite, on nous annonce cette création de poule. Alors, il y a ceux qui voulaient monter en Pro D2 que sont Bourg, Albi, Massy et qui sont bernés parce qu’eux, ils ne montent pas d’un niveau même si on pourrait le croire. Ça va être plus  » facile  » pour eux de monter parce qu’il n’y aura qu’un étage tandis que nous, même si ce n’est pas l’objectif, nous en aurons deux. Et il y a des équipes comme nous qui pâtissons un peu de cette création parce-que nous avions fait un beau recrutement pour bien figurer et pouvoir rivaliser avec ces équipes-là qu’on aurait pu avoir dans notre poule comme Dijon, Bourg-en-Bresse, Chambéry. Et au final, clairement de par notre saison manquée, on se retrouve en Fédérale 1 et pas en Nationale. Donc oui, je partage l’avis de mon président là-dessus, le timing est mal choisi et ça va très vite. On a créé cette poule très rapidement parce-que les pros ne voulaient pas de deux clubs supplémentaires, parce qu’on avait pris très vite la décision de faire monter des équipes de Fédérale 2 et de Fédérale 3. Peut-être que la bonne solution aurait été de dire  » OK, si on ne fait monter personne, ni en Pro D2, ni en Top 14, on ne fait monter personne du tout « . 

 

On gèle la saison ? 

 

Oui, on tire un trait sur cette saison. Mais de toute manière, nous sommes en France donc tout le monde râlera, il y aura toujours des mécontents. Comme je le disais au tout début, il faut aller de l’avant et préparer notre saison. 

 

Par rapport à cette saison dernière, il y a peut-être un peu d’amertume et de déception en se disant que si vous aviez été au niveau auquel tout le monde vous attendait et avec 2M de budget, il est possible que la Nationale vous aurait tendu les bras ? 

 

C’est certain. Si nous avions fait la même chose que les années précédentes, c’est une certitude que nous aurions pu figurer dans cette poule donc, c’est ça qui est dommage. En plus, sur les résultats que nous avons eus, il y a eu des matches comme Chambéry où nous avons failli les battre chez eux, on perd des matches à la con chez nous de 3 / 4 points à la 77e minute. Malgré tout, nous avons fait notre saison qui est moyenne et nous ne sommes pas dans cette poule. Donc oui, un petit peu d’amertume car cela fait des années que nous figurons bien dans cette Fédérale et que nous faisons partie des équipes qui font parler dans ce championnat. J’ai envie de vous dire que c’est une saison ratée au mauvais moment (rires). Mais pour ça, on ne va s’en prendre qu’à nous-mêmes. 

 

Dans tous les cas, c’est vraiment une année charnière que ce soit par rapport à la crise sanitaire et à la création de cette Nationale. Ce n’était l’année qu’il fallait louper ? 

 

Exactement, c’était la plus mauvaise saison pour se rater (rires). 

 

Il y a moins de deux ans, vous étiez encore joueur et sur le pré et vous avez dû garder une âme de compétiteur. Il y a eu une séquence médiatique où les présidents ont beaucoup été mis à l’honneur. On parlait de format de compétitions, ça frottait dans les instances et ce sont souvent les présidents qui s’expriment sur ce sujet. Mais comment est-ce que le vestiaire a pris tout ce débat et tout ce chamboulement de la Fédérale 1 ? 

 

Pour avoir échangé avec quelques joueurs, pour eux, c’est dommage. C’est dommage parce-que nous avons des joueurs qui sont jeunes et qui ont des envies d’aller plus haut. En plus, nous avions recruté en donnant comme argument aux joueurs qui allaient venir qu’on allait batailler pour se qualifier en Jean-Prat. Et, pourquoi pas dans quelques années, si le club arrive à construire quelque chose de fort, lorgner sur la Pro D2. Mais aujourd’hui, effectivement, c’est encore une autre étape, encore une bûche en travers de notre chemin. 

 

On va se projeter sur 2020 / 2021. Où commencera une saison réussie pour l’AS Mâcon ? On sait où est l’optimum, aller décrocher la timbale et le bout de bois, comme pour tout compétiteur. Mais à partir de quel moment est-ce que vous considérerez que la saison sera réussie, avec quels objectifs et quels moyens ? 

 

Sincèrement, c’est encore difficile à dire parce qu’on ne connait pas réellement nos adversaires, même si on a une petite idée. Même si nous, nous avons des objectifs en tête, c’est aussi aux joueurs de se fixer ces objectifs-là. Peut-être que je pourrai en dire plus en Octobre / Novembre mais en tous cas, on va dire que si on ne se qualifie pas, ce serait catastrophique. On réussira notre saison si déjà, on arrive tout d’abord à construire un groupe parce qu’on a quand même beaucoup de nouveaux joueurs. Donc, à partir du moment où nous aurons construit un groupe solidaire, on pourra dire qu’on a réussi quelque chose. Mais effectivement, sur le plan sportif, on ne pourra pas se louper, absolument se qualifier et aller le plus loin possible. Si aujourd’hui, nous sommes mécontents de ne pas faire partie de cette poule, il faut qu’on aille la chercher. Je ne vous fais pas de dessin, les phases finales sont toujours des matches un peu particuliers. Toute cette solidarité que nous allons pouvoir mettre en place et créer pendant ce début de saison, il va falloir qu’elle nous serve pour la suite et pendant les phases finales. Ça peut paraître présomptueux et on va s’attirer les foudres de nos adversaires de suite alors que la saison n’est pas commencée mais, en effet, aller chercher cette finale serait le Graal. 

 

On sait que le sport moderne passe par la médiatisation et un levier puissant que sont les réseaux sociaux mais pas que. En Fédérale 1, il y avait la chance et l’honneur d’avoir une chaîne TV, l’Equipe TV, qui mettait un prisme grand large et grand public sur ce championnat semi-amateur / semi-professionnel. Des investissements ont été faits à Mâcon avec un stade flambant neuf pour permettre de recevoir l’Equipe TV. Vous pourriez peut-être faire un petit appel du pied à l’Equipe en disant  » vous allez sûrement aller sur la Nationale et c’est très bien de la mettre en avant mais n’oubliez pas la Fédérale 1. Venez faire un petit tour à Mâcon et dans notre terroir pour aussi mettre en avant ce rugby semi-amateur / semi-pro  » ? 

 

Moi, cela me paraît essentiel. L’Equipe retransmettait ces matches pour que l’on voit autre chose que le rugby pro et que l’on voit justement ces équipes-là, ces équipes amateurs évoluer pour les gens qui étaient un peu plus loin ou qui ne pouvaient pas se déplacer voir leurs fils, leurs cousins, leurs pères jouer au rugby. Même si je ne doute pas une seconde qu’il y aura de belles affiches dans cette Nationale et qu’il faut les retransmettre, il y aura aussi de très beaux matches et des rencontres à suivre dans cette Fédérale donc, pour moi, je pense que c’est primordial. Et puis, comme tu le disais, c’est un niveau qui, malgré tout, reste historique avec des équipes qui ont de grosses valeurs. Donc, cela me semble effectivement important de dire  » nous aussi, nous existons encore, ne nous oubliez pas et faîtes plaisir aux supporters de temps en temps, que ce soit ceux de Mâcon ou ceux de nos adversaires « . 

 

Pour leur donner un peu de suite dans les idées, on sait qu’à une époque ils ont fait le derby basque entre Saint-Jean de Luz et Anglet. Un Mâcon / Beaune à la télé, ça aurait de la gueule ? En plus, ce sont deux clubs qui ne sont jamais passés à la télé et ça permettrait d’avoir un gros focus ? 

 

C’est clair et on pourrait effectivement voir ces deux clubs retransmis, ce serait une belle chose. C’est toujours intéressant de voir ces derbys-là et malgré tout, même si je sais que tu es là-bas, le rugby n’existe pas que dans le Sud-Ouest, contrairement à ce qu’ils pensent (rires). 

 

Il y a de belles choses qui se font au-dessus de la Loire

 

Oui, chacun défend un petit peu son territoire et son terroir mais c’est vrai que le rugby existe ailleurs. Et , en tous cas, on essaie de bien figurer à ce niveau-là et je pense que ce serait une belle chose de voir ces matches-là. Je ne pense pas forcément qu’à nous mais peut-être que certaines équipes comme Bédarrides ou Châteaurenard aimeraient bien aussi être retransmises. 

 

Tu nous parlais du Sud-Ouest et on en a un bon ambassadeur chez toi, même s’il n’est pas né dans le Sud-Ouest, c’est ton compère Dédé Hough, un ancien de la maison jaune et noire du Sporting Club Albigeois. Comment va-t-il, comment est-ce qu’il appréhende tout cela et est-ce qu’il est remonté comme un frelon pour affronter cette nouvelle saison 2020 / 2021 ? 

 

Il me semble qu’il va très bien. Il finissait son DES à Marcoussis cette année, il a réussi pas mal de ses premières épreuves donc, je le félicite en direct même si je l’ai déjà fait personnellement bien sûr. A la rentrée, il sera tout nouveau diplômé donc c’est très bien. Je pense qu’il est comme moi, comme nous tous, comme tous les managers et entraîneurs de Fédérale à tous les niveaux, il est excité et il a très envie de retrouver le terrain parce-que cela fait quelques temps qu’on ne l’a pas vu. Comme le club dans son ensemble et les joueurs qui ont fait cette saison, il est un peu déçu et il y a un peu d’amertume sur cette saison-là donc, lui aussi a envie de prouver que cette saison était juste un point-virgule. Je pense qu’on a tous cela à cœur et Dédé en fait partie. Bien réussir cette saison et prouver à tout le monde que Mâcon fait partie des équipes à surveiller en Fédérale 1. 

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-16-juin-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Guillaume Aguilar lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » du 16 juin 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s