#Rugby – Fed1 / G.Nassare (Niort) : «Nous sommes sur une terre de valeurs du rugby et mutualiste»

Gilbert Nasarre, le président du Niort Rugby Club nous a accordé une interview pour faire un bilan de la structuration du club des Deux Sévres. Malgré une déception de ne pas participer à la nouvelle poule « Nationale » , et un petit coup de gueule contre le stade nantais, qui selon le président du RCN a faussé le championnat, Gilbert Nasarre compte bien continuer le développement du rugby dans cette terre du mutualisme. Focus sur un club, et son président dont la passion transpire de ces mots, qui comptent porter haut les couleurs niortaises au sein de l’ovalie hexagonale.

 

 

Vous êtes le président du club de Niort, un club qui, il y a quelques années, était un  » petit club  » de Fédérale 1. Maintenant, c’est un club qui est en train de se structurer et de se professionnaliser pas à pas. Dans les Deux-Sèvres, on a de l’ambition ? 

 

Oui mais de l’ambition parce qu’historiquement, nous sommes sur une terre de rugby, même si cela peut sembler paradoxal aux gens du Sud-Ouest donc vous êtes et dont je suis d’ailleurs aussi. Surtout, nous sommes sur une terre de valeurs du rugby et sur une terre mutualiste donc l’ensemble fonctionne bien et nous avons un projet à horizon 2025 maintenant, après l’avoir eu à horizon 2021. C’est un projet qui permet une grosse structuration du club pour, avant de construire les étages, asseoir des fondations effectivement extrêmement solide. 

 

L’année dernière, vous aviez fait un recrutement qui montrait une certaine ambition. Il y avait notamment un certain Benoit Sevestre qui arrivait du Sporting Club Albigeois mais aussi Antoine Lescalmel et d’autres pointures du rugby. J’imagine que cette année, vous allez continuer à passer la seconde du côté de Niort ? 

 

On va continuer à franchir un cap. Sachez aussi que nous avons quelques beaux éléments de formation avec quelques belles réussites. Donc, nous allons effectivement faire venir quelques joueurs d’expérience pour encadrer ces jeunes. Les joueurs d’expérience que nous avions déjà plus ceux que nous allons recruter, et certains ont déjà signé, font l’amalgame avec les jeunes issus de la formation niortaise ou qui vont y venir. 

 

Vous nous parlez d’un nouveau cap direction 2025 au lieu de 2021. Est-ce que c’est le Covid-19 et la crise sanitaire, économique et sociale qui va en découler qui vous a obligé à revoir cette date ? 

 

Non, nous sommes un peu comme les entreprises et on n’attend pas la fin d’une première étape et d’un premier projet stratégique pour entamer le second. Là, nous avons une superposition mais effectivement, bien que la crise du Covidne nous ait pas trop affectés, nous a permis de nous donner quelques réflexions supplémentaires et de nous projeter sur 2025. 

 

En quelques lignes ou quelques mots, quelle est cette stratégie à Niort ? 

 

Elle repose sur les valeurs fondamentales du rugby, j’ai l’habitude de dire qu’on pose les valeurs et qu’on fait du rugby avec et non pas l’inverse. On ne fait pas du rugby pour revendiquer les valeurs. En fait, notre objectif sportif est de deux ans pour amener l’équipe au plus haut niveau de la Fédérale 1 et, désormais, il faudra en passer par la poule Nationale. Et puis, pourquoi pas ne pas voir déjà au-delà de cette étape 2025 ? Et surtout, avoir et renforcer une formation de qualité avec tous les constituants de cette formation, que ce soient le milieu scolaire, les quartiers, tout l’environnement qui permette aux jeunes de la ville, de l’agglomération et du département de se retrouver autour du rugby d’abord et du club ensuite. 

 

Et peut-être un jour prendre le leadership par rapport aux Chamois Niortais ? Avant, quand on parlait de Niort, on pensait football tandis que maintenant, on pense aussi rugby ? 

 

Niort est la 3e ou 4e place financière de France donc, je pense qu’il y a de la place pour les deux clubs. Maintenant, oui effectivement, sur Niort, on parle des Chamois Niortais mais également du Niort Rugby Club. Nous avons acquis en notoriété et en image et, même si nous ne sommes pas dans le monde professionnel, nous pouvons en tous cas revendiquerd’être l’égal des Chamois. 

 

On va parler au passé de cette saison 2019 / 2020 qui a fait couler beaucoup d’encre. Vous étiez tout de même bien lancés pour essayer d’aller grappiller une qualification en Jean-Prat, sans être en ballottage favorable, vous teniez la corde. Est-ce qu’il n’y a pas un sentiment d’inachevé par rapport à cette saison ? 

 

Un gros sentiment d’inachevé en effet, par rapport aux résultats sportifs, au collectif, aux groupes, à toutes les parties prenantes, surtout que l’on fait des matches retour sur une bonne dynamique. Même si nous avons un petit échec à la maison avec Nantes, nous allons faire match nul à Saint-Jean-de-Luz, on va gagner à Tyrosse et ceux qui ont réussi à le faire ne sont pas nombreux. Donc, nous étions sur une pente ascendante après avoir vraiment posé les bases de notre stratégie sportive, en tous cas pour l’équipe une. Donc oui, un gros, gros sentiment d’inachevé. 

 

On a également vu que vous vous étiez positionnés pour cette Nationale. Pour le moment, vous ne faîtes pas partie des heureux élus ou éligibles mais on a le sentiment qu’à Niort, vous jugiez être totalement légitimes pour être dans cette poule Nationale ? 

 

D’abord je pense que cette poule Nationale a été créée sur le simple résultat sportif, alors que l’ensemble des clubs de Fédérale 1 avaient décidé de ne pas la créer aussi rapidement, mais nous en avons pris acte. En ce qui concerne, nous étions dans la seule poule où il n’y avait pas de promu alors que Massy, par exemple et en sachant que je ne rivalise pas avec eux, étaient dans une poule où il y en avait 4 donc, ça crée quand même une différence. Et puis surtout, lorsque j’ai appris que Nantes, via son éventuel futur repreneur, avait creusé un trou d’1M d’euros, j’ai effectivement considéré que Nantes avait faussé le championnat et j’ai revendiqué une révision du classement et du nombre de points, ce que nous n’avons pas obtenu. Je comprends aussi qu’on ne peut pas tout examiner au cas par cas mais celui-là était assez symptomatique de ce qu’il ne faut pas faire quand on tient les rênes d’un club. Ça montre aussi de quelle manière on peut fausser le championnat en ayant un niveau de joueurs qu’on ne pourrait pas savoir si on respectait les règles financières. Et ce qu’il y a derrière ensuite et qui est certain chez nous, c’est que nous avons une excellente formation : pour la saison qui vient, nous allons jouer avec 40 moins de 18, 45 moins de 16, nous avons des espoirs qui ont bien tourné l’an dernier et que l’on renforce encore. Nous n’avions pas pu encore le faire par rapport au Covid-19 mais nous allons créer un centre de formation labellisé. Donc, clairement, il y a du répondant au-delà du simple résultat et du classement de la région. C’est pour cette raison que nous prétendions pouvoir être éligibles. 

 

On parle aussi de clubs qui pourraient peut-être avoir, dans un futur très proche, des problèmes financiers. On sait que cette crise du coronavirus a laissé des traces et même de grandes plaies financières dans certains clubs. S’il y avait des clubs qui faisaient faux bond au dernier moment en Nationale, Niort candidaterait de facto ? 

 

Oui, on candidaterait mais je ne crois pas trop au fait qu’un club fasse faux bond au dernier moment. 

 

Partant de ce postulat-là, quelles vont être les ambitions de Niort pour l’année prochaine ? Aller jouer les phases finales, se qualifier et monter sur le terrain en Nationale pour montrer que Niort y avait bien sa place ? 

 

Oui, c’est cela. D’abord, être dans les deux premiers de notre poule, je crois qu’on saura le 16 Juin ce qu’il en sera. Ensuite, ne pas lâcher cette formation ni bien sûr tout ce que l’on construit. Et puis, aller le plus loin possible dans les phases finales et même jusqu’en finale étant entendu qu’il est très dur de monter, et vous le savez bien à Albi, à partir du terrain parce qu’on n’est pas à l’abri d’erreurs d’arbitrage. Je ne veux pas remuer le couteau dans la plaie mais moi-même, à mon époque, j’ai aussi connu cela quand je jouais. C’est pour cette raison qu’il vaut mieux monter dans un train avec des structures qui vont bien. Enfin, ce que je veux dire, c’est que c’est bien de monter dans le train mais que monter sur le terrain, c’est quand même préférable en termes sportifs tout en sachant très bien que c’est aléatoire. 

 

Pour terminer, si l’on pouvait décrire ce club de Niort en quelques mots et quelques symboles, quels seraient-ils ? 

 

C’est un club qui a de l’ambition, une ambition portée par des valeurs de solidarité et de convivialité puisque nous avons réussi grâce à tout cela à doubler le nombre de partenaires en 3 saisons et ce n’est pas fini. Donc, je dirai ambition, solidarité, solidité aussi parce-que nous sommes solides financièrement, et convivialité. 

 

Les choses qui vont bien dans le milieu du rugby, la solidarité et la convivialité sont des choses qui parlent. On se fera un plaisir de suivre cette saison 2020 / 2021 des Niortais en espérant que vous ayez la timbale au bout et qu’on retrouve Niort en Nationale, le nouvel objectif du Niort Rugby Club

 

Merci beaucoup et plein de bonnes choses à Albi

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-12-juin-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Gilbert Nasarre lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » du 12 juin 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s