#Rugby – N1 / J.Wanin (Albi) : «La plus grosse force du SCA, c’est le groupe.»

Jérémy Wanin, l’entraîneur des lignes arrières du Sporting Club Albigeois nous a livré son ressenti quant au péripéties vécues depuis 3 saisons dans la préfecture du Tarn. L’ex joueur de Gourdon, est volontairement resté en retrait des débats houleux entre FFR et LNR, lors de la bataille entre les deux instances pour l’accession en Pro D2 d’Albi et Massy. Pour ce coach qui préfère, écouter, lire, analyser que palabrer, cette poule Nationale sera une maigre consolation, face aux rêves et ambitions de son collectif. Mais il appréhende, en bon compétiteur qu’il est, ce nouveau challenge avec un certain esprit de revanche, teinté d’humilité et de respect, envers ses futurs adversaires. Pour Jeremy Wanin, le Sporting Club Albigeois dispose d’un atout non négligeable : un groupe soudé et au vécu incomparable qui va bien au delà de toutes considérations financières et sportives.

 

 

Jeremy, on t’avait eu au tout début des péripéties et de cette grande bataille pour monter en Pro D2. Il y a eu des hauts, il y a eu des bas, des jours où on y a cru et d’autres où l’on était au fond du seau. Malheureusement, on peut dire que la poire a été coupée en deux car il n’y aura pas de montée en Pro D2 mais Albi ne sera pas en Fédérale 1. Le club évoluera en Nationale, une division intermédiaire qui a été créée. Quel est ton sentiment après ces deux mois et demi où, du côté de la maison jaune et noire, on est passé par tous les états ? 

 

C’est plutôt un petit morceau de poire qui nous revient. On a d’abord vécu en plein confinement puis pendant le déconfinement ce bras de fer entre la Ligue Nationale de Rugby et la Fédération. Ce bras de fer a finalement été un peu gagné par la Ligue puisqu’il n’y a pas de montée de Fédérale 1 à Pro D2 alors que c’était le souhait de la Fédération. Il y a bien sûr beaucoup de déception, nous avons été dans l’attente, on a regardé ce combat à distance entre ces deux entités. Et ce que je trouve un petit peu dommageable, c’est qu’au final, la Fédération Française de Rugby, qui est censée gérer le rugby sur le territoire du plus haut jusqu’au dernier niveau, n’a pas réussi à mettre en place sa politique de montée des premiers. Je me permets de juger cela parce qu’au-delà de cette situation exceptionnelle, c’était, pour notre cas particulier, un travail de trois ans avec beaucoup de sacrifices de la part des joueurs, des joueurs qui ont certainement donné les preuves sur le terrain qu’ils avaient le niveau pour monter à l’échelon supérieur, avec également une demi-finale d’accession perdue dans des conditions particulières la saison d’avant. Et cette année, quelque chose d’imprévisible qui nous arrive et qui est une catastrophe pour la société et en particulier pour le monde du rugby, même si c’est bien sûr accessoire dans ce qu’il s’est passé. Mais au-delà de ça, c’est quelque chose qui était imprévisible, qui nous est tombé dessus et on est toujours dans l’attente d’atteindre l’objectif qu’on s’était fixé en signant au Sporting Club Albigeois c’est à dire cette montée à l’échelon supérieur en Pro D2. 

 

Arnaud Méla parle de l’incohérence de 2020 après l’injustice de Rouen. J’imagine que tu corrobores ces propos mais pour toi, plus personnellement ou même chez les joueurs, il n’y a pas eu un sentiment de ras le bol et l’envie de se dire à un moment donné  » j’en ai marre, j’envoie tout bouler  » ? Car toutes ces situations ubuesques doivent être usantes. Certes la première année, c’était sur le terrain que l’accession ne s’est pas faite mais la seconde année, il y a eu Cardona, la troisième, il y a eu Corona. A un moment donné, ça commence à faire beaucoup ? 

 

Oui, je t’avoue que c’est usant et pour les joueurs aussi. C’est démoralisant, on est un petit peu en perte de motivation et dans mon cas particulier, on a d’autres choix professionnels qui peuvent se présenter et qui pourraient être saisis même si au fond de nous, on sait qu’on pratique notre métier qui est une passion. Et on a toujours envie de relever la tête parce-que nous sommes des compétiteurs et qu’aujourd’hui, nous ne sommes pas encore morts. On a mis un genou au sol mais on va encore une fois se relever, on a en a mis un 2e au sol cette saison avec le coronavirus mais on va encore se relever pour essayer de valider sportivement cette montée, même si les paramètres sont différents dans ce qu’il nous arrive avec la création de cette nouvelle division. 

 

Surtout qu’avec cette nouvelle Nationale, qui va être très homogène et à priori très épaisse vu les clubs qui candidatent, il n’y aura pas le temps de souffler, de se roder ou de ronronner. En Fédérale 1  » classique « , sans manquer de respect aux autres clubs, il y aurait peut-être eu possibilité de recommencer crescendo et de digérer sur le long terme ces déceptions. Là, il va falloir recommencer de suite plein fer parce-que les équipes qui vont arriver au Stadium vont vouloir le scalp d’Albi ?  

 

C’est clair. Après, on ne peut pas se plaindre d’un côté de la formule de championnat comme on avait pu nous le faire sur la formule de Fédérale 1  » classique  » en demandant plus de matches et de l’autre côté, ne pas être content quand on nous propose un championnat national avec du rythme et des oppositions à haute intensité. Donc nous, sportivement, même si on reste tous persuadé qu’on avait notre place en Pro D2, nous sommes contents de la création de cette division. Enfin, je parle en mon nom personnel et pour les joueurs parce-que c’est quand même un super challenge à relever avec une homogénéité dans le niveau des équipes avec des gros matches à jouer tous les week-ends et c’est clair que c’est différent. On avait peut-être, je ne vais pas dire une chance mais en tous cas l’expérience d’avoir joué la poule Elite en arrivant à Albi avec Arnaud il y a trois ans, comme une majorité de joueurs que nous avons encore dans l’effectif aujourd’hui. Et c’est vrai que le rythme du championnat, l’intensité des rencontres étaient quand même différents de ce qu’on a pu vivre les deux dernières saisons avec des matches qui passaient de scores un peu fleuve à des matches un peu plus serrés à l’extérieur. Là, c’est un autre format qui nous attend, nous avons bien pris ça en considération pour préparer la saison et notre objectif. Le challenge va être très relevé mais ça n’est que bénéfique pour préparer une éventuelle montée. On l’avait bien vu avec les montées d’Aix-en-Provence et Bourg-en-Bresse il y a deux ans, ils étaient prêts grâce à la poule Elite par rapport à Rouen et VRDR pour qui ça a été un petit peu plus compliqué cette année en sortant du format de Fédérale 1 classique. Une montée était un peu plus compliquée et je pense que les équipes qui vont monter seront plus préparées avec ce format de Nationale. 

 

Comme tu le dis, il va y avoir du lourd et de l’épais dans cette poule de Nationale. Pour toi, qui sont les candidats les plus dangereux pour Albi et cette montée en Pro D2 ? J’imagine que tu vas me dire Bourg mais il n’y a pas qu’eux

 

Je n’aime pas trop les pronostics d’avant-saison. On voit passer des noms au mois de Juin, d’ailleurs tu as fait des papiers sur les recrutements des différentes équipes. On voit des équipes avec beaucoup d’arrivées et beaucoup de départs, des clubs qui sont plutôt dans la stabilité, des clubs qui ont aussi peu d’arrivées et beaucoup de départs. Mais ce qu’on peut voir de l’extérieur, si on prend une photographie des clubs qui sont actuellement dans cette nationale, Il y a bien sûr j’espère Albi en favoris avec Massy, puisqu’ils étaient favoris de Fédérale 1 avec Bourg-en-Bresse aussi. Ce sont ces trois clubs-là qui ont un peu dominé le championnat lors de la saison qui vient de se dérouler. Après, on voit les recrutements XXL comme Narbonne et Bourgoin qui vont taper fort sur des joueurs de niveau supérieur donc, on peut forcément s’attendre à une artillerie lourde quand on va jouer contre ces équipes-là. Ensuite, il y a des équipes qui sont dans la stabilité de Fédérale 1 comme Cognac, qui a fini premier de sa poule, Dax, Dijon, qui sont quand même des équipes qui ont prouvé qu’elles étaient capables de bien figurer dans cette Fédérale 1. Après, on a des équipes comme Nice qui sont dans la stabilité au niveau de leur recrutement et j’ai l’impression qu’ils travaillent un petit peu sur du long terme avec certainement des finances au club qui permettent d’avoir une stabilité et des objectifs. Et enfin, des équipes comme Aubenas, Chambéry qui ont déjà vécu la poule Elite à notre niveau, Tarbes aussi va certainement repartir dans cette nationale. Comme on le disait tout à l’heure, un niveau homogène, des matches serrés qui vont certainement se jouer à 3 ou 6 points à l’extérieur voire à domicile sur les gros matches. Nous, il faudra que l’on se serve des petits soucis qu’on a eus notamment à domicile lors de la première année de cette poule Elite. Mais nous sommes dans une configuration d’équipe, de stratégie et de dynamique qui est totalement différente d’avec l’équipe d’Albi version 2017-2018. 

 

Et puis là, on va aussi connaître un peu ce qui fait le sel de ce sport : l’adrénaline, l’inquiétude et les petits frissons dans le ventre d’avant-match. Parce qu’on ne va pas se le cacher, quand on venait voir des matches au Stadium cette saison, on n’a pas souvent tremblé ? 

 

Clairement et ces matches qui se profilent vont nous permettre d’avoir des joueurs en éveil à l’entraînement dès le lundi parce qu’on va préparer des rencontres où, je ne sais pas si on peut parler de peur et d’appréhension mais avec un challenge à relever et où ce ne sera pas fait d’avance. Sans manquer de respect aux équipes de Fédérale 1  » classique  » qu’on avait cette année, il y avait des équipes en difficulté sportivement et qui ne venaient pas à Albi pour faire un résultat mais pour passer une après-midi. Et nos joueurs en face, inconsciemment et même si on avait beau préparer de la meilleure des manières les rencontres, soldaient les rencontres avec 40, 50 ou 60 points. Ce n’est pas ça qui fait progresser l’équipe ni le joueur mais c’était le format de compétition qui nous était proposé et on a essayé de s’y adapter. On n’avait pas trop mal réussi puisqu’on était premier national à la fin de la saison mais là, ça sera différent. L’éveil des joueurs pour préparer les rencontres sera différent et cela va certainement faire augmenter individuellement les joueurs et le groupe pour, je l’espère, les tirer vers le haut. 

 

Par contre, cette Fédérale 1  » classique  » avait des vertus : tous les week-ends où Albi se déplaçait, on avait l’impression d’aller jouer en Coupe de France et le petit poucet attendait de pied ferme le Sporting Club Albigeois dans son antre. Il y a eu quelques petits guets-apens sportifs comme Saint-Jean-de-Luz, Oloron, Nafarroa l’année dernière et Saint-Sulpice cette année. C’est aussi formateur d’aller dans des  » petits  » clubs amateurs qui vous ont donné du fil à retordre et qui même, parfois, vous ont fait mettre genoux en terre ? C’est formateur et cela permet aussi pour certains de faire une cure d’humilité ? 

 

C’est sûr et puis, nous serions idiots de ne pas nous servir de cette expérience-là. On parlait tout à l’heure des matches à larges scores mais ça, c’était plutôt au Stadium à domicile. On ne savait jamais à quelle sauce on allait être mangé lorsqu’on se déplaçait à l’extérieur, on en a fait les frais à une reprise cette saison et à deux reprises l’année d’avant. Mais c’est clair que c’est formateur et je peux vous garantir que même en préparant stratégiquement, tactiquement de la meilleure des manières le match en ayant analysé l’équipe que l’on allait rencontrer, cela ne se passait jamais exactement comme on l’avait prévu parce qu’il y avait cet aspect mental des adversaires qui nous recevaient et qui se transcendaient. Ce n’était jamais facile et les joueurs ont fait les efforts qu’il fallait pour aller remporter des matches dans la difficulté. Je pense à Mauléon cette année où nous sommes allés remporter un match vraiment dans la difficulté et on peut tirer un coup de chapeau à ces joueurs semi-professionnels, ou parfois quasiment totalement amateurs qui recevaient Albi et qui se transcendaient, ce qui faisait un petit peu aussi la beauté de ce championnat. Mais nous, ce qu’on veut réellement, c’est passer à autre chose. On l’a vécu deux ans, on n’a malheureusement pas réussi sur ces deux saisons à atteindre l’objectif de monter, maintenant, il y a un nouveau format qui nous est proposé. Alors, c’est dur mais on va réussir à se relever et on va se re-concentrer pour arriver sur ce championnat plus relevé en termes de niveau et vite se projeter sur les objectifs de la prochaine saison. 

 

On va parler aussi de l’image que projette un peu Albi sur les autres clubs. On a vu que quand vous vous déplaciez à l’extérieur, vous avez toujours respecté au maximum ces clubs amateurs et de ne pas les prendre de haut. A un moment donné, ça a payé puisqu’on a vu que lors de ce débat bras de fer entre la FFR et la LNR, ll y a une pléthore de clubs amateurs qui ont affiché publiquement, ou parfois en sous-main, leur soutien au Sporting Club Albigeois. J’imagine que ça a du faire plaisir dans ces moments compliqués ? 

 

Oui mais, comme tu le dis, c’est peut-être l’image que l’on a véhiculé. Un groupe est souvent à l’image de son manager et Arnaud est quelqu’un d’humble, qui respecte ses adversaires quelque soit le niveau et quelles que soient les prétentions qu’il a. Et moi, je suis un peu pareil, nous sommes un peu un staff avec un peu d’humilité et c’est quelque chose qui nous est important parce qu’au-delà du rugby, ce sont des valeurs que l’on essaie d’avoir dans la vie et d’insuffler à ce groupe qui les a, il n’y a pas de souci là-dessus. Et puis, on a aussi véhiculé à l’extérieur, comme à Nafarroa, des moments qui ont été compliqués et qui nous ont rappelé à l’ordre. On l’était déjà un peu mais après, on l’a été encore plus après des déconvenues à l’extérieur. Vous savez, le rugby est un sport particulier, ça reste un sport de combat. Donc à la fin du match, quand nous étions à l’extérieur en particulier, que ce soit du côté des adversaires ou du Sporting Club Albigeois, les visages étaient marqués et il y avait quand même un peu de fatigue cumulée sur le match. Et à la fin, tu étais content de boire une bière avec l’adversaire du jour et c’est peut-être comme ça que s’est créé cette affection que nous avions nous pour les adversaires et que les adversaires ont peut-être eu pour nous. C’est le rugby et c’est très bien comme ça. 

 

On nous dit dans l’oreillette que la DNACG aurait misquelques coups de klaxon à des clubs de Pro D2. S’il y avait un club de Pro D2 relégué en Fédérale 1 ou en Nationale, Albi saisirait bien sûr cette chance au bond pour monter en Pro D2 ? Parce qu’il n’est toujours pas trop tard pour monter, le staff saurait s’adapter pour faire ce qu’il faut afin d’être équipé et armé ? 

 

Oui, on sera capable de le faire. Après, ça fait deux mois et demi que l’on parle au conditionnel donc maintenant, j’attends de le voir pour le croire et puis après, on verra (rires). J’en ai marre du conditionnel, il nous faut maintenant des certitudes et si ça doit arriver, bien sûr que nous serons prêts puisque la plus grosse force du club et de l’équipe d’Albi, c’est le groupe. Et avec ce groupe-là, nous sommes prêts à affronter le championnat National comme à aller affronter la Pro D2. 

 

Ça nous donne déjà envie d’être à la reprise car, comme à tout le monde, ça nous manque de voir du rugby. Et puis, on espère que le Sporting, pour la 3e année, va réussir ce coup-ci à aller au bout de ses rêves à savoir cette Pro D2 que vous méritez déjà depuis deux ans. 

 

Merci et merci pour ton travail pendant toute cette période, pour tout ce que tu as véhiculé autour du club. Merci de nous avoir suivis et d’avoir parlé de nous dans tout le milieu fédéral et dans tout le milieu du rugby en général.

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-9-juin-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Jeremy Wanin lors de l’émission « Le #MagSport- RadioAlbiges » du 9 juin 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s