#Rugby – N1 / HG.Gueydan (Bourgoin): «La visibilité sur la chaîne l’Équipe est bonne, on a beaucoup plus d’audiences que sur les chaînes cryptées.»

Lors de notre grand débat sur la Nationale du 5 juin 2020, le président du CSBJ nous a donné quelques heures avant l’acceptation des Berjaliens dans l’antichambre du Pro D2, son sentiment sur cette nouveauté dans le rugby hexagonal. Au delà des enjeux sportifs et du format de compétition, l’homme fort de Bourgoin nous a aussi parlé des enjeux économiques et de la médiatisation de ce championnat. Pour celui qui va entamer sa 3 eme saison en Berjalie en tant que président, le prisme grand angle de la chaîne L’equipe via sa diffusion en clair est un atout non négligeable.

Henri-Guillaume, on sait qu’un nouveau projet s’est mis en route depuis 2 ans à Bourgoin. Il y a une ambition qui n’est pas cachée et cette Nationale / Pro D3 arrive pour vous à point nommé. Mais, comme à Chambéry, la seule chose qu’il manque maintenant, c’est d’être sûr d’en être (Itw réalisé quelques heures avant validation candidature Bourgoin) ? 

HGG (Bourgoin) : En effet, on n’a aucune idée des critères de choix qui vont être décidés. Bien sûr qu’on a envie d’en être parce qu’il y a encore trois ans, nous étions en Pro D2 et juste après en poule Elite. Ce n’est pas pour ça qu’il faut être prêt à monter mais c’est vrai qu’à Bourgoin, tout le monde attend d’avoir un club en Pro D2 ou, au minimum aujourd’hui, dans une poule Nationale / Pro D3. Nous, en tous cas, c’est notre objectif dans les années qui viennent, on se structure, on rebâtit le club, on essaie de ne pas faire n’importe quoi. Là, nous avons fait un recrutement important mais sans savoir du tout qu’on allait nous parler d’une poule de ce type. C’était un recrutement pour commencer à jouer la montée donc on verra bien ce qu’on va nous sortir du chapeau. Mais je reprends ce qu’a dit Gérard Gabet, c’est vrai que le timing est surprenant et un peu court pour faire les choses bien parce-que cela demande pas mal d’analyses et beaucoup de choses à mettre en place. Donc voilà, on subit. 
Pour vous, être accepté en Pro D3 serait la cerise sur le gâteau à Bourgoin par rapport à ce recrutement et à ces ambitions ? Cela vous fait gagner plus de temps et si vous n’y êtes pas, ça vous en fait perdre un petit peu par rapport à votre plan de marche ? 
HGG (Bourgoin) : Oui, si on n’y est pas, l’objectif sera d’être finaliste de la Fédérale 1. Si on y est, ce sera de se classer le mieux possible parce qu’on a des ambitions et qu’on va essayer de les mener à bien. 
Henri-Guillaume, vu que vous êtes à Bourgoin dans la même situation que Chambéry, dans l’attente de savoir si les portes de la Nationale vont s’ouvrir, quel est le ressenti des joueurs ? J’imagine que vous devez avoir tous les jours  un coup de téléphone pour savoir si vous y êtes ou non ? 
HGG (Bourgoin) : Non, on n’a pas eu trop de coups de fil (rires). En tous cas, pas moi, je pense qu’ils ont appelé leur coach qui lui-même m’a appelé donc, on peut dire qu’il y a un intermédiaire. Mais oui, ils sont impatients et ils aimeraient beaucoup jouer dans une poule qui ressemblerait à un format élite. C’est bien sûr plus gratifiant et plus emballant pour un joueur mais peu importe la poule qu’on nous proposera, ils sont prêts à jouer. S’il faut aller à Bagnères, on ira à Bagnères. 
Henri-Guillaume, Blagnac dont vous êtes proche via Benoit Trey son président est une équipe du haut de tableau et avec laquelle il faut compter. Ils l’ont encore prouvé cette année en terminant deuxièmes de poule dans un championnat certes tronqué. L’année dernière, ils ont eu un moment de gloire et c’est vous qui en avez fait les frais avec Bourgoin. Vous pouvez corroborer que, sportivement, Blagnac est une équipe qui n’a rien à envier à Bourgoin ou à Albi ? Ceux qui émettent des doutes sur leur propensions à y être sont dans le faux ?
HGG (Bourgoin) : Oui tout à fait, ils ont même été capables de couper la lumière pour casser le rythme du match (rires). 
Ca, ce sont les tactiques d’avant-match de Benoit (rires)
HGG (Bourgoin) : De toute façon, je ne peux pas dire qu’ils n’ont pas été performants, ils nous ont sorti l’année dernière. On peut se trouver toutes les excuses que l’on veut, des blessés ou des problèmes en tous genres, mais les faits sont là et c’est comme ça. On était cuit en cette fin de saison et c’est pour cela que l’on a eu tous ces blessés, eux étaient plus en forme, ça fait partie du jeu. 
Donc, sportivement, ils méritent leur place en Nationale ?
HGG (Bourgoin) : Si le critère principal est d’être à une certaine place ou d’avoir un certain nombre de points, oui. Quand on parlait d’Albi, Massy et Bourg pour la montée en Pro D2, on parlait du classement par points et non plus de la position au classement. Donc, je ne sais pas du tout ce qui va être pris en compte.
Henri-Guillaume, à 14, on sait que pour des clubs comme Bourgoin qui visent la montée en Pro D2, ça permet d’avoir plus de matches, plus de rythme, de mieux se préparer afin d’être dans les canons de la Pro D2.
HGG (Bourgoin) : Déjà, sur les critères, il ne faut pas parler que de l’équipe une. Par contre, sur le nombre, je suis plus sur 14 équipes tout simplement effectivement parce-que, pour se préparer par la suite à monter en Pro D2, ça fait jouer 26 matches de poule contre 30 en Pro D2. Si on joue à 12, on joue 22 matches de poule et l’année suivante, il faut être capable d’en jouer 30 donc, il y a encore un gap à franchir un peu important. Mais peut-être que ça peut se faire sur plusieurs années, de la même façon qu’avoir 12 ou 14 équipes en 3e division puis 16 au-dessus et enfin 14 en toute première division,  ça ne me semble pas tout à fait cohérent. Mais ça, ce sont peut-être des choses qui se régleront par la suite, avec une refonte pyramidale. 
Il faudrait s’inspirer un peu du foot ? 
PHG (Bourgoin) : Soit les trois sont au même nombre, un peu comme au foot, soit il faut quand même un aspect pyramidale pour réduire l’effectif à chaque fois qu’on monte. Après, je ne sais pas quelle est la bonne formule. Ce n’est pas mon rôle de décider de cela, je laisse faire ces messieurs. 
Et qu’est-ce qui arrange le mieux Bourgoin ? 
HGG (Bourgoin) : Si on part sur ce terrain-là, bien sûr que s’il  faut choisir 14 sur 18, ça donne plus de chances à tout le monde mais ça n’est pas la critère premier. Moi, depuis bien longtemps, quand je parle de ce niveau qui doit se créer ou pas, il me semble qu’il ne faut pas être juste 12. 
Henri-Guillaume, on va parler au président mais aussi à l’homme d’affaires. Est-ce que le business plan de la Nationale 1 est bon ? 
HGG : Pour moi, le business plan n’a rien d’extraordinaire et si on parle en nombre d’équipes, 100 000, ça fait juste. On parle d’1M3, s’il y a 12 équipes, ça fait juste 100 000, à 14, ça fait un peu moins. Ca n’a rien d’extraordinaire et ce n’est pas ça qui va permettre à une équipe de vivre dans cette division. Ca sera juste un petit plus mais ça n’a rien à voir avec les droits TV de la Pro D2, par exemple. Non donc, je ne ne suis pas sûr que l’on puisse parler d’un modèle économique juste basé là-dessus. J’ai lu dans certains articles sur internet que la Nationale va coûter 1M3 mais je pense que ça coûte beaucoup plus en fait (rires). Si ça ne coûtait que cela, ça serait trop simple. Quant au fait de déplacer les espoirs, je ne peux pas imaginer qu’on demande aux équipes de cette division de partir avec leurs espoirs. Ca me semble hyper difficile puisqu’à priori, les matches se joueront plutôt les vendredis et les samedis, car il y a quand même la volonté de faire une division qui est vouée à être assez souvent télévisée. On ne peut pas imaginer de partir le vendredi avec des espoirs à l’autre bout de la France. Envoyer Nice à Dax avec leurs espoirs, ça paraît complètement fou. 

Ca fait 70 personnes à mettre dans un bus et déjà, ce n’est pas sûr qu’ils y rentrent tous
HGG (Bourgoin) :  Moi, je ne vois pas comment partir avec un seul bus.  
Henri-Guillaume, que préfère t’on à Bourgoin ? Un diffuseur payant mais qui donne beaucoup de droits TV ou un diffuseur gratuit, qui donne une visibilité grand large ? 
HGG (Bourgoin) : Un diffuseur gratuit qui donne plus d’argent (rires)
Le beurre, l’argent du beurre et la crémière (rires)
HGG (Bourgoin) : Je suis très partagé. C’est vrai que cela peut-être intéressant de chercher plus d’argent de la part des diffuseurs mais il faut que ce soit une somme conséquente. Si c’est pour toucher 50 000€ sur la saison, il vaut mieux rester sur le format actuel avec la chaîne l’Équipe qui nous propose de très belles rediffusions. Il faut vraiment que ce soit conséquent, comme c’est le cas sur la Pro D2 ou en Top 14 où les droits TV apportent vraiment un plus. Il faut bien se poser la question avant. C’est vrai que la visibilité sur la chaîne l’Équipe est très bonne, on a beaucoup plus d’audiences que sur les chaînes cryptées. Donc, je suis assez partagé mais il faut que le jeu en vaille la chandelle parce-que sinon, il vaut mieux partir sur quelque chose qui donne avant tout de la visibilité. Il y a des partenaires qui cherchent la visibilité, qui sont prêts à donner plus s’ils peuvent être visibles. Parfois, un seul partenaire donnera bien plus que ce que donne la chaîne l’Equipe donc oui, ça peut être intéressant sur une chaîne gratuite. 
Henri-Guillaume, l’inquiétude, la question, l’idée qui va être portée par Bourgoin ? 
HHG ( Bourgoin) : Je ne sais pas quoi dire parce-que je pense qu’on va surtout assister à une présentation. Selon le mail que l’on a reçu, on va nous exposer le projet. Si on a la parole après, ça sera plutôt de la réaction donc, on verra en fonction de ce qu’on nous propose. C’est difficile de savoir aujourd’hui, des questions, il y en a 1 000 et ça fait plusieurs semaines qu’on se les pose. C’est quels critères, quels clubs, comme ça va marcher, les espoirs, est-ce qu’il va y avoir de l’argent, est-ce qu’il ne va pas y avoir de l’argent, est-ce qu’on va aider les clubs qui vont rester en Fédérale 1 traditionnelle, comment sera cette Fédérale 1 ? Je peux en sortir plein d’autres comme ça donc, je ne peux vraiment pas en sortir une en priorité. 
Henri- Guillaume, si on tape dans une botte de paille au CSBJ, il y a une légende qui sort. On pense à Chabal et à beaucoup de grands joueurs qui sont passés par Bourgoin. Avec ce CSBJ qui est en train de renaître de ses cendres et de monter, on peut espérer qu’une de ces anciennes légendes revienne faire pack avec votre équipe pour amener un peu d’aura et de lustre à ce projet ? 
HGG (Bourgoin) : Oui, il y en a qui repointent le bout de leur nez. Julien Bonnaire devait être le parrain du Tournoi des Petits Dauphins au mois de Juin, il n’aura pas lieu donc, on attendra encore quelques mois. Je suis assez proche de Julien, on discute de temps en temps de tout ça. On a d’autres joueurs qui réapparaissent et qui ont envie de rendre un petit peu au club ce que le club leur a donné donc, c’est plutôt sympa. Ça va se faire tranquillement, on est en contact avec l’un d’entre eux, il serait même tenté de revenir dans la région car il n’y est plus donc, à suivre. C’est positif. Après, des gens comme Sébastien Chabal sont, je crois, sur une autre planète aujourd’hui, ils sont médiatisés et font d’autres choses. 
Il faut lui dire de venir faire le speaker  et faire chauffer Rajon à blanc. Mais par contre, il va falloir sortir le chéquier
HGG (Bourgoin) : J’en ai bien peur, oui (rires).

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-5-juin-2020/

Retrouvez l’intégralité du débat spécial « Nationale » lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » du 5 juin 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s