#Rugby – Fed1 / D.Lelievre (ASBC) : «Le rugby du XXIe siècle sera territorial!»

On va faire un tour du côté du Vaucluse avec nos amis de l’AS Bédarrides-Châteauneuf du Pape et son président David Lelièvre. David, bonjour

 

 

Comme tout le monde en Fédérale 1 / Nationale 1, tu as suivi tous les épisodes de la genèse de cette nouvelle division entre la Fédérale 1 et la Pro D2. Au vu des résultats sportifs de Bédarrides la saison dernière, vous n’avez pas été invité dans cette Nationale mais j’imagine que, du côté du Vaucluse, on a une petite idée sur cette réforme. Quel est le son de cloche de par chez toi ? 

 

En fait, nous sommes partagés. Nous avions eu un entretien en tout début de saison 2019 / 2020 où je disais qu’il serait peut-être bien qu’un jour, il y ait une Pro D3 qui évolue parce qu’effectivement, il y a quand même de grosses différences, notamment budgétaires, entre certains clubs donc, j’ai voté favorablement. En revanche, ce que je regrette juste, ce sont les conditions un peu précipitées de la mise en place de cette poule intermédiaire. Même si nous n’aurions peut-être effectivement pas eu la possibilité de lutter sportivement pour être invités mais, si nous et d’autres clubs avions connu cette éventuelle perspective à l’issue de cette saison, peut-être que certaines choses auraient été organisés différemment pour postuler à cette division qu’on appelle maintenant Nationale. Toujours sur le plan sportif pour la saison prochaine, je ne sais pas encore comment vont réagir les joueurs que l’on a recrutés mais, en tant que compétiteurs, je pense que la perte de certaines joutes avec de grosses écuries peut entacher la motivation de certains. Et sur le plan budgétaires, déjà que l’on sort d’un exercice compliqué du fait du Covid-19, le fait d’avoir la saison prochaine la perte de grosses recettes, n’est pas un cadeau. Lorsque nous étions dans la poule 2 dite  » poule de la mort « , nos plus grosses recettes ont été faites contre Narbonne et Bourg-en-Bresse, au-delà du derby contre Châteaurenard qui lui devrait perdurer, donc on a cette perte-là. J’entends l’accompagnement et les mesures d’aides qui sont mises en place par la Fédération la saison prochaine mais en qui concerne l’accompagnement justement sur les recettes, les 1M1 à se partager entre 46 ou 48 clubs ne compenseront pas ce manque à gagner. 

 

Pour Bédarrides-Châteauneuf du Pape, on va voir le verre à moitié plein à savoir qu’avec les gros qui s’en vont, Bédarrides va monter d’une strate. Avec en plus un recrutement qui a l’air assez appétissant, vous avez peut-être maintenant des ambitions qui vont naître ? Aller chercher une phase finale en Jean-Prat, quelque chose de sympathique pour, pourquoi pas, se faire une belle aventure humaine et sportive comme vous l’aviez fait pour la montée de Fédérale 2 à Fédérale 1 ? 

 

De toute façon, avant la confirmation de la mise en place de cette poule Nationale, l’objectif de cette année était d’aller chercher les qualifications. Maintenant, j’attends de savoir quelle sera la composition exacte de notre poule, ce qui devrait être le cas le 15, pour voir effectivement à quelle hauteur se situeraient nos ambitions. Cela dit, quand je regarde avec beaucoup de détails ce que tu as envoyé à propos de ce qui a été recruté par les uns et par les autres, nous ne sommes pas les seuls à avoir fait un marché élargi. Je pense que, malgré tout ce qui a été annoncé dans les poules de l’élite Top 14 / Pro D2 au niveau des rétrécissements budgétaires, la plupart des clubs en Fédérale 1, toutes poules confondues, ont été assez généreux dans leurs recrutements. 

 

Cela vient sûrement du fait qu’en Top 14, Pro D2 et même dans les grosses écuries de Fédérale 1, il y a eu de la casse. Il y a des joueurs qui sont sur le marché donc vous en profitez aussi un peu ? 

 

Oui, aussi. Après, il y a des restrictions budgétaires qui sont là, nous, nous avons baissé le budget de 20%. Donc, j’espère juste qu’effectivement, comme tu l’as dit, que la mayonnaise prendra bien dans notre pioche du recrutement, et j’y crois. Est-ce qu’on ira chercher simplement la 6e place ou le podium de notre poule ? Sur ça, je pourrai peut-être faire des projections le 16 Juin au matin. 

 

On a vu que vous aviez changé de nom et que vous êtes maintenant l’AS Bédarrides-Châteauneuf du Pape Vaucluse, ce qui fera plaisir à ton prédécesseur David Bellucci qui tenait beaucoup à ce club du Vaucluse. Est-ce que la prochaine étape sera d’essayer de monter en Nationale ? 

 

Je ne connais pas l’échéance mais il est clair que, quand j’ai milité pour la création, peut-être pas à si court terme, d’une poule de ce type-là, c’était parce-que pour un club de notre envergure et si on arrive à créer un club disons territorial, ça sera quelque chose de plus envisageable qu’un éventuelle montée en Pro D2 un jour. Je pense que la constitution des budgets ou l’évolution budgétaire que nous devrions avoir pour accéder à cette poule Nationale serait moins compliqué que de constituer un budget pour éventuellement monter en Pro D2. Ce qui veut dire que, sportivement, la création de cette poule Nationale pour des clubs de notre envergure permet de se challenger à nouveau plutôt que de se dire  » on veut bien entendu se maintenir en Fédérale 1, y figurer de belle façon  » tout en sachant que tu ne pouvais pas aller chercher une montée supplémentaire avec tout ce que peut provoquer une montée au sein d’un club. 

 

Tu n’as pas l’impression que maintenant, la Fédérale 1 va être de nouveau la division du rugby de village, du rugby de clocher et des anciens bastions tandis que la Nationale risque de devenir le championnat d’un rugby de territoires, de provinces au sens large du terme, à la mode celtique ? 

 

Je te rejoins tout à fait sur la 2e partie de ton propos. Je pense effectivement qu’il va y avoir des équipes  » provinciales  » qui alimenteront cette poule Nationale. En revanche et encore une fois, quand je vois comment sont staffés la plupart des clubs que je suis qui restent dans cette première division amateur, je ne pense pas que ça sera une fédérale de plus. Ça restera encore avec un parfum de ce qu’on a connu en Fédérale 1 mais avec une petite amertume liée au fait qu’on n’aura pas de très grosses affiches avec des Narbonne, des Bourg-en-Bresse, des Bourgoin-Jallieu avec le passé prestigieux qu’ont ces clubs-là. Ça, on ne l’aura plus. 

 

On va basculer sur le registre sportif avec quelque chose qui a pas mal changé à Bédarrides, c’est l’arrivée d’Arnaud Vercruysse en tant que manager général. Au Mag Sport, on connaît le bonhomme et on l’apprécie beaucoup. Est-ce que la patte Arnaud Vercruysse se fait déjà sentir à Bédarrides, deux mois après son arrivée ? 

 

Oui, puisqu’on travaille beaucoup ensemble sur l’extra-sportif, sur ce qu’on va mettre en place autour du club, ne serait-ce que la façon de communiquer sur les recrues cette saison sur les réseaux sociaux. Il y a d’autres éléments sur lesquels on est en train de travailler pour l’extra-sportif et, en ce qui concerne le sportif, il a bien travaillé sur ce que serait la composition des séances de travail. La reprise réelle des entraînements avec la présence totale de l’effectif est prévue début juillet avec le staff technique. Ça se met en place, le rayonnement de ses valeurs et qualités humaines commencent à transpirer au niveau du club de façon générale. 

 

Comme on l’a dit, vous vous appelez maintenant l’AS Bédarrides-Châteauneuf du Pape Vaucluse. C’est un habillage en termes de «  naming  » comme on dit souvent dans le foot. Quelle sera la prochaine étape pour que l’ASBC s’inscrive vraiment dans ce territoire vauclusien et devienne la locomotive, le club fanion de ce département ?  Ce serait de fédérer autour de soi, d’aspirer, de fusionner, de mutualiser avec d’autres clubs ? 

 

Déjà bravo parce-que tu as détecté quelque chose sur lequel on n’a pas vraiment communiqué puisque ça n’a pas encore été voté en Comité Directeur. Mais effectivement, on va ajouter en base-line à l’ASBC la notion de Vaucluse Rugby parce-que notre club aujourd’hui, que ce soit les espoirs, les nationaux, les U18 ou la première sont composés d’effectifs de joueurs qui viennent d’un peu partout dans le Vaucluse. Dans toute la saison, on vient de recréer des passerelles et beaucoup d’échanges et de communication avec pas mal de clubs du département. L’idée est d’avancer tous ensemble parce-que nous sommes sur un territoire qui est très rural. Nous avons tous les mêmes problématiques qu’elles soient démographiques, économiques ou autres. Donc, l’idée est d’avancer ensemble, encore une fois d’agglomérer un maximum de clubs mais, ce n’est pas  » au dépit de  » mais  » travaillons ensemble pour que ça rejaillisse et que ça profite à tout le monde  » déjà par la formation des jeunes et in fine, pour alimenter les équipes seniors Fédérale 1, 2, 3 et autres en fonction des niveaux sportifs des jeunes. L’idée est là et, de toute façon, le rugby du XXIe siècle sera un rugby territorial et c’est ensemble que l’on doit bâtir ces choses-là. Donc, c’est pour cela que nous nous sommes permis, suite à des échanges avec le Conseil Général, d’introduire cette notion de Vaucluse Rugby. On ne veut rien imposer aux autres, on avance avec beaucoup d’humilité et c’est ensemble que l’on doit construire tout cela. 

 

Je te donne la petite source qui m’a permis de détecter cela : votre compte tweeter vous a trahis

 

Il y a eu une faille, on n’a pas maîtrisé la communication. 

 

J’ai vu en taggant le club que la notion de Vaucluse était apparue et ça m’a interpellé

 

Et bien bravo

 

Et puis, je suis content pour vous parce-que cela prouve que vous passez de la parole aux actes. Cela fait deux ans que je vous entends parler du projet d’être le club central dans le Vaucluse et je vois que les idées commencent à faire des petits

 

Exactement parce qu’on a trouvé beaucoup d’écho et beaucoup de présidents, quel que soit leurs niveaux d’évolution, sont compatibles avec le projet donc c’est bien 

 

On va suivre ça attentivement au Mag Sport et on vous souhaite une bonne saison. Déjà, une bonne inter-saison, que le rugby reprenne le plus vite possible, que le Covid-19 soit derrière nous et que ça soit un mauvais souvenir pour qu’on se retrouve tous autour de la grande tablée du rugby

 

On est tous d’accord et à très bientôt

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-9-juin-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de David Lelievre lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 9 juin 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s