#Rugby – N1/ A.Roumegoux (Albi) : «On nous l’a fait un peu à l’envers!»

Le président de la SASP Sporting Club Albigeois, nous a accordé un entretien ce mardi 9 juin 2020, pour faire le point sur les bouillants sujets d’actualité des jaunes et noirs. Du combat pour monter en Pro D2, à la création de la nouvelle poule « Nationale » en passant par la relégation administrative des espoirs, encore le sujet de finances le président Roumegoux n’a éluder aucune questions. Mais Alain Roumegoux, qui a voté pour la création de la division intermédiaire entre Pro D2 et Fédérale 1, pousse un coup de gueule quant à la manière dont France Rugby et ses dirigeants l’ont mis sur le fait accompli, lors du séminaire FFR du 5 juin. En clair le Sporting Club Albigeois affronte l’adversité depuis 2 saisons, mais a l’image de son président, ne compte pas courber l’échine.

Alain, j’imagine qu’une partie de ton cœur est assez triste car, une fois de plus, le Sporting Club Albigeois ne montera pas en Pro D2. Et malheureusement, cela ne s’est pas décidé sur le terrain mais dans les arcanes. On peut penser qu’au  Sporting Club Albigeois, ce moment a été assez difficilement vécu avec ce refus du monde professionnel de voir les jaunes et noirs revenir à la maison, à savoir la Pro D2 ? 

 

Je n’ai pas encore abdiqué. Il est vrai qu’on a toujours espoir mais il est vrai que les clubs professionnels veulent rester à 30. Après, c’est bien sûr parler des autres car, on ne sait jamais, on a toujours une porte  » d’ouverture  » : au cas où un club descendrait pour une raison quelconque, comme nous sommes premier national, on a toujours une chance de monter. Nous visons toujours la Pro D2, nous l’avons toujours à l’esprit mais il est vrai que le pourcentage a nettement diminué depuis ces dernières semaines et aujourd’hui, on se sent un peu spolié puisqu’on nous dit que nous serons en fédérale. On trouve cela injuste, surtout que ce n’est pas la première fois où l’on se sent un peu lésé. On va essayer de continuer et si on continue, c’est justement parce qu’on garde toujours cet espoir qu’une fenêtre s’ouvre pour pouvoir monter. 

 

On sait qu’Albi a voté pour la Nationale 1. C’est une compensation mais cette division reste une maigre consolation. Certes, cela va être un beau challenge sportif, il va y avoir un beau défi à relever mais j’imagine que, que ce soit pour vous les dirigeants ou pour les joueurs, ça ne remplacera pas la Pro D2 ? 

 

Non, de toute manière, c’est vrai qu’on vise la Pro D2. Après, c’est vrai que nous sommes encore un club de Fédérale 1 jusqu’au 30 Juin donc, il est que l’on était obligé de participer au vote. Ce dernier a eu lieu par visio-conférence avec tous les présidents et, en ce qui nous concerne, on a bien sûr toujours demandé une division nationale. Pour moi, qu’il y ait 12 ou 14 clubs, cela ne me dérange pas, Laporte a émis le vœu qu’il y ait plus de clubs pour se rapprocher un peu de ce qui se fait à l’échelon supérieur afin de mieux préparer les clubs. Moi, je suis favorable à ce sujet mais par contre, on nous l’a fait un peu à l’envers. 

 

Je pense que tu veux parler des espoirs ? 

 

Oui, parce qu’en définitive, nous n’étions pas au courant. C’est vrai qu’ils voulaient que les équipes espoirs suivent les équipes premières mais nous sommes 4 clubs de Fédérale à avoir nos espoirs en poule Élite, place que l’on a gagnée sur le terrain. Il faut savoir que pour nous, c’est une double peine et je dirai même une triple peine car, quand nous sommes descendus de Pro D2, les espoirs étaient en poule Élite et on les a descendus en Fédérale. L’année suivante, ils ont changé les règlements en disant  » maintenant, il faut tenir compte du sportif  » et on a fait le job. Le centre de formation que nous avions, à l’époque dirigé par Julien Guiard, a fait le job, on est arrivé en finale contre Valence-Romans et on a pu monter à l’échelon supérieur qui est la poule Elite et où l’on rencontre les clubs professionnels alors que certains clubs professionnels ont leurs espoirs en Fédérale. Et là, maintenant, une fois que nous sommes montés, on revient vers nous pour nous dire  » on vous redescend les espoirs  » alors qu’on nous empêche de monter, c’est donc une double peine. Franchement, nous étions en colère mais je n’étais pas le seul parce qu’avec les présidents de Narbonne, dont les espoirs sont même dans une poule supérieure à nous, ainsi que ceux de Bourg-en-Bresse et Massy, on nous a mis devant le fait accompli. Et je dirai presque que, si nous n’avions pas posé la question, nous n’aurions pas été au courant que nous avions nos espoirs en Fédérale. Il a fallu poser plusieurs fois la question pour que l’on comprenne et là, franchement, personne ne nous l’avait dit. Avec nos 4 clubs, nous avons bougé pendant le week-end et nous nous sommes adressés au président et au vice-président pour leur dire que nous n’étions pas d’accord. Il faut savoir qu’avec les centres de formation, nous avons des salariés, une structure, ça a un coût car nos joueurs sont nourris, logés. On s’occupe de leurs études, nous avons quelqu’un de spécialisé, qui doit être agréé par l’Education Nationale, qui s’occupe des études de ces jeunes. On recrute dans ce sens car on recrute pour la poule Elite et aujourd’hui, alors que les recrutements sont faits, on nous dit  » vous n’en faites plus partie « . Ce n’est pas normal parce-que c’est un budget, un investissement et aujourd’hui, on veut nous descendre. Nous avons saisi la Fédération et nous espérons avoir une dérogation sur ce qu’on a dit à savoir que, pour l’année à venir, les 4 clubs puissent rester en poule Elite. Mais, je me méfie de ce qui se passe à l’échelon supérieur donc nous, nous prêchons pour garder ces espoirs en poule Elite. 

 

Un Sporting au combat sur tous les fronts : la Pro D2, les espoirs. On ne lâche rien, comme on dit ? 

 

Je suis énervé parce-que tout va contre nous, ça ne peut pas durer. Donc, il faut quand même qu’ils nous laissent une porte de sortie pour ces jeunes qui veulent venir à Albi ou pour ceux qui viennent de l’école de rugby car il faut savoir que nos écoles de rugby ont mis en place beaucoup de joueurs pour qu’ils jouent aussi bien en Fédérale, Pro D2 ou Top 14. On peut même se vanter sur ces 10 dernières années d’avoir eu 4 internationaux sortis de notre Pôle Espoir. Nous sommes quand même un club formateur donc, nous enlever cela, c’est franchement dommage. Et en plus, l’autre fait, c’est que cela a un surcoût car avec 14 clubs dans cette fameuse poule Nationale, nous avons beaucoup de longs déplacements. Nous avons fait le calcul, nous dépassons les 11 000 km ce qui signifie que les espoirs vont devoir partir à part car on ne peut pas tous prendre le même bus, il va falloir qu’ils prennent des hôtels. C’est très éloigné, cela fait un coût très important et en plus, ce ne sont pas des professionnels mais des étudiants pour la plupart. Leur faire faire à chaque fois plus de 1 000 km à chaque match, ce n’est pas envisageable. De tous les clubs qui sont en Nationale, nous sommes les 4 clubs spoliés donc, qu’ils le fassent pour les clubs qui  jouent en région, c’est tout à fait normal et je suis d’accord mais pour nous, non. Donc, je suis en colère et je le dis ! 

 

Et puis, s’il y a 4 clubs qui descendent, il y a 4 clubs qui montent et dans ces derniers, il y a  Rouen. Comme on se retrouve ! 

 

Ca, ils n’y sont pour rien (rires)

 

C’est le destin mais à chaque fois, Albi et Rouen se percutent

 

Ils ont la chance de leur côté, nous, on ne l’a pas, je n’ai rien à dire là-dessus. Nous, nous avons fait le travail de formation, nous avons gagné notre place en poule Elite et nous le méritons ! Et là, qu’on descende comme cela, ce n’est pas possible surtout que, si nous n’avions pas posé la question, on ne nous l’aurait pas dit ! On aurait été amer, très amer donc, je ne sais pas, nous attendons une réponse. Il n’y a rien d’officiel, j’espère que lorsqu’ils voteront le 15 ou le 16, ils vont tenir compte de notre courrier, celui que nous avons adressé avec Massy, Narbonne et Bourg. 

 

Pas de Pro D2, descente des espoirs, la couleuvre commence à être grosse à avaler ? 

 

Oui mais bon … J’ai dit ce que je pensais et maintenant, ça suffit ! 

 

On va revenir sur cette Nationale car actuellement, c’est la division où évoluera Albi. Comme tu le disais, on espère qu’un jour, on arrivera à accéder à la Pro D2 et le plus rapidement sera le mieux, tout comme le chemin le plus court sera le mieux. Il y a aussi eu des négociations pour cette Nationale avec une participation de la Ligue et là aussi, ça a été un gros bras de fer entre la FFR et la LNR. Est-ce que cette aide financière, apportée conjointement par la Ligue et la FFR, convient au Sporting Club Albigeois ? 

 

Dans le budget alloué, ils nous ont dit qu’il y avait 150 000€ de droits TV à répartir, je présume, sur les 14 clubs, car c’est le vœu de Bernard Laporte donc là, ce sera selon les matches diffusés. Ensuite, ils ont dit qu’il y aurait 600 000€ pour la formation et le reste, environ 1M, pour les déplacements. Au final, cela ferait 1M7 pour les clubs qui ont été retenus. Je dirai que ça paye les très longs déplacements et on aura besoin d’indemnités car, nous avons regardé et nous avons 11 grands déplacements avec, bien sûr, un coût élevé. 

 

Cette poule Nationale peut aussi générer un peu plus de billetterie parce qu’il va y avoir de belles affiches. C’est aussi la bonne nouvelle car, on l’a vue en Fédérale 1, lorsque des équipes venaient d’un peu loin et ne parlaient pas trop aux supporters albigeois même si c’était parfois à tort car on a vu des beaux matches, on avait du mal à remplir le Stadium. Un des vœux du Sporting Club Albigeois est aussi de recréer cette dynamique populaire qu’il y avait autour du peuple jaune et noir ? 

 

Peut-être que pour les Albigeois, certains clubs sont moins connus mais sur l’ensemble du territoire, il y a quand même de belles équipes et nous aurons de bons matches. J’inviterai bien sûr les supporters à nous soutenir parce qu’il y aura plus de matches et cela générera des recettes. Au niveau de ces dernières, j’aime bien les derbys parce qu’au niveau de mes gènes et en tant qu’ancien graulhetois, j’adore les derbys. Bien sûr, il y a peut-être la différence de niveau mais j’aurai eu plaisir à rencontrer mes amis de Lavaur, Graulhet ou Mazamet. Si nous avions eu une poule régionale, on aurait retrouvé Narbonne, Blagnac, Tarbes peut-être et nous aurions aussi eu les recettes en poule régionale. Mais ce nouveau challenge est pour préparer le futur, c’est une bonne chose et il y aura de belles équipes donc de beaux matches à Albi avec, bien sûr, un peu plus de suspense que ce que l’on a eu cette année, surtout quand nous jouions à domicile. 

 

Nous avons eu des échos qu’à la DNACG, certains clubs sont dans le viseur et que donc, il y a aurait peut-être une possibilité de voir Albi monter par ce biais. On a aussi le souvenir de Béziers, il y a quelques années de cela, qui avait été repêché 10 jours avant le début du championnat, quand Albi était à l’époque en Pro D2. Est-ce que ce n’est pas un risque d’être repêché trop tard pour pouvoir s’armer budgétairement, sportivement et arriver avec tous les atouts en Pro D2 ? 

 

La problématique, c’est qu’on a 90% de l’équipe et si cela devait arriver et que l’on fasse le recrutement au mois de Juillet, cela fait un peu tard. Il nous faut 3 ou 4 éléments de plus par rapport à ce que l’on a déjà recruté et ce qu’on a sous contrat. En définitive, la particularité que l’on a, c’est que tous les contrats sont signés pour la Pro D2. Il nous faut 3 ou 4 éléments de plus mais, plus tard cela se fait, plus ce sera difficile. Après, je ne prêche pas pour que des clubs descendent et en plus, je crois que pour boucler l’année financièrement, ils sont plus avantagés que nous car ils ont bénéficié du chômage partiel et les charges fixes, qui sont les mêmes que nous car nous sommes un club professionnel, sont payées par les droits TV. Ils perçoivent 100% des droits TV alors qu’il leur manque un quart du championnat mais ils ont pu bénéficier de ça. Il faut aussi savoir que cette période nous pénalise parce-que j’ai des charges fixes à hauteur de 40 000€ par mois en loyers, véhicules infrastructures et sur 4 mois, cela fait quand même un budget de 160 000€ sans recette et je n’ai pas les droits TV. Je remercie tous les partenaires qui nous ont suivis pour nous soutenir parce-que, budgétairement, je n’ai pas les droits TV et il faut que l’on se débrouille. Pour le moment, nous avons fait le nécessaire pour boucler l’année et j’attends toujours qu’on nous sollicite pour monter à l’étage supérieur. 

 

On a vu également que la Mairie d’Albi était venue au soutien, comme souvent. La Mairie est un partenaire privilégié du Sporting Club Albigeois qui a amené 220 000€. Il y a une clause pour la montée en Pro D2 mais, en cas de Nationale, est-ce que la somme restera la même ? 

 

Ils ont voté Pro D2, c’est technique et ça relève de la comptabilité. Pour jouer en Fédérale, il faut 100 000€ de capitaux propres ce qui veut dire que, quand on a équilibré les comptes, cela correspond à peu près au surplus, au bénéfice donc, nous avons ces 100 000€ de capitaux propres pour jouer en Fédérale 1. Mais, si on veut jouer en Pro D2, cela correspond à 15% de la future masse salariale ce qui représente pour nous 300 000€. De ce fait, grosso modo , on a un besoin de 200 pour passer de 100 à 300. C’est une obligation que l’on a si on veut vraiment monter et c’est pour cela que l’on a des besoins. Et je remercie bien sûr l’équipe en place qui nous permet de pouvoir accéder à l’échelon supérieur parce qu’ils veulent garder une équipe dynamique à Albi et qui puisse accéder au niveau au-dessus. Ils sont autant frustrés que nous par rapport à ces deux dernières années. 

 

On sait aussi que le Covid a eu un impact non négligeable sur le rugby hexagonal, que ce soit à l’échelle amateur pu professionnelle. On entend des chiffres de partout, que ce soit pour le Stade Toulousain, pour des petits clubs ou des clubs de tailles moyennes. Est-ce qu’au Sporting, vous êtes arrivés à retomber financièrement sur vos pattes malgré le Covid 

 

Pour cette année oui mais quel sera le futur ? Habituellement, on commence le démarchage fin Juin / début Juillet des entreprises pour préparer la nouvelle saison. Aujourd’hui, c’est mal venu d’aller voir les entreprises, surtout certains qui sont encore en difficulté, qui n’ont pas repris ou alors à moitié. Ce n’est pas la bonne période donc, pour nous, c’est un challenge pour le futur et de savoir quelles vont être nos recettes sur l’année qui vient. Dans la grosse part des recettes, il y a les supporters, c’est une chose mais ça vient aussi beaucoup des partenaires et du club affaires. Et là, je dirai qu’on part un peu dans l’inconnu donc, on essaie de réduite un maximum les dépenses dans le prévisionnel. 

 

On va re-basculer sur le registre sportif pour terminer. On sait que tu es devenu président en même temps que l’arrivé d’Arnaud Méla et Jérémy Wanin comme coaches. On a compris, car il nous l’a dit clairement, qu’Arnaud restait, que ce soit en Nationale, en Fédérale 1 ou en Pro D2. Est-ce que le fait qu’Arnaud Méla et Jérémy Wanin restent aux manettes était une condition sine qua non pour que le Sporting continue sa marche en avant ? 

 

Tout à fait. Quand j’ai pris la présidence, ils sont tous les deux venus entraîner. C’était un contrat de 4 ans, chose qu’on nous avait d’ailleurs suffisamment reprochée à l’époque. Mais moi, je ne voulais plus avoir ce qu’on avait eu pendant les 4 dernières années à savoir changer d’entraîneur chaque année ce qui est d’ailleurs ce qui nous a amenés à descendre. Je préférai revivre l’époque d’Éric Béchu qui nous a fait évoluer en peu de temps. Au départ, bien sûr, Arnaud Méla était un jeune entraîneur qui débutait avec Jérémy Wanin mais on a décelé en eux des travailleurs. Ils étaient en apprentissage la première année mais maintenant, je crois que nous avons deux bons entraîneurs et j’ai confiance en eux. Ils font la saison supplémentaire mais c’était des engagements qu’ils avaient pris avec moi. Si on est en Pro D2, ils auront atteint leur objectif et on espère qu’ils resteront encore plus longtemps au Sporting. 

 

On entend beaucoup de supporters demander quand il y aura des annonces transferts. Rassure-nous, dans quelques jours, on va voir arriver de bonnes nouvelles avec de nouveaux joueurs ? Car les supporters sont impatients d’entendre quelques nouvelles de ce côté-là

 

Il y en a déjà trois qui ont été annoncées. 

 

Dimitri Tchapnga, Quentin Pilet et Thomas Toevalu

 

Toevalu ne venait que pour la Pro D2 mais il nous a appelés et il a signé pour la Nationale. Après, nous sommes sur deux joueurs (dont Gary Lo qui a signé jeudi) mais ce n’est pas signé et nous sommes en attente. Il y aura aussi quelques départs donc j’attends la décision et l’Assemblée Générale de la Fédé le 16 Juin pour voir comment ça va être bouclé. Nous avons toujours l’espoir de monter mais, à ce jour, pour recruter, il faut voir les joueurs qui étaient en fin de contrat. On est en discussion donc, d’ici la fin du mois, nous aurons une réponse. Si le championnat démarre en Septembre comme ils l’ont dit, l’entraînement débutera début Juillet, si bien sûr tout va bien avec les contraintes sanitaires. Il y a même déjà deux matches amicaux qui sont programmés, un en Août et un début Septembre. 

 

Les matches amicaux seraient Aurillac et Carcassonne ? 

 

Oui, c’est ça. Je n’ai pas les dates sous les yeux mais nous l’annoncerons officiellement. Pour l’instant, ce sont ces deux clubs de Pro D2 et après, on attendra début Septembre pour le 3e match, si la saison peut démarrer le 12 ou 13 Septembre. 

 

On te remercie de nous avoir fait ce point de passage dans une période qui n’est pas simple, entre Covid, bataille pour la Pro D2, bataille pour les espoirs et le recrutement qui est en train de s’amorcer. C’était très sympa de venir nous faire un petit état des lieux pour tous les supporters albigeois qui étaient en attente de nouvelles car ils avaient entendu des sons de cloche de partout. Au moins là, nous avons le carnet de bord

 

On s’accroche et on ne lâche pas ! Ça a toujours été notre devise, on va à fond. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-9-juin-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw d’Alain Roumegoux, lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » du 9 juin 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s