#Football – D1F / Bouillot (Dijon) : « Heureuse du parcours que j’ai pu avoir »

Le DFCO vient de faire un premier point sur son effectif pour la saison prochaine. Nous apprenons les départs d’Emmeline Mainguy, Elise Bussaglia, Pauline Dechilly mais surtout de Laura Bouillot. L’attaquante dijonnaise a pris la décision d’arrêter sa carrière de joueuse à haut-niveau. Joueuse incontournable depuis son arrivée en 2014 et meilleure buteuse de l’histoire du club (71 buts), elle nous livre un entretien exclusif. Rencontre.

Laura, la nouvelle vient d’être annoncée officiellement, c’est la fin de ton aventure avec le DFCO, une histoire qui a duré 7 longues saisons. Tu as connu les premières heures du DFCO, la montée en D1, deux maintiens. Qu’est-ce que tu retiendras de tes années dijonnaises ?
Évidemment, la montée en D1 sera sûrement mon souvenir le plus marquant, mais je pense que je retiendrai aussi beaucoup les premiers moments que j’ai vécu ici, les points qu’on a dû arracher contre des équipes bien plus fortes pour remonter au classement ! Et plus sur le plan social, évidement les rencontres que j’ai faite ici, des coéquipières qui sont maintenant des amies.

« Evidemment le fait de moins jouer, pour l’investissement que cela demande, a beaucoup joué sur la balance »

Tu as décidé d’arrêter avec Dijon. Qu’est ce qui t’a poussé à prendre cette décision et qu’est ce qui aurait pu te faire continuer une saison de plus ?
 J’ai décidé d’arrêter maintenant car il devenait un peu compliqué pour moi de gérer le travail et le sport, tant sur le plan de la fatigue que sur le besoin d’un peu plus de temps libre. J’aurais certainement refait une année si j’avais pu avoir un emploi du temps bien plus adapté pour m’entraîner mais ce n’est pas possible. Et évidemment le fait de moins jouer, pour l’investissement que cela demande, a beaucoup joué sur la balance.

Cette fin de saison met fin tes 15 saisons à haut-niveau. Tu es passée par Yzeure, Saint-Etienne, Dijon, près de 250 matchs à niveau national pour plus de 120 buts, des chiffres remarquables. Certains pensent que tu aurais pu aller encore plus loin. Est-ce que tu as des regrets sur ta carrière ou si tu pouvais changer quelque chose, qu’est ce que ce serait ?
 Je n’ai pas spécialement de regrets car je suis heureuse du petit parcours que j’ai pu avoir. Si j’avais pu changer quelque chose, ce serait sûrement d’avoir osé me professionnaliser plus tôt, en partant dans des clubs comme Bordeaux, Montpellier ou Seattle quand ils m’ont contacté lors de ma première belle saison à Yzeure.

Laura Bouillot sous le maillot dijonnais lors de la saison de la montée en D1
© Vincent Poyer / DFCO

Tu as vécu de l’intérieur l’évolution du foot féminin avec les structures professionnelles, la médiatisation, le statut professionnel des joueuses et des staffs. Est-ce que tu as remarqué une évolution dans les mentalités de tes coéquipières également ? Quel regard tu portes sur cette évolution du foot féminin ?
 J’ai bien sûr remarquer ce changement chez les joueuses, au fil des années le niveau sportif augmente et l’investissement de chacune aussi, les filles sont devenues de vraie joueuses à temps plein, leur job quoi.
Cette évolution me paraît logique, et j’espère que la médiatisation continuera de progresser, et qu’au bout du compte on  ait 2 vraies divisions nationales professionnelles.

« Les joueuses qui portent le maillot pour l’amour de leur club vont se faire de plus en plus rare »

Avec cette évolution, on voit qu’il y a plus d’enjeux économiques, financiers, publicitaires, les primes et les salaires des joueuses ne cessent d’augmenter. Est-ce que cette évolution peut avoir des côtés négatifs ? Est-ce qu’il y a toujours autant de plaisir à jouer au football, à l’aller à l’entrainement ou est-ce que les enjeux ont pris le dessus ?
De mon point de vue oui, ces changements ont eu un rôle sur le plan peut-être humain, évidemment que la rigolade a l’entraînement est un peu moins présente, et finalement avec les enjeux de recrutements, financiers, les joueuses qui portent le maillot pour l’amour de leur club vont se faire de plus en plus rare. Mais c’est normal !

Maintenant que tu as décidé d’arrêter, quels vont être tes projets pour la suite ?
J’ai plein de projets en tête mais le plus important, c’est de m’entraîner pour le championnat du monde de soulevé de caravane !

Propos recueillis par Romain Brunot

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s