#Rugby / T.Murie «Si quelqu’un a pensé que la LNR allait envoyer de l’argent… c’était juste utopique!»

Thierry Murie, l’ancien vice-président en charge du monde amateur à la FFR, nous a accordé un entretien XXL, pour nous donner le fond de sa pensée sur les dossiers d’actualités qui émaillent le rugby français. L’ex numéro 3 de France Rugby s’est donc livré, sans ambage et avec son style direct caractéristique . Focus sur un ancien haut dirigeant de l’ovalie hexagonale, qui ne goûte que très peu la méthodologie et l’orientation de la réforme de la fédérale1/Nationale1/ProD3.

 

 

Thierry, nous t’avons invité au Mag Sport pour nous parler un peu de l’actualité parce-que tu as eu  » la chance  » de démissionner il y a un an, ce qui t’a évité une grosse galère avec la crise du coronavirus ? Suite à deux articles sortis dans nos colonnes, l’interview de Maurice Buzy-Pucheu et celle d’Arnaud Méla, tu nous as contacté par texto et donc, nous nous sommes dits qu’il serait très utile d’avoir ton éclairage et ton point de vue sur la situation. Pour commencer, peux-tu nous donner ton point de vue général sur le rugby amateur et le rugby français après cette crise Covid-19 qui a tout chamboulé dans le monde ? 

 

Comment je vois les choses ? Je suis aujourd’hui un petit peu dans l’incompréhension et je pense qu’on ne connait pas les tenants et les aboutissants. Je ne suis plus à la Fédération donc oui, je ne comprends pas, mais je pense qu’il faut un peu reprendre la genèse de tout pour comprendre un peu ce qu’il se passe. Si je ne prends que le cas de la Fédérale 1, la genèse commence au mois de Novembre quand les clubs se réunissent, et décident à la quasi-majorité de repartir sur le modèle à 48 clubs en Fédérale 1 avec les espoirs et que ça leur convient. Tout le monde est satisfait et, effectivement, ils prévoient dans les deux années de faire une sorte de commission avec des présidents de Fédérale 1 pour réfléchir à leur avenir. C’est ce que je retiens de ce qu’il s’est passé à cette date-là. Entre-temps, arrive le Covid qui fait que la Fédération, en l’occurrence Bernard Laporte, prend la décision de ne pas déclarer une saison blanche et de ne faire que des montées de clubs et aucune descente. 

 

Et ce, pour respecter les dynamiques sportives

 

Oui mais une dynamique sportive qui s’est arrêtée au bout de 15 journées alors qu’il y en avait 18, pas de phase finale de faîte. En tous cas, c’est la décision qui est prise par la Fédération, en avant-première, avant toutes les autres Fédérations. Mais elle la prend seule, c’est à dire qu’elle ne pose pas la question à la Ligue Nationale de Rugby de savoir comment ils vont procéder parce qu’il y a un lien entre les deux. Et ce lien, suivant la décision que pourrait prendre la Ligue, peut être rompu, ce qui est d’ailleurs le cas actuellement. Donc cette décision est prise seule et le pacte, que la Fédération a passé avec les présidents de clubs en Novembre, vole en éclat suite au Covid. Pourquoi pas ? Là, la Fédérale 1 se retrouve à 60 clubs, la Fédérale 2 reste comme elle est et la Fédérale 3 est aussi gonflée de 12 clubs. Une fois que les effets d’annonces sont faits, je pense qu’il commence à se poser des effets de bords à savoir les conséquences d’une telle décision. Ces effets de bords commencent à s’enclencher, plus ou moins bien et plus ou moins acceptables. 

 

Toi, à la place de Maurice Buzy-Pucheu puisqu’il est ton successeur, comment aurais-tu géré cette situation ? Car, tu peux convenir qu’il n’était pas simple de gérer une situation telle que celle-là

 

Franchement, je ne sais pas comment je l’aurai gérée. Il y a d’abord une volonté politique du président qui a été de faire monter tout le monde. Je ne vais certainement pas faire plaisir aux Albigeois mais je pense qu’un statu quo aurait été relativement raisonnable, bien sûr en recomposant les poules derrière parce qu’il y avait eu des engagements pris envers des clubs qui étaient dans des poules avec un peu trop de déplacements. On mesure maintenant tous les dommages collatéraux parce-que tout le monde est en train de s’apercevoir, deux mois après les annonces, que c’est très compliqué et qu’en fait, à aujourd’hui, personne ne sait ce qu’il se passe. Et donc, avec l’annonce faite par le président de faire monter 60 clubs, on a vu des élus contacter les clubs en leur disant  » vous montez et toi tu ne descends pas « . En effet, je ne connais pas un président qui va dire  » non, moi je n’ai pas envie « . Il y en a eu deux, Bergerac et ensuite Villefranche-sur-Saône, qui s’est fait un petit  » peur  » dans cette division, qui ont dit  » non, on n’y va pas et on reste dans la dynamique qu’on s’était fixé « . Pour moi, le problème est qu’on a invité des clubs ou qu’on a fait des choses sans connaître les règles et aujourd’hui, personne ne connaît les règles de la Fédérale 1. Quelles vont être les règles de la Fédérale 1 l’année prochaine ? Qui monte, qui descend, comment, 5 poules ? Et l’effet d’annonce qui est fait est de dire que, pour alléger les finances des clubs, on crée 5 poules de 12 géographiques avec nos 60 clubs qui vont faire du bien aux portefeuilles de tout le monde. La base est là, du moins, c’est ce que j’en ai compris. 

 

Ça permet de faire des économies en termes de déplacements et on couple aussi les espoirs et les seniors pour les mettre tous dans le même bus. C’était le concept initial

 

C’était en effet le concept initial. On est d’accord ou on n’est pas d’accord mais il y a une commande politique, elle se respecte. Bernard est président, il décide et les gens font. 

 

Cette volonté de Bernard Laporte et de la Fédération Française de décider d’impulser cette dynamique, à savoir que des montées et pas de descente, s’est fait dans un contexte historique. Il a voulu mettre une empreinte historique sur ce championnat qui restera hors du temps. Est-ce que tu penses qu’à la base, c’était une bonne initiative ? 

 

Je ne sais pas si c’est une bonne initiative sans avoir mesurer les effets de bords. Je ne dis pas que s’en est une mauvaise mais force est de constater qu’aujourd’hui, pour moi en tous cas, ce ce que je connais et de ce que je vois, les effets de bords ne contentent pas non plus tout le monde. Moi, j’avais cru comprendre qu’à 60 clubs, tout le monde était content mais maintenant, en mesurant les effets de bords et toutes les conséquences que cela a, ce n’est en fait à priori pas le cas. Le problème d’inviter des clubs, de leur dire de monter, de créer une poule nationale ou quoi que ce soit, c’est qu’il faudrait au moins que les présidents connaissent les règlements avant de prendre leurs décisions. Quel va être le modèle de compétition l’année prochaine en Fédérale 1 ? Aujourd’hui, personne ne le sait. Donc, tout le monde s’est engagé dans des recrutements, dans des ci, dans des ça mais personne ne connait le modèle de fonctionnement de la Fédérale 1 la saison prochaine. A aujourd’hui, personne ne sait et, à priori, la Fédération non plus. Si je me réfère à l’interview que Maurice a fait sur ton antenne, on parle de Pro D3 mais ça n’en sera pas une car, qui dit pro dit code du sport et délégation professionnelle donc, elle ne peut pas être appelée Pro. Du coup, c’est une Nationale mais qui en fait n’en est pas une, elle fait partie des 5 poules de 12 mais elle est détachée donc, on revient à la Poule Elite mais on nous dit que ce n’est pas une Poule Elite, bref, aujourd’hui, on ne sait rien. Cette  » Poule Nationale « , est-ce qu’elle a un cahier des charges ou pas ? Je pense qu’on mélange tout et je comprends que les divisions fédérales n’ont pas de cahiers des charges mais des règlements. La Fédérale 1, la Fédérale 2 et la Fédérale 3 adhèrent à un règlement commun à tous les clubs. Et, en Fédérale 1, il existe un cahier des charges pour les clubs qui veulent accéder à la Pro D2 et c’est donc le seul cahier des charges qui existe. Donc, est-ce que cette Nationale sera soumise à ce cahier des charges ? Si c’est le cas, il y a des clubs qui ne pourront pas y être parce qu’ils ne répondent pas aux critères. Ou, est-ce qu’il n’y a pas de cahier des charges et dans ces, quels sont les critères ? 

 

On a aussi entendu parler de cahier des charges  » à tiroirs « 

 

Qui a dit ça ? 

 

Ce sont des échos d’un cahier des charges à tiroirs ou adaptables selon les invités

 

Ça, c’est du petit arrangement entre amis. Tu fais des choix, je réponds oui, non, ça on s’assoit dessus, ça n’existe pas ! C’est comme si tu prenais les 14 clubs du Top 14 et que chacun ait un règlement différent selon la typologie de son club. 

 

Je ne fais que le perroquet

 

Franchement, je ne pense même pas que la Fédération ait pu envisager à faire un règlement à tiroirs parce-que ça laisse la porte ouverte à tellement de choses. Selon qui tu es ou qui tu connais, tu peux jouer ? Ça me parait vraiment très délicat et je ne pense pas que ça puisse être adapté. Pour en revenir au cahier des charges, s’il n’y en a pas, le seul critère qui pourrait être invoqué pour cette Poule Nationale ou Elite, c’est le critère sportif. Cela veut dire qu’on a arrêté une compétition au bout de 15 journées, que l’on a déterminé un classement et que donc, les 12 premiers de ce classement vont jouer dans cette poule. D’après ce que j’ai cru comprendre, sur les 12 clubs, il y en a un qui refuse, en l’occurrence Saint-Jean-de-Luz. Pour moi, il n’y a pas beaucoup de solution : ou on fait la même erreur à savoir aller chercher au plus profond du classement pour trouver un remplaçant, ce qu’on a grosso modo fait avec la Fédérale 2, ou on se dit qu’il y a 99 chances sur 100 que la Fédérale 1 se retrouve boiteuse à 59 clubs et la Poule Nationale se joue à 11 clubs. 

 

Et on revient à la configuration de la Fédérale 1 Elite où il n’y avait quasiment qu’un match par mois et quasiment pas de rythme pour préparer la Pro D2

 

Que tu es 11 ou 12 matches, le rythme était sur deux rencontres dans la saison, ce n’est pas un faux rythme. Mais aujourd’hui, tu ne peux pas aller repêcher pour dire  » je veux une poule de 12 parce qu’il faut qu’ils fassent de la recette  » en en amputant sur les 4 poules de 12 en en mettant une à 11. Les 11 clubs de cette poule peuvent aussi revendiquer qu’eux aussi, avec une année de Covid, ont besoin de faire de la recette. Il me semble que c’est légitime. Sinon, il faut peut-être aller chercher le 40e de Fédérale 2 pour combler une place potentiellement vide en Fédérale 1, ce qui serait encore un non-sens. 

 

Quand on prend un peu de hauteur, on a l’impression que cette idée de Poule Nationale a resurgi suite à la problématique de la montée ou non-montée d’Albi et de Massy. Pour contenter ces deux clubs ainsi que 5 ou 6 clubs qui criaient qu’ils ne voulaient pas ces 5 poules de 12, on a un peu rompu le pacte qu’il y avait avec les 48 autres clubs ? Avec 5 poules de 12, il y avait 6 clubs d’en haut qui criaient, et c’est légitime car ils défendent leurs intérêts. Et aujourd’hui, avec la Poule Elite, on a le sentiment que ce sont les 40 clubs d’en bas qui crient à leur tour par rapport à la perte financière de ne pas avoir Dijon, Bourgoin ou Bourg dans leurs poules

 

Le postulat de base qui a été vendu aux clubs, c’est  » on passe à 60 pour garder la dynamique sportive et pour faire 5 poules de 12 ultra géographiques qui vont vous faire faire des économies « . C’est ce qui fait que les présidents de clubs s’assoient un petit peu sur leur réunion de Novembre, ajouté au fait que cela s’est décidé au début du confinement où personne n’avait de visibilité sur le championnat et avec un effet psychologique traumatisant, avec beaucoup de décès. Ces effets d’annonces font partie de la communication politique donc, pourquoi pas ? Je ne suis pas contre la création d’une Pro D3 ou d’une Poule Elite mais, comme l’a dit Alain Piguetet je pense qu’il n’a pas tort, je crois que le tempo n’est pas bon. Ce n’est pas sur un coup de fil de Bernard un dimanche après-midi que les présidents de clubs peuvent prendre leurs décisions surtout, et je le répète, sans connaître le règlement. Comment peux-tu prendre une décision comme celle-ci sans connaître le règlement ? Parce-que si le règlement est de dire que la Fédération va envoyer à ces clubs-là beaucoup d’argent, tous les clubs sont concernés ! On peut inventer les sommes que l’on veut, 200 000, 400 000€ mais si demain la Fédération propose à des clubs de Fédérale 1 d’augmenter leur budget de 300 000€, tu vas voir qu’ils vont y aller en Poule Nationale ! Avec 300 000€, tu commences à construire des matches qui sont un petit peu plus jolis que quand tu ne les as pas. 

 

Réglementairement, la Fédé peut imposer à Saint-Jean-de-Luz d’aller dans cette Poule Elite, même si on sait bien que le bon sens veut que la Fédé ne le fasse pas ? 

 

Réglementairement, non, ils n’ont pas la possibilité de l’imposer. D’autant plus que je crois que le dernier Comité Directeur a décidé que les clubs qui refusaient l’accession ou quoi que ce soit pouvaient le faire librement. Ça serait donc un non-sens d’obliger Saint-Jean-de-Luz, qui a pris du recul, à figurer dans cette poule. Connaissant bien Éric Bonachera, son comportement ne m’étonne pas : c’est toujours réfléchi et avec une vraie vision de son club, en sachant qu’il n’a pas envie d’aller au casse-pipe, chose que je peux vraiment concevoir. Je pense que la base a changé, la Fédération a pris cette décision de changer le format de compétition car la Ligue a pris celle de geler les compétitions plus tard. Je pense que la décision de la Fédération aurait peut-être pu attendre que la Ligue prenne la sienne pour voir communément avec elle comment mesurer les effets du gel. 

 

On en arrive quasiment à un débat de société sur le rugby : qui gère le rugby français, la Fédé ou la Ligue ? Qui impulse les directives ? Est-ce que le rugby amateur doit se caler sur le rugby professionnel ou est-ce que le rugby professionnel doit se caler sur les impulsions de la Fédé ? C’est là également que l’on arrive à une croisée des chemins

 

Je ne suis pas certain que ce soit le vrai débat puisqu’aujourd’hui, clairement, les délégations professionnelles dans toutes les Fédérations de sports sont données à des Ligues professionnelles. Donc, ce n’est pas  » qui gère qui  » mais, à l’heure actuelle, il y a deux divisions avec 30 clubs qui ont leur propre règlement et qui sont gérées par la Ligue Nationale de Rugby tandis que le reste est géré par la Fédération. Au football, ils ont pris la décision de jouer à 22, c’est une décision qu’ils ont prise, point final (interview réalisée avant l’annulation de cette décision par la FFF le 27Mai). Je pense qu’il aurait été sage d’attendre et de concerter la Ligue pour savoir ce qu’elle avait l’intention de faire avant de prendre ce type de décision.

 

Mais si tu reviens sur le football, il y a quand même eu une uniformisation des montées et des descentes et ce qui a été fait était cohérent. Là, on a l’impression, s’il fallait attendre que la Ligue prenne sa décision, que le rugby amateur devait suivre le virage pris par la Ligue ? Et donc, de façon inconsciente, c’est un peu le rugby professionnel qui dicte le tempo ? 

 

Je suis désolé mais je ne vois pas comment il en est autrement aujourd’hui. Si je suis ce fameux feuilleton de montées ou de non-montées, Bernard pousse un coup de gueule en disant  » vous allez prendre ces deux clubs « , il s’exprime devant les présidents de clubs. Il y a un premier vote des clubs de Pro D2 qui s’expriment unanimement et décident de ne pas accepter de clubs qui montent. Bernard repousse un coup de gueule en disant qu’il n’est pas d’accord. 

 

C’est surtout la méthodologie de la part de la Ligue pour un peu  » conditionner  » les clubs au vote qui avait piqué Bernard Laporte

 

Je suis d’accord avec toi. Donc, Bernard pousse un nouveau coup de gueule en disant  » vous avez pris une décision, on ne vous a pas tout expliqué, on ne vous a pas tout dit et donc, il faut vous remettre autour de la table « . On remet alors les 30 clubs autour de la table et les 30 clubs décident unanimement que c’est comme ça. Et après, on fait quoi ? 

 

Pour toi, qu’est-ce qui a motivé cette unanimité des 30 clubs professionnels ? Comment tu l’assimiles ? 

 

Je pense que les clubs professionnels n’ont aucune vision sur leurs clubs. Économiquement, ils ne savent pas à quelle sauce ils vont être mangé. Il faut juste se dire que ce sont des entreprises et non des amateurs et aujourd’hui, ce sont des entreprises qui n’ont aucune visibilité, qui doivent gérer leurs sous et leurs personnels comme toute entreprise en France. J’ai entendu des mots forts, et c’est normal parce-que la passion prend le pas, comme  » fracture sociale « . Mais ce n’est pas ça la fracture sociale, ce n’est pas le rugby ni le hand ni le foot mais c’est ce qui va nous arriver dans les mois à venir, lorsque le gouvernement nous annonce qu’il y a un nombre incalculable de boites qui vont faire faillite avec un nombre de chômeurs exponentiel. Ça, c’est un drame social et une fracture sociale. Le sport reste quand même du sport et du ballon. 

 

Pas fracture sociale mais plutôt fracture sociologique ? 

 

Fracture sociologique, je préfère parce-que, pour avoir des entreprises,  » fracture sociale « , c’est dramatique pour une entreprise. Ne pas pouvoir se projeter, ne pas savoir ce que l’on va faire, c’est dramatique et ça oui, c’est un vrai débat. Moi, je me positionne dans le rugby amateur et j’en reviens encore à la genèse qui est d’avoir 60 clubs pour faire des poules géographiques. Entre-temps, il y a une certaine levée de boucliers parce qu’il y a 12 clubs qui montent et 2 qui descendent, donc, il faut aller en chercher 14 en Fédérale 2. Sur 14 en Fédérale 2, on questionne les clubs et on va chercher le dernier, pour l’instant, c’est à dire le 29e ce qui représente 30% de la Fédérale 2 pour trouver des gars qui veulent aller jouer en Fédérale 1. Et là, comme par magie, on sort la problématique de la différence du genre  » il y a des clubs qui sont professionnels, qui ont 3M de budget et qui vont jouer contre des mecs qui ont 300 000€ et qui s’entraînent trois fois par semaine « . C’est le retour de l’éternel débat. 

 

Éric Bonachera a même dit qu’il était curieux que certains clubs ne se soucient que maintenant de l’intégrité physique des joueurs

 

Exactement et j’allais en venir à ça, je ne peux que rejoindre le discours d’Éric. En fait, c’est un faux problème, ça existe mais il fallait peut-être tirer la sonnette d’alarme avant d’aller chercher le 29e ou le 24e ou le 16e de Fédérale 2 qui montent avec 250 000 / 300 000€ de budget et qui vont affronter des clubs à 3M. Mais est-ce que ça change les données du problème ? J’entends des présidents dire  » la poule Nationale, c’est bien parce-que cela nous donnera des objectifs  » et quand on lui demande combien il a de budget, il répond 2M. Mais, avec 2M, il va jouer contre des mecs qui ont 300 000€ de budget. Donc, tes joueurs ne s’entraînent pas de la même façon ou alors, il faut m’expliquer, il y a quelque chose qui ne va pas. Ce n’est pas la peine de mettre 2M d’euro si, avec 300 000€, l’autre club a le même rythme d’entraînement et les mêmes joueurs que toi, là, c’est qu’il y a un vrai problème. Donc, en fait, tu recrées la fracture d’avoir des clubs plus huppés à 2M / 2M5 par rapport à des mecs qui ont 300 ou 400 000€ de budget, tu ne fais que reporter le problème. Si on va par-là, on crée une Poule Elite  » professionnelle  » et, si je comprends bien le principe de cette Poule Nationale, c’est justement pour faire sortir les gros clubs dits  » professionnels  » du système où ils vont jouer contre des petits qui eux, ne s’entraînent pas tous les jours. Il y a donc des clubs qui ne sont pas invités dans cette Poule Nationale. Si je prends le cas de Blagnac, Benoit Trey le dit haut et fort   » nous sommes des amateurs, nous n’avons pas de contrat de travail, nos joueurs ne vivent pas du rugby et nous nous entraînons 3 fois par semaine « . Donc, il est exactement comme le club qui a 500 ou 700 000€ de budget et il ne peut pas être invité dans cette Poule Nationale parce qu’il va jouer contre des clubs avec des Golgoths qui s’entraînent deux fois par jour. 

 

Oui mais, de ce que j’ai à priori compris, à la différence de la Fédérale 1 Elite, ce serait des critères sportifs qui primeraient sur des critères financiers. 

 

Donc, selon les critères qui sont évoqués maintenant, on est d’accord qu’on va mettre Blagnac en danger face à des mecs qui s’entraînent quand même deux fois par jour, c’est bien le postulat ? Si on dit  » on éjecte les gros de nos poules parce qu’ils sont trop gros et qu’ils s’entraînent trop « , on met Blagnac dans la même situation de danger à moins que Blagnac ne se mette à s’entraîner deux fois par jour.  Je parle de Blagnac, j’ai beaucoup de respect pour Benoit et le boulot qu’il fait, mais en fait, la fracture est là. Donc, en fait, on ne fait que reporter le problème. Après, si les clubs veulent une Poule Nationale, faisons la, il n’y a pas de matière à discussion, c’est comme en politique. Le tout est d’en connaître les règles et aujourd’hui, je pense que ce qui gêne beaucoup de présidents, c’est qu’ils ne connaissent pas les règles et qu’ils ne savent pas. 

 

Il y a aussi le financement. On sait que dans le sport, il faut un modèle économique et les droits TV via la chaîne l’Equipe ne sont pas non plus à la même hauteur que les droits TV en Pro D2, loin de là. Donc, il faut quand même un modèle économique car cela va demander aux clubs de se structurer quasiment comme la Pro D2, avec une grosse masse salariale, des déplacements, des frais inhérents à cette Poule Nationale. Il va falloir soutenir ces clubs économiquement ? 

 

Il est sûr qu’économiquement il faut les soutenir mais quel est l’apport financier ? Effectivement, si ce sont des droits TV, on ne part de rien, ça ne lèse personne et c’est lié à cette division. Si ce ne sont pas des droits TV, c’est de l’argent de la Fédération et là, je me demande comment les autres clubs vont réagir. C’est l’argent des clubs et, pour moi, la Fédération n’a pas vocation à créer une division professionnelle en son sein. 

 

On avait entendu parler de 4M pour aider et compenser auprès de la Ligue la montée d’Albi et Massy. Ces 4M pourraient être réinvestis pour le lancement de cette Poule Nationale ? 

 

Ça, ce sont des paroles. Quels étaient ces 4M ? Comment étaient-ils formés ? D’où sortaient-ils ? Je pense que la Fédération avait prévu que la Ligue mettent au bout beaucoup d’argent sur ces 4M. Donc OK pour 4M mais il fallait peut-être certainement aussi expliquer à tous les autres clubs amateurs qu’on donnait 4M pour deux clubs. Moi, j’aurai encore été président, j’aurai demandé des explications par écrit. 

 

Préserver le lien entre amateurs et professionnels, est-ce que ça ne vaut pas 4M ? C’est quand même quelque chose d’important dans le rugby de faire perdurer ce lien

 

Je ne sais pas si lien est coupé parce qu’en fait, on ne parle uniquement que de la montée de deux clubs sur une situation très exceptionnelle qu’est le Covid et sur des décisions qui ont été prises sans concertation. Donc, pourquoi pas mais je ne suis pas là pour juger si ça vaut ou non de l’argent, peut-être que oui pour garder le lien amateur. Mais ce que j’ai aussi compris, et qui pourtant reste incompréhensible pour moi intellectuellement, c’est que la Ligue a refusé Albi et Massy et une fois que cela a été décidé, on dit  » on va créer une Poule Nationale « . Mais, si la Ligue avait accepté Albi et Massy, il n’y avait pas de création de Poule Nationale. Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire que la problématique de retrouver Bourg-en-Bresse, Narbonne, Bourgoin dans des poules avec des clubs à 300 000€, c’était exactement la même. Mais là, on s’en foutait uniquement parce-que deux clubs étaient montés. Franchement, c’est incompréhensible, certes vu de ma fenêtre, mais c’est incompréhensible ! Je ne comprends pas parce qu’à partir du moment où on a éjecté deux clubs, est-ce qu’on a réglé le problème que tout le monde dénonce à savoir la santé des joueurs, le fait de rencontrer des clubs qui s’entraînent trois fois par semaine. Non, on n’a pas réglé ce problème, on a réglé le problème de faire monter deux clubs. Et si j’ai bien compris et que demain, la Ligue venait à accepter ces deux clubs, on ne parlerait plus de la Poule Nationale. Sauf qu’on l’a déjà annoncée donc, tous les présidents qui sont en train de se préparer pour cela, ils se retrouvent marrons. C’est ce flou structurel qui est gênant et puis, il y a des règlements et j’ai l’impression qu’on occulte ces derniers. Par exemple, un club n’accepte pas une montée sur un coup de fil, ce n’est comme cela que ça se passe. Il y a des règlements, le club reçoit une invitation, il en débat ou pas avec son comité directeur mais en tous cas, le club répond par oui ou par non avec le tampon du club et son numéro d’affiliation pour valider sa décision. C’est renvoyé à la Fédération qui prend dans l’ordre chronologique du classement. C’est ça le règlement et non pas  » je veux, je veux pas « . 

 

J’imagine que c’est quand même ce qui a été fait

 

Moi, de ce que j’ai compris, c’est que Benoit August de Dax a dit non au président. Le lendemain, on lui dit que c’est trop tard pour changer d’avis alors que, si Benoit August reçoit une invitation en étant 6e ou 9e du classement et qu’il y répond oui, il est invité. Je parle bien si le seul critère retenu pour cette division est le sportif car, sportivement, ce sont bien les 12 premiers et, s’il en manque un, ils jouent à 11. C’est ça le règlement sportif donc, ça veut dire que là-dedans, tu n’as pas Aubenas, Chambéry, Bourgoin qui vont jouer dans les 4 autres poules avec des moyens hors-normes et qui ne fera que reporter le problème sur la sécurité des joueurs et autres, comme on le disait tout à l’heure. En fait, on met la sécurité des joueurs et le budget quand ça arrange mais on l’enlève quand ça n’arrange pas donc, ce n’est pas possible et ce n’est pas comme ça que ça se passe. 

 

Tu ne penses quand même pas que cette Poule Nationale va dans le sens de l’histoire et qu’à terme, peut-être pas cette année mais dans 2 ou 3 ans, il faudra qu’elle existe ? 

 

Mais bien sûr.  Ça avait été l’objet de la réunion que j’avais menée avec les présidents de clubs et, à l’époque, les seuls qui n’étaient pas d’accord pour qu’on arrête la poule Elite étaient Bourg-en-Bresse. 

 

Au moins, ils ont le mérite de la continuité de leur pensée car ils n’ont pas bougé d’un iota leur point de vue

 

C’est certain sauf qu’à aujourd’hui, ils contestent quand même le fait que Massy et Albi soient les deux premiers. Ça veut dire que si demain, la Ligue les avait acceptés, ils auraient fait un recours. Sur quoi, je ne sais pas mais ils auraient fait un recours ce qui veut donc dire que tout le monde n’est pas unanime pour dire que le classement national à la 15e journée était légitime, que les poules n’étaient pas les mêmes et tout le monde n’était non plus pas d’accord pour qu’il n’y ait pas de phases finales. 

 

On a même entendu Dax ou Narbonne qui disaient vouloir monter en étant seconds de poules donc, il est sûr que tout le monde n’était pas unanime

 

De toute façon, ces décisions n’ont fait que générer des problèmes. Pour répondre à ta question précédente, oui je pense qu’il faudra réformer et qu’il sera indispensable de le faire. Mais, il y a quelque chose qui a été vu avec les présidents de clubs et tu ne peux pas le casser sous couvert du Covid. C’est une réflexion qui doit être mature, se mettre autour de la table avec la Ligue pour savoir comment se passent les passerelles. Mais il ne fallait pas rêver : si c’est quelqu’un qui a pu penser que la Ligue allait accepter des clubs, qu’elle allait envoyer de l’argent alors qu’elle vient d’emprunter 15M pour sauver sa saison et commencer la saison prochaine, c’était juste utopique. On est dans des entreprises, c’est comme si je sponsorisais un club et que derrière, je licenciais des personnes. 

 

Il faut aussi prendre les deux clubs, Albi, dont je suis très proche et on ne va pas s’en cacher, et Massy. Ce sont des clubs qui, comme le disaient Bernard Laporte, étaient en dynamique, qui voient tous les autres sports avoir des montées voire des descentes, qui voient dans leur propre sport des montées à toutes les échelles sauf à la leur où ça s’arrête. Il faut comprendre le ressenti, la rancœur et le sentiment d’incohérence voire d’injustice

 

Attention, je ne discute pas cela, je ne discute pas l’état d’esprit, la boule au ventre, la rancœur et tout ça. Il y a eu tellement d’effets d’annonces depuis deux mois qu’effectivement, ça entretient le doute, l’espoir et beaucoup de choses. Humainement, je peux le comprendre mais je pense qu’il faut regarder tous les effets de bords autour. Au lieu de faire des effets d’annonces, je pense qu’il faut se poser, travailler les dossiers et une fois que tu as fait cela et que le bureau fédéral ou le comité directeur a pris une décision, c’est celle-là qui est actée. Toute décision fait des déçus mais c’est là que le pouvoir politique rentre en compte et assume. Aujourd’hui, le gouvernement assume, il le paiera peut-être mais il assume. Tu ne peux pas changer le règlement toutes les semaines en fonction du vent qui se lève ou de la pluie qui tombe, ce n’est pas possible. Donc, tu entretiens de faux espoirs et on passe de 5 poules de 12 géographiques à 4 plus une dont on ne connaît pas la formule ni, je le répète encore, les règlements. Je pose des questions simples : qui descend l’année prochaine ? 

 

Sur la première mouture, avant qu’il n’y ait l’idée de la Poule Nationale, 8 clubs descendaient et 8 montaient avec la perspective en 2021 / 2022, une Poule Elite qui aurait été maturée en même temps que la renégociation des droits TV donc, il y aurait pu avoir un appel d’offres à la concurrence. Il est vrai que, quand on voyait les choses comme ça, 2021 / 2022é était peut-être la meilleure année pour faire la Poule Nationale. Le contexte et la réaction de certains clubs ont peut-être obligé la Fédération à changer son fusil d’épaule ? 

 

Mais pourquoi ? Uniquement parce-que deux clubs n’ont pas été accepté en Pro D2 ? 

 

C’est plutôt parce-que deux ou trois clubs voulaient avoir un championnat de substitution parce qu’eux ne pouvaient pas monter en Pro D2

 

Mais, est-ce que tu bouleverses la pyramide de tous les clubs amateurs et tous les règlements pour trois clubs ? C’est insensé ! Le rugby fédéral et le rugby amateur est commun sur tout le territoire, ce ne sont pas trois clubs qui décident des règlements. Ce sont bien des règlements communs, ils sont tous basés dans une même division, ça implique un même règlement. Si demain, ils veulent créer une poule Nationale, ça change de division puisque, de toute façon, un club de cette poule nationale ne peut pas descendre en Fédérale 2 mais en Fédérale 1. C’est une division donc, pourquoi pas, mais il faut l’assumer et dire que c’est une division. C’est une division intermédiaire et donc, les clubs de Fédérale 1 jouent dans une division supplémentaire. Mais encore une fois, je ne dis pas que ce n’est pas bien, je dis qu’il faut l’assumer et le dire. C’est comme ça, si vous plaît, c’est bien, si ça ne vous plaît pas, c’est une commande politique et c’est comme ça. Là, on entretient le doute, on fait croire, on pense que mais en fait, personne ne sait rien. Aujourd’hui, des présidents se sont engagés dans des compétitions sans connaître le règlement. Rappelle-toi quand même que les 60 clubs sont invités et on parle, Maurice parle, de 20 relégations. Il faudra remettre l’église au centre du village dans un an, remettre les règles à niveau et partir sur 20 clubs qui redescendraient. On a pris 60 clubs parce-que cette année est une année exceptionnelle, on ne veut pas faire descendre par contre, sur 2021 / 2022, 20 clubs vont descendre. 

 

Après, il y a eu une nouvelle réflexion qui a été très, très poussée où ils étaient passés sur 8 descentes et 8 montées pour que la 5e poule devienne cette fameuse Nationale mais crée avec l’amendement des clubs. La problématique actuelle, c’est que les clubs n’auront pas participé à la commission et à l’élaboration de cette poule puisqu’elle va se faire très, très rapidement si elle se fait

 

Mais comment peux-tu parler de la création d’une poule sur laquelle on ne connaît rien et encore moins les règlements ? Qui peut être accepté dans cette poule ? Quel est le cahier des charges et est-ce qu’au moins il y en a un ? Il n’y en a pas ! Et pour moi, s’il n’y a pas de cahier des charges, c’est qu’elle est considérée comme les 5 autres poules et donc, les 4 autres poules peuvent aussi y accéder. Si un club répond au cahier des charges de la Pro D2, le 1er de la poule 3 peut prétendre aux phases finales et aller jouer pour monter. Pourquoi pas ? Sinon, ce n’est pas une poule dans une même division mais bien une division intermédiaire qui a ses propres règlements. Si c’est le même règlement que la Fédérale 1, je ne comprends pas. 

 

Est-ce que tu penses que la Fédé est en train de se lancer dans un casse-tête juridique ? 

 

Aujourd’hui, de toute façon et pour être poli, c’est une cacophonie. Personne ne sait, même pas le vice-président, comment elle va être formulée, comment elle va être faite. Maurice le dit clairement, il ne sait pas. 

 

Qu’est-ce qui t’a fait réagir et t’a interpellé sur cette interview de Maurice ?

 

Ce qui m’interpelle, c’est justement ça et le fait qu’à un moment, on ne peut ni naviguer ni faire des déclarations à vue. On ne peut pas faire une déclaration par semaine qui change d’une semaine sur l’autre, ce n’est pas possible. Mais, comme ils ne savent plus, ils ne savent plus qui va jouer avec qui, comment, dans quelles conditions, qui va monter, qui va descendre. Si on prend un autre exemple et qu’il se crée une Nationale, qui va monter dans cette Nationale ? 

 

A priori, les deux finalistes du Jean-Prat

 

 A priori et donc, ça veut dire que les deux derniers descendent en Fédérale 1 donc dans la division inférieure et donc, ça confirme ce que je dis : on a recréé une division. Il suffit de le dire et d’arrêter de faire croire qu’en fait non, ce n’en est pas une mais une fausse division. C’est une division, point barre, et tout le monde doit accepter que c’est une division. C’est une décision politique, c’est comme ça et pas autrement. 

 

En parlant de décision politique, tu n’as pas l’impression qu’à la Fédé, l’écho politique et médiatique est peut-être venu parasiter les décisions ? Que parfois, quand les sphères médiatiques et politiques viennent parasiter les décisions, ça perturbe l’instance qu’est la Fédération Française de Rugby ? 

 

Oui, je pense que l’effet d’annonces et l’effet politique ont un rôle et peuvent être mal interprétés en période électorale et que  » c’est parce qu’il y a une élection que ça a été fait comme ça « . Moi, je n’y crois pas beaucoup  et je pense que Bernard n’a pas besoin de ça pour réfléchir à cela. Je pense qu’il a pris une décision un petit peu  » coup de tête  » et avec son staff politique, ils ont trouvé que c’était bien sauf que, je le répète, il y a eu des effets de bords qui n’ont pas été mesuré. Et si on passe sur le sujet des espoirs, c’est la même problématique. On entend que les espoirs vont être couplés avec l’équipe première mais ça pose problème parce-que des clubs qui sont déjà en Pro D2 et qui ont des équipes en espoirs et bien, qu’à cela ne tienne, on en fait monter 6 en espoirs Reichel. Les mecs n’ont pas gagné leurs places et si on prenait le classement à l’arrêt du championnat, ce n’était pas eux qui étaient invités. Aujourd’hui, on se retrouve avec 8 équipes en espoirs et on est en train d’annoncer qu’avec une poule Nationale, les mecs vont jouer entre eux. Vous venez me parler de ligue fermée, pas fermée alors qu’ils vont jouer à 8 entre eux.

 

Tu as peur qu’à la fin, cette Poule Nationale ne devienne une ligue fermée par le bas, voire par le haut si le lien se coupe avec la Pro D2, chose que l’on n’espère pas ? 

 

Pour moi, franchement, je ne pense pas que le lien vers le haut ne soit coupé, je n’y crois pas du tout. C’est une année exceptionnelle, la Ligue a pris cette décision mais elle va revenir à des choses normales dès la saison prochaine, c’est une certitude. Il y a aura deux descentes et deux montées l’année prochaine. 

 

Mais s’il y a une nouvelle vague, ils ne peuvent pas refaire le coup ? En cas de nouvelle saison tronquée, ils ne peuvent pas rester à 30 sinon, ce serait un signal très négatif, encore plus qu’il ne l’est actuellement

 

Là, on extrapole sur un problème de santé publique, sur le fait qu’on soit reconfiné et, je le répète, est-ce que le fait d’être confiné dans le rugby est un drame ? Non, ce sont les gens qui meurent, les entreprises qui vont mourir, c’est ça le drame. Ce n’est pas qu’on ne joue pas au rugby pendant une saison même si ça me fait chier parce-que j’adore ça mais si c’est le prix à payer pour ne plus avoir le Covid, je signe. 

 

On est d’accord mais il ne faudra pas qu’il y ait les mêmes recettes pour reprendre la compétition

 

Tu ne peux pas le savoir puisque, de toute façon, en face d’un nombre d’équipes, il faut mettre des calendriers. Comment est-ce que tu les fais ? Il y a quand même une logistique derrière qui fait que c’est acceptable ou que ça ne l’est pas. Il y a toute une logique qui suit, de calendriers, de dates de reprise, ce n’est pas dire on joue à 32 ou à 40 clubs. Pour en revenir au sujet précédent, on annonce à 8 clubs que leurs espoirs vont jouer entre eux, que les gamins ne vont faire que 14 matches dans la saison à 21 ans alors que les autres jouent 22 matches. C’est juste hallucinant ! Après, sur l’histoire de coupler les espoirs avec l’équipe une, c’est très bien et tout le monde est d’accord mais à priori, au mois de Novembre, c’était l’inverse parce-que ça donnait leur chance aux jeunes. D’un coup de dé, on change tout et tout le monde est content. Mais qui est content ? Très clairement, aujourd’hui, ce sont les clubs du sud-ouest qui sont contents parce qu’ils vont faire 30 km de déplacement à 60 dans le bus. Mais questionnez les clubs et d’ailleurs, dès qu’ils ont parlé de la Poule Nationale, tous les clubs qui sont invités en Nationale ont commencé à bramer en disant  » on ne traîne pas nos espoirs de Cognac à Nice « . 

 

Ce sont des effets de bords comme tu dis

 

A priori, et je dis bien à priori, cette décision a été prise parce-que tous les clubs le voulaient. 

 

Oui, mais dans le format 5 poules de 12

 

Oui, tout le monde était d’accord dans ce format-là sauf que, maintenant, il va falloir voyager. Peut-être que Villeurbanne va se retrouver dans la poule de Marcq-en-Baroeul et tu vas leur expliquer qu’ils partent avec 60 bonhommes à Marcq-en-Baroeul. Pourquoi pas mais, si c’est ce que veulent les clubs. Pour rappel, c’était l’ancienne Nationale B et les clubs hurlaient parce-que, quand on calculait, il y avait un nombre de forfaits énorme. Il ne faut pas avoir la mémoire courte et il va se passer exactement la même chose. Les clubs du sud-ouest ne feront jamais de forfait, ils font 30 km pour aller jouer. Mais quand les autres clubs vont sortir leurs petites tablettes de mathématiciens et calculer que, même s’ils font forfait comme ils ont le droit d’en faire plusieurs, ça n’aura pas d’incidence et bien, les jeunes ne feront pas les voyages et n’iront pas jouer. C’est ce qu’ils ont fait et tout le monde l’a fait, trouve moi un club qui ne l’a pas fait. Donc, une fois encore, on ne mesure pas les effets de bords. A priori, le lien n’est pas coupé avec les espoirs Reichel et la même problématique va se reproduire après. Quand deux clubs vont monter et que deux vont descendre, les espoirs ne seront peut-être pas fédéraux. Prenons par exemple Colomiers et Castre, qui vont se retrouver dans une Poule Nationale, les gamins vont voyager et les autres vont jouer contre eux mais on ne sait pas comment. Avant de changer, il faut tout regarder et poser tous les effets de bords. 

 

Et si avec toutes ces formules, tout le monde s’écharpait pour rien ? Parce qu’au vu des annonces de la Ministre des Sports, rien ne prédit que l’on reprendra les compétitions en Septembre mais peut-être en Octobre, en Novembre, voire en Décembre ou en Janvier. Et là, il faudrait revoir tous les formats de compétitions, de la série au Top 14 ? 

 

Je suis tout à fait d’accord avec toi sauf que la Fédération a eu un comité directeur où elle a déjà validé les poules de Fédérale 2 et Fédérale 3 ainsi qu’un calendrier, certes optimiste mais ils ont prévu un calendrier et c’est louable. Donc, il faut bien qu’ils lancent une saison avec un calendrier et que tout le monde se prépare par rapport à ce calendrier. Est-ce qu’il sera tenu ou non, c’est un autre débat suivant l’évolution du virus. Ça, ce n’est pas un problème et ce n’est pas remis en question. Il se peut effectivement que les championnats pros reprennent au mois de Janvier, peut-être qu’ils inviteront Massy et Albi à venir et qu’ils auront des poules de 8. Mais ça, aujourd’hui, c’est imaginaire et en fait, on est tous des Professeurs Raoult  » le virus va revenir ou ne pas revenir, mourir ou pas mourir « . Arrêtons ! A l’instant T, la Fédération a fait un comité directeur, a pris une décision et a validé un calendrier et maintenant, tout le monde se bat sur ce calendrier. Et ce qui se joue par rapport à ce calendrier, ce sont les recrutements. Aujourd’hui, vous avez des clubs invités en Nationale qui commence à faire des recrutements comme s’ils allaient jouer en Nationale alors qu’ils ne savent pas si ce sera le cas puisqu’ils ne connaissent pas les règles. 

 

Il y en a qui ne vont pas en Nationale mais qui font des recrutements comme s’ils y allaient

 

Tu fais bien de le dire parce-que là, vu le recrutement de beaucoup de joueurs anciens professionnels dans des clubs qui vont jouer dans les 4 poules, ll faut m’expliquer. La genèse du problème, c’est la densité physique d’un mec qui s’entraîne, qui est un ancien pro et qui va jouer contre des clubs qui ont 300 000€ de budget. C’est ce qu’on reproche et on n’a pas fini de se lamenter ! 

 

Le côté perpétuel  » Coupe de France  » de la Fédérale 1 qu’il y avait actuellement me plaisait aussi. C’est vrai qu’une Nationale 1 va être sportivement intéressante mais, comme on le dit, il ne faut pas que derrière, les clubs soient exsangues au bout d’un an ou deux de pratique et qu’il y ait des nouveaux Auch, Saint-Nazaire, Lille ou Strasbourg qui se créent. Mais, le format actuel de la Fédérale 1 avait son charme et permettait aussi de revenir à certaines valeurs du rugby amateur. Quand les professionnels remontaient en Pro D2, ils avaient pu toucher le  » ter-ter  » du rugby et ça donnait à certains une petite cure d’humilité

 

Bien sûr. Il y aura des dommages collatéraux, c’est inévitable. Il y a des clubs qui vont s’armer, qui n’ont pas les moyens de le faire car ils ont aujourd’hui des budgets fragiles. 

 

Ils ne connaissent pas les répercussions d’une grosse masse salariale

 

Déjà, ils ne connaissent pas leurs budgets ou alors ils sont tous magiciens. Je suis hyper admiratif, on dirait qu’ils connaissent tous leurs budgets vu leurs recrutements. Il y a des essais, la DNACG a fait chier tout le monde mais a quand même réussi pas mal de choses. Là, j’ai l’impression que ça s’écroule comme un château de cartes parce-que je pense que la Fédération a fait une erreur majeure qui a été de lever le contrôle continu des clubs à partir de la saison prochaine, c’est à dire que la situation des clubs au bout de 6 mois n’existe plus. Les clubs ont compris, c’est open bar et ils se disent que, s’ils se font prendre la main dans le sac, ça ne sera qu’au 15 Octobre 2021. 

 

Et ce sera mis sur le dos du Covid

 

Ce sera sûrement ça, oui. Je pense qu’il aurait fallu prendre un peu de recul, se poser les bonnes questions et surtout celles des effets de bords parce-que, rien qu’en en parlant, on mesure tous les effets de bords et de cette cacophonie aujourd’hui où personne ne sait ni ne connaît les règlements. Je prends un autre exemple : j’ai vu que le comité directeur avait voté pour la Fédérale 3 des barrages supplémentaires. Dans l’esprit, c’est formidable et c’est ce que réclamaient Alain Doucet et la Ligue Occitanie depuis deux ans. Moi, je mettais toujours en avant les calendriers en disant  » attention, créer des poules supplémentaires revient à créer des problèmes au calendrier « . Le calendrier sort en commençant le 13 Septembre en finissant fin Juin et il n’y a plus qu’une journée de repli sur toute la saison. Ça veut dire qu’il ne va y avoir que des péréquations tout au long de la saison et on connaît leurs effets. Les péréquations, ce sont des mecs qui prennent une calculette et qui se disent  » si je ne vais pas là-bas et que je fais forfait, ça ne me coûtera rien puisqu’en fait je vais prendre 0 « . Cela va être des calculs mathématiques et aux mois de Mars / Avril, tout le monde va s’apercevoir du danger que cela représente. Ça sera des péréquations permanentes et certains savent très bien les faire. 

 

Oui, certains dans les staffs ont fait Math Sup

 

Bien sûr. Donc, je pense qu’il faut mesurer les effets de bords car, si on ne le fait pas, on est dans la cacophonie comme c’est le cas aujourd’hui. On balance la création d’une Nationale intermédiaire, on met des critères dedans pour que tout le monde soit bien au courant de ce qu’il s’y passe. Il faudra impérativement le dire et l’écrire alors qu’actuellement, c’est le flou artistique. On ne connaît pas les règlements ni le règlement des poules, on ne sait rien donc, il faut attendre. Il est sûr que moi, je n’aurai pas fait comme ça, c’est une certitude. 

 

Tu as aussi été dubitatif sur l’interview d’Arnaud Méla qui prenait vertement Alain Carré à l’UPCR et la Ligue Nationale de Rugby. Est-ce que tu peux comprendre la rage d’Arnaud Méla et qu’est-ce qui t’a interrogé sur sa sortie médiatique ? 

 

Je comprends la position d’Arnaud, celle des Albigeois, la tienne en tant que radio d’Albi et premier supporter des propagandes d’Albi. Je comprends vos positions mais ça revient exactement à ce que l’on vient de se dire. Je pense qu’il devait y avoir une consultation entre la Fédération et la Ligue avant toute annonce pour savoir comment allait s’organiser la suite des championnats, qu’ils soient professionnels ou amateurs. Parce qu’on voit quand même bien qu’il y a une incidence sur le rugby amateur et le rugby professionnel, s’ils doivent passer à 32, à 40 ou à 50. Donc, on voit bien tous les effets. Après, bien sûr que je comprends Arnaud et qu’il avait motivé ses gars mais, si je suis très, très, très objectif, il y a avait 15 journées de championnat de jouées. Qui peut deviner, et même pas Arnaud, qui aurait été en Pro D2 la saison prochaine ? 

 

C’est certain. Ce sont les aléas du sport et on ne ferait pas de sport s’il n’y avait pas de surprise

 

Donc, il y avait bien d’autres critères qui n’étaient pas encore accomplis et il y avait certainement des clubs, comme Bourg-en-Bresse, qui étaient à l’affût pour dire  » on sera là pour ferrailler quand il le faudra parce qu’il faudra aller le gagner « . Les clubs qui étaient positionnés avaient cet état d’esprit là et aujourd’hui, je crois que les choses ont été faites précipitamment avec des effets d’annonce. Clairement, ça aurait fait des déçus mais moi, j’aurai gelé les compétions en remodelant les poules. Je pense que ça aurait été la meilleure formule et cella qui créait le moins de problème. Ça aurait peut-être généré un peu de frustration mais en tous, il n’y aurait pas les effets qui sont en train de se produire. Parce-que là, ça produit des effets collatéraux et de bords qui ne respectent en rien ce que les présidents de clubs avaient décidé. 

 

Ça aurait été la plus simple mais peut-être pas la plus juste ? 

 

De toute façon, cette situation n’a rien de simple. Mais oui, ça aurait peut-être été la situation la plus juste et il n’y avait pas d’effets de bords à mesurer puisqu’on les connaissait. On connaissait exactement les règlements, les clubs savaient dans quelles divisions ils jouaient et avec quelles contraintes. Là, on crée de nouvelles contraintes, de nouvelles choses alors qu’en fait, on ne sait pas. On croit que tous les clubs sont favorables à une Nationale alors que non. On ne peut pas toujours faire l’unanimité mais je pense qu’il fallait respecter la chronologie qui avait été décidé avec les présidents de clubs, créer une commission et réfléchir pendant deux ans à réformer la pyramide. Car oui, je te confirme qu’il faudra faire cette réforme mais, pas au pas de course, pas à coups de bélier et pas sur un coup de tête. Il faut la réformer, il faut y réfléchir, il faut se mettre autour d’une table avec la Ligue et avec les clubs pour savoir quel est le bon sens parce-que ça a des conséquences sur le bas de la pyramide. Aujourd’hui, à force d’aspirer des clubs vers le haut, on pompe vers le bas et il y a des clubs de séries qui vont peut-être faire plus de bornes que des clubs de Fédérale 2 ou de Fédérale 3. Donc, je pense qu’avant toute annonce, il faut mesurer les effets. 

 

On te voit encore alerte sur tous les sujets du rugby, bon pied, bon œil comme on dirait dans le jargon. Quel est l’avenir de Thierry Murie dans le rugby ? On sait qu’il y a des élections fédérales qui s’annoncent, tu vas repartir dans le ruck pour aller soutenir Bernard Laporte ou, chat échaudé craignant l’eau froide, tu te tiens loin des affaires fédérales ? 

 

D’abord, j’ai repris des activités professionnelles intenses donc je me tiens loin des activités fédérales. Après, ce n’est pas parce-que je ne suis pas d’accord avec les décisions que prend Bernard que je ne suis plus ami avec lui. Je l’ai eu au téléphone et, si ça peut vous rassurer, je lui ai dit ce que j’en pensais. Je lui ai dit que c’était des conneries, il m’a répondu que tous les clubs étaient d’accord alors que ce n’est pas le cas. Mais, de toute façon, ça n’enlève rien au respect que j’ai pour Bernard ou quoi que ce soit. Donc non, je n’ai pas envie de revenir dans la course parce-que j’ai d’autres activités et que, si on veut vraiment bosser ses dossiers à la Fédération, s’impliquer et parfaitement connaître son sujet, il faut s’y investir 10 heures par jour. C’est un temps de vie qui est important et, à moins d’être à la retraite, c’est compliqué. Je n’ai aucune ambition, parce-que j’ai une vie professionnelle et familiale très riche (rires). Mais, je suis toujours passionné par le rugby amateur parce qu’il n’y a que ça qui m’intéresse. Pour moi, le rugby professionnel est un monde à part, ce sont des entreprises et les mecs ont des boutiques à faire tourner. Et pour moi, le rugby amateur, ce n’est pas ça mais c’est ce que les gens ont envie de vivre et vivent. Mais, je pense aussi qu’on ne peut pas décider de la division où on a envie de jouer sur un coup de fil, il faut respecter et appliquer les règlements. On le voit bien pour Nantes avec la DNACG et c’est une cacophonie. J’ai entendu Maurice dire  » on a pris la décision de ne pas communiquer « . Oui mais, les effets collatéraux de ne pas avoir communiqué font que le club de Nantes a embarqué avec lui Etcheto et des joueurs et qu’aujourd’hui, tout le monde se retrouve  » le cul dans l’eau  » parce-que derrière, les mecs n’avaient aucune info. Maurice dit aujourd’hui que le dossier est entre les mains d’une commission qui va décider mais non, ou alors les règlements ont changé entre temps et je ne pense pas. Ce n’est pas une commission qui va décider du sort de Nantes aui a passé toutes les commissions de la Fédération. 

 

Ils prennent malheureusement le même chemin que Rodez ? 

 

Ça y ressemble quand même fortement. Ce n’est pas parce-que tu arrives avec de l’argent que tu dois occulter le fait d’avoir triché pendant deux ans. Je connais très bien le dossier de Nantes puisque c’est moi qui, en Décembre 2018, avait mis en place le plan, plan que le club s’était engagé à respecter. A priori, ils ne l’ont pas fait alors que, dès la signature en Décembre 2018, ils connaissaient les conséquences d’un non-respect du plan, il ne faut pas venir invoquer le contraire derrière. Ils se sont fait attraper, ils sont allés devant le Conseil Supérieur qui les a certainement attrapés aussi et pour preuve, ils vont devant une commission d’appel qui leur dit  » non messieurs, vous n’avez pas respecté le plan et vous allez en Fédérale 3 « . Sur ce, ils saisissent le CNOSF et si la Fédération les annonce en Fédérale 3, c’est clair, net et précis. Cela veut dire que le CNOSF n’a proposé aucune conciliation et a dit au club de Nantes de se plier aux décisions de toutes les commissions de la FFR et qu’ils sont en Fédérale 3. Là, il n’y a plus de commission, il n’y a plus d’appel à un ami, il n’y a plus rien sinon, c’est un non-sens pour tous les clubs. Comme tu le dis, je pense à Rodez parce-que, s’il suffisait de se mettre autour de la table ou de passer un coup de fil pour décider d’une situation, Rodez serait peut-être encore en Fédérale 1 alors que ce n’était pas ça. Rodez n’a pas respecté les règlements ni les règles de la division dans laquelle il s’était engagé et donc, il n’y avait pas de sujet. J’entends déjà dire que, comme c’est une mégapole, il faut comprendre qu’ils ont besoin d’un club à ce niveau-là. Auch avait un club à ce niveau-là et le président s’est reconstruit et je me rappelle des discussions que j’ai eu avec lui. J’ai vu des présidents se reconstruire comme à Rouen, à Chambéry même s’il est sûr que c’est violent. 

 

Bizarrement, Auch n’a pas demandé à revenir dans la Fédérale 1 Elite

 

Bien sûr qu’il n’a pas demandé à y revenir parce-que c’est quelqu’un qui est posé et qui reconstruit son club. Aujourd’hui, rien n’empêche les investisseurs de Nantes de reconstruire leur club en Fédérale 3 pour remonter le plus rapidement possible en Fédérale 1 et d’avoir un objectif de Pro D2 entre 5 et 7 ans. Est-ce que c’est juste la vitrine qui fait qu’on est prêt à investir de l’argent ? Les sponsors ne sont liés qu’à la Fédérale 1 ? Non, ils font se reconstruire comme l’ont fait tous les clubs qui sont passés par là, il faut faire la même chose et c’est comme ça. Après, je ne sais pas ce qui sera décidé pour Nantes mais si Nantes est aujourd’hui en Fédérale 1 sans être passé devant la dernière instance qui est le Tribunal Administratif, ça serait une aberration. Cela voudrait dire que les plans de redressement ou tout autre qui aurait été mis en place sont en fait à mettre à la poubelle parce qu’ils ne servent à rien. Ce n’est pas la peine d’aider les clubs puisqu’un plan de redressement sert à accompagner le club pour qu’il ne soit justement plus relégué. En Décembre 2018, Nantes aurait normalement dû être en Fédérale 3 pour la saison 2019 / 2020  sauf si acceptation du plan d’accompagnement qui était strict, chose qu’ils ont faite. Mais il avait été mesuré et discuté avec le club en leur demandant s’ils étaient capables de tenir les mesures. Ils ont répondu  » oui, bien sûr, on est capable de les tenir car on ne veut pas aller en Fédérale 3 donc, on signe « . Si tu signes, tu acceptes sauf que, si à la première anicroche, tu ne respectes pas le plan, tu n’es plus invité, c’est la règle. Sinon, tu fausses tous les clubs qui sont vertueux et qui sont nombreux aujourd’hui. Je ne me rappelle plus du nombre de mails ou de textos que j’ai reçu de la part de présidents de clubs qui m’ont remercié d’avoir été dur avec eux parce-que, pendant le Covid, les mecs touchent le chômage partiel et ça n’a pas mis les clubs en danger financièrement. Ils recalculent mais, avec les économies de bord qu’ils ont faites, tout le monde se dit  » heureusement que j’ai pu mettre mes mecs au chômage partiel « . 

 

Il est certain qu’avec des IK, on ne met pas des joueurs au chômage partiel

 

Exactement. Je ne suis plus à la DNACG mais j’aurai été curieux de voir les dossiers sortir au mois de Novembre parce-que je suis certain qu’il y a des clubs qui vont trouver le moyen, même pendant le Covid, de dire que le mec a fait des kilomètres entre sa cuisine et son balcon. 

 

Tout est possible et plus rien ne m’étonne

 

On voit tellement de choses et personne ne peut s’imaginer la teneur des dossiers. Il faut les connaître, les regarder, les éplucher et voir ce que les clubs essaient de trouver comme parade. Pas tous, et heureusement mais, punir ceux-là, c’est assurer la vertu de tous les autres clubs qui font des efforts et qui font du bon boulot, parce-que la majorité des clubs font du bon boulot. Ils assurent un statut social à leurs joueurs, ils ne font pas n’importe quoi en donnant du black et, quand le Covid arrive, le mec n’a plus rien et donc, tu as des effets de Prudhommes derrière. On en revient toujours aux effets de bords et c’est pour cela que je pense qu’il faut les mesurer avant de faire des annonces. 

 

On te remercie d’être venu nous parler de l’actualité du rugby amateur et même professionnel. On voit que tu n’as pas perdu ton franc-parler et ça nous fait plaisir de t’avoir de vive voix. On voit plein de ventriloques qui t’attribuent parfois des propos et là, au moins, on a entendu ta pensée de ta bouche même. Et puis, tu le sais, tu es toujours le bienvenu au Mag Sport

 

Les ventriloques inventent une vie aux gens mais la mienne, personne ne l’invente. Je suis un grand garçon pour la faire et l’assumer, il n’y a pas de problème. 

 

C’est pour cela que l’on t’a donné la parole

 

A très bientôt

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-26-mai-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Thierry Murie lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 26 mai 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s