#Rugby / A.Méla (Albi) : «Leur ligue fermée à 30, ça me fait rager!»

Le manager des jaunes et noirs du Sporting Club Albigeois, n’a pas tardé à dégainer, suite à l’annonce du renoncement des instances du rugby français, de voir Albi et Massy accéder en Pro D2, faite sur nos ondes, par Maurice Buzy – Pucheu (Vice Pdt FFR) .C’est un Arnaud Méla remonté et déçu par un milieu pro qu’il a tant connu, qui a tenu à réagir à chaud. L’ex international français, comme sur un terrain, a sorti « la boîte à claque  » et distribue les « bourres pifs » tant à la LNR qu’au 30 clubs professionnels, et en premier lieu Colomiers. Malgré l’espérance d’un sursaut d’orgueil de Bernard Laporte et France Rugby, d’ici le 2 juin, celui qui fît sa réputation sur la rugosité de son jeu, compte bien inculquer une certaine grinta à son groupe , pour que, quelques soit la division : le SCA sache en 2021 se venger de l’injustice de 2019 et de l’incohérence de 2020.

Crédit photo Pierre Bras Comité animation Bénévoles et Supporters SCA

Nous avons en directArnaud Méla qui va réagir aux propos de Maurice Buzy-Pucheu, le N°3 de la Fédération Française de Rugby. Suite aux annonces qui ont été faites, ce rêve et cet objectif commun de la Pro D2 est à priori mal engagé pour le Sporting Club Albigeois ? 

 

Oui, j’ai pris connaissance de ces annonces comme tout le monde. Je ne sais pas, je suis optimiste, je suis toujours très optimiste et j’y crois tout le temps mais là encore, on prend un coup sur le béret. Maurice est quelqu’un d’assez tempéré et qui prend tout le temps ses précautions donc j’espère qu’il en a quand même gardé un peu sous le coude. La Fédé a fait beaucoup, on voit bien qu’ils ont essayé et qu’ils ont fait le maximum mais je pense qu’il y avait quand même possibilité de passer et de faire cette passerelle. On a 30 clubs qui veulent jouer entre eux et couper cette passerelle entre la Fédérale 1 et la Pro D2 donc, je suis assez déçu d’entendre tout ça. Je ne m’y attendais pas mais, à force d’y réfléchir, je me disais que peut-être un jour ou l’autre, Bernard allait s’essouffler aussi. C’est dommage qu’il n’ait pas réellement mis un coup de poing sur la table en disant  » maintenant, c’est comme ça et pas autrement, j’en ai marre de discuter et c’est quand même moi le patron et on va prendre les bonnes décisions. « . 

 

On avait entendu parler d’une dead-line au 2 Juin. Tu vas essayer de remonter Bernard Laporte comme un coucou pour qu’il essaye de mettre un dernier coup de collier ? 

 

Oui, bien sûr mais je ne sais pas trop. Je lis ses interviews, je vois qu’il est aussi satisfait que le championnat reprenne vite. Les clubs n’étaient pas pour faire du huis-clos et du coup, ils sont devenus pour. Je n’arrive pas trop à comprendre leurs stratégies, de vouloir relancer l’économie des clubs mais tout en laissant les matches à huis-clos. Je ne vois pas trop comment on peut être gagnant en faisant ça. Je pense que Maurice l’a dit, ils veulent se partager la part du gâteau à 30 et pas à 32. Et je crois que le financement de la Fédé n’a pas suffi donc, je réfléchis à comment essayer de rebondir là-dessus. Je vais bien sûr essayer d’avoir Bernard Laporte au téléphone pour avoir des explications. 

 

Et peut-être aussi Paul Goze, le patron de la Ligue Nationale de Rugby, qui a quand même été partie prenante dans cette décision ? 

 

Oui, je vais essayer de l’avoir aussi pour avoir des explications et savoir pourquoi ils se sont rétractés comme ça, à se fermer entre eux et pourquoi ils n’ont pas réfléchi à un autre fonctionnement. Je sais très bien quel est l’enjeu, il y a la Coupe d’Europe qui est une priorité pour eux donc, c’est pour ça que l’on était pressé de reprendre ce championnat. Mais quand je vois qu’on a balancé les championnats de France d’Athlétisme à Albi et que le relais du 11 Septembre sera annulé parce qu’il est dangereux de se passer un relais car ce n’est peut-être pas dans les normes par rapport au virus et que nous, on va pouvoir réattaquer au 1er Juillet en faisant des mêlées, oreille contre oreille, bouche contre bouche, il y a des cohérences auxquelles je n’arrive pas à me faire. L’an dernier, c’était une injustice, cette année, ce sont des incohérences. En tous cas, je ne sais pas ce que l’on a fait mais j’ai quand même l’impression que l’on est très, très noir. 

 

Crédit photo Pierre Bras Comité animation Bénévoles et Supporters SCA

Au cas où Albi serait en Pro D3 l’année prochaine, comment est-ce que tu vas faire pour re-fédérer tes troupes ? Tu avais réussi à les faire  » grimper aux arbres  » pendant une saison et là, de nouveau, il y a un coup du sort qui vient annihiler ce projet commun de Pro D2 que vous aviez. Le levier humain doit être dur à réactiver ? 

 

Je m’appuierai, et je m’appuie encore, sur tout ça. Je leur dis qu’apparemment, nous ne sommes pas les bienvenus à l’étage au-dessus et bien, on va faire une grosse saison pour y aller. 

 

Par la grande porte ? 

 

Oui, par la grande porte. Et l’année d’après, on saura se remobiliser et se souvenir de tous ces gens qui nous ont fermé la porte. Je pense à tous ces clubs, les Colomiers et autres, on se souviendra d’eux et ça m’étonnerait qu’ils viennent passer 80 minutes sympathiques au Stadium, ça, c’est sûr. Si j’ai la chance d’y être et qu’on soit monté, il faudra qu’ils s’accrochent aux rideaux parce qu’on leur rentrera dans la gorge. 

 

Ce côté village d’Astérix, c’est aussi ce qui a fait le ferment de l’ère Béchu et peut-être qu’il y a là aussi un nouveau moment de l’histoire d’Albi. On se rappelle que l’ère Béchuavait commencé par plusieurs finales pour monter en Pro D2 qui avaient été compliquées, il avait fallu attendre la 3e pour y arriver. Il y a peut-être une analogie dans l’histoire, des valeurs du passé dans lesquels il va aussi falloir piocher pour faire ressortir quelques trucs ? 

 

Oui, c’est à croire que ce club vit son histoire pas simplement. Le but de tout joueur de rugby est d’écrire sa page sportive de même que le but d’un club est aussi d’écrire sa page. Et la page à écrire de ce club n’est pas si simple que cela et nous ne sommes pas trop aidés. Je les ai entendus dire qu’ils n’avaient rien contre Albi ni contre Massy mais en tous cas, quand je vois qu’il y a des clubs, Colomiers pour le citer, qui ont failli passer tellement proches de la Fédérale 1 l’an dernier et je ne sais pas s’ils s’en seraient sortis parce-que ce n’est pas simple de s’en sortir et qu’aujourd’hui, je les entends être de si fervents partisans de leur ligue fermée à 30, ça me fait rager. Donc, on verra, je ne suis plus sur le terrain mais j’essaierai de motiver les joueurs pour qu’ils soient prêts l’année prochaine. Je vais quand même faire le maximum parce-que ce n’est pas fini. On m’avait demandé d’attendre le 2 Juin donc, je vais être patient jusqu’à cette date et après, on fera le point. S’il faut re-cravacher une année pour y arriver et bien, on va re-cravacher mais, en tous cas, il est certain que ce sera une grosse déception. Tout le travail mit en œuvre par le club, par le staff, par tous ces joueurs, c’est du temps qu’on aura ensemble pour préparer encore mieux notre montée. Mais je vous avoue que, comme un entraîneur m’a dit, on ne t’apprend pas ça en formation DES. Ce que tu vis là à ce moment-là, c’est de l’expérience d’emmagasinée mais il est vrai que je m’en serai bien passé.

 

Oui, c’est un sacré vécu. Il est certain qu’en termes de gestion émotionnelle de crises, tu as connu ton lot ? 

 

Voilà (rires). Pour démarrer, c’est une bonne dose de contrecoups et limite de coups bas. Mais, ce n’est pas grave, on s’en relèvera et on sera encore plus forts. On va aller jusqu’au bout de nos idées. 

 

Par contre, si j’entends ta sémantique et ton champ lexical, la bonne nouvelle est que, l’année prochaine, quoi qu’il arrive, Arnaud Méla sera sur le banc du Sporting Club Albigeois ? Et ça, ça va quand même donner du baume au cœur des joueurs et des supporters ? 

 

Je ne sais pas si ça leur donnera du baume au cœur mais en tous cas, j’avais un contrat de 4 ans, je vais l’honorer. J’avais un objectif qui était de faire monter ce club en Pro D2, il faudra peut-être une année de plus mais en tous cas, je vais aller au bout de mes idées. 

 

Donc, s’il y Tic, il y aussi Tac. Jérémy Wanin sera dans tes valises ? 

 

Oui, nous ne sommes pas trop différentiables donc, il sera avec moi. On n’y est pas encore, on va croire jusqu’au bout à la Pro D2 et on va essayer de s’accrocher à toutes les branches qu’il nous reste. Et si jamais on n’y arrive pas, on va re-cravacher et à force, ça sourira un jour. 

 

Comme avec les bonus-track en conférence de presse, tu n’as pas une petite recrue à nous annoncer ? 

 

Là, non. On est dessus, mon président et mon DG sont en train de réfléchir à comment organiser le budget pour pouvoir recruter ou conserver mes joueurs et voire après la façon dont je vais pouvoir gérer mon groupe. On va passer à l’action cette semaine en commençant à rencontrer tous nos joueurs. Dans le cas Pro D2, tout est déjà acté avec tous mes joueurs et mes contacts et après, on va basculer sur le cas Fédérale 1 au cas où on aurait vraiment une mauvaise nouvelle le 2 Juin. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-22-mai-2020-vf/

Retrouvez l’intégralité de l’itw d’Arnaud Méla lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 22 mai 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s