#Rugby / M.André (Albi) : «la Pro D3 ne m’intéresse pas, on veut jouer en Pro D2!»

Le capitaine du Sporting Club Albigeois, Matthieu André, est venu lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » de ce mardi 12 mai 2020, nous donner son sentiment sur la bataille menée par les jaunes et noirs, pour retrouver la Pro D2. Serein sur l’engagement de Bernard Laporte à faire monter des clubs de fédérale 1 en Pro D2, l’ex joueur du Stade Toulousain et de l’US Dacquoise est catégorique sur un sujet: il ne veut pas imaginer un seul instant Albi ailleurs qu’en Pro D2. Dans cette période la solidarité est de mise , le leader du vestiaire albigeois, espère voir le monde professionnel (LNR) se mettre au diapason du contexte actuel et d’une société de l’après-Coronavirus qui ne sera sûrement plus jamais la même.

 

 

On va directement aller au sujet d’actualité. Nous avons réalisé un grand débat sur la nouvelle idée sortie du monde du rugby, cette Nationale 1 ou Pro D3. D’un revers de la main, tu as refusé de participer à ce débat. Tu peux nous expliquer pourquoi ce débat ne t’intéressait pas, quels étaient les tenants et les aboutissants de ta décision ? 

 

Pour l’instant, la Pro D3 ne m’intéresse pas parce-que nous, on jouera en Pro D2 l’année prochaine, j’en suis convaincu. Donc, je n’étais pas forcément la bonne personne pour parler de ce sujet qui ne nous concerne pas actuellement. 

 

On le sent d’entrée de jeu, tu poses un peu les jalons : le Sporting a les yeux rivés vers la Pro D2. Mais, depuis notre dernier entretien, de l’eau a coulé sous les ponts et il y a eu des rebondissements. J’espère que tu n’es pas cardiaque ? 

 

C’est vrai parce qu’il y a toujours de nouvelles réunions, de nouveaux votes, de nouvelles décisions. C’est compliqué parce-que l’on subit tout cela et que de tout cela dépend notre avenir. Donc, j’espère que le monde du rugby va conserver ses valeurs de solidarité pour nous permettre de valider ce que l’on est allé gagner et ce qu’on est allé chercher sur le terrain. 

 

La réaction un peu grégaire et isolationniste de la Ligue Nationale de Rugby et de l’UPCR, avec leurs présidents Paul Goze et Alain Carré, cette position un peu inflexible, comment les as-tu perçues ? 

 

Elle n’est pas en notre faveur donc, c’est vrai qu’on ne l’a pas bien reçue. Ce qui est dommage, c’est qu’on n’a pas l’impression que les arguments, notamment ceux de Bernard Laporte, ne sont pas entendus, consultés et étudiés. On a l’impression que ce sont des votes qui sont faits à la va-vite sans forcément une étude qui a été faîte derrière. 

 

Et surtout, ce sont des votes qui ferment les possibilités puisqu’ils s’entêtent sur une seule formule de Pro D2 et de Top 14. Pourtant, malheureusement, le contexte sanitaire risque de les faire s’incliner vers un peu plus d’ouverture d’esprit parce qu’on s’en doute de plus en plus, ça va être très dur de reprendre en Septembre ? 

 

Exactement, c’est ça. Les conditions sanitaires font que la reprise des contacts et des championnats va se faire de plus en plus tard et donc, par la force des choses, les 30 ou 32 dates ne pourront pas être échelonnées sur la saison. Il semblerait donc qu’on soit obligé de se diriger vers un format de deux poules et ce format-là pourrait nous correspondre et nous faire participer à ce championnat de Pro D2. 

 

Tu es le capitaine du Sporting Club Albigeois et on imagine que tous les joueurs sont accrochés à ces annonces. Comment tout ça se vit de l’intérieur du vestiaire même si, pour l’instant, c’est un vestiaire délocalisé puisque vous étiez confinés et donc, pas ensemble pour le vivre ? Mais j’imagine que, chez les garçons, il doit y avoir beaucoup d’appréhension sur leurs devenirs car il y a quand même leurs vies professionnelles qui sont en jeu ? 

 

Oui, c’est ça. Ça se vit difficilement parce qu’en plus, c’est de connaître sportivement la division dans laquelle on joue mais surtout, il y a des contrats qui sont en jeu, des contrats de travail. Les joueurs ne savent pas s’ils vont avoir un contrat demain, la hauteur de ce contrat et derrière tout ça, il y a quand même des familles en jeu donc, c’est très, très important. 

 

Il y a aussi des gens qui sont très proches de vous, ce sont les supporters. On sait qu’à Albi, les supporters et les joueurs marchent main dans la main, ils sont toujours aux petits soins pour vous. Tu as pu échanger avec eux parce-que l’appréhension et l’angoisse sont aussi montées ? On a vu la semaine dernière des supporters veiller jusqu’à 1h du matin, attendant les décisions des diverses instances. Ça doit te faire plaisir et j’imagine qu’il doit aussi y avoir besoin d’échanges entre vous, les joueurs, et ces supporters qui sont vos premiers soutiens ? 

 

C’est certain et on le voit d’ailleurs sur tous les réseaux sociaux où ils sont très présents et nous apportent un soutien important. Ça nous met du baume au cœur de voir qu’on est soutenu par tout ce peuple albigeois, on les en remercie chaleureusement et on leur demande de continuer, de faire parler le peuple albigeois pour faire entendre notre voix dans cette quête de montée en Pro D2. 

 

On sait aussi qu’Arnaud Méla devait vous parler en visiopour remobiliser les troupes. Est-ce que ce moment de mobilisation générale a eu lieu ? 

 

Oui, bien sûr, on a vu Arnaud par petits groupes pour faire un état des lieux, échanger les informations qu’on avait et parler de l’avenir, même s’il est pour l’instant incertain. 

 

Dans cette période, on a quand même retrouvé un Arnaud Méla comme sur les terrains à Brive. Il est assez rugueux et il va quand même au mastic pour défendre le Sporting Club Albigeois ? Il a mis le casque à pointes ? 

 

Oui (rires). Mais heureusement que beaucoup de personnes sont là pour défendre le Sporting. Il y a bien sûr Arnaud Méla, il y a bien sûr aussi Bernard Laporte qui est quelqu’un du cru et, en tous cas, les joueurs ont confiance en ces gens-là. On sait qu’ils vont défendre âprement les intérêts du club. 

 

On va terminer, comme d’habitude au Mag Sport, avec la note humour. On t’avait lancé un défi, le  » Bastien DedieuChallenge « . A priori, cette histoire est compliquée. Ce sera plus facile d’accéder à la Pro D2 que de faire parler Bastien Dedieu 

 

(rires). Je l’ai eu ce matin, j’en ai remis une couche et il est en train d’y réfléchir. 

 

Il médite ? 

 

Oui, c’est ça (rires). Ce n’est pas évident de faire parler un ours comme ça pendant 10 minutes, c’est compliqué. 

 

 » Je s’appelle Groot  » ? 

 

Pas loin (rires)

 

Méfie-toi parce qu’il y a un second challenge qu’on a lancé sur le Mag Sport – Radio Albigès, le  » Moustache Challenge « . Il ne faudrait pas que tu rentres en Pro D2 avec une belle moustache à la Didier Revellat 

 

Je le ferai, il n’y a pas de problème

 

Ça y est, le challenge est lancé et maintenant, on va dire à Bernard Laporte qu’il faut à tout prix que le Sporting Club Albigeois monte en Pro D2 pour que Matthieu André arbore une belle moustache pour la rentrée des classes

 

C’est ça. Si ça fait monter le Sporting Club en Pro D2, je le ferai. Et avec grand plaisir en plus ! 

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-12-mai-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Matthieu André lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 12 mai 2020.

Un commentaire sur “#Rugby / M.André (Albi) : «la Pro D3 ne m’intéresse pas, on veut jouer en Pro D2!»

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s