#Football – R1 / L.Poisson (Salies) « Ces joueurs ont fait du rêve une réalité »

Un parcours des plus détonnant a eu raison des pronostics en Régional 2. Promu aux prétendant au top 5, Salies Mane a su imposer son football pour s’offrir une deuxième montée successive. Les troupes de Lionel Poisson se frotteront donc la saison prochaine au gratin du football régional.

B3D02215-
Avec son binôme Bernard Téoulé, Lionel Poisson semble donner des ailes à son groupe et surmonter l’impossible – Crédit Salies Mane

Avec la Juventus Papus, vous rejoignez le club fermé des clubs réalisant deux montées d’un coup et vous hisser en R1. Vous enchaînez de bons résultats pour demeurer quasiment toute l’année sur le podium. Est-ce que l’objectif montée ne vous est pas apparu en ligne de mire ?

Notre objectif de début de saison, à savoir être dans les cinq premiers, en a effrayé certains et rire d’autres dans la salle de réunion en juillet dernier au club-house. Pourtant au fil des matchs et le maintien acquis très tôt, nous étions conscients que c’était notre travail et notre sérieux qui allaient décider de la place finale de l’équipe dans les cinq premiers du classement. Les joueurs se disaient que c’était super de vivre ça, sublimés par le dévouement et l’engouement des dirigeants, ainsi que par la ferveur du public enthousiaste, acquis à leur cause. Portés par cette dynamique ils ont constamment étonné et ils ont continué à avancer malgré les blessures et la fatigue de la Coupe de France, chaque joueur apportant sa pierre à l’édifice des points obtenus de haute lutte. Plusieurs moments ont été significatifs cette saison à commencer par la nette victoire à Montauban lors du premier match de championnat, puis vinrent celles marquantes face à la Juventus Papus et à Seysses-Frouzins, tous des favoris ou des prétendants à la montée. Après, parler d’une double montée serait présomptueux vues les conditions particulières et favorables d’attribution, mais avec seulement deux défaites et un fair-play convaincant, cette accession est perçue comme la récompense d’un groupe méritant. Ces joueurs, ensemble, en donnant tout sur le terrain ont procuré du bonheur à leur entourage et ont fait du rêve d’une génération de copains, une réalité. Ils peuvent être fiers de cela.

Après la montée en R2, qu’est-ce qui vous a permis de ne pas jouer le maintien mais les premiers rôles cette saison ?

Certaines choses sont explicables, d’autres ne le sont pas. Avec le niveau montant, des connaisseurs pensaient que l’équipe allait être sanctionnée davantage administrativement face à des collectifs chevronnés. Le rythme de la R2 devait générer de la casse physique et des creux dans les résultats du fait d’un effectif de qualité mais non pléthorique. Enfin, il ne paraissait pas possible de rivaliser avec les grosses cylindrées aux dires de personnes pourtant bien pensantes qui prévoyaient une compétition coupée en deux. Ces déclarations, créant de l’incertitude quant à nos capacités de bien figurer, ont joué vraisemblablement un rôle motivationnel. Elles ont surtout permis une prise de conscience des efforts de maîtrise à consentir et des progrès à accomplir. Pour prendre les points tout le monde devait être à son maximum, les cadres dans l’excellence, les jeunes dans la performance et toute l’équipe dans une constante amélioration. Ce qui m’a le plus bluffé c’est la qualité d’unité et de solidarité du groupe dans les moments difficiles. Là où le football amateur d’aujourd’hui bloque, l’esprit de clocher et l’amour du maillot « Rouge et Noir », valeurs désuètes, permettent de continuer à courir et à lutter, et contre toute attente de solliciter des ressources aussi rares qu’insoupçonnables. L’amour du football et la passion du jeu sont des leviers puissants, jusqu’au jour où on se prend pour ce qu’on n’est pas ou alors qu’on pêche par manque d’humilité.

Le climat actuel et l’actualité covid n’ont-ils pas noircis un peu la beauté de cette montée ?

Tout triomphalisme ou excès de joie paraît déplacé tant il y a de la souffrance et de la déception chez ceux qui n’ont pas pu lutter jusqu’au bout pour la montée ou pour le maintien. La saison étant incomplète, il convient d’être mesuré dans la célébration et de penser qu’en allant à leur terme, les choses pouvaient être différentes voire bouleversées. Le climat de confinement a bien sûr impacté le lien social indispensable de notre sport. Ne pas pouvoir se retrouver autour des familles et des dirigeants pour partager cette satisfaction, rend le parcours de l’équipe ordinaire alors qu’il ne l’est pas. Rendre hommage aux éducateurs depuis l’école de football est aussi un moment précieux à ne pas louper car il sanctifie la formation au sein du club et il valorise le don de soi de ces personnes qui ont bonifié et éduqué dans le respect et le plaisir du jeu. La grande fidélité des licenciés n’est certainement par étrangère à l’action successive de ces passionnés, pierres angulaires de l’USSM. Enfin les édifices financiers dans le sport vacillent comme des châteaux de cartes, créant des déséquilibres, des peurs et des précarités. Mais comme dans la société, cet épisode crée des remises en questions fondamentales et où il y a de l’ombre, il y a aussi de la lumière. Allons-nous assister à la fin des économies sur la santé ? Du prima de l’argent sur l’humain ? Du confort sur le goût de l’effort ? De la routine pécuniaire sur l’amour du football ? Notre vision ici, dans le prolongement de l’implication formidable des dirigeants, est à dimension humaine et le niveau toujours plus relevé et exigeant des compétitions ne changera pas cette identité et cette raison d’être.

Vous étiez en R3 il y a seulement un an. Dans quelques mois vous vous frottez à la R1, et même à d’anciens pensionnaires de N3. C’est un sacré challenge qui vous attend.

Les limites sont faites pour être dépassées dans un sport loyal et éthique. Donner plus que recevoir permet de créer des énergies collectives transcendantes. S’éprouver au plus fort de ce qu’on peut devenir par l’entraînement pour son équipe est aussi un bel accomplissement en tant qu’être social. Les termes à la mode prononcés par des gens connaisseurs ou prudents qui ont totalement raison, sont « compliqué », « incertain », « difficile », « usant », etc… Cela montre surtout qu’avec de tels jugements et ces personnes aux manettes, vous n’iriez pas bien loin, il faudrait peut-être même ne pas y aller. Nous préférons les mots, « intéressant », « captivant », « stimulant », et « valorisant », car ils donnent un sens clair au travail entrepris et un objectif convergeant solide aux efforts de tous. Chacun sait que les valeurs d’unité et de solidarité qui animent le groupe, vont être mises à rude épreuve pour réussir, et que les tempéraments devront s’exprimer positivement dans le respect et le soutien mutuel, comme ils l’ont toujours fait. Dans tous les cas de figure, nous ne considérerons cette montée en R1 comme légitime, que si nous nous y maintenons.

Comptez-vous passer par quelques renforts pour étoffer l’effectif avant ce nouveau défi ?

Cette génération de « Brothers » espérait atteindre la R1 un jour en restant unis à Salies Mane et ce n’est pas maintenant qu’elle y accède que les joueurs vont s’arrêter ou partir. Ils veulent y goûter, y progresser et continuer à déjouer les pronostics. Les parcours et les exploits en Coupe montrent que c’est possible dans leurs jambes sur un match, néanmoins sur une saison d’autres contraintes s’exercent. Alors il est vrai qu’étoffer quantitativement l’équipe s’impose pour se donner les meilleures chances de succès et faire face aux défis annoncés. Le groupe initialement assez fermé, s’ouvre peu à peu à des joueurs qui ont envie de vivre l’aventure du niveau et d’intégrer cet état d’esprit épanouissant. L’effectif composé de pas moins de onze anciens sport-études et de sept autres collégiens des Trois Vallées a des qualités techniques; il peut servir de tremplin à de jeunes joueurs qui sur un court cycle de sacrifices vont acquérir puis dépasser le niveau de R1. Ils rejoindront Vincent Dias et Denis Marty de retour de longue blessure, sortiront de leur zone de confort et seront dans une dynamique efficace d’accélération de leur progression. Les anciens le savent, il n’y a pas meilleur apprentissage que de se frotter aux joutes de la DH quand on est un jeune avec de l’ambition et du talent.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s