#Rugby – Top14 / G.Lacroix (La Rochelle): «Le SCA doit retrouver sa place en Pro D2!»

Nous avons eu un invité de marque, lors de notre émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » du 8 mai 2020, en la personne de l’international Rochelais, Gabriel Lacroix. En pleine rééducation suite à une nouvelle opération, l’ex ailier du Sporting Club Albigeois, apporte un soutien indéfectible à son club de cœur dans sa quête de Pro D2et à cette ville qu’il a choisit pour mener son combat face à la blessure. Mais celui qui espère recouvrer ses capacités physiques, déjà pour accomplir des gestes quotidiens normalement, garde un œil attentif sur l’actualité de son club le Stade Rochelais, tout en prenant une certaine hauteur nécessaire au vue du contexte actuel. Focus sur un talent brut, qui se bat comme un lion depuis 2 ans avec son destin.

 

 

Gaby, avant de parler de l’actualité rugby du moment et de la situation actuelle qui, comme tous les français, doit t’impacter, on va commencer par te demander des nouvelles. On sait que tu as subi une deuxième opération suite à une grave blessure qui dure, qui dure. Où en es-tu et est-ce que ça va ? 

 

Ça va bien, oui. Je fais ma rééducation comme je peux avec ce confinement, j’ai quand même réussi à faire le minimum, à m’entraîner un peu et à faire ma rééducation à peu près correctement. Aujourd’hui, ça va, je vois un peu le bout, j’ai repris la course il y a très peu de temps. Donc, c’est une nouvelle étape de ma rééducation qui s’annonce et qui commence et je suis impatient d’être à dans un mois, un mois et demi pour voir comment ça évolue. 

 

Tu traînes cette blessure depuis quasiment deux ans, ce sont des mois qui, pour toi, doivent paraître interminables. Est-ce que tu vas piocher un peu dans les ressources familiales, auprès des tiens, pour te soutenir ? Car j’imagine qu’il faut pas mal de soutien pour passer ces moments puisque c’est une blessure qui t’empêche de pratiquer ta passion, le rugby, mais qui t’handicape aussi dans ta vie de tous les jours ? 

 

C’est le gros problème de ma blessure, oui. C’est la gêne qu’elle me procure dans ma vie familiale, dans ma vie de tous les jours donc, c’est pour ça que j’ai voulu refaire une opération, un peu l’opération de la dernière chance. Là, je croise les doigts pour que ça marche et que je puisse reprendre une vie normale : pouvoir jouer avec mon fils, pouvoir essayer de faire un peu de sport quand j’ai envie avec mes amis donc, je croise les doigts pour que ça aille mieux. Je suis rentré chez moi à Albi, avec ma famille, pour se ressourcer, pour être proche de notre famille dans un cercle familial propice à la bonne rééducation de mon genou et surtout pour mon bien moral. On sait que c’est très important dans ces blessures donc, le choix que l’on a fait a été de rentrer ici et on ne le regrette pas du tout. On est très bien ici à Albi, on est très content d’être là et maintenant, on croise les doigts. 

 

On va aussi parler de la situation actuelle. Comme tu le disais, pour faire ta rééducation, ce confinement n’est pas optimum. Comment t’es-tu débrouillé pour essayer de joindre l’utile à l’agréable ? 

 

J’avais déjà deux, trois trucs chez moi pour pouvoir m’entraîner un peu. Il y a aussi Thibaut, le préparateur physique de La Rochelle, qui m’a fait un planning que je pouvais suivre depuis chez moi avec des étapes importantes de ma rééducation sans avoir à faire n’importe quoi même si, maintenant, je connais assez bien le protocole de rééducation du genou. Et au niveau du matériel, j’ai mon ami Raphaël Mérancienne, de la salle de sport Sartorius sur Albi qui m’a énormément aidé et qui m’a permis d’avoir du matériel pour pouvoir faire ça correctement. 

 

C’est aussi là que l’on voit que le rugby est une grande famille. Tu nous parles de Raphaël Mérancienne qui est quelqu’un que tu as connu en espoirs au Sporting Club Albigeois et là, des années après, quand tu en as besoin, il est au soutien dans le ruck. C’est là où l’on voit que, dans le rugby, il y a quand même quelques valeurs qui persistent ? 

 

Oui, bien sûr et heureusement, surtout ici à Albi. Les années que j’ai vécues ici étaient des années magnifiques, j’ai rencontré des gens qui sont maintenant vraiment très importants pour moi dans ma vie comme Raph qui, je le sais, sera toujours là pour moi et pour m’aider. Il a toujours été là, quand je lui ai demandé, il n’y a jamais eu aucun souci à m’aider. On a des valeurs communes et c’est aussi ce qu’il essaie de transmettre à travers sa salle de sport et qui est vraiment top. 

 

On parlait tout à l’heure du contexte du coronavirus. C’est venu tout chambouler dans nos vies, notre société et ça va sûrement chambouler le sport. On a vu pendant des années et des années un rugby professionnel qui s’emballait et qui commençait à se «  footiser  » un petit peu, à regarder et à lorgner un peu ce qui se faisait chez les cousins du ballon rond. Tu ne penses pas que, en partant du malheur du covid, il ne serait pas temps d’en faire un bonheur en essayant de rééquilibrer ce rugby professionnel, de revenir à une temporisation et à une modération de cet emballement qu’il y a eu autour du rugby pro et des valeurs ? 

 

Je l’espère et j’espère de tout cœur que ce que tu dis sera avéré. C’est vrai que le rugby professionnel a énormément changé, il y a eu des bons côtés et d’autres moins bien. Mais c’est vrai que, si l’on peut un peu revenir aux valeurs initiales de ce sport, d’amitié et de simplicité, je pense que le rugby n’en sortirait que grandi. 

 

Dans le rugby, tu sais qu’il y a une division  » passerelle  » entre les amateurs et les professionnels, c’est la Fédérale 1. Ton club de cœur caracolait en tête de la Fédérale 1 mais le coronavirus est venu arrêter la saison. Ce club de cœur est bien évidemment le Sporting Club Albigeois. Actuellement, il y a un grand débat, une bataille, un bras de fer pour savoir si Albi montera ou ne montera pas en Pro D2. Toi qui as le cœur albigeois mais qui connaît aussi les attentes et les tenants et les aboutissants du professionnalisme, que penses-tu de cette situation ? 

 

C’est une saga qui nous tient en haleine, on regarde les nouvelles un peu tous les jours. Un jour c’est blanc, un jour c’est noir donc, on est un peu perdu mais on croise les doigts et on espère que le Sporting retrouve enfin la place qu’il mérite dans un rugby professionnel. Je pense que le club a montré qu’il avait les capacités de remonter au niveau professionnel en Pro D2 donc, je ne vois pas pourquoi on les en empêcherait. Surtout que, on ne va pas revenir sur la polémique mais on sait que l’an dernier, il y a eu un match qui les a empêchés de monter et qui a été très compliqué à avaler pour tous les albigeois et pour tous les supporters du rugby. Aujourd’hui, le Sporting Club Albigeois est premier national donc je pense qu’il devrait tout simplement récupérer la place qu’il mérite en Pro D2. 

 

Je sais que tu as gardé beaucoup de copains dans le groupe actuel du Sporting Club Albigeois. Tu as échangé un peu avec eux pour voir comment ils vivaient cela et pour venir un peu au soutien en leur apportant toute ta sympathie pour le SCA et pour leur cause ? 

 

Oui, bien sûr. Malheureusement, ils n’en savent pas plus que nous qui regardons les journaux donc, je n’ai pas pu en savoir plus. Ils sont dans l’attente, ils espèrent bien sûr qu’il y ait une réponde favorable. Je pense aussi que pour eux, pour leurs carrières futures et pour tous les projets qu’ils ont à mettre en place, il faudrait que ça se décante rapidement. 

 

Tu as un mentor qui est Henry Broncan. Est-ce que tu as pu prendre un peu de temps pendant ce confinement pour échanger avec lui, prendre des nouvelles et savoir comment il voyait cette situation, lui qui a souvent une vision et un regard aiguisés ? 

 

Malheureusement non, je n’ai pas pu l’avoir, c’est l’un de mes grands regrets de ce confinement. Mais, je vais essayer de l’avoir rapidement, déjà pour savoir comment il va, comment il vit ce confinement et bien sûr pour avoir son avis sur la question. Mais je ne pense pas trop me tromper en disant qu’il a le même avis que moi. 

 

On va terminer en parlant de ton club actuel, le Stade Rochelais. Comment tes coéquipiers ont vécu cette saison tronquée qui restera dans les annales puisqu’elle ne sera jamais finie ? Cette saison est un véritable  » point-virgule « , y compris au Stade Rochelais et j’imagine que les bouillants supporters des maritimes sont tout penauds ? 

 

Au Stade Rochelais, on est un club qui vit beaucoup avec ses supporters donc bien sûr, c’est compliqué pour eux. Il leur tarde de pouvoir revenir faire la fête au stade avec nous et j’espère que ça se fera rapidement. Malheureusement, c’est quelque chose que l’on n’a pas contrôlé, c’est arrivé d’un coup : le confinement, l’arrêt de la saison. Les joueurs sont confinés chez eux, le club a mis en place un protocole pour l’athlétisation des joueurs pour qu’ils restent en forme. Le suivi a été fait et maintenant, il n’y plus qu’à attendre qu’on puisse reprendre le cours des entraînements et préparer au mieux la saison d’après. 

 

On va faire un peu de fiction en guide de bonus : au bout du bout, Albi arrive à monter en Pro D2, on est au cœur de l’hiver et il y a besoin d’un joker médical. Gaby Lacroix peut être une option ? 

 

(rires). Je suis toujours sous contrat avec La Rochelle donc, si par grand bonheur, j’arrive à rechausser les crampons, il est sûr que je serai rochelais encore pour un an. Après, on ne sait pas de quoi la vie est faite mais en cas, il est sûr que je serai le plus heureux de revenir un jour jouer ici. 

 

Je pense que ce sera aussi réciproque avec les supporters du Stadium qui n’ont pas oublié toutes tes chevauchées à l’époque en Pro D2, dans une ère où l’on se souvient qu’Albi a fait vibrer tout le Tarn Nord. 

 

C’est gentil

 

Merci Gaby, on te souhaite le meilleur pour cette rééducation et tu es toujours le bienvenu au Mag Sport

 

Merci beaucoup

 

 Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-8-mai-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Gabriel Lacroix lors de l’émission « Le #Magsport – RadioAlbiges  » du 8 mai 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s