#Football – R1 / C.Ousset (Pibrac) « Je savais que les coachs ne me lâcheraient pas pour bien jouer. »

Après quelques premiers mois compliqués avec Portet, Clément Ousset a filé en cours de saison du côté de l’US Pibrac où il se sent aujourd’hui comme un coq en pâte. Montant en puissance au fil des semaines, il fonde déjà quelques ambitions pour la prochaine saison.

portet
L’aventure Portésienne n’aura pas eu le succès escompté pour Clément, qui a vite rejoint l’US Pibrac. – crédit WH

Vous avez connu une saison un peu mouvement entre Portet et Pibrac, comment-pouvez vous nous l’expliquer ?

Je suis arrivé à Pibrac en novembre, avant cela j’étais à Portet donc. Les résultats et d’autres choses ont fait que je ne suis pas resté à Portet. C’est Sébastien Prunier qui m’avait fait venir. Il avait le projet de restructurer un peu tout ça. Ça ne c’est pas passé comme prévu. Comme la façon de travailler ne m’allait pas, j’ai contacté JR (Badaracco) et Jérôme (Baldy) et j’ai signé à Pibrac en novembre.

Du coup vous êtes-vous bien formé au moule de l’USP ?

J’ai retrouvé un club avec une bonne ambiance surtout pour un club de R1. Quand on monte de niveau, l’ambiance est moins top. C’est davantage foot à fond sans qu’il n’y ait forcément une bonne entente entre les joueurs. Quand j’étais en jeune à Colomiers, c’était un peu comme ça. Là, franchement à Pibrac, il y a une bonne ambiance. Ça travaille bien à l’entraînement. Tout le monde s’entend bien que ça soient les joueurs de la une, la deux, la trois ou les jeunes qui sont montés. Nous avons également eu l’arrivée d’un nouveau directeur sportif. Il va amener sa vision des choses et son expérience.

Cette bonne ambiance est-elle le facteur X de la réussite des Rouges et Noirs ?

Comparé aux moyens de certains clubs de R1, Pibrac n’a pas les mêmes atouts financiers que des clubs comme Toulouse Métropole ou Saint Estève. La bonne ambiance, la bonne humeur et l’entente nous permettent d’avoir de bons résultats. Après, nous travaillons bien également à l’entraînement. La bonne ambiance permet cela notamment. La bonne entente ne peut qu’aider, forcément. Chez nous, il n’y aura pas d’évolution sur le plan financier. Personne n’avait de fixe. C’est autre chose qui attirait les joueurs chez nous. Moi, c’est ce qui m’a fait signé là-bas. Je savais que les coachs ne me lâcheraient pas pour bien jouer.

Le club pourrait-il viser l’étage supérieur selon vous ?

Si nous voulons aller plus haut, ou si nous montons, les finances devront obligatoirement suivre. Notre modèle actuel pourrait pourquoi pas nous permettre de viser plus haut.

Le club termine au pied du podium. Est-ce une saison réussie selon vous ?

L’objectif des coachs était de jouer le maintien. Nous essayons tout de même de rester le plus haut possible. Nous ne visions pas forcément la montée. Quelques matchs comme la défaite 1-0 à Saint Estève nous sont un peu restés en travers. Quatrième dans une telle poule, ce n’est pas mal. Le trio de tête était performant et Luzenac revenait bien aussi. Il y a un bon mélange entre les anciens et les jeunes. En continuant à travailler et avec l’apport des jeunes dans l’effectif, ça peut bien fonctionner.

Et vos performances personnelles, comment les jugez-vous ?

Je suis arrivé en novembre, donc j’ai fait quelques matchs avec l’équipe deux, puis la une. Comme me l’avait expliqué le coach, il me fallait un certain temps pour m’habituer au style de jeu du club. Je commençais à bien assimiler ce style de jeu. C’est dommage pour moi que l’on se soit arrêté avec le covid. J’aurais pu espérer avoir plus de temps de jeu en équipe une sinon.

La saison prochaine sera donc de bonne augure pour vous alors…

Le changement de club, ca m’a un peu freiné dans ma progression. Mais si je continue sur cette voie je ne peux que progresser.

Réfléchissez-vous déjà à cette prochaine saison ?

Oui. J’aimerais continuer à marquer forcément. J’ai mis six buts cette saison avec les deux équipes de Pibrac. Je voudrais faire le plus de matchs possibles en R1 et essayer de mettre un maximum de buts, en une ou en deux, pour aider le club. J’attend également le tirage des poules avec impatience. J’espère avoir L’Union dans notre poule, pour pouvoir jouer contre mon frère Julian, et les battre bien sûr.

Propos recueillis par Nicolas Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s