#Football – D2F / S.Fau (Albi): «J’ai décidé de ne pas rester en tant que N°2.»

Samuel Fau, le désormais ex-coach adjoint de l’ASPTT Football de l’Albigeois nous a accordé une interview exclusive quelques heures après son départ . Rencontre avec un passionné qui malgré la déception de ne pas continuer chez les rouges et jaunes , gardera de beaux souvenirs en D1F et D2F durant ses trois années au cœur de l’ASPTT FA.

Samuel, j’imagine que ça doit être un moment très compliqué pour toi après trois années humainement riches auprès des filles de l’ASPTT. La page se tourne, comme pour Patrice Garrigues et Clément Galien ? 

 

Oui, c’est une décision que je viens d’apprendre. Comme tu le dis, trois ans, ce n’est quand même pas mal, c’est un beau cycle. On a vécu une année compliquée, une seconde assez positive et cette année, on le sait tous, a été assez compliquée. Mais l’essentiel a été acquis puisqu’on s’est maintenu à la dernière journée lorsqu’on va battre Toulouse. Donc, c’est la fin d’une histoire mais on va rebondir. 

 

Tu sais que dans la presse, on aime bien avoir le fin fond du sujet et du problème. On a vu la déclaration que tu as faite sur Facebook : est-ce toi qui claque la porte ou est-ce le club qui a décidé de ne plus collaborer avec toi ? On a eu un peu de mal à saisir. 

 

C’est très simple, après le départ des entraîneurs, je savais que le club voulait me conserver. Donc, je me suis projeté en tant que N°1 vu que j’avais pas mal d’ambitions. Le bureau a considéré que j’étais encore un peu jeune pour ce poste et m’a proposé un poste de N°2 comme j’étais cette année. Pour ma part, je m’étais fixé cette ambition d’être N°1, ça ne s’est pas fait et du coup, c’est moi qui ai pris cette décision de ne pas rester en tant que N°2. 

 

Ta décision est ferme et définitive ? Pour toi, tu as fait le tour de ce poste de N°2 et il est temps et l’heure de passer à l’étape au-dessus ? 

 

Oui, c’est ce que j’aimerai. J’aimerai passer un diplôme d’entraîneur l’année prochaine et pour passer ce diplôme d’entraîneur, il faut être N°1, on ne peut pas le passer en étant N°2. Donc, il faut que j’essaie de rebondir sur un poste de N°1 pour essayer de passer ce diplôme qui me servira pour la suite. 

 

Dans cette quête du poste de N°1 à l’ASPTT, il y a eu sur nos ondes un soutien de Patrice Garrigues et Clément Galien, tes deux mentors dans le foot féminin. J’imagine que dans ces moments de tractation où tout le monde est un peu tendu, ça a dû te faire du bien ? 

 

Oui, clairement. De toute façon, et c’est ce que j’ai dit au président Espié, j’ai toujours joué la transparence par rapport à cette envie d’entraîner, que ce soit au niveau du club, au niveau du staff ou de qui que ce soit. L’année dernière, j’entraînais la réserve en plus d’être adjoint de la D2 donc je ne me suis jamais caché au niveau de l’entraînement. J’ai essayé de gagner dans toutes les compétences de la performance que ce soit l’entraînement, le travail physique, tactique, technique ou mental, d’essayer de me perfectionner. Le club a pris sa décision, moi, par la suite, j’ai pris la mienne et c’est comme ça. 

 

Le président Espié est celui qui t’a donné ta chance dans le football féminin. J’imagine que les dernières tractations avec lui ont dû être compliquées parce-que, quand on n’arrive pas à trouver un point d’accord, il y a toujours quelques petites frictions. Tu garderas quand même un bon souvenir de l’ASPTT malgré ce départ non souhaité à la base ? 

 

Oui, clairement mais ça, je lui ai dit. On s’est vu en visioplusieurs fois, je lui redirai quand on pourra sortir du confinement mais je préfère parler en face et de vive voix qu’à travers des visios ou autres. Mais ça, il le sait de toute façon. Quand je suis arrivé, j’étais le petit analyste vidéo de 21 ans, je repars à 24 ans avec deux, trois diplômes en plus. Ce club m’a fait progresser, c’est indéniable mais maintenant, je suis plutôt de nature impatiente, je l’avoue, je n’ai pas de souci là-dessus, et j’ai envie de progresser, de montrer que je peux le faire. Donc, je ne vais rien lâcher et on rebondira. 

 

De cette aventure, tu garderas des amitiés, des connaissances et des matches et des déplacements qui resteront gravés dans la tête ? On entendait Clément et Patrice parler de la descente et du dernier match en D1 face à Montpellier ou du déplacement à Guingamp. Toutes ces aventures humaines resteront au fond de la tête et de la boîte à souvenirs ? 

 

Bien sûr. De toute façon, tout ce qui a tourné autour du club, que ce soit les staffs qui sont passés, les bénévoles, les joueuses et toi aussi. J’ouvre une parenthèse et je te remercie pour ces deux, trois ans que tu m’as fait partager au niveau des médias parce-que je ne connaissais pas trop ça, je ne savais pas trop comment ça marchait. On est amis donc c’est aussi un peu plus facile de venir vers nous, avec Patrice et Clément. Des moments, on en a partagé des plus heureux et aussi des moins drôles. 

 

Des cocasses aussi parfois

 

Oui, ce déplacement à Guingamp en mini-bus. On est arrivé là-bas le soir, il pleuvait des cordes pour s’entraîner. Le lendemain, on ne touche pas une quille et on gagne 1-0. 

 

Dans un mini-bus bondé. Je pense que là, on était loin des distanciations sociales

 

C’est sûr qu’on n’aurait pas pu se déplacer (rires). Ensuite, il faut le dire aussi, lors des deux dernières années, on était dans un confort avec les hôtels, on a aussi pu se déplacer en avion. Pour des clubs de D2, c’est quand même assez rare. Si tu me demandes de retenir un ou deux matches, c’est sûr que la première année, malheureusement, on a quasiment pété dans le rouge et on retiendra ce match assez cruel contre Montpellier. Sur la 2e année, l’année fut quand même assez bonne vu qu’on finit aux pieds du podium. On avait un groupe très cohérent et je pense qu’on a quand même fait une bonne saison. Cette année, on retient tous la finalité et ce match à Toulouse parce-que si on ne le gagne pas à la 93e, on est potentiellement en R1 et là, je pense que le club est en grosse difficulté. On a laissé le club en D2. 

 

La boucle est bouclée ? 

 

Voilà, pour nous, c’était le minimum à faire. On ne le dit peut-être pas mais, si on travaille dans ce club, c’est qu’on l’aime, on aime les valeurs qui y sont représentées et on a fait le maximum. Il y a des difficultés dans tous les clubs mais il faut passer au-dessus et je pense que, comme tu l’as dit, la boucle est bouclée. 

 

On sait que dans le foot féminin, c’est comme dans le foot garçon ou le rugby, ça va très, très vite. Quand un entraîneur part d’un club, il est souvent contacté par d’autres clubs. Tu as des contacts pour l’avenir et pour rebondir ? J’ai également appris une nouveauté, c’est qu’en D2 Féminine, il y avait même des coaches qui avaient des agents. Est-ce que tu fais partie de ces coaches qui ont des agents ? 

 

Pour être honnête, je m’étais assez projeté avec ce projet de prendre la relève donc je n’ai pas forcément de contacts avec d’autres clubs à l’heure actuelle. Comme tu l’as dit, ça reste le monde du sport donc, ça peut aller très vite. Comme je te l’ai dit, je suis clairement prêt à rebondir, à 24 ans, on est peut-être jeune mais on est motivé, on a envie, on est dynamique et c’est clairement ce que j’ai envie de montrer. Après, non, je n’ai pas d’agent, comme beaucoup de personnes sont au courant, j’ai failli partir l’année dernière pour un club de D1. Ça ne s’est pas fait mais je préfère qu’un club me contacte pour mes qualités et mes capacités que de forcément prendre un agent. Ça serait au niveau des garçons, ça se comprend mais nous, à notre échelle, non. 

 

Tu n’en as pas l’utilité. Et puis, tu es assez bon pour négocier toi-même ton bout de gras, comme on dit dans le jargon ? 

 

Oui et puis, c’est toujours plus valorisant quand c’est un entraîneur ou quelqu’un qui vient vers vous que nous qui allons un peu plus démarcher des clubs, c’est, je pense, un peu plus gratifiant. Après, peut-être que ça arrivera, je ne dis pas que je n’en aurai jamais de ma vie ou dans quelques semaines, je ne sais pas. Mais, pour avoir travaillé avec les agents pendant trois saisons sur les niveaux de la D1 et de la D2 Féminine, autant on peut dire qu’il y en a de très, très compétents avec des connaissances autant on peut aussi dire qu’il y en a qui sont un peu plus dans un autre monde et qui essaient de se comparer au football masculin, sauf que ça n’est pas du tout pareil. 

 

On a compris que ce ne sera pas toi le N°1 à la tête de l’ASPTT. Question inévitable au vu de l’actualité, tu as une idée de qui pourrait endosser ce rôle et remplacer Patrice Garrigues et Clément Galien ? 

 

On a toujours des échos donc je pense qu’il ne doit plus y avoir beaucoup de monde sur le poste. Je pense qu’il y aura sûrement une piste pas loin de l’interne qui est déjà passée au club, notamment quand j’y étais il y a 3/4 ans mais, c’est d’après les échos que j’ai eu, ça ne tient qu’à moi. Après, il y a la piste d’un ancien entraîneur du TFC chez les jeunes je crois, que je ne connais absolument pas. 

 

Deux personnes qui auraient déjà un peu d’expérience dans le foot féminin ? 

 

Oui et puis, de toute façon, je pense que c’est ce qu’il faut. Le foot féminin est quand même complètement différent du foot masculin donc, je pense que c’est ce que le président Espiémettra en place. Du coup, il sera un peu plus âgé que moi parce-que je pense que c’est ce qu’il recherchait, avec un peu plus d’expérience. 

 

Dans quelques temps, quand de l’eau aura coulé sous les ponts et que la fin de ce nouveau cycle arrivera, on peut imaginer te revoir un jour à Caussel ? Parce qu’on sait que tu es quand même assez attaché à ce stade et à cette ambiance de l’ASPTT. Samuel Fau qui, un jour, d’ici un an, deux ans ou cinq ans, revient à l’ASPTT, c’est envisageable ? 

 

Oui, je suis attaché à ce club et tout le monde le sait, parce-que j’ai donné beaucoup et même énormément. On ne sait pas de quoi demain est fait donc je ne peux pas te dire jamais, je ne sais pas. Ça ne va en aucun cas changer mes rapports avec le président Espié ou les bénévoles et les gens qui sont à l’intérieur du club que je remercie encore une fois. Vraiment, je ne peux pas te dire, on verra (rires). 

 

Dans tous les cas, on se reverra à Sapiac quand le SCA viendra botter les fesses à Montauban ? 

 

On essaiera de se faire ça, que toi tu viennes à Sapiac et que moi, je vienne au Stadium pour le derby. Et je voulais encore te remercier, comme je l’ai dit, tu es un ami donc c’est plus facile d’en parler, pour tout ce que tu as fait au club, pour toute la communication autour du club parce-que, de nos jours, c’est hyper important, mais aussi pour la sympathie que tu as. Et qui que ce soit l’année prochaine, continue à suivre les filles de l’ASPTT et le club parce qu’ils en auront besoin. Et j’espère qu’ils vivront une belle saison, même si je ne suis pas là, je leur souhaite. 

 

Et maintenant que tu vas redevenir observateur, tu pourras peut-être nous faire quelques analyses en direct ? On t’appellera parfois en direct pour avoir quelques analyses ?

 

Oui mais je t’avoue que j’espère rebondir assez rapidement donc, j’espère que je n’aurai pas le temps de faire des analyses (rires)

 

C’est tout le mal que l’on te souhaite

 

J’espère que je n’aurai pas trop le temps de faire des analyses et que je serai plus dans un projet sportif pour développer quelque chose. 

 

On te souhaite le meilleur pour l’avenir et toi, en tant que supporter de Montauban et moi, supporter d’Albi, c’est la petite «  gué-guerre  » depuis qu’on se connaît. Prépare toi à ce qu’Albi remonte en Pro D2 et que les jaune et noir débarquent à Sapiac

 

Je leur souhaite, une belle saison aux sports albigeois et à la saison prochaine

 

Et de beaux derbys en Pro D2. Et à toi, on te souhaite de vite trouver un nouveau port d’attache pour rebondir dans le foot féminin ou dans le foot garçon mais dans tous les cas, dans ta passion, le football. 

 

Merci

 

 Propos recueillis par Loïc Colombié

 

https://hearthis.at/radio.albiges/mag-sport-28-avril-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 28 avril 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s