#Football – R1 / M.Pfertzel (Narbonne FU) « Nous méritions tout simplement de monter »

Au sortir d’une saison compliquée et d’un maintien assuré dans le dur, le FUN s’est reconstruit et Marc Pfertzel a inculqué le goût de la gagne à ses joueurs. Aujourd’hui, ils sont champions de R1 et ont obtenu leur ticket pour la National 3. L’homme formé à la deutsche qualitat n’escompte pas s’arrêter en si bon chemin.

75587519_2613074328728102_4190343486102306816_o
Coach Pfertzel sait qu’il peut encore élever le niveau de ses troupes pour la saison prochaine – Crédit FUN

L’arrêt prématuré de la saison valide votre montée en National 3 même si ce n’était pas l’objectif d’origine. Ne regrettez-vous pas de ne pas avoir pu acquérir cette montée aux forceps contre Saint Estève et Toulouse Métropole ?

Même si tout le monde nous dit que ce n’est que du foot et que la priorité c’est le championnat, évidemment la santé c’est important, mais l’arrêt du championnat pour nous c’était embêtant et de ne pas finir la saison. Nous faisions vraiment une belle saison et acquérir cette montée sur un championnat arrêté par un virus, ça n’a pas la même saveur. Quand tu montes c’est sur un terrain de foot. Tu peux partager la joie avec les supporters, les joueurs, les dirigeants, les bénévoles. Alors que là, nous nous sommes retrouvés au téléphone à voir un mail de la Ligue et de s’appeler en visio. On s’en souviendra car ce n’est pas banal. C’est frustrant de ne pas pouvoir partager cette joie. On peut nous dire « vous êtes montés mais le championnat vous ne l’avez pas terminés ».

Certains risquent-ils de vous considérer comme un promu et champion pas légitime ?

En attendant, nous avons joué Toulouse Métropole qui était devant nous à l’époque. Ils étaient deuxièmes, nous troisièmes, nous les avons battus et sommes passés devant. Derrière, nous allons à Saint Estève, nous gagnons chez eux 2-0. Pour moi honnêtement c’est mérité. Il y en a plein qui disent « c’est pas allé au bout, c’est faussé. » Pour moi un championnat, il est fait pour accumuler un nombre de points et de victoires. Si aujourd’hui au 13 mars, nous étions premiers avec douze victoires sur quinze matchs, c’est que nous méritions tout simplement de monter. Nous avons accumulé, nous avons fait le travail. Si nous avions perdu contre Saint Estève, ou pas gagné à la dernière minute contre Toulouse Métropole, nous ne serions pas montés. Quelque part, le travail sur le terrain, nous l’avions fait. Bien sûr, il y a un goût d’inachevé. C’est surtout la frustration de ne pas pouvoir le partager avec tout le monde.

Aujourd’hui, vous devez préparer la prochaine saison en National 3. Ne pas avoir pu finir cette saison n’est-ce pas une perte d’expérience pour préparer au mieux la prochaine saison ?

Non. Je suis arrivé dans un club où j’ai tout découvert, et un nouvel effectif. Je ne vais pas dire que ça a mit du temps à prendre car c’était le même effectif que la saison dernière, mais j’ai mis en place de nouvelles méthodes de travail. Aujourd’hui, je connais très bien mon groupe et ses limites. Monter et ne pas avoir profiter de ces deux ou trois derniers mois de championnat, ce n’est pas un désavantage. Ce groupe-là, je le connais pas cœur. Ça ne me fait pas plus peur que ça.

Vous êtes-vous déjà penché sur la préparation de la prochaine saison ?

Ce qui est bien à Narbonne, c’est que nous avons un effectif à 80 voir 85% de joueurs locaux, qui habitent sur place. Je suis très content de la plupart du groupe, voir de la totalité. Ils ont tous envie de rejouer avec le club en N3 donc au niveau du groupe il n’y aura pas de grands bouleversements. S’il doit y avoir des renforts, ils ne seront pas nombreux. Si tu dois chercher quelque chose, il faut obligatoirement que ça soit quelque chose que je n’ai pas ici. Je trouverais dommageable d’aller prendre des joueurs de l’extérieur alors que sur place nous avons des joueurs de même niveau. Je veux vraiment m’appuyer sur mon projet qui se base sur des joueurs locaux.

Vous êtes un homme à challenge, que vous inspire celui de la N3 où beaucoup de promus retombent rapidement ?

Je suis conscient que la N3 c’est une marche au-dessus. Ça sera à nous de tout faire pour y rester. Je suis quelqu’un de positif et pas quelqu’un qui va se dire « Il ne faut pas que je finisse dernier ou avant-dernier. » Non. Nous allons repartir avec la même envie de gagner tous les matchs. Ça me fait marrer ce qui disent on va jouer la montée, ou on va jouer le maintien. Pour moi les objectifs se dessinent le long de la saison. Aujourd’hui je pourrais dire on va jouer la montée et me retrouver en décembre avec trois points. Ça serait complètement con. Nous allons jouer chaque match pour les gagner, et nous aviserons match par match. Le foot c’est une remise en question. Tous les matchs sont différents, il n’y a aucune vérité. Dire aujourd’hui, on joue le maintien. Bien sûr qu’on le joue, nous sommes promus. Nous allons essayer de pérenniser le club en N3. Mais ce n’est pas pour autant que je compte changer quelque chose dans ma philosophie de jeu ou quoi que ça soit.

Vous pouvez également vous appuyer sur une qualité de choix. Le FUN était encore récemment en N3, c’est donc une expérience sur laquelle vous pouvez vous appuyer…

Oui, certains ont joué en N3. D’autres non. Je me suis appuyé surtout sur un collectif en leur faisant confiance. Que ça soit R1 ou N3, ça sera à moi d’apporter quelque chose sur mon travail et d’être encore plus précis. Tactiquement les équipes sont mieux en place. Physiquement elles sont mieux préparées. C’est à moi de trouver certaines clés.

Vous allez devoir faire faire une préparation en conséquence. Malheureusement avec le climat actuel, ça risque de ne pas être possible. Y avez-vous déjà réfléchi ?

Oui mais actuellement nous n’avons aucune date référence. Nous voyons passer des mails de la Ligue. C’est très difficile de se projeter sur une date de reprise. Après si nous reprenons en juillet, les joueurs auront eu trois mois d’arrêt. Il faudra le prendre en compte dans la reprise. Ma première réflexion, c’est de pouvoir tous les retrouver. J’espère que ça sera faisable après le 11 mai. J’ai un groupe à la fois jeune et mature. Aujourd’hui, les mecs continuent à s’entraîner et ils ne lâchent rien. Sur le plan physique je ne suis pas inquiet. Tu me diras peut-être que je suis fou car dans mon discours je ne suis jamais inquiet. De la façon dont nous allons travailler, je sais ce dont ils ont besoin pour être de nouveau compétitifs physiquement et psychologiquement sur tous les points. Ma seule hâte est de pouvoir fixer une date de reprise. Il se dit que le premier match de championnat aura lieu fin août début septembre.

On sent dans ton discours la hâte de pouvoir se mesurer à des adversaires comme Montpellier, Blagnac ou Balma…

Nous restons en amateur mais nous passons du premier niveau régional au dernier niveau national ! Pour moi, ça devient beaucoup plus intéressant. Beaucoup plus d’équipes joueront au ballon. Nous également une équipe qui propose quelque chose sur le terrain. Nous allons devoir élever notre niveau de jeu, et nous en sommes capables. C’est vraiment une bonne chose pour le FUN d’évoluer en N3.

En compétiteur dans l’âme avec le goût de la victoire hérité de votre passage en Allemagne. N’auriez-vous pas le projet un peu fou de souhaiter jouer rapidement une montée en National 2 ?

(rires) Ben oui bien sûr. Aujourd’hui une ville comme Narbonne, c’est au minimum du N3, il ne faut pas se le cacher. Soyons fous. Je suis monté l’année dernière avec la réserve de Sète de R2 en R1. Cette année avec Narbonne, je monte de R1 en N3. Pourquoi pas jouer plus ? En France le rêve il est gratuit. Nous serions cons de ne pas le rêver. Il faut avoir des ambitions mais tout en gardant les pieds sur Terre. Dire on va monter en N2 l’année prochaine, je serais complètement fou de le dire. C’est le même discours que cette année : s’il y a quelque chose à aller chercher, nous irons. Si notre place c’est de jouer le maintien, nous le jouerons. Si nous pouvons aller chercher une montée, nous ne nous gênerons pas. Les infrastructures du club, le soutien de la mairie, et le soutien des partenaires pourraient nous permettre d’évoluer en N2.

La crise du confinement ne vous fait-elle pas craindre une baisse de ces soutiens ?

Ça aujourd’hui, personne ne peut le dire. Notre mairie est très proche de nous et nous a fait déjà plusieurs marques de soutien. Narbonne est une ville qui aime le sport. Le rugby prend une grosse place, mais le foot est en train de monter en puissance. Nous ne sommes pas inquiets et nous espérons garder le soutien de tout le monde.

 

Propos recueillis par Nicolas Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s