#Football – N2 / N. Guibal (FC Sète) « Pas monter en nous disant que nous allons essayer d’éviter l’ascenseur »

Vivant un rêve de gosse à la tête du FC Sète, Nicolas Guibal a réussi son challenge : faire remonter l’équipe en National. Aujourd’hui, il va devoir compter une nouvelle fois sur son staff et ses joueurs pour préparer au mieux une saison de National qui s’annonce à coup sûr particulière.

N2-Site
Après une saison exceptionnelle le FC Sète retrouve ses lettres de noblesse en accédant à la N1 – Crédit FCS34

Si le championnat avait pu perdurer, votre montée ne faisait quasiment aucun doute avec déjà onze points d’avance sur Blois. L’accès au niveau supérieur a finalement été validé en coulisse avec la crise du confinement. Ne ressentez-vous pas une certaine frustration de ne pas avoir pu vivre jusqu’au bout cette aventure ?

Après avoir appris la décision de clore la saison, la première réaction fut bien sûr une joie immense de monter. Nous entendions tellement de choses que nous avions la crainte de l’annonce d’une saison blanche. Une telle décision aurait été hyper frustrante et hyper démotivante pour les joueurs. Apprendre notre montée en National a donc été une belle surprise. La montée est je pense méritée. Nous avons pris la première place à la cinquième journée pour ne plus jamais la lâcher. Après, effectivement, nous aurions bien aimé aller au terme de la saison pour avoir ce fameux match à la maison qui aurait validé la montée devant tout le monde. Malgré les conditions, nous l’acceptons mais il y a un petit goût d’inachevé.

Après la descente aux enfers en 2009 et la rétrogradation en Division d’Honneur (R1), ce retour en National symbolise le renouveau. Mais un renouveau dont la marche pourrait s’avérer haute. Quels seront les facteurs déterminants pour éviter de faire l’ascenseur ?

Bonne question. Déjà nous n’allons pas monter en nous disant que nous allons essayer d’éviter l’ascenseur. Nous voulons essayer d’aller chercher un beau maintien dans un premier temps et puis continuer à faire grandir le club en ce qui concerne toute la base de l’équipe première et des jeunes. Nous n’avons pas cette arrière-pensée de s’imaginer un ascenseur. Nous mettrons donc tout en oeuvre pour l’éviter. Dans un premier temps ce sera par le recrutement effectué et garder au mieux la majorité des garçons qui nous ont permis d’en arriver à ce niveau. Après, il y a plusieurs options. Certains gardent leur effectif et cherchent à le renchérir à outrance. Selon moi, cela va créer une concurrence très malsaine et un risque important de redescente. Je ne sais s’il y a une recette miracle pour éviter cet ascenseur. Nous veillerons à faire attention à tout ce que nous ferrons en gardant nos joueurs qui ont le potentiel pour jouer en National et en se renforçant avec quelques joueurs qui auront connu ce niveau, ou de très bons joueurs de N2 avec un potentiel pour bien figurer au niveau supérieur. Nous étions le dixième budget de N2, nous seront certainement le dernier budget de National, mais avec l’envie, la détermination et le travail, nous espérons bien figurer l’année prochaine. Le club attend ça depuis tellement longtemps que ça serait dommage de n’y rester qu’une saison. Evidemment, ça ne sera pas une chose aisée.

Aujourd’hui, le FC Sète revient un peu des enfers, mais a une Histoire sur long et court terme important au haut niveau Français. N’est-ce pas un avantage ce passif ?

En ayant signé au FC Sète, je pars du principe que les grands clubs, ceux qui ont une Histoire ne meurent jamais. Ils resurgissent toujours à un moment donné. J’en étais persuadé. Je connais l’Histoire du FC Sète comme j’étais un supporter petit. A terme, mon souhait lorsque je me suis lancé contre entraîneur, c’était de pouvoir coacher ce club. Je ne pense pas que ça puisse protéger contre des clubs naissants. Mais nous nous appuyons beaucoup sur cette Histoire, sur ces fondamentaux pour motiver les joueurs et les transcender. L’année dernière, notre animateur du site internet avait sorti des images du FC Sète évoluant en Division 2 au Stade Bayrou. Je me suis appuyé sur ça pour leur montrer que notre base d’entraînement aujourd’hui, c’était déjà un chaudron à l’époque et que venir gagner à Sète, c’était très compliqué. On essaye de s’appuyer sur de tels faits historiques pour les galvaniser et tirer les joueurs vers le haut.

Validant trois montées en neuf saisons, le club s’est reconstruit petit à petit sans se brûler les ailes. Aujourd’hui les voyants sont-ils tous au vert ?

Bien sûr, les bases sont très saines. Cela n’empêche pas que le budget soit tout de même très limité. Avec les événements de ces dernières semaines, je ne pense pas que nous bénéficions de surprises positives à l’aube de la prochaine saison. Nous savons très bien où nous allons. Il va nous falloir recruter en étant malins et avec nos moyens en ciblant des joueurs qui ont faim et veulent essayer de rebondir. Le FC Sète reste un club ayant permis à certains talents d’éclore sur des niveaux de Ligue 1 et Ligue 2. Beaucoup de joueurs qui n’ont peut-être pas eu des carrières historiques, mais ont alimenté les rangs de plusieurs clubs professionnels. Ce club est un tremplin et bénéficie d’une certaine visibilité par rapport à son Histoire. A nous de nous servir de tout ces leviers pour pouvoir monter une équipe compétitive pour la saison prochaine.

En montant en National, vous faites grimper le nombre d’équipes Occitanes dans les trois premières divisions Françaises avec Toulouse, Montpellier, Nîmes, et Rodez. Un tel essor peut-il être un tremplin intéressant pour vous en terme de vivier de joueurs ?

C’est indéniable. Il y a la possibilité de pouvoir récupérer des joueurs à potentiel qui ne passent pas de cap. La proximité d’un club voisin peut être une opportunité pour continuer leur carrière à un bon niveau. Je vous avouerais que pour l’instant, ce n’est pas le cas. Tous les centres de formation n’ont pas lâché les joueurs, toutes les réponses n’ont pas été données. Nous sommes dans une première tranche de post-saison particulière. Nous ne savons pas encore quels joueurs de clubs environnants pourraient nous solliciter pour nous rejoindre. Nous commençons d’ores et déjà à bosser sur des joueurs au potentiel N1 et N2. Après le déconfinement, nous pourrions avoir la sollicitation de joueurs à talent proches de Sète et souhaitant venir jouer chez nous.

Actuellement, nous sommes toujours en situation de confinement. Nous ne savons pas encore sur quel pied danser par rapport à la reprise du football. La préparation semble risquer d’être un peu tronquée. Comment comptez-vous réussir à mêler toutes ces données pour préparer au mieux une saison cruciale à venir ?

Avant la prise de décision de la FFF, nous communiquions avec les joueurs via les réseaux sociaux pour pouvoir leur donner des programmes. J’avais l’occasion de les avoir deux à trois fois depuis cet arrêt pour voir déjà comment ils allaient et m’assurer avec eux qu’ils respectaient le programme mis à disposition. De notre côté, si nous avons la possibilité par rapport au déconfinement, nous voudrions récupérer au plus vite les joueurs par petits groupes pour rester sur des entraînements de reprise jusqu’au 15 juin et ensuite laisser un temps de repos et reprendre une préparation classique. Je ne sais pas si ça sera possible de mettre cela en place.

 

Propos recueillis par Nicolas Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s