#Rugby / Le verbatim de la Fed1 – Ep4: US Saint Sulpice (P.Sardella)

Depuis le début du confinement et des mesures gouvernementales pour lutter contre la crise Coronavirus, la rédaction du MagSport -RadioAlbiges organise des débats avec les acteurs de la fédérale 1. Aujourd’hui focus sur le US Saint-Sulpice et son Co-Président Pierre Sardella, qui avaient répondu à nos questions le 3 avril 2020, en compagnie de son homologue Saint Jean Luz Olympique (Éric Bonachera).

Pierre Sardella, tout d’abord on va vous demander comment vous voyez la situation à Saint-Sulpice-sur-Lèze ? Vous êtes maintenus, vous pouviez faire un Du Manoir, ça aurait été une belle fête pour le club. La crise sanitaire est venue rebattre les cartes mais on se projette maintenant vers la saison prochaine. Quelles sont les attentes au bord de la Lèze pour l’année à venir ? 
PS (St-Sulpice) : Ça reste assez simple. On a commencé un petit peu à travailler avec les moyens du bord, on en a parlé tout à l’heure par téléphone, SMS et visio avec les entraîneurs, les dirigeants et un petit peu toutes les catégories. Nous, l’année prochaine, on voudrait démarrer la saison un petit peu à l’image de cette année. On a a priori pas trop, trop de départs à déplorer, il y a deux, trois départs de raccrochages de crampons, de départs à la retraite. Après avoir digéré la non participation aux phases finales, mais je pense que c’est un souci mineur qu’on peut avoir par rapport à d’autres clubs qui avaient d’autres enjeux à jouer dans cette Fédérale 1, on est en train, toujours en suivant les recommandations, de voir comment on va reprendre cette saison et déjà de voir comment terminer celle-là. C’est vrai qu’il s’avère que, depuis la mi-mars, on n’enregistre pratiquement plus aucune entrée. On se débrouille, on appelle un petit peu les partenaires qui devaient nous aider dans ces deux derniers moi, on essaie aussi de se mettre un petit peu à leurs places. On réfléchit si on doit faire un petit emprunt, une petite ligne de trésorerie à la banque. On est constamment avec le trésorier mais je pense que c’est un petit peu le souci de tout le monde. 
LC : Voius êtes en train de nous dire que même le milieu amateur est fortement impacté par cette crise ? 
PS (St-Sulpice) : Oui, à notre niveau, on a stoppé tout ce qui était IK, primes de matchs à la mi-mars au niveau des joueurs qui l’ont très bien compris. On a 5 contrats pluriactifs qu’on doit honorer jusqu’à fin Juin donc on les a mis en chômage partiel mais c’est quand même à nous d’avancer les 80% et, d’après les comptables, les remboursements n’arriveront pas tout de suite. On est là-dedans, on a encore des fournisseurs à payer, on est en train de faire un état. On avait des gamins qui devaient faire des voyages de fin d’année avec l’école de rugby, les cadets, les juniors. Tout est à gérer mais ça, c’est le lot commun de chacun, je suppose. On voudrait terminer proprement cette saison, le plus proprement possible et pouvoir attaquer la saison prochaine mais je ne sais pas à partir de quand. 
LC : Vincent Calas nous parlait des problématiques d’Albi pour monter en Pro D2. Vous, club qui êtes de la base amateur, de la base de l’ovalie, comment voyez-vous le fait que la LNR, les clubs pros, refusent cette montée de la Fédérale 1 ? Ça n’a pas un côté un peu lutte des classes, un peu  » les gros, on reste entre nous, et on laisse la Fédérale 1 de côté  » ? Est-ce que ça vous marque vous, en tant que club amateur ? 
PS (St-Sulpice) : Vous savez, c’est un championnat à deux niveaux. Il y a le niveau des clubs qui veulent prétendre à la Pro D2. Dans notre poule, on avait surtout Albi qui y prétendait et qui avait, je pense, tous les moyens pour y monter après l’avoir raté de très peu l’année précédente, on n’en parlera pas. Je trouve ça un petit peu déplorable, oui, quand on connaît les moyens qu’ont mis ces clubs pour essayer de s’en sortir, j’espère que la Fédé va en tenir compte. C’est pour ça, que nous, on ne fasse pas le Du Manoir, c’est  » peanuts « , ça nous est complètement égal. On a digéré un petit peu la mini-déception mais on n’est pas à ce niveau-là où il y a beaucoup plus d’enjeux beaucoup plus importants. 

LC : On sait que la Fédérale 1 est un championnat de brassage. C’est un peu la quintessence du rugby amateur, des pros, des petits bastions, des grandes villes comme Nantes. Le fait que la caste du dessus, celle des professionnels de Pro D2 et de Top 14, refuse que les clubs de Fédérale 1 monte, c’est quand même un signal négatif qui est envoyé ? 

PS (St-Sulpice) : Je suis parfaitement d’accord avec tout ce qui a été dit. Il y a eu beaucoup de débats sur cette Fédérale 1 dans l’année, est-ce que c’est bien, est-ce que ce n’est pas à deux vitesse, etc. Nous, ça fait 5/6 ans qu’on y est, on s’y sent très, très bien. On peut se comparer à quelques clubs qui sont haut placés, on a des clubs à notre niveau du coup, on n’a pas de souci à notre niveau à nous. J’ai eu le vice-président de la Fédé, mais je pense que tout le monde les a eus à un moment donné, en charge du rugby amateur, Maurice Buzy-Pucheu qui m’avait dit que le challenge Du Manoir, c’était foutu mais qu’ils avaient ciblé deux, trois clubs pour monter en Pro D2 dont faisait partie Albi avec Massy et Bourg-en-Bresse, qu’ils allaient essayer de trouver une solution. Donc, c’est assez déplorable. 

LC : Pierre Sardella, quand vous entendez tout ça, ça ne vous donne pas envie de devenir pro un jour à Saint-Sulpice ? Restez amateur avec votre petit club-house qui, en plus, est vraiment fabuleux et où on passe de belles 3es mi-temps. C’est vous qui, je crois, vivez la plus belle aventure ? 
PS (St-Sulpice) : Oui, je pense. Même si on voulait essayer, on n’y arriverait pas. Comme je l’ai dit tout à l’heure, on était à notre place et je rejoins Saint-Jean-de-Luz pour dire que nous, ça fait 4/5 ans qu’on prend notre pied même si, parfois on est vers la fin ou vers le début, on prend notre pied dans ces poules de Fédérale 1. D’ailleurs, je ne savais pas qu’il y avait le monsieur de Nantes mais a priori, avec les péréquations, on devait aller à Nantes pour les 8es de finale si ça se jouait en match sec. Pour nous, c’est un truc superbe, aller à Nantes jouer un 8e du challenge Du Manoir. Cette année, on a rencontré Albi, on a rencontré Tarbes, l’année dernière, on avait rencontré Narbonne, on a gagné à Gaston Sauret. Ça, ce sont des trucs qui resteront toujours dans le club et nous, pour l’instant, on est bien dans ce milieu-là. Pour en revenir sur les salaires, je pense et j’espère qu’il n’y aura pas des présidents un peu démagogues mais qu’il y aura un certain lissage parce qu’économiquement, toutes les entreprises sont très mal. Nous, on a commencé un peu à appeler nos petits partenaires cette semaine pour savoir comment ça allait en interne, avec leurs employés et ils sont tous vraiment au ras des pâquerettes. Donc, je ne sais pas du tout ce que ça va donner en Septembre mais peut-être qu’uniformément, du fait de ce qu’il vient se passer et de cette grosse crise économique, il y a aura un lissage. Du moins, je l’espère, pour pouvoir peut-être partir un petit peu sur des bases un peu plus solides avant de reconstruire là-dessus. Je ne sais pas ce qu’en pense mes collègues mais je pense que ça va se faire automatiquement. Nous, nous vivons vraiment sur l’appui de nos amis et partenaires parce-que, pour tout ce qui est municipalité, on sait combien on a de budget à ce niveau-là. Il y a 2 000 habitants à Saint-Sulpice donc on ne peut pas demander sauf peut-être un petit peu aux conseils régional et départemental. Tout l’argent vient des entrées, des fêtes que l’on fait et de nos amis partenaires qui vont être en grande difficulté l’année prochaine donc, il va falloir faire des choix. 

LC : Je donne une question bonus à Pierre Sardella. Pour un club comme le votre qui n’a pas un gros budget, vous allez vous battre cette année pour avoir des poules vraiment géographiques pour limiter les frais de déplacements ? Car c’est un gros poste pour un club amateur et même pour un club tout court. 
PS (St-Sulpice) : Cette année, on était vraiment bien lotis à ce niveau-là. Ils ont classé les 48 clubs en nombre de kilomètres à faire dans la saison, on était quand même 48e. Je ne sais pas ce que ça va donner l’année prochaine, on avait tout le monde autour, on était un peu central, le plus loin où on devait aller, c’était Mauléon qui est tout près de nous vu comme on est placé. Donc, bien sûr, on espère qu’il y aura des poules régionales d’abord pour les derbys parce-que pour nous, c’est vraiment une grosse, grosse manne financière. Je ne sais plus ce qu’on a fait comme recette contre Pamiers par exemple mais ça a été énorme. Albi aussi bien sûr mais il y a à la fois les gros clubs et les clubs proches qui font que, pour nous, les derbys sont très, très importants pour l’aspect financier. J’espère qu’ils vont continuer dans les poule régionales mais c’est toujours pareil, on a vu Castanet et Mazamet cette année ce que ça a pu donner. 

LC : Pierre, le mot de la fin pour vous. Qu’est-ce que vous pouvez vous souhaiter ? 
PS (St-Sulpice) : Je résume un peu ce que tout le monde a dit. Déjà, la santé, que tout le monde s’en sorte et qu’on sorte de cette fameuse crise, je ne sais pas quand mais qu’on en sorte le mieux possible. Que ça donne aussi un petit peu à réfléchir à tout le monde, qu’on n’oublie pas trop vite cette période qu’on est en train de passer quand on reprendra après un petit peu la folie du moment. Nous, ce que l’on souhaite, c’est que le club garde toujours cette mentalité-là et puisse encore œuvrer quelques petites années en Fédérale 1 parce qu’encore une fois, on s’y sent très bien. Ca reste encore amateur, semi-amateur et on s’y sent bien. 

Propos recueillis par Loïc Colombié et Didier Revellat

https://hearthis.at/radio.albiges/mag-sport-3-avril-2020/

Retrouvez notre débat fédérale 1 , lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » du 3 avril 2020 .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s