#Rugby – Fed1 / B.Marfaing (Pamiers) : «Je suis assez surpris, déçu et surtout trahi!»

Benoit Marfaing, l’ex-coach du Sporting Club Pamiers , nous a accordé une interview pour réagir à son éviction annoncée ce vendredi , par les dirigeants apaméens. Pour celui qui a fait monter en 4 ans, le club ariégeois de la fédérale 3 à la Fed1, cette décision prise pendant cette période de confinement et crise sanitaire, l’affecte. Focus sur l’ex coach du SCA, un homme qui estime avoir la conscience tranquille, et qui va tenter au près des siens de digérer, ce qu’il prend pour une trahison.

 

 

Benoit, tu as souhaité réagir par rapport à un article qui est sorti chez des confrères de la presse concernant ton éviction pour la saison prochaine du Sporting Club Apaméen. On va te laisser la parole car on a été un peu surpris de voir cette annonce ? 

 

Moi aussi, j’ai été très surpris de recevoir un coup de téléphone très bref du président il y a deux jours, m’annonçant qu’on ne serait pas reconduit l’année prochaine sur la mission que j’avais au sein du Sporting Club Apaméen. Donc, très surpris, très déçu, pas d’explication, la seule explication que j’ai eue, c’est que certains joueurs se plaignaient du staff et qu’ils souhaitaient partir. Surtout que, suite à l’annonce du président, car qu’il a apparemment appelé tous les joueurs pour leur annoncer qu’il changeait de staff, les joueurs m’ont appelé derrière ne comprenant pas trop sa décision. C’est vrai que c’est plus un sentiment de trahison que j’ai au vu de tout ce que j’ai vécu au sein du club. Je suis venu pour le président, je suis venu pour pas mal de choses. Sur 4, 5 ans, j’ai mis beaucoup de choses en place au sein du Sporting Club Apaméen. Je pense à la mise en place d’un projet sur l’école de rugby, un projet de club, des cadets/juniors qui sont maintenant en nationaux, des interventions dans des écoles la première année, une académie qui a été montée, une journée de détections sur les cadets/juniors, un projet de jeu au sein de toutes les catégories, tous les staffs ont mes entraînements et mon projet. Et au final, mon objectif personnel  à moi a été atteint parce qu’on s’était donné 7 ans pour monter en Fédérale 1, on l’a atteint au bout de 4 ans. Mais là, je suis assez surpris, déçu et surtout trahi de l’apprendre comme ça au vu des liens que j’ai avec le président. Donc, très, très déçu et je ne comprends toujours pas pourquoi. 

 

En plus, il y a la temporalité. En plein confinement, j’imagine que ça doit un peu surprendre ? 

 

C’est sûr ! C’est vrai qu’humainement, je ne pensais pas qu’on était capable de le faire. La preuve que oui, je me suis trompé donc c’est vrai que je ne m’attendais pas du tout à ça. J’ai une entreprise donc, c’est vrai qu’on se fait du souci par rapport à ça vu l’ambiance morose qu’il y a actuellement en France. Apprendre comme ça sur un coup de téléphone au bout de 2 minutes, c’est vrai que ça fait encore plus mal. Mais bon, ça ouvre les yeux sur la valeur humaine, ça me sert d’expérience pour l’avenir. 

 

On ne va pas s’en cacher, on avait dans notre grand débat Fédérale 1 ton ancien vice-président, Patrice Galli. J’imagine que, pour l’instant, tu l’as un peu amer mais que tu resteras un supporter du Sporting Club Apaméen. Et puis peut-être que, quand de l’eau aura coulé sous les ponts, tu arriveras à renouer contact avec les dirigeants de Pamiers ?

 

Moi, ce que je souhaite surtout au club, c’est de réussir et de continuer sur la lancée à laquelle j’ai participé, c’est surtout ça. Quand je suis arrivé en Fédérale 3, il n’y avait pas de préparateur physique, il n’y avait pas de projet de club malgré qu’Eric Ségura avait fait un bon travail avant moi. C’est vrai que j’ai essayé d’amener un système professionnel un peu dans l’approche et dans tout ce qu’il se passe au sein du club. Toute l’expérience que j’ai vécue ailleurs en tant que professionnel, je l’ai vraiment apportée. J’ai tout donné, je n’ai rien caché, on peut demander à tous les entraîneurs, ils ont tous mes entraînements, mes projets, ils ont tout. J’espère surtout que ça ne sera pas galvaudé et que le club en tirera le plus longtemps possible des effets bénéfiques. Moi, il est sûr que j’ai construit une aventure à Pamiers, j’ai commencé une aventure dans le rugby à Pamiers, j’espère que le club restera soudé et uni avec ce qu’il se passe à l’intérieur. 

 

Surtout que l’année prochaine, d’après les déclarations du président Sannac, Pamiers pourrait être maintenu en Fédérale 1. Donc, il va falloir se remettre au boulot à Pamiers pour préparer cette nouvelle saison ? 

 

C’est sûr. Je pense que, pour Pamiers, il va y avoir cet effet-là. Il va y avoir un impact sur les partenaires, sur le public, sur les gens en interne donc, c’est vrai qu’il va falloir qu’ils travaillent correctement pour essayer de maintenir le club. Mais bon, maintenant, c’est leur partie, ça leur appartient et pour moi, c’est une page qui se tourne. J’espère que je vais arriver à me servir de ça, à rebondir et à regarder devant. Je connais le groupe, j’ai pris énormément de plaisir à travailler avec lui parce-que la plupart des mecs que j’ai connu en Fédérale 3, je leur avais promis de les emmener en Fédérale 1 et je n’ai lâché personne en route. C’est vrai que j’espère que Pamiers restera en Fédérale 1 le plus longtemps possible parce qu’il y a une identité forte au sein de ce club et qu’il arrivera à pérenniser le plus longtemps possible. 

 

Tu as peut-être un petit mot à faire passer à tes joueurs avec qui tu as quand même vécu une belle aventure humaine ? 

 

Complètement ! Surtout avec mon staff, j’ai une pensée pour mon staff et surtout Patrick Mirosa qui s’est aussi fait évincer mais qui mérite autant sa place au jour d’aujourd’hui sur le poste de 3/4 et qui, humainement, est une super personne. Il vaut beaucoup mieux que ce qu’on va lui proposer donc, j’ai une grosse pensée pour lui. Mathias Lledos, on sentait qu’il commençait à s’essouffler et qu’il arrivait au bout. Avec son entreprise, ça devenait de plus en plus compliqué. J’ai une pensée aussi pour Denis Vergnes, qui travaillait dans l’ombre mais qui faisait un beau truc. Comme je l’ai dit, je prenais beaucoup de plaisir avec les joueurs, 70% du groupe m’ont appelé suite à l’appel du président pour m’apporter leur soutien donc, là déjà, ma partie est gagnée. Moi, personnellement et humainement, je pars la tête haute parce qu’on voit les résultats de tout ce que j’ai fait au club, ça s’est traduit par les résultats et par là où j’ai amené ce club. Donc, c’est vrai que, quand je me lève le matin, j’ai plaisir à me regarder dans la glace (rires). 

 

Quand a la conscience tranquille, c’est déjà l’essentiel. 

 

Exactement

 

Qu’est-ce que tu envisages pour l’avenir, tu vas te concentrer sur ta salle de sport, car on sait que tu as une salle de crossfit, ou tu vas rebondir dans un autre club ? 

 

Au jour d’aujourd’hui, je vais surtout prendre soin de ma famille dans cette période si difficile. Après, toute l’énergie que je passais dans le club, parce-que c’est vrai que, même en extra-sportif, on y passait énormément d’énergie à côté, je vais la remettre dans mon entreprise pour la refaire partir après cette période compliquée. Et puis ensuite, on verra comment l’avenir se passe. A l’heure actuelle, j’ai la tête à rester ici et on verra si j’ai des opportunités intéressantes, surtout de vivre une belle aventure humaine avec des gens vrais, ça sera ma priorité. Donc, on verra si je rebondis là-dessus dans un autre club dans quelques temps. 

 

On te souhaite déjà le meilleur pour cette période compliquée de crise sanitaire et de combat contre le coronavirus. Protège les tiens et fais pack avec ta famille et on te souhaite le meilleur pour la suite, que tu aies un beau rebond. On sait que les rebonds sont parfois capricieux dans le rugby mais qu’il y en a des jolis. 

 

C’est gentil (rires)

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s