#Rugby – Fed1 / Albi, Massy et Bourg retiennent leur souffle !

Comme nous l’avions annoncé, ce dimanche 22 mars 2020, la FFR a bien gelé le championnat de fédérale 1, ainsi que l’ensemble des compétitions amateur suite à la pandémie du Coronavirus. La fédérale 1 et son cortège de 48 clubs ne refoulera plus les pelouses d’ici le mois de septembre. Mais pour les 3 clubs en capacités financières, structurelles et sportives pour monter à l’échelon supérieur (ProD2), l’heure est à l’inquiétude et la circonspection. Éclairage sur les enjeux et les espérances , de ces 3 bastions rugbystiques qui voient leur modèle économique, ainsi que leur ambition commune, balayée par une crise sanitaire planétaire sans précédent.

Ce vendredi 27 mars 2020, France Rugby (FFR), a donc, après avoir démenti temporairement nos informations ce lundi, confirmé ce que toutes les personnes de bon sens pressentaient : l’arrêt total et irrévocable de la fédérale 1. La 18ème journée du 29 février /1 er mars 2020, aura donc été malheureusement la dernière levée de cette saison 2019-2020.

Le centre national du Rugby à Marcoussis

En outre, l’instance fédérale n’attribuera donc pas de titre de champion de France pour cette année. Du côté des supporters des équipes de tête de l’élite fédérale (Albi, Massy et Bourg), ce fut l’abattement et la consternation. Mais une phrase dans la lecture de ce communiqué aurait dû attirer leur attention: «  Les modalités relatives aux accessions et aux éventuelles relégations pour les compétitions nationales seront communiquées par la Commission Nationale des Epreuves d’ici au 3 avril prochain. « .

En effet, même si contrairement à ce qui était envisagé, la fédération ne pourra aucunement organiser des playoffs d’accession, il se pourrait que les montées en PRO D2 puissent encore subsister. Car pour Albi, Bourg, Massy voire Narbonne, l’arrêt des matchs et surtout la disparition des playoffs, est un paradigme qui bouleverse totalement le modèle économique de ces clubs, qui avaient fait de l’accession dans l’antichambre du Top 14 un absolu. Sportivement et humainement, Albi qui avait échoué la saison passée , dans une demi-finale d’accession marquée par le sceau de la polémique arbitrale(Rouen-Albi), ce nouvel écueil sanitaire est venu ébranler moralement dirigeant, supporters, staff et joueurs. Arnaud Méla et ses hommes, avaient fait serment collectif de laver l’affront sur le terrain, mais la triste destinée de cette année 2020 est venue tout fracasser.

Remontée par l’épilogue de la saison passée, les joueurs du SCA ont été implacables pour se donner les moyens de monter en ProD2 / Crédit photo Jacques Massine – Le #MagSport

Chez les burgiens de l’USBPA, le sentiment est le même, tant la descente en fédérale 1 avait été vécu comme une injustice (Record de points pour un relégué) lors d’une dernière journée de ProD2 qui avait départagé les candidats au maintien, sur un bonus défensif . Dans ce club, où l’adhésion populaire peut se mesurer au taux de remplissage du chaudron de Verchère, toujours aussi fréquenté même en fédérale, l’émoi d’une possible non montée risquerait de saisir tout un territoire.

Le bouillant stade Verchère et sa légendaire tribune « CGT » / Crédit photo USBPA Rugby

Pour Massy, qui avait vécu une ultime saison galère en Pro D2, le sentiment sera sûrement plus atténué, tant à l’instar de leur coach tarnais , Mathieu Bonello , le club de l’Essonne n’a cessé d’affirmer tout au long de la saison : «On n’a pas l’objectif de monter à tout prix cette année!». Les massicois s’étant re-fédérer sur un projet structurant menant jusqu’à 2023 et ayant pour ambition de se réinstaller durablement au second échelon professionnel.

Matthieu Bonello le coach du RC Massy Essonne / Crédit photo RCME Rugby

Mais comme ses compères récemment pensionnaires de ProD2, le club francilien va devoir supporter le coût économique de cette crise. Structurés en SASP, ces 3 clubs ont le bénéfice de pouvoir compter sur une véritable machine de guerre à l’échelle fédérale en temps normal. Mais dans un championnat, où les mânes télévisuelles sont très loin d’être aussi conséquentes qu’en Top14 /ProD2, la situation actuelle devient un fardeau économique qui pourrait être mortifère.

Alain Roumegoux le président de la SASP SC Albi va encore vivre des semaines angoissantes / Crédit photo Le #MagSport

Alain Roumegoux, le président de la SASP du SC Albi, nous déclarait ce mardi 24 mars 2020 «Si on ne peut pas monter, ça risque d’être compliqué!». Pour celui qui a les destinées de l’ancien pensionnaire de Top 14, la montée est un impératif, pour ne pas voir un énième bastion imploser. Protectrice envers ses ouailles, la FFR aurait entendu le cri du cœur de ces clubs qui comme Albi retiennent leur souffle, en plus de lutter contre un fléau sanitaire comme l’ensemble de la nation.

Car l’enjeu est certes économique, mais aussi social et humain. Des structures comme Albi, Bourg et Massy disposent de trentaine ou quarantaine de salariés suivant leur organisation interne, qui ont souvent fait preuve de concessions, de don de soi et d’engagement total pour le bien d’un projet de club voire même d’un idéal commun. Comme nous le déclarait Jeremy Wannin, le fidèle lieutenant d’Arnaud Mela lors de notre émission « Le #MagSport -RadioAlbiges » du 20 mars 2020 : « Ce serait humainement catastrophique! ».

Le vice capitaine du SCA, Gaetan Bertrand ira-t-il au bout de ses rêves avec ses coéquipiers ?

Albi et Massy de part la régularité de leurs parcours sont actuellement 1er et 2nd nationaux de la fédérale 1, ce qui fait dire à certains suiveurs qu’ils pourraient être fort logiquement, à leur sens, les heureux élus pour le saint graal. Quant à Bourg en Bresse, avec une 3eme place nationale via les classements de la 18 eme et dernière journée de cette saison raccourcie, ils disposeraient du statut de « Substitude » comme diraient nos amis d’outre-Manche en cas de désistement d’un des deux premiers nationaux.

Comme le déclarait Arnaud Méla le 20 mars 2020 avant l’arrêt total du championnat: « «Albi, Bourg, Massy, sans phases finales on est en danger!». Mais dorénavant, ce n’est plus le danger qui guette, mais bel et bien la survie d’entités historiques de l’ovalie , qui voient le spectre de la faillite poindre. En clair, Paul Goze et la LNR qui détiennent le laisser passer pour la ProD2, ont le sort d’une centaine d’emplois directs entre leurs mains, ainsi que les espérances de dizaines de milliers de supporters.

Paul Goze détient entre ses mains , l’avenir des prétendants à la montée / Crédit photo LNR

En ces temps sombres, où se meurent certains de nos concitoyens, l’espoir ne serait-il pas le meilleur vaccin face à l’adversité qui frappe le monde? Certainement! En clair, dans les jours à venir, une poignée de décideurs détiendra la capacité a rêver en des jours heureux, une fois l’abyme de la maladie envolé.

Article rédigé par Loïc Colombié

Un commentaire sur “#Rugby – Fed1 / Albi, Massy et Bourg retiennent leur souffle !

  1. Il faut absolument que le SCA monte en PRO D2 c’est tout un tissu économique qui se trouve en jeu pour la ville et le département . Sinon le club va disparaitre de son statut et avec des emplois.Espérons que les instances nationales auront une réponse positive pour une fois.L’espoir fait vivre!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s