#Football / B.Espié (ASPTT FA): «Tout faire pour la santé de nos licenciés!»

Bernard Espié, le président de l’ASPTT Football de l’Albigeois est comme toute la France et le monde entier, frappé par la pandémie de coronavirus et ses mesures . Club citoyen, l’ASPTT s’est immédiatement plié aux recommandations des instances et du gouvernement dans le but de protéger ses licenciés. Pour celui qui est président depuis quasiment deux décennies des rouges et jaunes, cette situation est une première, et le président albigeois compte bien l’appréhender avec calme et vigilance. Mais l’originaire de Naucelle, sait pertinemment que cette crise sans précédent, impactera financièrement son association et espère d’ores et déjà un soutien de la part de la fédération, pour qu’une fois l’épidémie passée, re-gambadent sur les pelouses de Caussel, les 500 licenciés du club de la cité épiscopale.

Bernard, vous vous retrouvez avec 500 licenciés, des plus petits aux plus âgés, dans la nature et dans l’impossibilité de pratiquer leur passion. J’imagine que, pour le vieux briscard du foot tarnais que vous êtes, c’est un nouveau défi ? 

 

Oui, c’est sûr que c’est une situation toute nouvelle pour moi. Même si je suis là depuis quelques temps, c »est bien la première fois que je vois ça mais on va s’adapter et on fera avec. Il faut savoir respecter les décisions gouvernementales et surtout, tout faire pour la santé de nos licenciés. 

 

La décision a été prise de façon citoyenne par les licenciés, par les parents ? Tout le monde l’a pris dans le bon sens, il n’y a pas eu de remontée de personnes qui râlaient ou qui ne comprenaient pas ? 

 

Non, je n’ai eu aucune remontée à titre personnel. Vendredi, j’ai informé tous les dirigeants et tous les éducateurs que les entraînements étaient supprimés jusqu’à nouvel ordre et, bien sûr, les compétitions aussi et je n’ai eu aucune remontée négative. 

 

On voit des clubs amateurs comme vous qui, sur les réseaux sociaux, donnent des conseils aux parents des licenciés pour occuper les enfants dans le cadre de l’occupation sportive footballistique avec un côté un peu ludique. Si besoin, l’ASPTT saura peut-être donner des idées ou des solutions pour occuper les enfants ?

 

J’ai vu ça mais je ne pense pas que ce soit tout à fait notre rôle. Je pense que les parents sont grands, ils savent ce qu’ils ont à faire avec leurs enfants. Ça serait un peu triste qu’ils aient besoin de l’ASPTT pour ça, j’ose supposer qu’ils savent ce qu’ils ont à faire avec leurs enfants. 

 

Au niveau sportif, et entre autres pour les deux équipes fanions seniors et masculine et féminine, les compétitions sont là-aussi en stand-by. Des nouvelles à propos d’unepossible reprise ? 

 

Non, là, vraiment aucune nouvelle. Je suis relativement bien informé puisque je suis membre d’un comité directeur d’un syndicat de clubs employeurs au niveau du football. Donc, on n’a pas d’information précise à aujourd’hui, c’est jusqu’à nouvel ordre. Ce qui est à peu près sûr, c’est qu’on en aura pour au moins un mois si tout va bien. 

 

On sait qu’il va aussi y avoir une facture sociale puisqu’il va y avoir du personnel, des joueuses, des gens qui gravitent dans le milieu du sport à mettre en chômage technique ou partiel. Est-ce que cela va être le cas à l’ASPTT ? 

 

Oui, puisque nous avons 12 salariés et que ces salariés sont concernés. Là aussi, c’est une nouveauté pour moi parce-que je n’avais aucune information, je ne savais pas du tout quoi faire. J’ai passé ma journée aujourd’hui à me renseigner pour créer tous les comptes qu’il faut pour pouvoir bénéficier des mesures gouvernementales, à savoir le chômage partiel ou technique. 

 

Et économiquement, l’ASPTT craint cette situation si elle perdurait dans le temps ? 

 

Oui, déjà parce qu’on a des rentrées qui ne vont pas avoir lieu. On craint énormément le 1er Mai, on pense qu’on ne pourra pas réaliser notre rassemblement qui est une source de revenus importantes. Et puis, on était en plein dans une phase d’ascension dynamique au niveau des entreprises, avec la création du PAF qui est une forte réussite. Malheureusement, ce n’est pas le moment d’aller voir les entreprises pour leur demander quatre sous. 

 

On va aussi parler un peu de vous. Vous êtes quasiment dans la fleur de l’âge des personnes à risque. Vous avez une vigilance accrue par rapport à ce problème sanitaire ? 

 

Non, moi, j’ai autorisation de venir parce-que j’ai juste moins de 70 ans donc, je peux continuer à exercer mes activités. Plus sérieusement, on fait attention, on respecte les mesures barrières que nous demande le gouvernement, on limite au maximum les réunions et on fait au mieux. 

 

On espère que la crise passera le plus rapidement possible et que les jeunes licenciés, filles et garçons, de l’ASPTT re-gambaderont autour d’un ballon. 

 

J’espère mais je crains fort et ça m’étonnerai qu’on y arrive beaucoup d’ici la fin de la saison. Peut-être qu’il faudra penser davantage à la reprise d’Août qu’à la fin de la saison de cette année. Mais bon, on verra. 

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s