#Football – D2F / P.Garrigues (Albi) : «Il faut sortir le bleu de chauffe!»

Le plus Ruthénois des coachs de l’ASPTT Football de l’Albigeois, Patrice Garrigues, nous a livré un interview en amont du derby occitan de D2F face aux Rodez Aveyron Football.

 

 

J’imagine que tu dois être dans les starting-blocks avant ce derby face à ta ville de cœur, Rodez ? 

 

Oui, c’est vrai que c’est toujours un match un peu particulier que de jouer Rodez. Après, au point où on est, on prend les matchs, comme je te le disais précédemment, les uns après les autres. Là, il y a Rodez qui arrive et je ne dirai pas mieux, je vais jouer contre des connaissances, des copains voire des amis. Mais il n’en reste pas moins qu’on aura besoin des points et on va tout mettre en œuvre pour gagner comme on l’a fait contre Toulouse. Donc, la première problématique, que ce soit contre Rodez ou d’autres équipes, restent la même. C’est vrai que, sentimentalement, ça va encore être un match un peu particulier mais, par rapport à la conjecture de cette année, ça passera en second. La priorité va vraiment être le terrain, le jeu et le résultat. 

 

Et puis, dans votre antre de Maurice Rigaud, l’objectif va être de faire la passe de trois pour confirmer votre belle dynamique ? La passe de trois en invincibilité parce qu’aller chercher la victoire est peut-être un peu présomptueux même si j’imagine que vous la prendrez le cas échéant. Mais essayer de faire un très beau résultat face à cette équipe de Rodez qui est dauphine de la poule A de D2 Féminine serait quand même un beau signal à envoyer à toutes les concurrentes de l’ASPTT ? 

 

Oui, on sait que la tâche qui nous attend va être vraiment ardue parce-que Rodez n’est pas à prendre à la légère, loin de là. Le résultat et le classement le prouvent, ils sont seconds. Ils descendent de D1, ils ont gardé une grosse ossature de D1 donc oui, ça va être compliqué. Après, c’est vrai que nous, on est mieux depuis Janvier, depuis les deux derniers matchs où il y a eu des résultats très positifs. Donc, on va essayer de rester dans cette dynamique-là, l’idée est de prendre des points. Dans l’absolu, en prendre trois, ça serait vraiment bien, ça serait l’idéal. Je dirai presque que je me contenterai d’un match nul contre Rodez, ça serait déjà une grosse performance. Mais on ne va pas rester minimaliste, on va jouer le match pour prendre les 3 points et essayer de rester sur cette dynamique très positive d’autant plus qu’après, on se déplace contre Bergerac et on sait que là également, ce sera un match aussi décisif et important. 

 

Comme on dit dans le jargon, à ces ruthénoises, vous leur gardez quand même  » un chien de leur chat  » puisqu’il y a deux ans, elles étaient venues à Rigaud faire un match nul face à l’ASPTT qui avait été un des tournants de la saison pour la descente en D2 féminine ? 

 

C’est vrai que, si on fait un petit retour en arrière, les deux rencontres officielles qui nous ont opposés se sont finis sur deux matchs nuls. On a eu l’occasion de se rencontrer sur des matchs amicaux qui nous servaient juste de matchs de préparation donc, on ne va pas de baser là-dessus. Mais nos deux dernières confrontations sont deux matchs nuls, donc, encore une fois, je te dis que je signe même si c’est vrai qu’à l’époque, ça avait été une contre-performance que de faire match nul contre Rodez en D1. Mais ça, c’était il y a déjà deux ans maintenant. Donc, on ne va pas vivre avec le passé, on va vivre avec le présent qui est quand même très important et très chaud actuellement. A aujourd’hui, on fait match nul contre Rodez, je serai satisfait. 

 

On sait que ce derby entre l’ASPTT et Rodez est beaucoup plus bouillant que face au TFC, il y a plus d’antagonisme, il y a plus d’historique. Tu sens les filles avoir la mayonnaise qui monte depuis quelques semaines avant ce derby ? 

 

Moi, paradoxalement, je ne dirai pas que la mayonnaise monte. Qu’elles se sentent très concernées, là, il n’y a pas de souci. Mais, je pense que cette rivalité-là, qui était réelle il y a quelques années, quand on était en D1 et autres, j’ai l’impression qu’elle s’est estompée. Le temps a fait son passage, les choses ont évolué et je ne vois pas les choses tout à fait comme ça. Oui, ça va rester un derby évidemment, je pense qu’il y aura de l’engagement pendant les 90 minutes, les staffs, les filles qui sont aussi copines vont se livrer sur le terrain. Il n’y a aucun souci par rapport à ça. Par contre, je ne le sens pas comme ça, comme c’était auparavant. Peut-être le classement, peut-être l’écart à l’aller. Il faut se rappeler qu’on en a pris 6 à l’aller à Rodez donc, ils ont une classe d’écart avec nous du moins sur la phase aller, à nous de réduire cet écart-là sur la phase retour. Mais je sens moins cette rivalité qu’il pouvait y avoir il y a quelques années. Souviens-toi des caricatures qu’il y a pu avoir. 

 

Ca, çà avait fait couler de l’encre, cette histoire

 

Tout à fait. Ca avait beaucoup bougé sur les réseaux sociaux. Là, cette année, ça ne bouge pas et je dirai presque tant mieux. Ca va rester un match comme un autre, enfin non, pas comme un autre. Un match contre Rodez n’est jamais un match comme un autre mais ça va rester un match où on va se focaliser sur les points, sur le résultat plus que sur le derby. 

 

On t’entendait au creux de l’automne et au début de l’hiver, où l’ASPTT était un peu dans le dur, appeler de tes vœux à un déclic salvateur. Ces deux victoires face à La Roche et au TFC sont vraiment le déclic que tu attendais. Tu as senti à l’entraînement que les filles sont maintenant un peu plus libérées ? 

 

Ce qui est vrai, c’est que depuis quelques semaines, les filles vont bien, font de bonnes séances et de bonnes semaines donc ça, c’est un point positif. Le problème, c’est qu’on ne concrétisait pas toujours sur le résultat du week-end. Là, il s’avère que pendant deux week-ends, on a eu des résultats très favorables qu’il fallait aller chercher et les filles ont fait ce qu’il fallait pour ça. Mais il ne faut pas du tout fanfaronner, ça a été un peu le mot d’ordre de cette semaine, beaucoup d’humilité par rapport à nos derniers résultats. On n’a pas sorti la tête de l’eau encore. Certes, on n’est plus relégables mais on est encore barragiste, on n’est pas encore sauvé en D2. Donc oui, ces deux résultats nous maintiennent à flots, c’est certain, et nous évitent de sombrer. Par contre, il faut savoir où on en est et je préfèrerai être dans la situation de Rodez que dans celle d’Albi à aujourd’hui. Donc, on ne va surtout pas fanfaronner, on va rester à notre place et on va rester humble et lucide de la tâche qui nous attend et du travail qu’il nous reste encore à accomplir. 

 

Quand on voit la une de La Dépêche sports de Toulouse en début de semaine  » ASPTT-TFC : il n’en restera plus qu’une « , c’est quand même un peu anxiogène ? 

 

Oui mais on le sait. Depuis l’enchaînement des mauvaises performances et des mauvais résultats, on est dans une zone critique et que tous les matchs comptent, d’autant plus maintenant qu’on s’approche de la fin de la saison. Là, on n’a plus trop le droit à l’erreur et moi, je cautionne tout à fait le titre de ton confrère de La Dépêche. Evidemment que ce sera soit le TFC soit l’ASPTT qui va tomber donc, ils ont tout à fait juste. Et c’est vrai que l’approche des matchs reste compliquée et difficile parce qu’on a l’épée de Damoclès au-dessus de la tête. Donc oui, il ne faut pas trop qu’on se trompe et encore une fois, à nous d’en tenir compte et de faire le nécessaire par rapport à ça. Je pense que les filles en sont conscientes aussi de toute manière donc ça peut être également, comme je te le disais, un mal pour un bien. Je préfèrerai être second comme Rodez que 10e comme nous. Mais, je pense que les filles sont concernées, tout le monde au club reste concerné pour se sauver. On est en ordre de bataille et on va lutter jusqu’au bout pour sortir de cette passe-là

 

En clair, si on suit ton propos, aujourd’hui face à Rodez, dans ce derby occitan, il ne faudra pas se faire marcher dessus et ensuite, aller voir s’il n’y a pas possibilité d’aller chercher un résultat ? 

 

C’est évident que, de toute manière, il va falloir gagner les duels. Je pense que, quand même, ça va aussi être un combat. Si on ne sort pas vainqueur de ce combat, si on ne gagne pas nos duels, si on n’est pas performant défensivement, et bien, encore une fois, on ne pourra pas l’être offensivement. Il va falloir qu’on sorte le bleu de chauffe et ça va être contre Rodez mais ça va aussi être contre Rodez au match d’après et tous les matchs qui nous restent. Je pense que, si on n’a pas cet esprit conquérant, on ne s’en sortira pas. Et c’est peut-être ce qui nous a sauvés lors de ces deux derniers matchs contre La Roche et contre le TFC où il y a eu un état d’esprit légèrement différent voire complètement différent que ces dernières semaines, là où on était dans le dur. On est un peu mieux dans nos têtes, les filles sont un peu mieux dans leurs têtes et elles arrivent à davantage lutter et à sortir conquérantes de ces duels-là. Donc oui, ça va aussi être un âpre combat, c’est sûr. 

 

On sera là en direct sur Radio Albigès pour essayer de voir si le David Albigeois arrive à faire tomber le Goliath Ruthénois

 

Ça me fait plaisir et j’espère encore une fois que, quand tu viendras m’interviewer, j’aurai le sourire et qu’on pourra rigoler de l’après-midi et être heureux. 

 

 

 

 

 

 Propos recueillis par Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s