#Rugby – Fed1 / L.Vaccaro (Albi) : «Ça fait 2 ou 3 matchs qu’on prend pas spécialement de plaisir! »

Le 3/4 centre du Sporting Club Albigeois, ancien pensionnaire de centre de formation du Castres Olympique, Lucas Vaccaro , nous a livré ses impressions en amont du derby du Tarn face à Graulhet.

Lucas, c’est maintenant connu que tu es un grand chasseur mais à Albi, vous êtes plutôt dans le viseur de toutes les équipes, tu es en ligne de mire avec tes coéquipiers. Cela fait quelle impression d’être le chassé ? 

 

LV : Déjà, je suis content par rapport à la victoire de la semaine dernière parce qu’on a eu du caractère les cinq dernières minutes. Comme vous l’avez dit, je pense que c’est sûrement un match qu’on aurait perdu l’année dernière, pas par manque de caractère mais, je crois, par manque de lucidité. On a gagné le match, c’est très important. Après, on se concentre beaucoup sur nous parce-que ce ne sont pas les matchs que l’on va prendre donc, il faut se concentrer sur nous. Oui, on est l’équipe à abattre parce-que, pour l’instant, tout s’est bien passé à la maison. On a eu une petite mésaventure à l’extérieur donc oui, on est chassé, mais c’est vraiment se concentrer sur nous. 

 

A Mauléon, on a vu un 16e homme qui était très, très prégnant. On sait que vous, les joueurs, vous aimeriez avoir un peu plus de soutien au Stadium dans les phases régulières, que le peuple jaune et noir ne se déplace pas seulement en play-off. Tu as peut-être un petit mot à faire passer aux supporters parce-que, pour vous, c’est quand même important de vous sentir pousser, surtout quand c’est dans le dur ? 

 

LV : Je me rappelle des phases finales l’année dernière où on avait un public, où il y avait un 16e homme derrière nous donc, c’est très important. Je sais que les supporters seront présents pour nous pendant les phases finales. 

 

Tu as, j’imagine, analysé cette équipe de Graulhet à la vidéo avec tous les autres joueurs. Quel est le défaut de la cuirasse ? 

 

LV : Comme l’a dit Jérem (Wanin), ils ont une bonne conquête devant, des individualités derrière à qui nous, nous devrons faire attention. On va se concentrer sur nous, on va essayer d’avancer dans nos duels. Je pense que cela fait deux ou trois matchs où l’on ne prend pas spécialement de plaisir, on a des matchs compliqués où on s’embête beaucoup. Donc, j’espère qu’on va retrouver le sourire et prendre extrêmement de plaisir dimanche. 

 

C’est le premier match qu’ils vont jouer à Pélissou depuis le malheureux décès de Beka Burdiashvili. On peut là aussi s’attendre à ce qu’ils jouent à 16, voire à 17 parce qu’ils auront une étoile qui veillera sur eux ? 

 

LV : Je pense que ce sont des garçons de caractère donc oui, ils y penseront. Après, il faut faire attention à ne pas se laisser dépasser par l’émotion. Mais, avec le drame qu’ils ont vécu, le match aller où nous, nous avions fait un gros match, ils l’auront dans un coin de la tête. Comme ce sont des garçons de caractère, on sera bien reçu là-bas et il faudra faire attention. 

 

Graulhet est une équipe légendaire des années 80 mais qui maintenant est purement amateur. Toi qui as la chance d’être dans le rugby pro, comment tu perçois ces joueurs pluriactifs, un peu aussi comme à Mauléon ? 

 

LV : Moi, je viens d’un petit club à côté de Toulon donc, quand ce club venait à recevoir de grands clubs, pas professionnels parce-que ce n’était pas le niveau pro, mais on avait toujours à cœur d’essayer de les taper. Donc, toutes les équipes qui vont jouer contre nous, si elles arrivent à nous gagner, ce que je n’espère pas bien sûr, pourront dire  » on a réussi à gagner Albi  » et, j’espère, l’année de la montée en Pro D2. Donc, il faut faire attention, on sait qu’on est attendu et j’espère que ça va bien se passer. 

 

Tu m’as tendu la perche. Tu peux nous parler un peu du Rugby Club Vallée du Gapeau, nous donner quelques breaking news ? 

 

LV : C’est un club qui avait coulé il y a trois ou quatre ans. Ils ont réussi à repartir depuis maintenant deux ans et l’année dernière s’est très bien passé. Ça se passe encore très bien cette année puisqu’ils sont premiers donc je les suis toujours, c’est mon club de cœur et c’est mon club formateur. Je souhaite tout le bonheur aux jaunes et noirs cette année, pour eux et pour nous. 

 

A la fin du match contre Mauléon, Jérémy Russel et même Benoît Sicart nous disaient que ce genre de matchs pouvait aussi être formateur pour les play-off. Tu corrobores ? 

 

LV : Je pense que, pour les phases finales, on se servira du match de Rouen de l’année dernière. On a eu une déception et on va y penser et des matchs comme ça pourront nous faire nous transcender et les garder dans un coin de la mémoire. 

 

Même quand on a du caractère, ce genre de match forge le caractère ? 

 

LV : Oui, c’est sûr. 

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s