#Rugby – Fed1 / J.Wanin (Albi) : «Ça va être un autre contexte qu’à l’aller!»

Retrouvez la conférence de presse de Jeremy Wanin en amont du derby Tarnais lors de la 17 eme journée de fédérale 1 entre Graulhet et Albi.

Jérémy, c’est parti pour un derby après une grosse frayeur au Pays Basque. Tu t’attends, j’imagine, à un match assez compliqué face à des Graulhetois qui vont être remontés, qui vont avoir le couteau sous la gorge pour espérer un dernier coup avoir le maintien ? 
JW : Oui, c’est le contexte. Déjà, c’est le derby du Tarn, on avait vu qu’ici, ça a avait tourné sur score très, voire trop flatteur pour nous. Il y a eu 77 à 0 mais ce n’est pas du tout un match qu’on prend en référence pour travailler sur le match retour. Il faut toujours qu’on aille là-bas avec de l’humilité, on a eu une bonne dose de rappel la semaine dernière en ce qui concerne l’humilité. Ca va rester un derby qui est important donc on prépare ce match dans les meilleures conditions pour se ratrapper grandement de notre prestation à l’extérieur de la semaine dernière. 
Vous avez justement envoyé un mauvais message à ces équipes-là qui, à domicile, se disent  » tiens, finalement, il y a peut-être un coup à  jouer contre Albi, ce n’est pas si insupportable que ça ? « 
JW : Oui mais, jusqu’à présent, beaucoup d’équipes nous recevaient correctement à domicile même s’il y avait eu des scores beaucoup plus larges et des victoires qui se dessinaient beaucoup plus vite. Il n’y a pas une équipe qui nous ait mal accueilli jusqu’à présent et, quand on se déplace, tout est fait pour qu’on soit accueilli dans les meilleurs conditions possibles. Ca a été très compliqué ce week-end, presque le match le plus compliqué si on enlève Saint-Sulpice à l’extérieur. Mais on a quand même réussi à ramener la victoire et on s’attend à une belle réception à nouveau à Graulhet pour un 2e déplacement d’affilée. 
Arnaud le prenait pour lui mais ce ne sont ni lui ni toi qui êtes sur le terrain. Quelles ont été les responsabilités lors du débrief vidéo ? 
JW : Les responsabilités restent partagées, dans la défaite comme dans cette victoire compliquée. On ne peut pas accuser les joueurs quand ça ne va pas et se glorifier quand tout va bien. C’était une responsabilité commune. On a bien analysé, on n’a jamais réussi à lancer notre match, à part à la 78e minute quand on a mis la main sur le ballon et qu’on a réussi à enchaîner les choses. Stratégiquement, je ne sais pas si on s’est trompé, je ne sais pas si ce sont les joueurs sur le terrain qui n’ont pas effectué les choses comme il fallait. Le constat est qu’on a enclenché la marche avant à la 78e minute et il faut aussi savoir garder du positif sur cette prestation qu’on a fait à Mauléon parce-que, le positif, c’est que sur 4 minutes, on a tenu le ballon et on marqué 14 points. Ce sont des ressources qu’on n’aurait peut-être pas été capable d’aller chercher il y a quelques temps et là, ça a été le cas. Donc, responsabilité partagée, oui, après, bien sûr, ce sont les joueurs qui sont sur le terrain. 
L’an dernier, vous auriez perdu ? 
JW : On a perdu. L’an dernier, à Nafarroa, on a perdu des matchs comme ça. Après, c’était quand même un match avec des conditions optimum pour jouer au rugby. On n’était pas dans la boue comme on l’a été la saison dernière à l’extérieur. Même l’équipe de Mauléon se vantait un peu de nous jouer sous le soleil et çà, ça a été rare par rapport aux adversaires qui préféraient nous jouer dans des conditions compliquées. Ils nous ont pris dans le soleil, avec la fierté basque qu’on connaît, et on a quand même été en difficulté à rentrer vraiment dans ce match. 
Parlons un peu de ce derby parce-dimanche, il y a derby. La problématique qu’il y a au Sporting, avec le derby face à Graulhet, à la différence de Tarbes/Lannemezan, c’est qu’il n’y a pas de levier historique. Les derniers derbys sont quand même lointains, ce n’est pas un levier qu’on peut actionner ? 
JW :  » En effet, comme tu le dis, ce ne sont pas des derbys habituels. Mais ça reste une équipe qui n’est pas loin, il y a des relations entre les deux clubs de par les joueurs qui sont passés par Albi et puis, tout ce qui se passe autour du contexte, les supporters. Tout ça fait que c’est un match qui garde les notions de derby. C’est vrai que, comme on le disait tout à l’heure, le match aller n’a pas fait se remuer les foules mais là, ça va être un autre contexte à l’extérieur, avec aussi le contexte interne du club avec ce qui s’est passé dans l’équipe. Ils vont bien sûr avoir à coeur de faire un bon match par rapport à ça. 
A ton avis, quelles sont les forces en présence de cette équipe de Graulhet ? 
JW : Les forces en présence, c’est une conquête qui est très correcte, des individualités aussi derrière qui sont capables de faire la différence, de breaker la ligne et de marquer des essais. Et puis, ça va être la force d’une équipe collective qui essaie de remporter des points pour aller se chercher ce maintien. 
Et puis, ils ont un entraîneur, Jean-Christophe Bacca, qui a une science jaune et noire assez exacerbée ? 
JW : Bien sûr, on fait largement confiance à Jean-Christophe pour amener et préparer ses hommes au mieux pour ce match qui lui tiendra forcément à cœur à lui mais à d’autres joueurs aussi qui seront sur le terrain et qui sont passés par les couleurs jaunes et noirs. 
Le père d’Alain Roumégoux a été président du club de Graulhet pendant de nombreuses années. Il vous a fait une petite causerie ou peut-être parlé d’une question d’honneur pour lui de bien se comporter dans son club de cœur ? 
JW : On est au courant de la situation. On n’a pas encore eu le mot du président mais peut-être que ça se passera. On sait qu’Alain fait la part des choses entre le sportif et sa situation personnelle. Même si ça lui tient à cœur, il ne met pas sa situation personnelle au centre de la préparation et de la motivation. 
Les mots d’ordre pour ce match ? 
JW : Les mots d’ordre sont se rattraper de la semaine dernière. 
Niveau infirmerie, il y a du nouveau et des bonnes nouvelles ? 
JW : On avait fait le point ensemble récemment. Sur les rentrées, il y a Tunu Tavalea qui revient. On a Kevin Boulogne qui est encore arrêté pour cette semaine et qui reprendra la semaine prochaine. Je pense qu’on n’a pas eu de blessure à Mauléon. On est toujours en convalescence proche pour Nicolas Chocou qui va réattaquer avec nous très prochainement. Il y a toujours Jean-Jacques Gymael qui est blessé à la cuisse pour un long moment. On n’a pas trop de nouvelles de Patrick Toetu, il devait revoir le chirurgien bientôt pour avoir un peu plus d’informations sur son absence. Alfie Mafi, commotion cérébrale, qui a enchaîné quelques commotions et qui va avoir rendez-vous avec un spécialiste, on en saura plus la semaine prochaine aussi. 
La question bonus : on a vu un derby qui n’a pas donné une très belle image de la Fédérale 1 entre Tarbes et Lannemezan. Rassure nous, à Pélissou, il n’y aura pas de la grêle ? 
LV : La météo annonce du soleil, on verra bien après. (Rires(

)Propos recueillis par Loïc Colombié

L’itw de Yohan Chateauraynaud en version audio dans l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 21 février, ci dessous

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-20-02-21/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s