#Rugby – Fed1 / A.Méla (Albi) : «Mauléon c’est beau ce qu’ils font!»

Le manager du Sporting Club Albigeoiss est revenu ce lundi, à froid, sur la victoire au bout du chronomètre des jaunes et noirs, en terre basque face au SA Mauléon (18-23). Admiratif de la saison réalisé par le club basque ,promu cette saison en fédérale 1, tout comme de l’ambiance tribune ou de l’engagement mis sur le terrain par l’équipe Souletine. Arnaud Méla n’en oublie pas d’avoir un regard lucide sur la prestation albigeoise, teinté de satisfaction quant au ressources trouvées par l’ensemble de son groupe pour se sortir du guêpier de Marius Rodrigo. Mais l’ex international, est totalement conscient, que le SCA devra proposer un tout autre contenu en playoffs, si il veut tendre vers son objectif ProD2. Pour celui qui a vécu l’épopée de l’ère Béchu, il ne pouvait terminer cet entretien, sans rendre un hommage à son frère d’arme, Christophe Viol, disparu il y a quelques jours.

Crédit photo Jacques Massine

On est avec Arnaud Méla, à froid, après ce match face à Mauléon. Comme on s’y entendait, ça a été assez épique, accroché, avec une équipe de Mauléon qui a mis les tripes sur la table. Il a fallu s’employer et même se réveiller dans les 10 dernières minutes ? 

 

Oui, comme vous avez pu le constater, c’était un match compliqué. On n’a pas du tout, du tout été réaliste. Eux, ils ont été réalistes, ils ont loupé une pénalité. A chaque fois qu’ils sont venus chez nous, ils ont scoré. Ils n’ont pas eu d’occasion de marque, nous, on est venu 5 ou 6 fois entre les 5 mètres et la ligne d’en-but sans marquer une fois. A l’extérieur, ça ne pardonne pas. On a eu une mêlée dominante, on les a mis au fond de l’en-but mais on a oublié de garder le ballon avec nous. On est venu deux ou trois fois sous les poteaux, sur du travail proche, on a fini sur la ligne d’en-but, on n’a pas marqué. On a un ballon porté à 5 mètres de la ligne où on se retrouve à faire un en-avant. On a manqué de sérieux, de précision, d’expérience aussi par moment. On a eu des joueurs qui manquaient peut-être d’expérience ou de vécu sur des situations pareilles. Malgré tout, on est resté uni, on est resté concentré, on a fait le dos rond et il a fallu attendre la 75e pour débrider le match. Mais on a su être juste dans les gestes, dans les moments clés du match. C’est à dire que, même si c’était à la fin, on a su tenir le ballon et les déplacer. Le peu de fois qu’on l’a fait, on les a mis à mal. On a aussi été bon dans le jeu de couloirs et on a réussi à gagner ce match qui sera très important pour la suite. Très important pour aujourd’hui parce qu’autrement, on serait second national, très important pour la suite parce-que c’est quand même 4 points alors que 5 minutes avant, on avait 0 point. Donc, c’est un match très important pour nous et on en tirera beaucoup de conséquences. C’est sûr, on va en tirer les leçons. 

 

Surtout psychologiques parce-que, quand une équipe a une âme, on voit qu’elle aussi capable de faire des renversements de situation avec un banc qui est rentré qui a amené une réelle plus-value. Là, il y a vraiment eu un vrai groupe ? 

 

Oui, bien sûr, l’apport des remplaçants a été bénéfique. Ils se sont mis au service du groupe, ils ont beaucoup donné. On a réussi à les déplacer, on l’avait vu un peu dans la semaine, de temps en temps sur les renversements. On a eu un moment important en première mi-temps qu’on n’a pas su concrétiser et qu’on a fini par un petit en-avant sur un travail proche mais on faisait un coup dans un sens, un coup dans l’autre parce qu’ils ont tendance à être légers et à suivre le ballon. Et en fin de match, c’est ce qui a marché puisqu’on est revenu petit côté, on a réussi à scorer, une fois d’un côté avec Benoît (Sicart) et une fois de l’autre avec Saïmoni (Nabarro). Moi, je suis bien sûr satisfait du résultat mais évidemment, pour les Mauléonnais, c’est très cruel de prendre deux essais en 5 minutes. Mais les matchs en font 80 et le chrono avait tourné. On a marqué à la 82e, dans les arrêts de jeu. On aurait pu jouer encore largement trois minutes de plus. Donc, c’est sûr que c’est cruel pour eux mais au vu du match, on a quand même eu des occases de marquer. Si on avait été un peu plus sérieux, peut-être que ça aurait été un tout autre match. 

 

Ce qui est un peu paradoxal, c’est qu’autant l’année dernière, les joueurs nous disaient quand on parlait de Nafarroa  » vous, la presse, vous en faîtes un peu trop, vous surjouez le contexte de Nafarroa « . Là, ils avaient été prévenus et on sentait qu’ils étaient conscients qu’à Mauléon, il y allait avoir une vraie adhésion, une vraie ferveur populaire. On a toujours l’impression que, comme à Saint-Sulpice, comme l’année dernière à Nafarroa, quand il y a un peu de chahut sur les côtés, quand il y a une équipe qui est survoltée, on tombe un peu dans la fébrilité d’où les déchets techniques et les scories qu’il y a eu en première mi-temps ? 

 

Je ne sais pas trop l’expliquer. On fait 13 fautes, 6 en-avants je crois, quasiment sans pression. Ce n’était pas des en-avants sur des plaquages très agressifs, ce sont des en-avants loin de l’action. On a été fébriles, je ne sais pas si je les avais assez bien préparés. Il me semble que ça fait 15 jours que je ne leur parlais que ce match. On n’a pas manqué de respect à Mauléon, ça c’est sûr. Ça fait 15 jours que je les bassine avec ça et je ne sais pas trop l’expliquer. En tous cas, ce qui est certain, c’est que ça ne passera pas contre une équipe en phase finale, on ne pourra pas laisser tout ce qu’on a laissé. On a aussi été indiscipliné pour des gestes inutiles, des passes et après la passe, un plaquage ou des obstructions surtout dans notre camp. Et, à chaque fois, le buteur en face scorait donc, on les a laissés tout le temps devant. Bien sûr, quand tu es devant, tu y crois plus que quand tu es derrière et ils y ont cru jusqu’au bout. Il leur a manqué de finir ça, de réceptionner ce renvoi, je crois que c’est Vincent (Calas) qui a été à la lutte pour le récupérer. Ça m’a un peu rappelé il y a deux ans, quand on est allé récupérer ce même renvoi à Rouen, à la 80e. On avait récupéré ce renvoi, on avait marqué à la 80e et on avait aussi gagné. C’est un peu le même scénario donc, on va en tirer le maximum de leçons et se préparer maintenant pour Graulhet. 

 

Il faut peut-être se nourrir de l’état d’esprit de Mauléon, parce qu’ils sont admirables de vaillance, de courage, d’abnégation. Ils rendaient quasiment 300 kgs au pack et, par moment, on ne le sentait pas, même quand ils étaient à 14 contre 15. C’est là où c’est paradoxal puisque c’est là où ils ont le plus creusé l’écart. On ne peut que tirer son chapeau à cette équipe ? 

 

Bien sûr. Si notre équipe était capable de mettre le cœur et la solidarité qu’a eu Mauléon, je vous garantis qu’on peut partir en Pro D2, je n’aurai pas peur. Pour Mauléon, qui était l’année dernière en Fédérale 2 et qui jouait les derbys du coin, jouer Albi, c’est comme si nous l’année prochaine, on montait et que le Stade Français descendait, on jouait contre le Stade Français. Mais ne vous inquiétez pas, on sera prêt. Donc, bien sûr que l’état d’esprit n’est pas le même mais je pensais avoir mieux préparé mes joueurs. J’ai dû me tromper et j’espère que je ne vais pas me tromper deux fois donc, je vais tout faire pour qu’ils soient prêts pour Graulhet. 

 

Côté public aussi, il y en a du côté du Stadium qui peuvent aller en pèlerinage à Mauléon parce qu’on a vu ce qu’est un vrai public du  » ter-ter » du rugby amateur. Ce sont aussi des ambiances qui galvanisent les joueurs ? On a vu quand ils sont rentrés à la mi-temps, qu’il y a eu toute cette viva. Ils ont pris une dose d’adrénaline pour deux saisons ? 

 

C’est sûr. Quand ils ont des tribunes à 1m50 du terrain, ce sont des terrains dans un village, c’est vraiment l’ADN du rugby. Le Piémont Pyrénéens, c’est ça, le style Pays Basque, on a l’habitude. J’ai rencontré à la fin du match des supporters de Nafarroa qui étaient aussi venus voir ce match. Il y avait des gens de loin, des gens d’Oloron, j’en ai vu. Ça avait déplacé la région donc c’est sûr que, pour eux, c’était un match de phases finales. Je leur souhaite d’aller chercher les phases finales et de se régaler sur cette fin de saison parce qu’assurer le maintien si tôt pour une équipe qui monte, c’est joli, c’est beau ce qu’ils font. Je leur souhaite de continuer à avancer. 

 

Autre chose qui a été beau, c’est la haie d’honneur que vous avez fait à la fin du match aux joueurs de Mauléon. Elle s’imposait ? 

 

Bien sûr, ils ont mérité la haie d’honneur, ils méritaient le respect. C’est notre profondeur de banc qui a fait la différence à la fin. Faire une haie d’honneur, c’était le minimum. Je suis content que ça ait été fait, je pense que c’est à l’initiative de Matthieu, je ne sais pas, je n’ai pas trop suivi. Mais, en tous cas, c’était une belle initiative. 

 

Crédit photo Pierre Bras

Question décalée : il y a eu un autre match dans la poule 3 où c’est tombé épais, c’est un derby avec tes amis de Lannemezan contre Tarbes. Tu as eu des échos, Tarbes et Lannemezan se sont mis au catch ? Parce-que là, franchement, il y a eu un match plus que  » muy caliente « . Il y en a même qui ont parlé de  » match de la honte « . Toi, tu crains un jour qu’il y ait un match comme ça qui parte en vrille ? 

 

Je ne sais pas, je n’espère pas. C’était un derby et franchement, ils ne peuvent pas se voir, ça fait 15 ou 20 ans qu’ils ne peuvent pas se voir. C’est sûr que c’était possible sur un match comme ça. Nous, on n’a pas d’équipe autour de nous qui ait la haine contre nous comme ça. Après, je n’ai pas vu le match, je le verrai puisqu’on va le recevoir sur plateforme. Si j’ai eu de bons échos, il y a eu 5 cartons rouges sur la première bagarre. 

 

A la 2e minute…

 

Ça fait quand même beaucoup. Je pense que l’arbitre a été trop généreux. Je n’ai pas vu le match mais j’ai vu quelques bagarres générales. J’ai vu souvent rouge/rouge voire en plus un jaune pour le joueur qui a démarré. Mais, 5 rouges sur la première bagarre … 

 

Dont les deux coachs…

 

Oui, ça tend vachement le climat. Je n’ai pas vu ça mais, en tous cas, ce qui est sûr, c’est que j’espère que l’Equipe ne le télévisera pas parce-que ce ne sont pas des matchs à montrer. Ce ne sont pas des matchs dont on est fier de montrer les images. La Fédérale 1, ce n’est pas ça. 

 

11 cartons dont 8 rouges.

 

Oui, ce ne sont pas des choses à montrer. Ca a du faire une fin de match à 13 contre 11, un truc comme ça. 

 

12 contre 11, c’est hallucinant. 

 

On était à la limite de la règle. Je crois qu’en dessous de 11, on ne peut plus jouer donc ce ne sont pas des matches référence. 

 

Dernière question dans un autre registre. On a appris vendredi le décès de Christophe Viol, quelqu’un avec qui tu as lutté pour monter en Top 14 et avec qui tu as joué en Top 14. J’imagine que ça a du grandement t’affecter. Tu peux nous parler un peu du joueur, du bonhomme et du frère qu’il était ? 

 

Le problème, c’est que moi, je n’ai pas du tout les réseaux sociaux donc, je n’ai pas trop eu le pourquoi du comment. Je ne sais pas aujourd’hui ce qui s’est passé. 

 

C’est un accident de la route. 

 

Je ne le savais pas. Ce qui est sûr, c’est que ça nous a affectés. On s’est envoyé des messages avec les anciens. Christophe, c’était un mec attachant et puis, trop jeune pour partir. Ce sont des choses qui malheureusement arrivent et qui touchent les gens. Avec le temps qui était passé, on s’était perdu de vue, en tous cas moi personnellement. Comme je l’ai dit, je n’ai pas les réseaux sociaux donc, on ne pouvait pas se suivre non plus. Mais en tous cas oui, j’ai eu une forte pensée pour lui. J’ai appris ça vendredi et ce sont des choses qu’il ne faut pas souhaiter. Le prochain match à la maison, on fera quelque chose, on aura une pensée pour lui et j’espère qu’il ira au paradis du rugby et qu’il retrouvera tous ses copains. 

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

Retrouvez toutes les réactions de SA Mauléon Vs SC Albi #Fed1 #J16 ainsi que l’itw Audio d’Arnaud Méla, dans l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 18 février 2020 ci dessous :

https://hearthis.at/radio.albiges/mag-sport-20-02-18/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s