#Rugby – Fed1 / S.André (Trélissac) : «L’impression de s’être fait traiter de tricheurs!»

La troisième sera-t-elle la bonne ? Car oui , c’est en effet la troisième levée de ce Trelissac -Niort de la 2nde journée des phases aller de fédérale 1. Après une annulation du résultat , puis un report suite à un recours, ce match qui est devenu au gré des péripéties administrativo -juridiques , une pagnolade en pays périgourdin, va enfin donner son verdict. Sylvain André, un des coachs du SA Trélissac, est revenu avec nous sur les soubresauts d’une rencontre pas comme les autres. Pour l’entraîneur du SAT, le sentiment d’avoir été traité de tricheurs par les dirigeants Niortais, lui reste en travers de la gorge. Mais au delà du contexte, Sylvain André se focalise sur l’enjeu d’une partie, qui pourrait propulser les Trelissacois dans le wagon Du Manoir, d’une poule 4 : »Il ne faut pas laisser traîner une oreille ,sinon on peut vite te la couper. »

 

 

Sylvain, dans cette poule 4 serrée comme dans un mouchoir de poche, Trélissac est cette saison à la croisée des chemins avec ce nouveau match face à Niort. On va revenir sur tous les épisodes qui ont entouré ce match entre Trélissac et Niort qui s’est déjà joué une fois. Mais, en cas de bon résultat pour Trélissac, vous pourriez rebasculer plein fer dans la course au Du Manoir et même, faire un joli rapproché au classement ? 

 

C’est exactement ça. L’expression  » la croisée des chemins  » est plutôt appropriée pour ce match-là puisqu’on se situe dans le ventre mou mais très près de la partie qui va se qualifier tout en n’étant pas très, très loin non plus de la partie qui peut descendre. Du coup, on sait qu’en jouant ce match pendant que les autres ne vont pas jouer, si on arrivait à prendre des points, ça nous ferait avancer au classement et ça serait très positif pour attaquer la dernière ligne droite de la saison. 

 

Trélissac est actuellement 7e de la poule 4 avec 37 points mais quand on sait que Nantes, le 4e, a 41 points, une victoire vous ramènerait en 4e position, dans un rôle qui vous sied bien ? 

 

Oui, une victoire nous ferait nous rapprocher mais Niort a 41 points aussi donc, s’il devait prendre un bonus défensif comme lors du premier match, ça les laisserait juste devant nous. Nantes aussi a toujours un match de retard contre Bergerac parce-que c’est une poule avec quelques matchs en retard, ce qui fausse un peu le classement. Ce qui est sûr, c’est qu’une victoire nous permettrait aussi avec 41 points de faire un écart avec Arcachon, qui est le premier relégable et ça nous replacerait devant Marmande et Tyrosse ce qui serait plutôt très positif pour la suite de la saison, c’est certain. 

 

En plus d’un enjeu sportif, ce match entre Niort et Trélissac est quasiment pagnolesque. On n’est pas en Provence, on est à Trélissac, on est à Niort, on est dans l’Ouest de la France mais il y a un côté un peu galéjade. On peut refaire un peu tout le déroulé de cette affaire Niort/Trélissac ?

 

Il y a eu un premier match gagné par Trélissac au mois de Septembre sur le score de 32-26 ou 26-23 avec bonus défensif pour Niort et pas de bonus offensif pour Trélissac. 

 

Sur ce, il y a eu un imbroglio pendant le match, une carence en mêlée ? 

 

Oui, il y a eu une carence en mêlée qui n’aurait pas dû être faite parce-que, tout simplement, il nous restait un joueur de première ligne mais qui n’était pas sur le banc, qui était sur le terrain, un 2e ligne qui pouvait décaler au poste de pilier gauche. Sur le moment, et j’étais avec le délégué, on ne s’en est pas rendu compte parce-que la logique a voulu qu’on se tourne vers le banc pour voir qui était dispo ou pas. Et, quand on s’est rendu compte de l’erreur, la mêlée avait été lancée en simulée et l’arbitre a même commis l’erreur de ne pas sortir un joueur de plus sur la carence. Donc, il y a eu une double erreur à ce niveau-là à 5 minutes de la fin sur une mêlée proche de notre ligne. 

 

Du coup, sur ce fait-là, Niort s’est saisi des compétences en la matière, a eu gain de cause une première fois. Le match devait se rejouer lors de la dernière trêve, juste avant les vacances de Noël. Et là, patatras, il a de nouveau été reporté quelques heures avant le début du match ? 

 

C’est à peu près ça. Niort a fait appel, ce qui était dans son droit et il n’y a aucun souci. La Fédération a donné le match à rejouer et n’a pas validé le score. Niort a fait une nouvelle fois appel de cette décision-là. On a attendu jusqu’au 16 Décembre à peu près. On devait rejouer le 22, avant la trêve des confiseurs et on a appris que Niort avait de nouveau fait appel auprès du Comité Olympique du Sport, le CNOSF. 

 

C’était dans quel but ? Parce qu’en rejouant le match, ils ont tout à y gagner en termes de points, s’ils vous battent de façon bonifiée ou non bonifiée ? 

 

Je ne sais pas quel était le but. Peut-être, je pense, de le gagner sur tapis vert. Logiquement, s’ils n’étaient pas OK pour le rejouer à ce moment-là, c’est que les dirigeants du club de Niort qui ont fait cet appel ont dû penser, et chacun garde ses idées pour lui, il n’y a aucun souci, qu’ils étaient dans leur bon droit et qu’ils devaient gagner ce match sur tapis vert, tout simplement. Donc, on a appris que l’appel du CNOSF suspendait la décision, du coup, ça repoussait encore le match du 22 Décembre. Et entre-temps, le hasard plutôt sympa du calendrier, c’est que le 12 Janvier, le premier match de la reprise était le match retour, à Niort. 

 

Qui s’est terminé par un match nul ? 

 

Qui s’est terminé par un match nul 19-19 si mes souvenirs sont bons. 

 

Sur cette histoire-là, chacun est reparti dos à dos

 

C’est ça, on est reparti dos à dos sachant qu’on n’avait toujours pas la réponse de la conciliation du CNOSF. Donc, on ne savait pas si on allait rejouer, si on n’allait pas rejouer, si on avait gagné ou perdu le premier match, s’il y aurait une péréquation. Parce-que beaucoup de choses se disaient mais on avait très peu d’infos concrètes. On est parti de Niort pour rentrer chez nous avec le sentiment d’avoir fait un bon match et d’avoir pris deux points mais sans savoir si on allait rejouer ou pas ce match du mois de Septembre. 

 

Donc là, il va se rejouer aujourd’hui. Entre-temps, avec les deux clubs, vous avez réussi à un peu concilier les erreurs qu’il y avait eu au tout début de cette affaire ? 

 

Entre-temps moi, à titre personnel, j’ai de très bonnes relations avec le staff de Niort, notamment Sébastien Morel que je connais très bien. Donc, il n’y a aucun souci avec ça, ce qui était juste un peu compliqué, c’est qu’on avait lu dans la presse des dirigeants du club de Niort qui nous traitaient de tricheurs. Moi, j’ai toujours dit que le fond et qu’ils fassent appel ne me posaient aucun problème, que c’était dans leur bon droit et qu’il n’y avait aucun souci, j’aurai peut-être fait la même chose dans leur cas. Mais, c’était juste la forme, le terme de tricheurs qui n’était pas plaisant parce-que, forcément, quand on a l’impression de s’être fait traiter de tricheur, il n’y a pas grand monde qui aime ça. Donc, c’est logique et ils ont la même réaction que nous. Ça s’est arrêté là, le match sur le terrain chez eux s’est bien passé, on a été un peu chahuté par le public, voire même énormément chahuté par le public. 

 

Mais c’était bon enfant et de bonne guerre ? 

 

Un peu plus borderline que bonne guerre je trouve mais après, c’est le jeu. Peut-être qu’on aurait fait pareil à leur place, on comprend. Nous, ce qui nous intéresse, c’est le terrain. Le terrain a montré que les deux équipes avaient à peu près le même niveau puisqu’il y a eu un match nul. Maintenant, il y aura un nouveau match qui permettra aux deux équipes de continuer leurs saisons et après, chacun partira de son côté pour le reste de sa saison et ça ne posera aucun souci. 

 

Et on peut s’attendre à un stade Firmin Daudou des grands soirs ? 

 

J’espère qu’il y a aura du monde. En plus, la Fédération nous a envoyé la semaine dernière la décision comme quoi on jouait. C’est un petit mot à leur égard, je trouve qu’envoyer 10 jours avant un match la notification comme quoi on devait jouer le samedi après-midi, quand on sait la logistique pour un petit club comme Trélissac pour organiser un match avec les bénévoles, c’était un peu juste en termes de timing et c’est une situation qui est un peu délicate. Je trouve que la Fédération nous a mis en difficulté d’avoir fait ce choix-là, surtout de nous prévenir si tard. Imaginez que notre secrétaire était en vacances lundi ou mardi, on aurait appris hier ou avant-hier qu’on jouait ! Parce qu’on a juste reçu un mail comme quoi on jouait donc moi, à titre personnel, je trouve ça un peu limite. Après, le club chez nous a fait le nécessaire pour organiser le match, on le jouera, il n’y aura aucun souci. 

 

Et pour les joueurs pluriactifs qui avaient peut-être prévu ce week-end-là de faire relâche en famille, c’est loupé ? 

 

Ah oui, ceux qui ont prévu et qui ne seront pas là, car on a nous des joueurs qui ne seront pas là parce qu’en sélection nationale avec la Belgique pour Tom Herenger, parce qu’aussi deux ou trois joueurs qui essaient de trouver des solutions mais qui ont des week-ends prévus en famille à l’étranger. Et, on ne peut pas dire à un joueur pluriactif  » tu annules tes billets d’avion, tu perds ton week-end en famille, tu vas perdre tant de centaines d’euros pour aller jouer un match qui n’était pas forcément prévu « . C’est une situation un peu délicate au niveau sportif et au niveau structurel mais on la reçoit et on va essayer de s’en sortir le mieux possible. 

 

Après Sylvain, on dit souvent que les plus belles victoires se font dans l’adversité. Là, il n’y a pas mieux ? 

 

Oui, il n’y pas mieux mais pour les deux équipes je pense. Là, on va avoir de la vraie adversité parce-que le classement fait qu’on n’est pas loin l’un de l’autre. L’antagonisme sur cette histoire rocambolesque et pagnolesque, comme tu l’as dit, va créer un climat d’adversité collective qui va peut-être amener à un match de qualité et à un match où il faudra être plutôt costaud pour s’en sortir. 

 

Entre nous, toutes ces petites histoires, toutes ces petites galéjades de la Fédérale 1, ça fait pester sur le coup mais c’est aussi ça qui donne son charme à ce championnat ? 

 

C’est ce qui fait qu’on est énervé sur le moment mais qu’on en rigole aussi après. C’est vrai que ce sont toutes ces petites choses-là qui font que le championnat de Fédérale 1 est un championnat à part avec des niveaux différents, des joueurs professionnels, des joueurs pluriactifs, une Fédération qui n’est pas la Ligue donc qui me semble, à mon avis, moins professionnelle, moins à l’écoute des clubs. C’est ce qui fait le charme de tout ça et peut-être que, le jour où tout cela disparaîtra, ceux qui seront sur le terrain se feront un peu  » chier « . 

 

Quel va être l’objectif du SAT pour cette fin de saison ? Rester bien au chaud dans le peloton du Du Manoir pour vivre une belle aventure humaine et faire de beaux play-off ? 

 

Oui, ça serait idéal d’aller chercher les six premières places. Maintenant, comme beaucoup de clubs dans notre cas, maintenir vite le club dans la Fédérale 1 est l’objectif prioritaire donc tout va un peu  » dépendre  » de ce match contre Niort qui va nous permettre ou non de voir l’avenir plus sereinement. J’espère que ce sera le cas. 

 

10 points entre le 4e et le 10e, premier non-relégable, on savait que cette poule 4 serait serrée, compacte et homogène mais là, ça frotte plus que dans un ruck 

 

Oui, là, il ne faut pas laisser dépasser une oreille  parce qu’on peut se la faire couper à tout moment (rires). Tout le monde est capable de gagner tout le monde, Arcachon a failli gagner et aurait du gagner à Saint-Jean-de-Luz qui est un de gros de la poule, Dax a perdu des matchs à l’extérieur où je n’aurai jamais pensé qu’ils perdent. C’est quand même très, très, très serré et il ne faut pas se louper, sur aucun match. Quand on dit  » prendre les matchs les uns après les autres « , on ne peut pas dire mieux parce-que chaque équipe est capable de battre n’importe lequel de ses adversaires. Il n’y a pas de match facile, même Bergerac qui est aujourd’hui dernier, quand on voit les résultats, ils ont souvent perdu de justesse. Donc, il n’y a vraiment pas de match facile, il n’y a vraiment pas d’équipe facile à jouer, il n’y a pas d’équipe facile à manœuvrer. Il n’y a que des matchs serrés, des matchs âpres, des matchs agressifs, des matchs compliqués et on essaie de faire du mieux possible. Mais c’est vrai que, celui qui sortira et qui ira loin dans cette poule sur les phases finales aura de la fatigue dans les jambes parce qu’il aura passé de l’énergie sur le terrain. 

 

En fait, la vraie poule de la mort, c’est la poule 4 ? Et il y a les galéjades en plus ! 

 

Oui, il y a les choses pagnolesques, comme tu dis (rires). Il y a un peu tout, il y a des histoires, il y a de l’adversité, il y a des matchs serrés, il y a de belles victoires, il y a de belles équipes. Alors oui, on n’a pas trois ou quatre très, très gros historiques de la Fédérale ou du rugby français à part Dax qui est un monument historique. 

 

Et Tyrosse aussi ? 

 

Et Tyrosse mais ça fait quand même quelques années qu’ils sont rentrés dans le rang. Disons qu’on n’a pas Bourgoin, on n’a pas Narbonne, on n’a pas ces équipes-là qui sont de grands, grands noms du rugby français. Mais en tous cas, ce qui est sûr, c’est que tous les week-ends, que ce soit contre le premier ou le dernier, c’est toujours une guerre et une lutte acharnées. C’est sympa à jouer parce qu’on ne joue jamais un match en se disant  » celui-là, on va le gagner ou on va le perdre « . On a toujours cette incertitude donc, c’est plutôt sympa. 

 

Merci Sylvain de nous avoir dressé l’actualité chaude du moment à Trélissac ainsi qu’une vision de ce championnat qu’on aime tant. 

 

Avec plaisir

 

 Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/20-02-07-magsport/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s