#Rugby – Fed1 / N.Navarro (SCG) : «Béka c’était quelqu’un d’extraordinaire!»

Alors qu’il vient de perdre un frère d’armes et un ami avant tout, Nicolas Navarro, a eu le courage et la force de nous accorder un entretien pour honorer la mémoire de son coéquipier Béka Burdiashvili, joueur du Sporting Club Graulhetois, brutalement et trop tôt disparu ce week-end. Celui qui partageait le labeur de la première ligne avec le pilier droit Géorgien, est revenu sur l’homme, le rugbyman et le grand vide qu’il laissera dans le club des « Mégissiers« . Un chose est sure, passé la période du deuil nécessaire, Nicolas Navarro et ses coéquipiers vont s’évertuer, à porter haut les couleurs du SCG, pour rendre fier « l’étoile Béka » qui veille désormais sur eux.

Crédit photo Arnaud Bertrand – SCG

Nicolas, il va de soit, qu’il a y une chappe de plomb sur le Sporting Club Graulhetois et qui plus est pour toi, qui partageait le pack et la première ligne avec Béka 

 

Bonjour. C’est sûr que c’est une immense tristesse. On a appris le décès de Béka hier et on est tous très, très choqués par sa disparition. C’est dur de perdre un joueur et en plus, un ami. C’est surtout ça avant tout, c’est surtout un très, très bon ami. 

 

Surtout pour toi qui est talon. On dit souvent qu’un talon est au chaud entre un pilier gauche et un pilier droit, vous êtes de vrais frères d’armes. Il y a souvent une liaison comme disent les arbitres entre toute cette première ligne. Vous deviez partager beaucoup de moments sur et en-dehors du terrain ? 

 

Bien sûr, tout à fait. C’est vrai que Béka m’a énormément apporté sur ce point-là parce qu’il était tout le temps ouvert à la discussion, tout le temps en train de donner de très bons conseils, tout le temps en train de nous tirer vers le haut. Et c’est vrai qu’à côté de moi, c’était vraiment un surhomme. Je savais qu’il ne pouvait rien m’arriver. C’est vraiment un plus quand on l’a avec nous. 

 

J’imagine que la peine est grande, non seulement dans la première ligne mais aussi dans tout l’ensemble du club. Vous avez dû un peu reformer un pack entre vous ce dimanche pour essayer d’absorber, de prendre la nouvelle, même si elle est arrivée de plein fouet, du mieux possible ? 

 

Oui, bien sûr. C’est vrai que, quand on nous a annoncé cette triste nouvelle, tout le monde était dépité et on s’est tous resserré autour d’Olivier Régnier et de JC Bacca. On a essayé de se tenir et d’affronter ça, malheureusement. 

 

Au-delà du rugby, parce qu’avant le rugby, il y a l’humain et il y a la personne, tu peux nous parler un peu de Béka et du bonhomme qu’il était ? 

 

Moi, je l’ai connu exactement en 2014. 

 

Lors de son premier passage ? 

 

Oui voilà, je l’ai connu lors de son premier passage au Sporting parce qu’en fait, j’étais arrivé en même temps que lui. Moi aussi, je venais de l’extérieur et je suis arrivé en même temps que lui. C’est vrai qu’au début, c’était quelqu’un de très discret, tout le temps dans le travail, tout le temps en train d’écouter des conseils, tout le temps en train de bosser aussi pour avancer. Après, j’ai eu l’occasion de travailler avec lui en-dehors et c’est quelqu’un qui avait du caractère, beaucoup de caractère mais qui savait tendre la main quand il fallait et surtout qui avait un cœur en or. Après, il y a l’aspect de cette énorme carrure, parce qu’il faut dire ce qui est. 

 

C’était un colosse ? 

 

Un sacré bébé quand même ! Et pourtant, derrière ce physique, c’était quelqu’un d’adorable et d’attachant, vraiment un mec bien. 

 

J’imagine qu’une fois que la peine sera passée, que le deuil aura réussi à être fait, toi et tes coéquipiers n’aurez qu’une envie, qu’une rage, c’est d’aller chercher ce maintien pour lui ? On sait que, pour l’instant, le club est dans l’adversité. Vous vous retrouvez avec un seul pilier droit. Le sportif passe bien à côté pour l’instant dans des moments comme ça mais, une fois que le sportif va revenir au feu de l’actualité, il y aura pour vous un challenge collectif d’être encore plus soudé pour aller chercher des miracles pour lui ? 

 

Oui, bien sûr. C’est vrai que, malheureusement, on vit des passes difficiles et on fait tout pour se maintenir. Comme je l’ai dit à certains de mes coéquipiers, il va falloir jouer à 16 maintenant. On va vraiment être à 16 sur le terrain. Il va falloir qu’on pense tout le temps à lui et il sera avec nous, dans nos têtes et on ne l’oubliera pas. Automatiquement, il faut que ce soit une force pour avancer et il faut qu’on se maintienne pour lui, c’est clair. 

 

Au foot, on met une étoile sur un maillot quand on gagne un titre de champion d’Europe ou de champion de France. Vous, l’étoile que vous aurez désormais sur le maillot, ce sera Béka 

 

Oui, c’est sûr. Moi, je trouve que c’est important de marquer quelque chose. Il a fait quelque chose pour le club, il a fait quelque chose pour nous tous. C’était vraiment quelqu’un de très bien, il a fait évoluer beaucoup de personnes. A commencer par ma personne parce qu’aujourd’hui, je pense que si j’en suis là, c’est un peu grâce à lui parce qu’avec tous les conseils qu’il m’a donnés, je crois qu’il m’a fait progresser, vraiment. 

 

Nicolas, si tu avais un petit mot à dire, un dernier petit hommage à faire à Béka 

 

Juste que c’était quelqu’un d’extraordinaire, que je ne l’oublierai jamais et que je ferai tout pour pouvoir l’honorer au maximum. 

 

On te remercie Nicolas, d’avoir eu la force de venir témoigner

 

Merci à vous et je tenais aussi à vous remercier pour le mettre en avant comme ça et merci pour ce que vous faites. 

 

C’est avec grand plaisir et c’est normal dans des moments comme ça que tout le milieu du rugby tarnais se serre les coudes et fasse le pack

 

C’est vrai. Merci beaucoup en tous cas. 

 

 Propos recueillis par Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s