#Football – N3 / R.Ubatelo (Auch) « mettre de la folie pour emballer nos matchs »

C’est tête baissée que les Auscitains sont rentrés aux vestiaires ce samedi après un lourd revers à domicile contre Aigues Mortes, concurrent dans la lutte pour le maintien. Lanterne rouge de cette poule H de National 3, le club Gersois va devoir trouver les ressources et ne pas baisser les bras s’il espère se maintenir. Le capitaine de l’équipe, Randy Ubatelo ne désespère pas et s’est ouvert à nous dans un interview grand format sur cette opération maintien.

auch
Crédit photo Auch Foot

Revenons dans un premier temps sur la rencontre de ce week-end. Vous receviez Aigues Mortes en match en retard pour une confrontation directe de mal-classés. Ces derniers l’emportent largement 0-3. Qu’est-ce qu’il vous a manqué pour réussir à rivaliser lors de cette rencontre ?

Nous avons manqué de solidité, d’impact et de réussite pour commencer.

Cette nouvelle défaite entraine une situation délicate. Quel bilan retirez-vous de cette saison à mi-parcours ?

Nous le savions depuis le début que ça serait compliqué et même très compliqué. Aujourd’hui, nous nos rendons compte que dans ce championnat et contre des concurrents directs, il faut plus. Si par exemple on se base sur le match contre Aigues Mortes, un concurrent direct. C’était un match à gros enjeu et ça nous a peut-être fait déjoué par manque d’expérience notamment. C’est là où nous flanchons sur ce genre de match.

En tant que promu, votre manque d’expérience est-il votre principale faiblesse cette saison ?

Oui. Nous avons un groupe jeune qui travaille et a beaucoup d’envie et surtout l’envie de bien faire. Maintenant, nous jouons des équipes qui n’ont pas toutes l’habitude de ce championnat mais certaines ont su s’y adapter. Aujourd’hui, quand on voit ce qu’a proposé Aigues Mortes en terme de jeu. C’était une qualité de jeu nettement supérieur à certains leaders, mais au final les équipes les plus compactes, les plus costauds sont devant au classement.

L’expérience ne peut donc s’acquérir qu’au fil des matchs. Au jour d’aujourd’hui, comment pourriez-vous la compenser pour réussir à vous maintenir ?

Avec de la folie et du plaisir. Nous n’avons plus rien à perdre. Au regard des pronostics du début de saison, de base nous n’avions rien à perdre car tout le monde nous classait comme l’équipe qui descend chez les adversaires. Nous sommes dans une situation compliquée, à nous de regagner en confiance. Pour cela nous allons devoir mettre de la folie pour emballer nos matchs et voir à la fin ce que ça donnera.

En étant dans une situation si difficile, n’est-ce pas compliqué d’être assidus et motivés aux entraînements ?

Non ça ne peut pas être compliqué d’aller aux entraînements. Le football c’est un jeu, un plaisir. À partir du moment où l’on se retrouve, nous avons un groupe qui vit bien. La situation est compliquée, nous le savions. Je ne peux pas dire que nous étions préparés à ça. Ce n’est pas possible de se préparer pour jouer un maintien. C’est usant psychologiquement pour tout le monde. Avoir des prestations abouties, sans gagner, ça vous met un coup de plus. Mais actuellement à l’entraînement, nous prenons du plaisir et nous continuons à travailler. Nous avons confiance aux coachs tout simplement.

Vous pouvez donc vous appuyer sur un groupe uni. Au cœur d’une saison si compliquée, comment fait-on pour ne pas perdre cette unité ?

La quasi-totalité des joueurs s’entendent bien et sont proches les uns des autre. Les anciens se connaissent depuis longtemps et la plupart des nouveaux sont arrivés en binôme ou en ayant déjà des points de repaire dans le vestiaire. Après c’est le football, c’est avec ce genre de match et d’expérience que l’on grandit en tant qu’homme. Aujourd’hui le foot c’est une passion, après une journée de travail, c’est toujours bien de se retrouver au bord d’un terrain. Après si vous demandez si l’on préfère jouer en N3 et être en difficulté, ou en R1 et être au dessus, je pense que tout le monde répondrait la même chose : N3. C’est un challenge à relever, un autre rapport avec le football, des adversaires de grosse qualité. Ça nous permet de grandir et d’apprendre pour ne pas rester dans une routine.

Avec le recul auriez-vous aimé pouvoir préparer différemment cette saison ?

On peut toujours essayer de faire les choses différemment. À partir du moment où nous n’avons pas les mêmes moyens que les autres clubs, nous ne pouvons pas espérer pouvoir faire venir des joueurs ayant l’expérience de ce niveau depuis plusieurs saisons. Aujourd’hui, nous devons nous focaliser sur des jeunes au gros potentiel. À nous plus anciens d’essayer de les accompagner et eux de nous apporter l’insouciance. Si c’était à refaire, aujourd’hui nous aurions le même groupe pour débuter la N3, nous aurions davantage de points je pense.

Faire parti des clubs qui n’ont pas les finances pour rémunérer plus ou moins largement les joueurs à un tel niveau, est-ce que c’est une pratique qui tend à disparaître selon vous ?

C’est le niveau qui demande ça. Je vais prendre l’exemple de la Coupe de France. Des clubs de N3 réussissent à faire des exploits contre des équipes de N2 avec ça. Aujourd’hui, pas mal de clubs arrivent à avoir des finances. Avoir des finances ça aide c’est clair. Si nous n’en avons pas, il faut travailler différemment.

Si l’on se penche sur votre saison personnelle, vous êtes capitaine de l’équipe cette saison. Quel sentiment portez-vous sur vos performances ?

J’essaie de vivre ma saison le mieux possible. Pendant les matchs, j’essaye de montrer le meilleur visage de moi-même, maintenant, sur les performances, c’est aux gens d’en juger. Sur les derniers matchs je dois faire mieux pour l’équipe et pour le club. Je peux, et même je dois tirer le groupe vers le haut.

En tant que capitaine, essayez-vous de voir pour seconder le coach ?

Non. J’ai plus à apprendre de lui en terme de valeurs, d’esprit et de contenus d’entraînements. Pour moi (jeune) coach, j’apprends plus au quotidien au contact de tels hommes. Je tente d’avoir une réflexion de coach et moins de joueur. Après, j’aiment tellement ce jeu que parfois je pourrais avoir plus de rigueur tout simplement. Ce n’est pas la première fois que je suis capitaine. Je reste un joueur du groupe avec des responsabilités que les joueurs et le staff m’ont donné. J’essaye de rester positif, communiquer un peu plus et de faire comprendre aux plus jeunes d’entre nous qu’ils ont des qualité et qu’ils gardent confiance. Mon rôle est d’aider mes coéquipiers à vivre le mieux possible ensembles.

 

Propos recueillis par Le Lensois

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s