#Rugby – Fed1 / D.Bérail (Graulhet) : «On va encore tout donner à Oloron.»

Auteur de l’unique essai Graulhetois lors de la rencontre de dimanche dernier, face au Stade Bagnerais, Dimitri Berail ne cachait pas son désarroi suite a ce match nul (16-16) qui ne fait pas les affaires des mégissiers. Mais ce talon rompu aux joutes de 1ere ligne , compte bien avec ses coéquipiers livrer un gros match en terre béarnaise, face à Oloron. Une rencontre qui pourrait bien être un carrefour pour les deux équipes dans leur objectif respectif pour le maintien en fédérale 1.

Crédit photo Arnaud Bertrand – SCG

On est avec Dimitri Bérail à l’issue de ce match nul 16 à 16 entre Graulhet et Bagnères. Quelle est ta première réaction ? 

 

On arrive à marquer d’entrée de jeu sur un maul pénétrant. Après, on fait beaucoup de fautes de main qui font qu’on n’a pas beaucoup le ballon. On conserve moins le ballon, en seconde mi-temps, on se fait prendre au niveau des 3/4. En fait, on veut trop jouer et on n’arrive pas à conserver. Et malheureusement, sur la fin, on veut trop jouer sur les écarts et on ne garde pas assez la balle. On n’a pas le droit de jeter les ballons comme ça, c’est interdit, surtout à 7 points d’écart. On prend un essai entre les perches, sanction immédiate. On va se ressaisir pour le prochain match et gagner le plus possible. 

 

Aujourd’hui, c’était un peu un match à quitte ou double parce-que Bagnères n’était pas loin de vous. A la 81e, ils vous crucifient un peu sous les poteaux malgré quand même une grosse domination en mêlée ? 

 

Oui, on le sait, on est assez solide en mêlée donc on essaie de jouer sur ça. Mais, comme on peut le voir, cela ne suffit pas. Il y a des fautes de main qui nous tuent le match, des imperfections en touche, bien qu’on n’ait pas été trop maladroit. Mais, on se met le feu à chaque fois alors que parfois, on peut gagner, on peut marquer des essais à 3 contre 1 et on n’y arrive pas. C’est le rugby, ça arrive mais maintenant, il faut rebondir. On avait à cœur en 2020 de manière à changer le cours des choses. Malheureusement, on n’a pas réussi aujourd’hui. On va encore tout donner à Oloron et on va prendre les matchs après les matchs, avoir le plus de points possibles et continuer à travailler à l’entraînement comme on le fait chaque semaine. 

 

Propos recueillis par Didier Revellat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s