#Football – D2F / O.Cordier : « Une nouvelle saison qui démarre »

A l’approche du début de la phase retour de la D2F et la réception du FC Nantes, Dimanche à 14h30 au stade Rigaud, nous avons rencontré Ophélie CORDIER. Arrivée à l’intersaison de l’ESAP Metz, elle est déjà une pièce essentielle dans le système défensif des PTT et espère que son équipe va rapidement relever la tête. Rencontre.

Ophelie, tu es arrivée de l’intersaison de l’ESAP Metz. Est-ce que tu peux faire un parallèle entre la saison dernière et cette saison à Albi ?
Je peux dire tout d’abord qu’il y a beaucoup de ressemblances sur le plan sportif, puisque l’année dernière à l’Esap METZ nous étions un peu dans le même cas de figure à la trêve. On a vécu une saison compliquée l’année dernière et je pense qu’on a vécu un début saison à Albi très compliqué aussi. Cependant en termes de moyen financier et des conditions de déplacement tout était totalement différent d’un club à l’autre. À l’ESAP Metz un défaut de moyen financier ce qui a créé une rage de vaincre en équipe. Ce qui nous a permis de nous maintenir ma première année. À Albi on est dans de bonne condition en déplacement, je dirai même dans de très bonnes conditions et je pense qu’il faut se servir de cet atout.

Albi a connu une première partie de saison compliqué avec une multitude de blessures dès les premières journées. Quel bilan et quels enseignements tu tires de cette première partie de saison ?
Dans un premier temps je pense qu’il faut toujours tirer du positif dans tout ce que l’on entreprend même si cela est compliqué. Dans cette première partie de saison nous avons eu une multitude de blessures, de grosses blessures pour certaines d’entre nous. C’est vrai cela ne nous a pas avantagé et ne nous avantagera pas, mais c’est le jeu et c’est le sport.. Cela a peut-être engrené l’équipe vers le bas mais ce n’est pas une excuse ni une quelconque raison pour expliquer ce début de partie de saison. Pour moi on entame une nouvelle saison à partir de Janvier. On ne repense plus au passé et on avance dans le futur. Il faut juste retenir que sans mental, sans hargne et sans rage de vaincre nous irons nul part.

Comment avez-vous préparé la réception du FC Nantes, qui symbolise le début de la phase retour ? Faut -il s’attendre à un nouveau visage pour l’ASPTT version 2020 ?
Nous avons et nous préparons encore se début de phase retour contre Nantes depuis 2 semaines. Nous avons quelques nouvelles arrivées au sein du groupe, quelques retours de blessure. Je dirais même pour ma part que cette reprise d’entraînement ressemble à un début de saison. Ce qui donne du baume au cœur, ce qui donne un peu de renouveau à l’équipe. Même dans le groupe que ce soit à l’entraînement ou en dehors, on sent un groupe plus enthousiaste, on repart sur une base saine. Certes, on n’oublie pas le début de championnat mais pour repartir sur de bonnes bases on se dit que c’est une nouvelle année sans doute pleine de surprise. J’allais dire j’espère que l’on aura un autre visage mais j’en suis sure en réalité on ne peut pas continuer avec des regrets
De plus, on se souvient du score du match Aller … Qu’est ce qui a été mis en place pour rattraper notre retard sur cet adversaire ?
Il est vrai que le match Aller devait être très compliqué à regarder et très horrible à vivre.
Je n’étais pas là pour le voir ni pour le vivre mais je l’ai suivi. Et même depuis des centaines de kilomètres j’étais attristée pour nous toutes et tous. Et je pense que l’on ne peut que s’en souvenir, comme d’autres scores d’ailleurs. Notre retard ? Je ne pense pas que l’on avait du retard sur notre adversaire c’est juste qu’on leur a donné beaucoup trop d’avance sur nous. Après avoir regardé le match on était trop loin dans tout. Ce n’est pas un retard mais un manque d’agressivité, d’envie et ça se met pas en place, chacun doit se l’inculquer. Et je pense que l’on est bien parti pour ne plus donner le bâton pour se faire battre.

D’un point de vue personnel, tu as évolué à différents postes cette saison ? Est-ce que cette polyvalence est un atout pour toi ou est-ce que tu aimerais te fixer à un poste ?
Pour moi, c’est un atout plus qu’un inconvénient. Malgré qu’il y ait des inconvénients bien sûr, comme ne pas forcément savoir où tu vas jouer le jour du match, ne pas confondre les placements selon les postes. Mais c’est un atout aussi parce que n’importe où je joue il faut que je puisse apporter, donc j’apporterai pour le bien du groupe et pour progresser aussi moi-même. Peu importe le poste, il faut se donner à 100%. Et ça me montre les différents modes d’exigences et de placements selon les postes, ça forge et ça me fait apprendre car on a toujours des choses à apprendre.

Es-tu toujours positive pour l’issue de la saison Albigeoise ?
Bien sûr que je reste positive, tant que le championnat n’est pas terminé tout est jouable. Et on va le prouver.

Propos recueillis par Romain Brunot

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s