#Football – D2F / L’ASPTT FA se saborde face aux corsaires Malouines.

Ce dimanche au stade Maurice Rigaud d’Albi, les bretilliennes de Saint Malo n’ont eu à user d’aucune flibusterie pour couler le frêle esquif albigeois. Face à de pâles « jaunardes » complètement atones tout au long de la première période, et ne partant à l’abordage du galion breton que dans les derniers instants, les malouines ont pu naviguer à leur guise pour ramener 3 points dans la cité corsaire (Victoire 2-1). Ce match sans grande marée ni coups de tabac , fut une longue croisière de l’ennui, dans une saison où les rouges et jaunes se font canonner aux quatre coins de l’hexagone.

Crédit photo Vincent Cere

Parties tambours battants, les filles du duo Garrigues/Galien ont vite baissé de régime, lors de cette 11eme et dernière journée de division 2 féminine phase aller. Dans un stade Rigaud encore immaculé de défaite mais sonnant terriblement creux, les albigeoises avant dernières du championnat (5pts), se sont fait entraîner dans un faux rythme par des malouines disciplinées et pragmatiques. Les visiteuses 6emes du championnat avant cette levée, venaient en terre tarnaise pour faire un coup et se rapprocher du podium. Il est peu de dire que les filles de l’ASPTT ne leur ont pas opposé une franche résistance, mis à part quelques exceptions individuelles (Koutoupot, Toumi , Cordier voire Bezombes) . Procédant par attaques placées avec Chasseloup et Rigembach en éperon sur le front de l’attaque, « les diablesses » de l’US Saint Malo ouvraient le score par cette dernière(8eme min) face à une équipe albigeoise qui écopait plus qu’elle ne souquait.

Océane Rigenbach /Crédit photo US Saint Malo

Sans réaction, l’ASPTT FA laissait les bretilliennes ramener à bon port leur embarcation avec un noeud d’avance sur les locales au terme du premier acte. De retour de leur escale aux vestiaires, les rouges et jaunes à l’image de la dernière recrue offensive albigeoise, l’internationale israélienne Éden Avital (disposant d’une qualité technique indéniable), tournaient tel une boussole sans cap, cherchant le bon courant en vain. C’est fort logiquement, malgré un sursaut d’orgueil albigeois lors des 5 premières minutes de la seconde bordée , que les malouines aggravaient le score, par l’inévitable canonnière Océane Rigenbach (78 eme). L’opiniâtreté de la jeune Revelli, le courage de Toumi seront un des rares rayons de soleil, de ce « radeau de la méduse » auquel peut ressembler actuellement l’ASPTT. Le commandant de bord Espié, le premier, soulevait son désarroi à l’issue de la rencontre, en s’interrogeant:

« Pourquoi le sort s’acharne autant contre nous? Aujourd’hui encore on a une grave blessure (Dessalles 55e), ça devient compliqué! Mais tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir on va s’accrocher. »

Les 4 dernière minutes de jeu qui ont vu les tarnaises faire un raid final, après la réduction du score de Marsollier (90e), ne sera qu’un mirage sans suite et ne fit qu’alourdir la nasse de regrets de Patrice Garrigues.

« Quand on joue que 5 minutes sur 90 min , C’est compliqué! C’est inadmissible !  »

Un match nul des albigeoises aurait pu paraître comme un acte de piraterie tant elles se sont laissées guider par les flots tout au long de la rencontre. Les corsaires de l’USSM appliqués, emplis de sérénité et d’expérience ramènent un butin de 3 pts en Île et Vilaine, pouvant envisager de revenir à une encablure du podium, si elles terminent 2019 en beauté . Pour le moussaillonnes albigeoises, la réception d’ Orléans dimanche à Rigaud, pour le compte du second tour fédéral de coupe de France , devra servir à préparer la redite du week-end suivant, ou les Loirétaines refouleront la pelouse tarnaise pour le compte de la 9eme journée en retard de D2F.

Car ce dimanche en Coupe de France, l’ASPTT n’aura aucun impératif de partir à l’abordage face aux orléanaises, à contrario du samedi suivant, où le club de la cité de Laperouse devra ancrer en actes l’armada d’intentions lancées depuis le début de saison telles des bouteilles à la mer, et éviter aux ex pensionnaires de D1 de commencer 2020 en eaux troubles.

Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s