#Rugby – Fed1 / C.Schneider (CAL) : «On doit se rattraper dimanche contre Graulhet.»

Christophe Schneider, qu’on avait un peu laissé groggy à la suite de la défaite 55 à 0 du Cercle Amical Lannemezanais face au Sporting Club Albigeois, nous a accordé une interview alors qu’il va recevoir les Tarnais du SC Graulhet. Entretien avec un club et un coach qui comptent bien redresser la barre ce week-end.

Crédit photo J-P.L / DDM

Christophe, êtes-vous remis de vos émotions ? Parce-que 55 à 0, quand on est un compétiteur comme tout rugbyman, ce sont des scores qu’on a du mal à avaler. 

 

Non, ce n’est pas encore tout à fait digéré. J’espère qu’on va le digérer avant vendredi et bien travailler pour se remettre les idées en place. Mais, c’est vrai qu’on est encore sous le choc de ces 55-0 même si on s’attendait à un match difficile et à un grand écart mais pas de cette ampleur-là. 

 

Jean-Christophe Bacca, l’entraîneur de Graulhet qui commentait le match avec nous, nous disait qu’après avoir pris 77 points face à Albi il y a quelques semaines, il avait retrouvé le mardi des joueurs défaits humainement et sportivement. Vous pensez que ça va être le même cas pour vous ? 

 

Non, je ne pense pas parce qu’on n’est pas dans la même situation au niveau du classement. Eux ont quand même besoin de points, nous, à aujourd’hui, on est tout de même 5es. On vise le maintien, on a 24 points ç aujourd’hui. Oui, il va falloir certainement, par rapport à la prestation de certains joueurs, les remettre vite dans le bain. Mais nous, notre championnat, c’est celui qui arrive dimanche justement contre Graulhet et contre Saint-Sulpice le dimanche d’après, deux réceptions à la maison qui, s’il y a 8 points, nous feront énormément de bien. 

 

Oui, s’il y avait deux victoires, le maintien commencerait vraiment à sentir bon ? 

 

Oui, on finirait la phase aller avec 32 points sachant qu’on a estimé le maintien à 38 ou 40 points, ça serait plus que bien engagé. 

 

Après, parler de maintien à Lannemezan cette année, c’est un peu se la jouer Guy Roux parce-que quand on voit les résultats et l’effectif que vous avez et les prestations que vous êtes capables d’aligner, le Du Manoir est quand même un objectif raisonnable ? 

 

Oui, on y a goûté l’année dernière donc, je serai tenté de dire qu’en début de saison, avec 8 joueurs nouveaux, on ne savait pas trop où on allait. Après, au niveau de l’effectif, je reste mesuré parce qu’on a aujourd’hui juste 28 joueurs à notre disposition qui peuvent jouer en première et, dès qu’on a des blessés, c’est très compliqué. On a la chance à aujourd’hui d’avoir un groupe au complet depuis quelques dimanches ce qui nous permet d’enchaîner les bonnes prestations à la maison, c’est vrai. Mais, ça reste quand même fragile. 

 

Vous avez quand même une palette plus large que l’année dernière en termes d’effectif, sur le registre ? 

 

Oui, je pense que c’est équivalent. Après, sur le registre, il y a des joueurs qui ont bous ont ramené quelques solutions de plus, notamment derrière sur de la polyvalence. Mais on est quand même ric-rac avec l’année dernière. L’année dernière, on fait une très bonne saison, on finit second sur la phase retour. Donc, avec 6 points de pénalité au départ de la saison, on arrive à se qualifier et on fait une très bonne saison l’année dernière aussi. Après, c’est une poule différente, ce sont des adversaires différents par rapport à l’année dernière donc, il reste beaucoup, beaucoup de matchs et comme je vous dis, l’équilibre est encore très fragile. Ça dépendra de nos résultats à la maison. 

 

En parlant du constat de l’année dernière, il y en a un qu’on peut tirer, c’est que vous êtes la seule équipe en phase régulière à être venue chercher un point de bonus défensif à Albi. C’était en plein hiver, c’était après qu’Albi ait perdu à Nafarroa. Vous aviez un peu appuyé là où ça faisait mal face aux Albigeois. Cette année, vous étiez 5es, vous avez, comme on le disait, une ambition un peu plus haute avec un effectif un peu plus étoffé. On s’attendait à ce que vous veniez chatouiller les Albigeois. Quand vous êtes rentrés, on a vu des joueurs déterminés qui se tenaient par la main, par les épaules. On s’est dit que ça allait être une grosse partie de manivelles et puis, quand le coup d’envoi a été donné, on va dire que la lumière s’est éteinte. Quelle est l’explication ? 

 

Moi, je pense qu’on a préparé le match du mieux possible dans la semaine. Je pense aussi qu’on a bien préparé l’avant-match. Après, quand il y a deux erreurs individuelles qui nous font prendre deux essais en 6 minutes et que de suite après, on voit des têtes baissées et un manque total d’engagement. On n’est pas sur le terrain, une fois de plus, ce sont les joueurs qui sont maîtres de leur match et ils ont failli. Ça arrive sur certains matchs mais sincèrement, on ne pensait pas faire cette prestation là et, au contraire, on pensait honnêtement ne pas gagner le match et poser beaucoup plus de problèmes aux Albigeois, notamment défensivement et sur l’agressivité dans les rucks. Mais il faut reconnaître aussi qu’Arnaud, pour très bien le connaître, avait bien préparé ses hommes, avait bien préparé le match. 

 

Il les avait remontés comme des coucous comme on dit ? 

 

Voilà, comme des coucous et il avait eu beaucoup plus de mémoire par rapport à l’année dernière que nous. 

 

On a vu que quand ce début de match fou du Sporting Club Albigeois (avec 3 essais en quasiment 20 minutes) vous est tombé sur le coin du museau, certains joueurs étaient complètement déboussolés. La quintessence de ça, c’est votre ouvreur Seré qui a loupé 3 coups de pied de renvoi alors que c’est un joueur de grande qualité. Là, on voyait vraiment qu’il était dans un match cauchemar, que le pauvre ne savait plus où il était. Il avait du mal à retrouver le fil du match ? 

 

Oui, tout à fait. Après, ça a surtout été devant puisqu’on n’a pas avancé une seule fois de la première mi-temps et pour la charnière, ça a été très compliquée. Romain Seré-Peyrigain est un joueur très brillant à son poste d’ouvreur. Aujourd’hui, il revient de blessure, il a été très, très embêté en ce début de saison donc, il manque beaucoup de rythme et de confiance et ça s’est notamment retrouvé sur les 3 coups d’envoi qu’il a tapé, un qui ne faisait pas 10 mètres et deux directement en touche. Après, il faut travailler mentalement et physiquement pour revenir au niveau mais je pense qu’il a le caractère pour revenir. 

 

On va vous poser un peu la même question qu’au président Dastugue. On sait qu’à Lannemezan, vous avez de l’orgueil et de la fierté. Là, on ne va pas se le cacher entre nous, vous avez pris une gifle mais on peut compter sur vous pour que, dès les prochains matchs, vous releviez la tête pour repartir en avant ? 

 

Oui, de toute façon, le leitmotiv du club, ce sont les valeurs. C’est aussi pour ça qu’on en est là en Fédérale 1 avec le budget que l’on a. C’est vrai qu’à la maison, on arrive à retrouver les ressources dans notre public qui nous pousse et nous permet de faire de bonnes prestations. Maintenant, il faut grandir, avoir de la rigueur et muscler un peu notre jeu à l’extérieur. Mais, c’est vrai qu’à Lannemezan, ça reste les valeurs du rugby que l’on prône, avec beaucoup de combattivité, beaucoup d’engagement même si aujourd’hui, on essaie aussi de faire du jeu, de mettre des choses en place. Et on a une équipe qui joue plutôt au ballon et qui fait du jeu et on l’a prouvé par des matchs contre Tarbes ou contre Bagnères où on a marqué 5 essais en deux matchs. Donc oui, c’est vrai que les valeurs sont importantes à Lannemezan. 

 

La question bonus pour rassurer les gens du Plateau : le retour dans un Sarrat qu’on imagine incandescent va être une autre limonade ? 

 

On verra. On va prendre les matchs les uns après les autres. On doit effectivement se rattraper dimanche prochain contre Graulhet et pour notre public et pour nous. Et après, on prendra les matchs les uns après les autres et on attendra Albi pour le match retour. 

 

En cultivant la mémoire comme on dit ? 

 

Voilà, avec un peu de mémoire et j’espère qu’on aura autant de mémoire qu’Arnaud et ses hommes ce dimanche. 

 

Ça nous donne déjà envie d’être aux mois de Mars-Avril pour voir le round N°2. Merci à vous Christophe Schneider et à très bientôt sur les ondes de Radio Albigès. 

 

Merci 

Propos recueillis par Loïc Colombié

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s