#Rugby – Fed1 / W.Pees (Tarbes) : «C’est le gros, gros match!»

Nous sommes allés à la rencontre de l’ouvreur/ Arrière du Stado Tarbes Pyrénées Rugby , William Pees, qui endossera le capitanat ce samedi face au Sporting Club Albigeois. En l’absence d’Albain Meiron , William Pees va tenter avec ses coéquipiers de garder Trelut inviolé dans un match qui sera le choc de la poule 3 de fédérale 1.

 

 

William, aujourd’hui s’annonce l’équipe dite favorite de la Poule 3 au Stade Trélut. On connaît l’orgueil bigourdan, on connaît la valeur du rugby pyrénéen. L’enjeu ce week-end est de déjouer les pronostics et de montrer qu’on peut faire trébucher l’ogre albigeois du côté de Tarbes ? 

 

Oui, complètement, nous, de toute façon, on se prépare à ça depuis le début de l’année. Cela fait, il me se semble, plus d’un an que l’on est invaincu chez nous. Donc, le but est de ne pas tomber ce week-end et de continuer cette belle série à domicile. Après, que ce soit Albi ou une autre équipe, l’équipe s’est préparée de la même manière. Il y a peut-être un petit peu d’appréhension parce-que, pour une fois, on ne va pas être les favoris, on ne doit pas mettre le bonus offensif sans se faire lyncher. On se prépare à un gros combat et on verra ce soir ce que ça donne. 

 

Nous, à Radio Albigès, nous sommes un média local, un média albigeois donc, on est un peu au cœur de la nasse. Pour toi, qui es de l’extérieur, comment vois-tu ce Sporting Club Albigeois ? Qu’est-ce qu’il représente et comment tu le perçois ? Parce-que quelques fois, entre ce qu’on croit faire percevoir aux autres et ce que les autres perçoivent, il y a une marge et une différence.

 

Moi, je pense que c’est une équipe qui est bien bâtie. Ca fait déjà plusieurs saisons que c’est à peu près la même équipe sur les postes clé donc il y a peu de turn-over au niveau de l’équipe. C’est une équipe qui est en place, qui aurait dû monter l’année dernière, qui s’est faite clairement voler, on l’a tous vu. C’est une équipe qui est prête à jouer au-dessus et qui a bien été construite et qui est certainement bien encadrée. Il y a ce qu’il faut à Albi pour remonter. Donc oui, c’est une belle équipe de Fédérale 1. 

 

Toute équipe a un défaut dans la cuirasse. Un des défauts d’Albi, c’est l’export, ce sont les matchs à l’extérieur. On l’a vu, depuis qu’ils sont en Fédérale 1 Elite, il y a des problèmes à l’export. C’est un levier, une arme que vous allez utiliser, appuyer là où ça fait mal ? 

 

On a les mêmes problèmes. On pense que, parce-que c’est une équipe pro, quand on va jouer des équipes comme Saint-Sulpice ou autres, on va avoir le bonus. Mais, ils ne se rendent pas compte qu’en face, il y a des mecs qui savent jouer au rugby et qui sont hyper vaillants. 

 

Et puis, il y a tous les villages autour des talanquères qui poussent les petiots comme on dit ? 

 

Complètement et puis, ce ne sont pas des petits. On nous met tout le temps dans la position de l’ogre mais ce n’est quand même pas le cas. La Fédérale 1 est quand même un championnat très, très compliqué parce-que justement, il y a les gros et que tout le monde attend le week-end qu’ils mettent un bonus offensif et quand ils le mettent pas, c’est la catastrophe. C’est compliqué à jouer et ce week-end, ce ne sera pas le cas puisque ce sont deux soi-disant gros et ça sera, je pense, un match ouvert et sympa à jouer. Il n’y aura pas le côté agression qu’ily a souvent à l’extérieur. Ça va être un match de rugby qui risque d’être propre. 

 

Avec une haute intensité qui peut aussi préparer pour les play-offs, que ce soit pour le Du Manoir ou le Jean-Prat. Ces matchs à intensité préparent aussi ? 

 

Complètement, ce sont des matchs que tout le monde veut jouer de toute façon. Tout le monde l’a dans un coin de la tête depuis le début de la saison, c’est le gros, gros match pour les joueurs. En plus, il va être télévisé donc, c’est une bonne publicité pour tout le monde. 

 

On parle d’Albi, on parle de ce match mais on va aussi parler du début de saison de Tarbes. On a l’impression que, depuis le match contre Blagnac où il y avait eu entre autres une défaillance de votre mêlée, vous vous êtes parlé et vous vous êtes remis en question. Il y a eu un rebond et on a l’impression maintenant de l’extérieur que Tarbes est quasiment inarrêtable. On parle beaucoup des scores d’Albi qui mettent des 55-0 ou des 77-0 comme face à Graulhet mais à Tarbes aussi, vous avez, passez-moi l’expression,  » enfilé les perles  » ? 

 

A Blagnac, on est tombé sur une équipe plus en place que nous. Sur le moment, ils étaient plus en place que nous et ils nous ont battus à la loyale. Ils étaient plus forts que nous, sur ça, il n’y a pas de problème. Nous, on continue à travailler et on progresse à chaque sortie aussi. Et oui, depuis ce moment-là et aussi ce derby qu’on avait perdu à Lannemezan où on avait laissé la manière de côté, on a su rebondir et on a montré qu’on était quand même une équipe de caractère et on a un super groupe pour jouer quelque chose cette année dans ce championnat de Fédérale 1. 

 

Qu’un derby soit perdu ou gagné, d’un côté ou de l’autre, entre Lannemezan et Tarbes, ça compte double dans les deux cas. 

 

Complètement, oui. 

 

Donc là, il va falloir que vous laviez l’affront au retour ? 

 

Voilà, c’est ce qui est prévu de toute façon. 

 

On essaiera de venir faire un tour avec quelqu’un du Mag Sport parce qu’on nous parle beaucoup des derbys bigourdans mais on aimerait bien en humer le piment et la saveur. 

 

C’est normal, tout le monde a sa carte à jouer. Nous, de toute façon, on attend tout le monde chez nous et on se déplacera partout avec les dents longues. C’est encore un championnat qui va être animé et pour toutes les équipes du haut de tableau, il va falloir venir s’accrocher chez nous. 

 

On va parler de toi parce-que vous avez eu, non pas une catastrophe mais presque avec un de vos joueurs cadres qui s’est blessé au plancher orbital, Albain Méron, votre capitaine. Ça va être un atout en moins pour vous, c’est le côté bémol pour le Stado Tarbais avant ce match. Le malheur des uns fait le bonheur des autres, tu vas récupérer le capitanat. Ce rôle, tu es habitué à l’assurer ? Ça ne va pas être pour toi une pression supplémentaire dans un match qui sera déjà à haute intensité ? 

 

Je l’avais déjà eu en début de saison. Je ne suis pas forcément le capitaine qui fait de grands discours mais je suis un leader sur le jeu. Sans avoir le brassard de capitaine, je parle énormément aux joueurs pendant le match. 

 

De par ton poste naturellement déjà ? 

 

Oui, voilà. C’est un poste que je découvre aussi, je l’ai découvert l’année dernière, depuis Janvier. Oui, c’est un poste clé, j’ai pris mes responsabilités et je suis leader de jeu. Moi, je préfère ce poste de leader de jeu après, être capitaine, ça ne me change pas grand-chose, honnêtement. 

 

Un peu à l’image de Mathieu Peluchon, tu as évolué vers l’ouverture, tu es passé de l’arrière à l’ouverture. Maintenant, si on te demandait de repasser à l’arrière, tu irais en traînant les pieds ou ce serait sans souci parce-que les deux postes te conviennent ? 

 

Non, les deux postes me conviennent. Moi, je trouve que c’est une chance de pouvoir voir tous ces postes. Je joue arrière, je joue ailier, j’ai joué centre à Oloron et je joue 10 donc, ça permet d’avoir un regard différent sur les matchs parce qu’on ne les vit pas pareil. Parfois, quand on est arrière, on ne touche pas un ballon du match, on se pose des questions et puis, quand on est en 10, c’est autre chose, au centre également. Il y a tout le temps un travail différent à faire et ça permet de comprendre, quand parfois il y a de la frustration chez certains joueurs, de le connaître, on sait pourquoi. On sait ce qu’il faut faire pour que tout le monde puisse se régaler à son poste. 

 

On sait que tous les joueurs disent  » non, on ne regarde pas ailleurs « . Mais quand même, vous avez des petites lorgnettes, vous regardez ce qu’il se passe dans les autres poules. En plus, cette année, on a la chance d’avoir un peu plus de matchs télévisés pour pouvoir regarder ce qui se passe un peu ailleurs. Quelles sont les équipes dans les autres poules qui t’ont un peu tapé dans l’œil ? Qui envoient du lourd ? 

 

Pour moi, Bourg-en-Bresse est un concurrent très, très solide à la remontée. C’est très bien structuré, il y a une très belle équipe. Moi, je les place en favoris. Après, il y a Narbonne qui revient bien et qui leur est d’ailleurs repassé devant mais, j’avais justement vu à la télé et trouvé Bourg-en-Bresse plus solide que Narbonne à l’extérieur, quand ils étaient venus gagner à Narbonne. On sent une équipe sereine, qui est bien construite et moi, je les vois inarrêtables. Je les avais joués déjà en en phases finales pour la montée et ils m’avaient fait forte impression. Donc, Bourg-en-Bresse solide dans l’autre poule. 

 

Je discutais avec un joueur de Poule 4 qui me disait qu’il faudrait aussi faire attention aux équipes qui sortiraient de cette poule. Ce n’est certes pas la poule où il y a le plus d’équipes bankables mais, il y a un niveau très ramassé, les équipes sont habituées à lutter, à s’accrocher, à ferrailler. Et, en play-off, ferrailler, c’est ce qu’il faut faire, c’est là où se joue un play-off ? 

 

Oui, complètement. De toute façon, ce sera un autre rugby à ce moment-là parce-que là, on est dans le dur, on est dans l’hiver donc on est dans le dur du rugby, ça s’éclaircira avec les beaux jours. Pour l’instant, on ne peut pas forcément donner d’avis, on n’a pas vu trop, trop de jeu. Pour moi, ça s’éclaircira avec les beaux jours mais je place Bourg-en-Bresse. Après, bien sûr, il y a les autres équipes, Narbonne, Nice et les autres, mais voilà. 

 

En clair, si je résume ton propos, les phases régulières de Fédérale 1 sont la soupe quotidienne et les play-offs, c’est le bonbon au miel ? 

 

Oui, c’est ça, c’est ce que tout le monde attend, c’est ce que tout le monde veut, de toute façon, tout le monde veut les jouer. C’est la partie de saison qui fait vraiment vibrer tous les joueurs. 

 

Et qui met la petite boule au ventre et les petits picotements avant les matchs ? 

 

Complètement. Après, on les as pour tous les matchs parce-que si on ne les a pas, ce n’est pas normal. C’est un sport qu’on aime, il y a beaucoup de valeurs dans toutes les équipes qu’on rencontre et chez nous aussi. C’est également normal qu’on se remonte la tête mais ça nous fait quelque chose de jouer un match de rugby, peu importe contre qui. Mais oui, il y a une autre odeur dans ces matchs de fin de saison, une autre saveur pour tout le monde. 

 

On va revenir pour conclure sur le match de ce week-end entre Tarbes et Albi. Les mots clé, les mots d’ordre pour ce derby de l’ex région Pyrénées ? 

 

Nous, de notre côté, il va falloir mettre énormément de combat parce qu’on sait qu’on va avoir une équipe très en place, qui est solide et qui risque de nous agresser. Les phases de conquête, ça on verra, on ne sait pas encore ce qu’il va se passer. Dès lors, ça se jouera sur ça, ça se jouera en mêlée, en touche, sur les ballons qu’on pourra exploiter ou pas des deux côtés. Donc, bonne chance à la conquête et puis pour le reste, on fera tous de notre mieux pour offrir un beau spectacle à ceux qui regarderont la chaîne l’Equipe et à ceux qui seront en tribunes. 

 

On te remercie William et on te donne rendez-vous ce soir sur le pré en espérant, comme tu l’as dit, qu’il y a ait un beau spectacle qui fasse honneur et hommage à la Fédérale 1. 

 

Exactement, merci beaucoup. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s