#Rugby – Fed1 / L.Terré (TPR) : «l’ADN de Tarbes, c’est le pressing!»

Le président du Stado Tarbes Pyrénées Rugby nous a accordé une interview , rencontre avec un dirigeant qui se bat pour garder l’éclat et la compétitivité d’un bastion de l’ovalie.

 

Crédit photo Tarbes-info.com / Alain Bouchard

 

Mr Terré, vous êtes un jeune président de Fédérale 1, vous avez succédé à Antoine Nunes. Après avoir un peu roulé votre bosse en tant que président, quel est le premier constat que vous faîtes du job de président. Est-ce que c’est aussi prenant, est-ce qu’il y a besoin d’être hyperactif pour être un président de Fédérale 1 ? 

 

Oui, c’est prenant, dans la mesure en plus où la Fédérale 1 est une division  » bâtarde « . On a le statut professionnel, on a la contrainte d’un club professionnel sans en avoir forcément les avantages par rapport aux recettes. En Pro D2 ou en Top 14, vous avez les droits télé qui vous aident grandement. En Fédérale 1, vous devez avoir les mêmes structures mais vous n’avez pas toute cette manne-là. Donc, c’est plus difficile et ça prend un peu de temps. 

 

Quelle est la voix du Stado que vous avez porté au séminaire de Fédérale 1 concernant ces problématiques ? 

 

Au niveau du Stado par rapport à ce championnat, il a sportivement son intérêt. Après, c’est vrai que pour une structure pro, c’est peut-être un peu difficile. On aimerait avoir une Pro D2 avec un peu plus de monde mais il n’y a pas de vérité. Chacun voit midi à sa porte, moi je dis qu’il n’y a pas de vérité. Suivant son tissu économique, il n’y a pas de vérité. Moi, je me garderai de donner des leçons à qui que ce soit. 

 

On avait vu durant l’été que vous aviez subi quelques difficultés financières, comme Albi, comme nombre de clubs qui sont professionnels et qui ont du mal à subvenir à leurs besoins dans cette Fédérale 1, une Fédérale souvent ornière à d’anciens clubs pros. Où on en est à Tarbes ? On a vu des articles comme quoi le trou aurait été comblé et les chiffres sont à jour ? 

 

Les chiffres sont à jour. Les partenaires et les collectivités se sont mobilisés pour rendre les chiffres présentables. 

 

Donc, Tarbes est maintenant éligible au Jean-Prat ?

 

On a tout envoyé à la Fédé, c’est la Fédé qui analyse et qui le dira mais on espère, oui. 

 

Ca donne un concurrent de plus pour aller ferrailler en Jean-Prat et faire de jolis play-off. C’est l’objectif sportif que vous avez fixé à vos joueurs, allez chercher une de ces deux premières places ? 

 

Quand on est compétiteur, on demande toujours aux joueurs d’aller le plus haut possible. Si à 20 ans, ils commencent à se donner des limites, il faut qu’ils arrêtent tous sports. Donc, le but du jeu est d’aller le plus loin possible, le plus haut possible. 

 

Après, je sais bien qu’il y aussi le derby avec Lannemezan. L’autre jour, quand Albi a battu Lannemezan 55 à 0, le président de Lannemezan a lancé une boutade en disant  » si Arnaud Méla arrive à battre Tarbes, on lui pardonnera le fait de nous avoir passé 55 points « . On sait que le premier derby face à Lannemezan s’est mal passé. Le second va aussi être un objectif de la saison ? C’est une date qui est cochée ? Parce qu’on sait la valeur qu’a ce derby. 

 

Non, les derbys font partie du folklore local mais nous, depuis le début de saison, il faut savoir une chose, c’est que les points gagnés à Trélut, que ce soit contre Lannemezan ou contre n’importe quelle autre équipe, c’est 4 ou 5 points. Au classement final, si on veut être dans les deux premiers, ils ont la même valeur. On ne se focalise pas sur ces derbys car c’est le meilleur moyen de se louper. 

 

Avant de basculer sur ce choc de la 11e journée entre le Stado et Albi, on va aussi un peu revenir sur l’intersaison. Il y a eu pas mal de mouvements à Tarbes, suite aux problématiques financières que vous avez rencontrées. Et surtout, en mêlée, il y a eu un certain Maxime Escur qui est parti à Albi. Après Blagnac où vous vous étiez un peu fait secouer en mêlée, vous aviez au micro de mon collègue un brin  » ronchonné  » sur le fait qu’Albi vous avait pillé une de vos armes. Est-ce que cette amertume est passée ? Est-ce que Maxime Escur peut revenir à Trélut en toute sécurité ? C’est bien évidemment de l’humour. 

 

D’abord en sécurité, il n’y a jamais eu de mort à Trélut

 

C’est bien sûr une boutade

 

C’est évident qu’on va attendre Maxime avec le respect qu’on lui doit. C’est un bon pilier gauche donc, c’est évident qu’il sera attendu, qu’il y a des stratégies qui sont mises en place pour contrer sa force en mêlée. 

 

Comme je vous en parlais, ça a un peu bougé au mercato. Tout le monde pensait que ça serait compliqué pour vous d’avoir la mayonnaise qui prenne vite. Là, on le voit, les derniers résultats de Tarbes sont assez probants. Même à Pamiers, où c’est un guet-apens, vous avez réussi à vous sortir de l’embûche. Peut-être que Tarbes est cette année l’équipe que personne ne voyait venir en début de saison mais qui peut faire très, très mal en fin de saison ? 

 

On va rester tout à fait humble parce-que ce n’est pas parce qu’on a gagné à Pamiers qu’il ne faut pas relativiser. C’est une belle équipe qui monte de Fédérale 2 donc, pour trouver le rythme, c’est quand même plus difficile. Mais une chose est sûre, ce n’est pas parce qu’on n’a pas beaucoup de budget qu’on n’a pas les gens compétents. On a un staff qui connaît le rugby, Yannick Vignette connaît la Pro D2 et la Fédérale 1 parfaitement. Lui savait très bien ce dont il avait besoin par rapport au budget qu’il avait. Donc, il a très bien travaillé, c’est vrai qu’on a fait un recrutement avec pas mal de jeunes qui étaient en Espoirs Elite, qui avaient du potentiel. Tout ça entouré avec de vieux briscards qui sont Léandro Perez et Ulrich Pretorius qui ont l’habitude de ces joutes-là et qui encadrent bien ces jeunes. C’est une ossature qui déjà l’année dernière a fait une belle saison parce qu’il ne faut pas oublierque l’année dernière, on perd en demi-finale du Du Manoir à la 83e minute. 

 

Ça se joue à rien contre Cognac ? 

 

Non, non, à la 83e, une pénalité imaginaire à 55 mètres. 

 

On sent que là par contre, la rancœur est encore tenace. Vous avez du mal à le digérer et ça se comprend. 

 

Non, non, du tout parce-que Cognac a été une très belle équipe. Ils ont fait un gros match, et Cognac, s’ils ont la dernière pénalité, c’est aussi parce qu’ils vont se la chercher. Non, il n’y a aucune rancœur, vraiment aucune. 

 

On va maintenant passer sur le match face à Albi. C’est le choc de cette 11e journée entre deux prétendants au Jean-Prat voire à plus, à la Pro D2. Comment avez-vous préparé cette réception ? Déjà, on sait que Tarbes n’est pas un lieu de pèlerinage pour Albi, qu’Albi repart souvent défait de Tarbes. Vous sentez les joueurs, comme je demandais à Arnaud Méla hier, qui sont un peu sous cocotte-minute, prêts à en découdre pour ce match de gala ? Parce qu’en Fédérale 1, ce n’est pas tous les jours qu’il y en a, des matchs de gala. 

 

L’avantage que l’on a, c’est que nos jeunes qui sortaient d’espoirs ne connaissaient pas du tout ce contexte-là donc, ils ne font pas trop attention à ça. Nous, le match vraiment, c’était le week-end dernier à Pamiers par rapport à Blagnac parce qu’on est aussi dans la course par rapport à Blagnac. On savait que, si on perdait à Pamiers alors qu’on n’est pas sûr du tout de battre Albi, ça pouvait nous pénaliser par rapport à Blagnac. Contre Pamiers, c’était vraiment très, très important et le match contre Albi est très important par fierté. Mais au niveau comptable, ce n’est pas la même chose dans la mesure où Albi a les moyens de gagner partout. 

 

Et puis, psychologiquement, si vous battez Albi, vous envoyez un gros message à Blagnac et à d’autres écuries en disant  » toc, toc, c’est Tarbes. On est là et on est toujours là  » ? 

 

C’est ça. Mais nous surtout, on veut progresser et être invaincu à Trélut. Au-delà d’Albi, c’est d’être invaincu à Trélut

 

Est-ce qu’il va y avoir du monde à Trélut, est-ce que vous sentez la ferveur populaire monter ? 

 

Tout à fait, oui. Depuis le début de la saison, on a de belles affluences. Les résultats font que oui, on sent qu’il y aura du monde à Trélut

 

Tarbes fait partie des rares équipes qui ont réussi à garder des belles affluences. Je parle hors derby parce-que les derbys, c’est hors contexte, c’est hors format. Mais vous avez réussi à garder des belles affluences contrairement à Albi, où c’est très compliqué de dépasser les 1 000/1 500 personnes, à part dans des derbys. Quelle est la recette de Tarbes pour garder cette assise populaire ? 

 

La recette de Tarbes, c’est déjà qu’au niveau des jeunes, on a toutes les catégories en Elite Nationale. Ce qui fait que les gens du comité, dont les familles jouent dans ces catégories Elite viennent. Et puis, Tarbes est une ville industrielle qui a un gros passé, où les gens aiment leur club et y sont présents. Ils râlent tout le temps parce qu’ils aimeraient beaucoup avoir mieux, je le comprends mais ils sont quand même fidèles. Ils râlent mais ils sont là. 

 

Après, un supporter qui ne râle pas, c’est un supporter malade ? 

 

C’est ça. On a du monde aussi parce qu’on est reparti sur beaucoup de joueurs locaux donc, ça fait venir les familles, ça fait venir les amis du village. Quand vous avez des noms comme Berbizier, des noms comme ça, ça vous amène du monde. 

 

C’est sûr. Qui de mieux que le président pour nous présenter l’ADN du club si en quelques mots, on pouvait résumer l’ADN de ce Stado Tarbes Pyrénées Rugby ? 

 

En revenant sur nos valeurs de base. Il faut savoir que la légende de Tarbes, c’était le pressing tarbais, on a gagné des titres là-dessus. Et, qui dit pressing dit envie de combattivité et d’avancer. Donc, moi je reviendrai sur l’ADN de Tarbes, pressing, ça résume les choses. Quand on fait du pressing, ça veut dire qu’on veut marquer l’adversaire et le laisser dans son camp. 

 

Dans le combat, dans le labeur, les valeurs bigourdannes 

 

C’est ça. 

 

Merci Président Terré, on vous dit à ce soir pour ce choc entre Tarbes et Albi. 

 

Venez nombreux, vous serez bien reçus. 

 

On n’en doute pas ! 

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s