#Rugby – Fed1 / (J11) TPR Vs SCA : La composition et la conf de presse d’A.Mela et J.Wanin.

Retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Arnaud Méla et Jeremy Wanin ainsi que la composition des jaunes et noirs pour affronter les Stado Tarbes Pyrénées Rugby.

 

Arnaud on est à un carrefour de la saison avec ce match face à Tarbes?

 

AM : C’est un match de deux équipes qui étaient en Poule Elite donc c’est sûr qu’au niveau de l’intensité qu’il y aura sur ce match, ce sera peut-être quelque chose qu’on n’aura pas encore vécu cette saison. Donc, il est important pour nous de pouvoir se juger, de voir à peu près où notre équipe peut se situer sur l’intensité d’un grand match. 

 

Pour toi, pour tes joueurs, pour tout le club, c’est un peu Noël avant l’heure ce genre de match de gala. Tu n’as pas eu besoin de mettre un peu tes joueurs sous cocotte ? Ils ne trépignaient pas d’impatience à quelques jours d’affronter un des cadors de la Poule 3 ? 

 

AM : Si, ça s’est retrouvé aujourd’hui. On a annoncé l’équipe, il y avait des joueurs frustrés parce qu’ils n’y étaient pas pour ce week-end. C’est comme ça, il y a des week-ends on y est, des week-ends où on n’y est pas. Il y a des joueurs qui ont fait un bon match ce week-end et aussi des joueurs qui avaient été bons contre Fleurance, il fallait que je compose là-dessus. Je ne pouvais pas oublier ceux qui avaient fait un match aussi à Fleurance parce-que sinon, ça serait trop facile. Donc, j’ai essayé de composer l’équipe la plus performante pour aller faire un bon match à Trélut

 

Sur le papier, quand on regarde le classement, Albi est favori face à Tarbes. Mais quand on regarde les derniers résultats de Tarbes, c’est loin d’être des peintres. C’est une équipe qui marche un peu sur l’eau, ils ont enchaîné deux, trois matchs sans encaisser de point. C’est vraiment une grosse équipe ? 

 

AM : Oui, depuis ce match à Bagnères où ils sont passés très près de la défaite, ils se sont retrouvés au pied du mur et depuis ce jour-là, ils jouent un bon rugby et ils sont en confiance. Ils produisent du jeu aussi, ils ont des individualités qui leur font gagner pas mal de mètres. C’est une équipe complète, une bonne conquête, ça joue vite, ils ont de bonnes intentions de jeu et la confiance est là. Donc, il faut qu’on soit là-bas, qu’on soit bons défensivement, bien replacés très vite, disciplinés, avec une volonté d’être réalistes et de scorer quand on en aura les opportunités. 

 

C’est un match digne de phases finales ? 

 

AM : Oui, pourquoi pas. J’aurai pu ne pas dire ça mais là, au vu de la météo, il va y avoir un temps correct. Donc, je suis sûr qu’il va y avoir du volume, il va y avoir des temps de jeu et ça va se rapprocher de l’intensité de matchs qu’on espère avoir plus souvent. 

 

Jérémy, comment tu analyses cette équipe de Tarbes et surtout dans ton secteur, c’est à dire les lignes arrières 

 

JW : Dans sa globalité, comme l’a dit Arnaud, c’est une équipe qui est en confiance. Donc, c’est quelque chose qu’il est important de prendre en compte. C’est une équipe qui va être à domicile et en confiance. Ensuite, c’est une équipe qui est capable d’alterner le jeu, autant devant que derrière. Ils ont été capables de produire du jeu sur les extérieurs, dans les couloirs sur les derniers matchs et en particulier, le dernier match qu’ils ont joué à Pamiers. Ce n’était pas du tout un match fermé, c’était un match ouvert avec un peu de jeu. Et des individualités derrière, notamment au centre, qui sont très utilisées et qui arrivent à faire avancer l’équipe. Beaucoup de vitesse avec le trio arrière/ailiers qui met beaucoup de vitesse sur les extérieurs. Des pieds gauches et droits dans l’équipe des 3/4 et un jeune demi de mêlée qui pèse beaucoup sur le jeu, en particulier sur le jeu au pied. 

 

En parlant d’individualité, William Pees qui a remplacé Claverie, qui était déjà une individualité forte et prépondérante, risque d’avoir le capitanat samedi en l’absence d’Albain Méron. C’est un joueur que vous avez ciblé ? 

 

JW : On a regardé les profils de la ligne de 3/4 dans sa globalité sachant quand même qu’il n’y a pas eu énormément de turn-over sur la ligne de 3/4, à part à quelques postes. Les joueurs ont quand même enchaîné beaucoup de matchs. Donc oui, ce sont des joueurs qu’on a pu analyser, on l’a préparé comme un match important et comme un gros match donc, on est en train de plus rentrer dans les détails des individualités. Maintenant, avant de se concentrer sur l’adversaire, cette semaine, on s’est énormément concentré sur nous, sur notre jeu et sur ce qu’on allait essayer de mettre en place pour perturber cette équipe. 

 

Justement, Tarbes est une équipe très jeune. Vous, vous avez de l’expérience. C’est peut-être là-dessus que ça peut se jouer aussi ? 

 

JW : Certainement que l’expérience va y faire puisque c’est dans des matchs à haute intensité, avec des gros volumes et des détails que les différences se font. Et, sur ces détails-là, les joueurs d’expérience peuvent faire la différence. On va compter sur l’expérience de nos joueurs qu’on peut avoir au sein du collectif pour faire le bon match à l’extérieur et réussir à mettre ces détails qui joueront en notre faveur. 

 

Arnaud, on parlait de l’infirmerie de Tarbes. Ils ont un absent de marque, leur capitaine Albain Méron. Côté albigeois, l’infirmerie se vide petit à petit ? 

 

AM : Oui, elle se vide. On a quand même Nicolas Chocou qui vient de re-rentrer à l’infirmerie mais c’est vrai qu’on a quasiment tout le monde sur le front. Donc, c’est un vrai casse-tête parce qu’aujourd’hui, on avait 30 joueurs qui auraient pu jouer ce match et on a essayé de faire au mieux pour aligner une équipe la plus compétitive. Il faudra qu’on soit prêt à montrer des signaux positifs à l’arbitre, montrer qu’on est une grosse équipe et qu’on ne va pas faire un match à l’arraché. Le plus important est là, c’est de montrer des signaux positifs. 

 

On se souvient que, l’année dernière, ça n’avait pas forcément été évident là-bas à Tarbes. C’était le premier match de la saison mais ça s’était terminé par un bonus défensif. 

 

AM : C’était un match en dents de scie. On a eu des actions très positives mais on n’a pas été réaliste. On a eu des actions pour marquer, on a eu des séquences intéressantes. On n’a pas joué les coups comme il fallait dans les couloirs une fois ou deux sur l’extérieur où on les avait déplacés. Un grand match, télévisé, quand tu ne marques pas, l’équipe adverse est là et à la fin, on ne s’en est pas sorti. Donc, il faut se servir des erreurs du passé. 

 

Ce n’est pas une bête noire mais, de mémoire, Albi n’a quand même pas été souvent gagné là-bas ? 

 

AM : On y a gagné en Poule Elite. 

 

On va chercher plus loin, ce n’est pas évident. 

 

AM : Ce n’est jamais facile d’aller jouer à Trélut donc il faut qu’on soit concentré et prêt à faire un grand match. On est capable, on l’a montré, on a fait une grosse première mi-temps ce week-end. On est capable de montrer des signaux positifs à l’arbitre, c’est ce qui est important aujourd’hui. Que l’arbitre ne se pose pas la question de savoir si Albi est venu à 50%. On va être à 100%, on va faire un grand match et il n’aura pas à se poser 10 000 questions. 

 

Le pack tarbais, on l’a vu quand ils étaient à Blagnac, était un peu en-dedans. Il y a eu d’autres matchs où ils ont fait des prestations stratosphériques. C’est quelque chose sur quoi tu as un peu veillé ? Parce qu’on sait que ce pack peut avoir la clé du match ? 

 

AM : Ce week-end, ils ont fait un gros match à Pamiers, ils ont avancé sur toutes les mêlées, ils ont fait du gros travail. Donc, oui, c’est peut-être une équipe un peu inconstante en mêlée et sur les ballons portés mais samedi, il ne faut pas en douter, ils seront très bons. 

 

On sait que le président de Tarbes, quand on l’avait eu en début de saison, avait eu une petite rancœur parce-que Maxime Escur était venu à Albi. Ca va leur donner un supplément d’âme parce qu’on sait que les Tarbais peuvent avoir la rancune tenace ? 

 

AM : Oui mais après, j’espère que Maxime aura aussi envie de leur montrer que c’est un bon joueur. Et c’est vrai qu’ils ont bien raison de le pleurer mais maintenant, c’est comme ça. Il est avec nous et j’espère qu’il va tout donner pour l’équipe. Je sais qu’il va tout donner pour l’équipe et on aura besoin de ses services. 

 

Du coup Arnaud, en matière de management, tu arrives à un moment un peu clé parce-que la semaine dernières, tes joueurs qui avaient moins joué et qui n’étaient pas sur la feuille de match à Fleurance, t’ont montré qu’ils étaient au rendez-vous. Là, c’est la casquette de manager plus que d’entraîneur que tu es obligé de revêtir. Donc, mal à la tête un peu ces temps-ci pour faire les équipes ? 

 

AM : Oui, bien sûr mais c’est tant mieux pour moi, tant mieux pour le groupe et pour l’équipe. Comme je le disais tout à l’heure, oui ils ont fait un bon match ce week-end mais je ne pouvais pas occulter le match de Fleurance où les mecs ont été faire un bon match aussi. Il y a des mecs qui ont joué à Fleurance et qui ont été très bons et qui n’ont pas été dans le groupe. Je ne pouvais pas non plus oublier ça. J’essaie de manager du mieux et de mixer entre les meilleurs joueurs de Fleurance et ceux qui ont été bons contre Lannemezan. 

 

Comment ça se passe ? Tu travailles sur des points précis par rapport au match que tu prépares pour composer tes équipes ? Quelles sont en quelque sorte les recettes que tu peux appliquer ? 

 

AM : Bien sûr. J’essaie d’adapter l’équipe que je veux pour qu’on puisse avoir en place le rugby qu’on veut mettre ce week-end à Tarbes. Vous le voyez bien, selon les compositions, on va pratiquer un rugby différent. Et là, ce week-end, on a encore fait quelques changements pour essayer d’amener quelque chose de différent. 

 

Jérémy, on sait que toi, Arnaud, tout le staff et même tout le club êtes en recherche d’un match référence à l’extérieur. Là, il y a occasion de le faire à Tarbes face à un gros concurrent. Par contre, à domicile, on a entendu parler de match référence après Blagnac, on a entendu parler de match référence après Lannemezan. A ton avis, lequel de ces matchs à domicile a été pour toi le plus abouti ? 

 

JW : Pour les matchs à domicile, c’est pour nous Lannemezan, le dernier match de par l’entame et le duel psychologique gagné sur l’adversaire. On n’a pas laissé à l’adversaire le temps de se poser la question de venir gagner ou de faire quelque chose à Albi. Cette entame de match, si on regarde les 15 premières minutes, on n’est pas dans la perfection mais on n’est quand même dans des choses qui sont simples, efficaces et on score. Donc, c’est sans aucun doute notre entame référence qui nous a permis après de découler sur le match qu’on a vécu contre Lannemezan. Tu parles de match référence à l’extérieur, là, on va plus chercher une victoire qu’un match référence. On va à Tarbes pour gagner un match et, si on gagne ce match, peut-être que ça deviendra un match référence. Mais, la première des choses, c’est d’aller essayer de décrocher une victoire à Tarbes. 

 

Le 0-0 à Fleurance à la mi-temps n’était pas super réjouissant ? 

 

JW : Oui mais on a déjà parlé de ce match. Il n’était pas réjouissant certes mais on n’a jamais parlé de match référence à Fleurance. Par contre, on n’avait pas vraiment non plus de gros danger à 0-0 sur notre ligne. C’était plus nous qui n’avions pas marqué qu’eux qui n’avaient pas marqué. 

 

C’était un peu le match inversé d’Oloron ? 

 

JW : Un peu oui, c’était un peu ça. 

 

Tu sais qu’à Radio Albigès, on aime bien jouer les voyantes et les Mme Irma. On a fait une petite projection à une journée de la phase aller de ce à quoi pourrait ressembler le Jean-Prat. A l’heure actuelle, Albi attraperait Saint-Jean-de-Luz en quart de finale et pourrait tomber contre le potentiel vainqueur de Bourg-en-Bresse/Cognac. Si c’était ça en Avril, tu signes ou ce serait vraiment un tirage compliqué ? 

 

JW : On s’adaptera à tous les tirages. 

 

En mode 4X4 ? 

 

JW : Oui, c’est sûr (rires)

 

Pour toi, les clés du match sont où demain à Tarbes ? 

 

JW : On va revenir sur un mot dont on parle souvent, c’est la discipline, qui a d’ailleurs été meilleure contre Lannemezan. Mais, la discipline, ça va être quelque chose de capital sur ce match et l’investissement collectif et l’énergie qu’on va y mettre. 

 

Arnaud, question bonus. On sait ton amour pour Lannemezan, on en a parlé l’autre jour. Tu vas à Tarbes, pour toi, il y a quand même ce supplément d’âme d’essayer de battre le rival historique ? Il y a aussi une question d’orgueil par rapport à ton identité ? 

 

AM : Oui, là je ne suis pas sur le terrain donc c’est vrai que c’est particulier. Mais oui, jouer le Stado quand tu es Lannemezanais, c’était mon derby de gamin de l’âge de 6 ans à l’âge de 17 ans. Donc, bien sûr que ce sont des matchs particuliers. On le voit bien, à chaque fois que Lannemezan joue Tarbes, ils se transcendent. Maintenant oui, bien sûr, je souhaiterai personnellement et ça me ferait plaisir que mon équipe aille gagner là-bas. Mais après, je ne serai pas sur le pré, j’espère qu’ils vont faire un grand match et qu’on puisse faire le point à la fin. 

 

Et puis, tu as envie de revenir à Lannezan pour les fêtes ? 

 

AM : Oui, je gagnerai des points (rires)

 

Quelle est la compo ? 

 

JW : Maxime Escur, Romain Casals, Patrick Toetu, Matthieu André (cap), Sabri El Ghoul, Lucas Guillaume Vincent Calas, Simon Pardakhty, Martin Doan, Kevin Boulogne, Benjamin Pètre, Alfi Mafi, Tucs Vasuinubu, Saïmoni Nabaro, Benjamin Caminati

On va voir un vrai match ? 

 

AM : On joue des matchs tous les week-ends

 

Oui, mais celui-là est quand-même un peu plus … 

 

AM : C’est un match de deux équipes qui étaient en Poule Elite donc c’est sûr qu’au niveau de l’intensité qu’il y aura sur ce match, ce sera peut-être quelque chose qu’on n’aura pas encore vécu cette saison. Donc, il est important pour nous de pouvoir se juger, de voir à peu près où notre équipe peut se situer sur l’intensité d’un grand match. 

 

Pour toi, pour tes joueurs, pour tout le club, c’est un peu Noël avant l’heure ce genre de match de gala. Tu n’as pas eu besoin de mettre un peu tes joueurs sous cocotte ? Ils ne trépignaient pas d’impatience à quelques jours d’affronter un des cadors de la Poule 3 ? 

 

AM : Si, ça s’est retrouvé aujourd’hui. On a annoncé l’équipe, il y avait des joueurs frustrés parce qu’ils n’y étaient pas pour ce week-end. C’est comme ça, il y a des week-ends on y est, des week-ends où on n’y est pas. Il y a des joueurs qui ont fait un bon match ce week-end et aussi des joueurs qui avaient été bons contre Fleurance, il fallait que je compose là-dessus. Je ne pouvais pas oublier ceux qui avaient fait un match aussi à Fleurance parce-que sinon, ça serait trop facile. Donc, j’ai essayé de composer l’équipe la plus performante pour aller faire un bon match à Trélut

 

Sur le papier, quand on regarde le classement, Albi est favori face à Tarbes. Mais quand on regarde les derniers résultats de Tarbes, c’est loin d’être des peintres. C’est une équipe qui marche un peu sur l’eau, ils ont enchaîné deux, trois matchs sans encaisser de point. C’est vraiment une grosse équipe ? 

 

AM : Oui, depuis ce match à Bagnères où ils sont passés très près de la défaite, ils se sont retrouvés au pied du mur et depuis ce jour-là, ils jouent un bon rugby et ils sont en confiance. Ils produisent du jeu aussi, ils ont des individualités qui leur font gagner pas mal de mètres. C’est une équipe complète, une bonne conquête, ça joue vite, ils ont de bonnes intentions de jeu et la confiance est là. Donc, il faut qu’on soit là-bas, qu’on soit bons défensivement, bien replacés très vite, disciplinés, avec une volonté d’être réalistes et de scorer quand on en aura les opportunités. 

 

C’est un match digne de phases finales ? 

 

AM : Oui, pourquoi pas. J’aurai pu ne pas dire ça mais là, au vu de la météo, il va y avoir un temps correct. Donc, je suis sûr qu’il va y avoir du volume, il va y avoir des temps de jeu et ça va se rapprocher de l’intensité de matchs qu’on espère avoir plus souvent. 

 

Jérémy, comment tu analyses cette équipe de Tarbes et surtout dans ton secteur, c’est à dire les lignes arrières 

 

JW : Dans sa globalité, comme l’a dit Arnaud, c’est une équipe qui est en confiance. Donc, c’est quelque chose qu’il est important de prendre en compte. C’est une équipe qui va être à domicile et en confiance. Ensuite, c’est une équipe qui est capable d’alterner le jeu, autant devant que derrière. Ils ont été capables de produire du jeu sur les extérieurs, dans les couloirs sur les derniers matchs et en particulier, le dernier match qu’ils ont joué à Pamiers. Ce n’était pas du tout un match fermé, c’était un match ouvert avec un peu de jeu. Et des individualités derrière, notamment au centre, qui sont très utilisées et qui arrivent à faire avancer l’équipe. Beaucoup de vitesse avec le trio arrière/ailiers qui met beaucoup de vitesse sur les extérieurs. Des pieds gauches et droits dans l’équipe des 3/4 et un jeune demi de mêlée qui pèse beaucoup sur le jeu, en particulier sur le jeu au pied. 

 

En parlant d’individualité, William Pees qui a remplacé Claverie, qui était déjà une individualité forte et prépondérante, risque d’avoir le capitanat samedi en l’absence d’Albain Méron. C’est un joueur que vous avez ciblé ? 

 

JW : On a regardé les profils de la ligne de 3/4 dans sa globalité sachant quand même qu’il n’y a pas eu énormément de turn-over sur la ligne de 3/4, à part à quelques postes. Les joueurs ont quand même enchaîné beaucoup de matchs. Donc oui, ce sont des joueurs qu’on a pu analyser, on l’a préparé comme un match important et comme un gros match donc, on est en train de plus rentrer dans les détails des individualités. Maintenant, avant de se concentrer sur l’adversaire, cette semaine, on s’est énormément concentré sur nous, sur notre jeu et sur ce qu’on allait essayer de mettre en place pour perturber cette équipe. 

 

Justement, Tarbes est une équipe très jeune. Vous, vous avez de l’expérience. C’est peut-être là-dessus que ça peut se jouer aussi ? 

 

JW : Certainement que l’expérience va y faire puisque c’est dans des matchs à haute intensité, avec des gros volumes et des détails que les différences se font. Et, sur ces détails-là, les joueurs d’expérience peuvent faire la différence. On va compter sur l’expérience de nos joueurs qu’on peut avoir au sein du collectif pour faire le bon match à l’extérieur et réussir à mettre ces détails qui joueront en notre faveur. 

 

Arnaud, on parlait de l’infirmerie de Tarbes. Ils ont un absent de marque, leur capitaine Albain Méron. Côté albigeois, l’infirmerie se vide petit à petit ? 

 

AM : Oui, elle se vide. On a quand même Nicolas Chocou qui vient de re-rentrer à l’infirmerie mais c’est vrai qu’on a quasiment tout le monde sur le front. Donc, c’est un vrai casse-tête parce qu’aujourd’hui, on avait 30 joueurs qui auraient pu jouer ce match et on a essayé de faire au mieux pour aligner une équipe la plus compétitive. Il faudra qu’on soit prêt à montrer des signaux positifs à l’arbitre, montrer qu’on est une grosse équipe et qu’on ne va pas faire un match à l’arraché. Le plus important est là, c’est de montrer des signaux positifs. 

 

On se souvient que, l’année dernière, ça n’avait pas forcément été évident là-bas à Tarbes. C’était le premier match de la saison mais ça s’était terminé par un bonus défensif. 

 

AM : C’était un match en dents de scie. On a eu des actions très positives mais on n’a pas été réaliste. On a eu des actions pour marquer, on a eu des séquences intéressantes. On n’a pas joué les coups comme il fallait dans les couloirs une fois ou deux sur l’extérieur où on les avait déplacés. Un grand match, télévisé, quand tu ne marques pas, l’équipe adverse est là et à la fin, on ne s’en est pas sorti. Donc, il faut se servir des erreurs du passé. 

 

Ce n’est pas une bête noire mais, de mémoire, Albi n’a quand même pas été souvent gagné là-bas ? 

 

AM : On y a gagné en Poule Elite. 

 

On va chercher plus loin, ce n’est pas évident. 

 

AM : Ce n’est jamais facile d’aller jouer à Trélut donc il faut qu’on soit concentré et prêt à faire un grand match. On est capable, on l’a montré, on a fait une grosse première mi-temps ce week-end. On est capable de montrer des signaux positifs à l’arbitre, c’est ce qui est important aujourd’hui. Que l’arbitre ne se pose pas la question de savoir si Albi est venu à 50%. On va être à 100%, on va faire un grand match et il n’aura pas à se poser 10 000 questions. 

 

Le pack tarbais, on l’a vu quand ils étaient à Blagnac, était un peu en-dedans. Il y a eu d’autres matchs où ils ont fait des prestations stratosphériques. C’est quelque chose sur quoi tu as un peu veillé ? Parce qu’on sait que ce pack peut avoir la clé du match ? 

 

AM : Ce week-end, ils ont fait un gros match à Pamiers, ils ont avancé sur toutes les mêlées, ils ont fait du gros travail. Donc, oui, c’est peut-être une équipe un peu inconstante en mêlée et sur les ballons portés mais samedi, il ne faut pas en douter, ils seront très bons. 

 

On sait que le président de Tarbes, quand on l’avait eu en début de saison, avait eu une petite rancœur parce-que Maxime Escur était venu à Albi. Ca va leur donner un supplément d’âme parce qu’on sait que les Tarbais peuvent avoir la rancune tenace ? 

 

AM : Oui mais après, j’espère que Maxime aura aussi envie de leur montrer que c’est un bon joueur. Et c’est vrai qu’ils ont bien raison de le pleurer mais maintenant, c’est comme ça. Il est avec nous et j’espère qu’il va tout donner pour l’équipe. Je sais qu’il va tout donner pour l’équipe et on aura besoin de ses services. 

 

Du coup Arnaud, en matière de management, tu arrives à un moment un peu clé parce-que la semaine dernières, tes joueurs qui avaient moins joué et qui n’étaient pas sur la feuille de match à Fleurance, t’ont montré qu’ils étaient au rendez-vous. Là, c’est la casquette de manager plus que d’entraîneur que tu es obligé de revêtir. Donc, mal à la tête un peu ces temps-ci pour faire les équipes ? 

 

AM : Oui, bien sûr mais c’est tant mieux pour moi, tant mieux pour le groupe et pour l’équipe. Comme je le disais tout à l’heure, oui ils ont fait un bon match ce week-end mais je ne pouvais pas occulter le match de Fleurance où les mecs ont été faire un bon match aussi. Il y a des mecs qui ont joué à Fleurance et qui ont été très bons et qui n’ont pas été dans le groupe. Je ne pouvais pas non plus oublier ça. J’essaie de manager du mieux et de mixer entre les meilleurs joueurs de Fleurance et ceux qui ont été bons contre Lannemezan. 

 

Comment ça se passe ? Tu travailles sur des points précis par rapport au match que tu prépares pour composer tes équipes ? Quelles sont en quelque sorte les recettes que tu peux appliquer ? 

 

AM : Bien sûr. J’essaie d’adapter l’équipe que je veux pour qu’on puisse avoir en place le rugby qu’on veut mettre ce week-end à Tarbes. Vous le voyez bien, selon les compositions, on va pratiquer un rugby différent. Et là, ce week-end, on a encore fait quelques changements pour essayer d’amener quelque chose de différent. 

 

Jérémy, on sait que toi, Arnaud, tout le staff et même tout le club êtes en recherche d’un match référence à l’extérieur. Là, il y a occasion de le faire à Tarbes face à un gros concurrent. Par contre, à domicile, on a entendu parler de match référence après Blagnac, on a entendu parler de match référence après Lannemezan. A ton avis, lequel de ces matchs à domicile a été pour toi le plus abouti ? 

 

JW : Pour les matchs à domicile, c’est pour nous Lannemezan, le dernier match de par l’entame et le duel psychologique gagné sur l’adversaire. On n’a pas laissé à l’adversaire le temps de se poser la question de venir gagner ou de faire quelque chose à Albi. Cette entame de match, si on regarde les 15 premières minutes, on n’est pas dans la perfection mais on n’est quand même dans des choses qui sont simples, efficaces et on score. Donc, c’est sans aucun doute notre entame référence qui nous a permis après de découler sur le match qu’on a vécu contre Lannemezan. Tu parles de match référence à l’extérieur, là, on va plus chercher une victoire qu’un match référence. On va à Tarbes pour gagner un match et, si on gagne ce match, peut-être que ça deviendra un match référence. Mais, la première des choses, c’est d’aller essayer de décrocher une victoire à Tarbes. 

 

Le 0-0 à Fleurance à la mi-temps n’était pas super réjouissant ? 

 

JW : Oui mais on a déjà parlé de ce match. Il n’était pas réjouissant certes mais on n’a jamais parlé de match référence à Fleurance. Par contre, on n’avait pas vraiment non plus de gros danger à 0-0 sur notre ligne. C’était plus nous qui n’avions pas marqué qu’eux qui n’avaient pas marqué. 

 

C’était un peu le match inversé d’Oloron ? 

 

JW : Un peu oui, c’était un peu ça. 

 

Tu sais qu’à Radio Albigès, on aime bien jouer les voyantes et les Mme Irma. On a fait une petite projection à une journée de la phase aller de ce à quoi pourrait ressembler le Jean-Prat. A l’heure actuelle, Albi attraperait Saint-Jean-de-Luz en quart de finale et pourrait tomber contre le potentiel vainqueur de Bourg-en-Bresse/Cognac. Si c’était ça en Avril, tu signes ou ce serait vraiment un tirage compliqué ? 

 

JW : On s’adaptera à tous les tirages. 

 

En mode 4X4 ? 

 

JW : Oui, c’est sûr (rires)

 

Pour toi, les clés du match sont où demain à Tarbes ? 

 

JW : On va revenir sur un mot dont on parle souvent, c’est la discipline, qui a d’ailleurs été meilleure contre Lannemezan. Mais, la discipline, ça va être quelque chose de capital sur ce match et l’investissement collectif et l’énergie qu’on va y mettre. 

 

Arnaud, question bonus. On sait ton amour pour Lannemezan, on en a parlé l’autre jour. Tu vas à Tarbes, pour toi, il y a quand même ce supplément d’âme d’essayer de battre le rival historique ? Il y a aussi une question d’orgueil par rapport à ton identité ? 

 

AM : Oui, là je ne suis pas sur le terrain donc c’est vrai que c’est particulier. Mais oui, jouer le Stado quand tu es Lannemezanais, c’était mon derby de gamin de l’âge de 6 ans à l’âge de 17 ans. Donc, bien sûr que ce sont des matchs particuliers. On le voit bien, à chaque fois que Lannemezan joue Tarbes, ils se transcendent. Maintenant oui, bien sûr, je souhaiterai personnellement et ça me ferait plaisir que mon équipe aille gagner là-bas. Mais après, je ne serai pas sur le pré, j’espère qu’ils vont faire un grand match et qu’on puisse faire le point à la fin. 

 

Et puis, tu as envie de revenir à Lannezan pour les fêtes ? 

 

AM : Oui, je gagnerai des points (rires)

 

Quelle est la compo ? 

 

JW : Maxime Escur, Romain Casals, Patrick Toetu, Matthieu André (cap), Sabri El Ghoul, Lucas Guillaume Vincent Calas, Simon Pardakhty, Martin Doan, Kevin Boulogne, Benjamin Pètre, Alfi Mafi, Tucs Vasuinubu, Saïmoni Nabaro, Benjamin Caminati

Remplaçants : Gymaël Jean-Jacques , Arthur Castans, Damien Nevers, Gianni Gaillard, Mohsen Essid, Simon Veyrac, Jérémy Russel, Gaëtan Bertrand, Ryan Mezzaourou, Lucas Vaccaro

Propos recueillis par Loïc Colombié

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s