#Rugby – Fed1 / J.Russell (Albi) : «Je me suis remis en question!»

Nous avons rencontré Jeremy Russell, l’ouvreur Franco-Anglais du Sporting Club Albigeois, quelques instants après le coup de sifflet final du match face au Cercle Amical Lannemezanais, lors de la 10 eme journée de fédérale 1. L’ancien agennais ne cachait pas sa satisfaction collective et personnelle, après un match maîtrisé de bout en bout par les albigeois (Victoire 55-0), tout en restant conscient que le chemin sportif vers l’a ProD2 reste escarpé. Pour l’ouvreur jaune et noir, ce match a fait office de rédemptions, après une défaite à Saint Sulpice sur Lèze (9-3) où il avait failli comme la quasi intégralité de l’équipe. Dans le doute alors que son coach l’avait laissé ce régénèrer les deux matchs suivants, Jeremy Russell a profité de ce laps de temps pour faire un peu d’introspection et se remobiliser. Auteur d’un essai et d’un 100% au pied, Jeremy Russel rayonnait à l’issu de la rencontre et ne pouvait que se projeter sur la suite d’un menu digne d’un réveillon, avec en plat de résistance les ours tarbais et en dessert un mythe de l’ovalie hexagonale : le Stade Bagnerais. Pour Jeremy Russell et ses coéquipiers, un seul leitmotiv les habitent en cette fin d’année 2019, décrocher un match référence à l’extérieur, et envoyer des signaux fort aux concurrents à l’accession.

Jérémy, avec tes 100% au pied, ça doit faire du bien à la tête et au moral ?

 

Je pense que je n’avais pas forcément à prouver mais je devais aussi montrer au coach que ma contre-performance à Saint-Sulpice était oubliée. Je pense que c’est fait. Dans mon malheur, ça m’a fait du bien parce-que moi, je me suis un peu remis en question et j’ai joué comme j’aime jouer. Je n’ai rien eu à changer et je ne me suis pas mis la tête au fond du seau. Je suis resté avec les copains, j’ai fait bosser les copains quand je ne jouais pas. Et là, ça se passe très bien, que ça continue ! 

 

Après, ce n’est pas à toi qu’on va l’expliquer, le poste d’ouvreur, c’est le poste le plus sujet à la critique. Quand l’équipe est en faillite, c’est souvent l’ouvreur qui charge pour les autres ? 

 

Exactement, c’est ça. Malheureusement, ça s’est vu que ça s’était mal passé, là, ça se voit que ça se passe bien. Encore une fois, j’ai un poste, j’en prends la responsabilité, de toute façon, je suis un grand garçon maintenant. J’en prends la responsabilité. L’an dernier, ça m’est arrivé de faire de mauvais matchs, je n’avais pas forcément été puni derrière. Là, ça a été le cas. Ça m’a fait mal mais au final, je pense que j’ai montré que j’étais là. 

 

On va finir de parler de toi avant de parler de la prestation collective du Sporting Club Albigeois. On sait qu’à une période, tu as évolué au centre. Ça pourrait être une option pour le Sporting Club Albigeois de voir un Jérémy Russel au centre un peu à l’anglaise ? Un Jérémy Russel en second ouvreur ? 

 

Dans toute ma formation, que ce soit à Mont-de-Marsan ou à Agen, j’ai fait un match avec Christophe Laussucq qui aimait jouer avec deux 10. Oui, ça se pourrait se voir mais comme le disait Jérémy quand vous lui aviez posé la question, mais il y a du monde. Ça peut peut-être laisser une option sur un match mais je suis quelqu’un qui aime bien jouer les duels. Donc, si ça doit arriver, je le jouerai sans problème mais ce n’est pas moi qui décide en tous cas. 

 

L’an dernier, cette équipe de Lannemezan était venue vous chatouiller au mois de Janvier après un match à Nafarroaoù vous aviez encore un peu la tête dans la citrouille. Et bizarrement, quand on a eu Benjamin Caminati en conférence de presse, on a vu que vous, les joueurs, n’aviez pas oublié ce match-là parce qu’il l’a répété plusieurs fois, c’est un match qui vous était resté en travers de la gorge même si Lannemezan était venu vous chercher à la bravoure ? 

 

Forcément qu’il y a des matchs qui marquent un peu. L’an dernier d’ailleurs, il y en a un peu trop qui nous ont marqué. Mais, c’est vrai que celui-là, peut-être parce qu’étant mieux, on avait l’habitude de mettre de gros scores à la maison, il nous avait marqué par le fait de se faire chatouiller comme ça. Rester dans les têtes, je ne pense pas parce-que, si l’on garde toutes les choses de l’an dernier dans nos têtes, on ne s’en sortirait pas aujourd’hui. Non, je pense qu’on a montré un très beau visage. Malgré que ce soit une bonne équipe, très solide, on a réussi à ne pas subir, à ne pas rentrer dans leur jeu parce qu’ils ont un peu essayé de nous faire déjouer. Je pense que l’on fait un très, très bon match, que ce soit devant ou derrière, on a vraiment réussi à se trouver, même dans la discipline. Donc, franchement, on n’est pas rentré dans leur jeu, on a fait notre jeu que ce soit en 1ère ou en 2e mi-temps. Je pense qu’Arnaud sera content de ce match-là, surtout avant le match de la semaine prochaine. 

 

55 à 0 face au 5e, le plus dur est de ne pas tomber dans le ronron du quotidien comme on dit. Heureusement, il y a le match contre Tarbes la semaine prochaine qui est le gros choc de la Fédérale 1 avec le match entre Bourg et Bourgoin. Le but maintenant, c’est de faire un ? (3.21) jusqu’au sapin de Noël ? 

 

La phase aller va se terminer la semaine prochaine, on est attendu que ce soit à l’extérieur ou à la maison, ça, il faut le savoir. Ca fait maintenant 3 ans qu’on est ensemble et à un moment donné, il y a le jeu qui prend. Donc, forcément qu’on arrive peut-être plus facilement à gagner nos matchs que ce soit à la maison ou à l’extérieur qui sera de toute manière toujours plus compliqué. Je pense qu’on a notre jeu qui se met en place naturellement et c’est peut-être pour ça aussi que les gens pensent qu’on se prend pour d’autres. Mais absolument pas, on joue notre jeu et j’imagine que d’autres équipes qui ont l’ambition de monter jouent aussi comme ça. Ce n’est pas se prendre pour d’autres, c’est qu’on arrive facilement à mettre notre jeu en place ce qui fait que ça gagne peut-être facilement derrière. 

 

Je le sais, les joueurs le disent tous  » on ne regarde pas dans les rétroviseurs, on ne regarde pas à côté, on ne regarde pas ailleurs ce qui se passe « . Mais quand même, hier, il y a eu un match entre Massy et Dijon. Massy a envoyé un très gros signal, comme le Sporting face à Blagnac ? 

 

C’est ça, ce sont des matchs qu’on regarde forcément. Donc, que Massy ou les autres équipes fassent un gros match face à de grosses équipes  c’est important de montrer que ce n’est pas parce qu’un match sur cinq, ils  jouent contre des équipes qui n’ont pas forcément d’ambition. Contre Tarbes, match à l’extérieur et gros match, à nous de montrer que nous aussi on est là et qu’on peut gagner des gros matchs, que ce soit à la maison ou à l’extérieur. 

 

Le prochain objectif est d’aller chercher ce match référence à l’extérieur qu’attend Arnaud Méla de pied ferme ? 

 

Exactement, et en hiver surtout donc, on va voir ce que ça va donner (rires).

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s