#Football – D2F / ASPTT FA : C’est grave docteur ?

Les féminines de l’ASPTT Football de l’Albigeois, qui vont rencontrer dans le cadre de la 11eme et dernière journée de la phase aller de division 2 féminine, les bretonnes de Saint-Malo, sont au pied du mur après une première partie de saison apocalyptique. Grévée par les blessures, atomisée par les leaders de la poule A (Nantes 7-0, Rodez 5-1 et Issy 5-0), l’ASPTT n’est que l’ombre de ses ambitions estivales , en squattant la 10eme place à égalité de points avec les premières relégables, les toulousaines du « Tef ». Bilan d’une première partie de saison, qui a vu les albigeoises anciennes pensionnaires de D1 (jusqu’en juin 2017) et tête d’affiche de la D2F la saison passée, s’effondrer sportivement.

Patrice Garrigues l’entraîneur principal de l’ASPTT FA en pleine interrogation / Crédit Photo Mike Photographe

Dimanche à 14h30, dans un Stade Maurice Rigaud d’Albi, encore immaculé de défaite (2 nuls et une victoire), rare consolation d’une saison galère (blessures, effectif moins étoffé qualitativement que quantitativement, arrivées de structures pros en D2F, manque de ressources financières du club … ), les rouges et jaunes seront obligées de faire perdurer cette invulnérabilité si elles ne veulent pas s’enfoncer un peu plus, dans une anxiogène lutte au maintien avec leurs voisines haut-garonnaises.

Lisa Pereira et Emma Guiterez , la jeunesse albigeoise a l’assaut de la D2F/ Credit Vincent Cere

Face à des Malouines actuellement 6eme (13 pts) qui disposent de huit longueurs d’avance sur les « postières albigeoises », les filles de Patrice Garrigues ne partiront pas avec la faveur des bookmakers, surtout qu’elles sortent d’une déroute francilienne, face aux leaders de la poule A, Issy-les-Moulineaux (5-0) . Mais selon certains membres de l’encadrement, de cette défaite est peut-être né un état d’esprit guerrier. Un esprit guerrier entrevu déjà face à Montauban (0-0), Toulouse (1-1) ou encore lors de la seule victoire en championnat face à Bergerac (1-0).

La joie des «postières» de l’ASPTT après leur unique victoire face à bergerac / Crédit photo Vincent Cere

Gageons que cela soit prémonitoire, car les bretilliennes ne viendront pas dénuées d’intentions en terres cathares, les six unités qui les séparent du podium, peuvent sûrement leur laisser entrevoir quelques envies d’au dessus. Patrice Garrigues et Clément Galien, ainsi que tout le staff albigeois se savent à la croisée des chemins, indéniablement à défaut de victoire, l’espérance d’un rebond hivernal et printanier s’amenuiserait tout comme leur légitimité auprès du groupe. Fort du retour de certaines de leurs joueuses cadres (Cordier, Hanni, Morin etc) et d’un état d’esprit conquérant, le club albigeois espère vaille qui vaille, qu’enfin, cette saison la pièce retombe du bon côté. Mais il est à noter dans cet horizon rouge et jaune brumeux, l’éclaircie de jeunes bourgeons venus de U19 (Gutierrez , Pereira, Revelli et De Ranchin) apportant leurs insouciances et leurs envies de croquer à pleine dents dans la D2F, épisodique rayon de soleil à l’ASPTT FA.

Le staff rouge et jaune (Clément Galien et Samuel Fau) tente de trouver des solutions dans une saison galère. Crédit photo Mike Photographe

L’étendard du foot féminin albigeois et Tarnais est loin d’être à l’article de la mort, certes grippé depuis le début de cette saison, l’alignement de quelques planètes (blessures, arbitrage, facteur chance , apport de la formation) pourrait lui permettre une convalescence rapide en trompe l’œil. Mais le déclin en termes d’attractivité , de compétitivité sportive et financière, ainsi que d’infrastructures est un mal bien plus profond qui ronge l’ASPTT depuis fort longtemps. La non-volonté actuelle d’une fusion, annoncée récemment par l’autre club albigeois (L’US Albi via son président Laurent Lejeune dans les colonnes de la Dépêche du midi ), est une énième perspective salutaire et structurante qui s’envole. Quelle thérapie crédible pour le club du président Espié, mise à part celle du résultat sportif ? Aucune à l’instant T, car l’ASPTT n’a toujours évolué que crescendo avec son niveau de compétitivité sportive. Dans une phase descendante sur le pré (relégation en D2F) et donc budgétairement aussi, l’ASPTT face à un foot féminin qui se professionnalisme et s’arme chaque jour un peu plus, fait le grand écart! Dimanche prochain Arnelia Koutoupot, Manon Cazes et autres Lauriane Dessalles auront le devenir de cette saison dans leurs pieds, cela est certain. Mais ne serait-ce pas les éducateurs de l’école de foot qui via la formation, détiennent l’antidote du lent déclin qui affaiblit les jaunardes au long cours?

Arnelia Koutoupot la combative capitaine albigeoise / Crédit photo Vincent Cere

Assurément, mais si cela n’était pas le cas alors ça serait deviendrait grave docteur….

Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s