#Rugby – Fed1 /Finale Jean Prat: Après l’échec de Gueugnon, la FFR féminise et revoit sa copie!

Selon nos sources, lors du séminaire des présidents de fédérale 1, les 22 et 23 novembre 2019 à Marcoussis, les dirigeants de la FFR ont assumé le naufrage et l’impact médiatique négatif de la dernière finale du challenge d’accession Jean Prat à Gueugnon (Bourgogne). Un mode de désignation « façon Top14/ProD2 » couplé au rugby féminin va être adopté.

Finale Jean Prat 2016/2017 à Oyonnax / Crédit photo FFR

« Une finale portée à l’échelle d’anecdotes »

La finale entre les deux accédants à la ProD2 en juin 2019, avait vu un spectacle haletant sur le pré, mais vraiment consternant dans les travées du stade Laville… de Gueugnon. Tribune clairsemée voire désertique, engouement inaudible, la finale du Jean Prat, après la ferveur d’une demi finale épique, dans un stade Diochon tout aussi incandescent que la polémique qui s’en suivit, se trouvait quasi portée à l’échelle de l’anecdote. Il est vrai que l’enjeu de la finale ne revêt que le titre honorifique de champion de France et le droit de ramener « un bout de bois » à la maison, et que dans une Federale 1 se professionnalisant, le graal suprême se trouve en demi-finale avec le ticket pour la PROD2.

Seulement mille personnes se sont déplacées au Stade Laville en juin 2019 / Crédit photo Creusot Info

Souvent les yeux boursouflés d’une semaine où se succèdent soirées et réceptions protocolaires traditionnelles après une montée, bien sûr agrémentée de quelques entraînements, les joueurs qui sont rentrés sur le pré lors de la finale de Jean Prat 2019, donnait plus l’impression de venir jouer un match exhibition qu’un véritable choc décisif. Pour certains, l’esprit de compétiteur et la passion permettent de se re-transcender après avoir connu quelques jours auparavant , une apothéose sportive et émotionnelle. Mais comme le sport est bien fait, l’an passé, une équipe de Rouen encore un brin la tête en soirée en première mi-temps, avait réussi lors d’un comeback au bout du chrono face à VRDR, à donner un côté excitant à cette finale.

La finale 2018/2019 à Gueugnon dans des tribunes clairsemées /Crédit photo Paris Normandie (photo Guillaume Segaud/MaxPPP).

« Gueugnon mornes plaines « 

En contrepartie, en tribune c’était Waterloo mornes plaines. Déjà le choix en lui-même ne respirait pas le rugby à plein poumon, mais à l’échelon supérieur ce genre de casting a eu son charme. Mais soyons honnête le Vélodrome ça cause et ça fait rêver un brin plus l’aficionado que le Stade Jean Laville. Malgré une chaleur caniculaire en juin 2019, Gueugnon n’est pas Marseille mais à défaut de mer et de bouillabaisse, la citrouille et la culture de la forge auraient pu égayer supporters Normands et Dromois. Mais que nenni , car ce stade de 14 000 places, ayant vu la fabuleuse épopée des Forgerons de Gueugnon en Ligue 1 , sonnait terriblement creux pour l’happy-end federal. Comment a-t’on pu passer de 8000 personnes à « Diochon » (Rouen-Albi) et environ 10 000 supporters à « Pompidou » (VRDR-Blagnac) en demi-finale, à seulement 1423 entrées en terre bourguignonne pour la finale, soit 1/10e de la capacité du stade… Retransmis par la chaîne L’Equipe, le diffuseur officiel de la fédérale 1, cette finale avait des allures lunaires et infligeait un choc visuel aux centaines de milliers de téléspectateurs.

Les Caouecs Blagnacaises / Crédit photo Blagnac Rugby

« Le mariage du rugby féminin et de la Fed1 »

Les leçons ont été tirées et cet échec a immédiatement résonné dans les couloirs de la FFR, car le Président Laporte ainsi que son vice président Maurice Buzy-Pucheu veulent totalement revoir la copie pour 2020. L’attribution pour l’accueil de la finale du Jean Prat ne se fera plus donc, sur un critère d’équidistance géographique entre les deux finalistes, mais par candidatures, au préalable de villes respectant un cahier des charges bien précis. La qualité et le nombre des infrastructures de transports ou hôtelières seront-t-elles prises en compte ? Ou la FFR s’en limitera-t-elle à un cahier des charges ne prenant en compte que les critères à proprement dit du stade? A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous ne pouvons y répondre. Par contre , il aurait été envisagé de coupler la finale de l’échelon suprême fédéral, à celle de l’élite 1 en rugby féminin. Dans l’esprit des demis de finales de Top14 qui se déroulent sur un week-end dans un lieu unique , la fédérale 1 véritable carte postale de l’ovalie d’antan et le rugby féminin vent de fraîcheur d’un sport en perte de licenciés, pourraient se conjuguer pour une parenthèse tout aussi alléchante qu’entousiasmante. Pour des clubs comme Massy, Albi ou Bourg voire Dijon et Narbonne , éligibles aux contraintes de la télé et qui envisagent de monter en PROD2, candidater a l’accueil de la finale, pourrait en plus d’assurer une affluence certaine, offrir une véritable dernière communion avec leurs publics respectifs.

Maurice Buzy Pucheu Vice Président FFR délégué au monde Amateur / Crédit photo la république des Pyrénées

Le calendrier de désignation devrait bientôt être officiellement communiqué. La FFR espère vivement en combinant la fougue du rugby féminin au folklore de la fédérale 1, faire de ce week-end un bouquet final, de ces deux rugbys bercés entre amateurisme et professionnalisme.

Loïc Colombié

Plus d’informations en réécoutant le podcast du  » Le #MagSport – RadioAlbiges  » : https://hearthis.at/radio.albiges/magsport29112019/

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport29112019/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s