#Rugby – Fed1 / J.Wanin (Albi) : «Lannemezan est un gros client de la poule.»

Retrouvez la conférence de presse de Jeremy Wanin et Benjamin Caminati, en amont de la 10 journée de fédérale 1, ainsi que la composition qui verra le Sporting Club Albigeois recevoir le Cercle Amical Lannemezan.

 

Jérémy, on est au départ d’un triptyque pyrénéen avec Lannemezan, Tarbes puis Bagnères. Quel va être le programme ? J’imagine qu’il va déjà falloir appréhender ce match de Lannemezan qui, l’année dernière, a été la seule équipe à venir chercher un point au Stadium. 

 

Jérémy Wanin : On l’avait évoqué la dernière fois, c’était un 12-6 au mois de Janvier l’année dernière. Ils étaient venus chercher un point de bonus. Tu parles du bloc de trois matches, on est vraiment centrés et concentrés sur le la réception au Stadium de Lannemezan pour bien finir l’année 2019 dans sa globalité à domicile. Donc, on a travaillé cette semaine dans ce sens-là avec, bien sûr, dans la tête du staff, les deux matchs qui vont suivre avec deux déplacements à l’extérieur. C’est un bloc qu’il faudra qu’on négocie au mieux, qui peut être un petit tournant de la saison pour faire le point à Noël au niveau du classement de la poule et au niveau du classement national. 

 

L’année dernière, Lannemezan était venu chatouiller, titiller Albi sur les valeurs, sur les vertus. Mais, entre-temps, ils se sont quand même étoffés techniquement. Ce n’est pas du tout la même équipe que l’année dernière ? 

 

JW : C’est une équipe qui a progressé par rapport à l’année dernière. Ils ont bien assimilé ce niveau de la Fédérale 1. Ils ont étoffé leur groupe avec quelques nouveaux groupes en gardant l’ossature de la saison dernière avec un début de saison plutôt compliqué si on regarde les résultats des matchs. Je crois qu’ils ont trois défaites d’affilée pour commencer mais derrière, ils se sont très bien ressaisis et ils ont enchaîné 6 ou 7 victoires pour une défaite. Donc, c’est une équipe qui est dans une bonne dynamique et qui vient, je ne sais pas ce qu’ils ont préparé, mais qui viendra certainement au Stadium pour se tester et pour essayer de voir où ils en sont dans cette poule de Fédérale 1. 

 

Benjamin, on sait qu’après ce match contre Lannemezan il y a un gros choc face à Tarbes. Quand on est joueur, le plus dur est de ne pas de projeter trop vite sur ce choc et de bien respecter l’adversaire qui arrive samedi à savoir Lannemezan ? 

 

Benjamin Caminati  : Je pense que Tarbes, on n’y pense pas trop. Il faut d’abord jouer Lannemezan qui, comme Jérémy l’a dit, sont très costauds. Ils ont perdu les 3 premiers mais derrière, ils ont enchaîné les gros matchs. On sait que ça va être très costaud devant. Après, nous, on joue à domicile, le dernier match de l’année à domicile donc, on veut bien finir la saison et surtout bien finir ces trois derniers matchs. Et d’abord, on pense à Lannemezan. 

 

On sait que les joueurs comme toi, anciens au club, sont revanchards par rapport à la saison dernière. Vous vous étiez promis d’aller chercher cette première place au classement national. Pour l’instant, à quasiment mi-parcours, vous y êtes. C’est vraiment un impératif d’orgueil, d’honneur que vous vous êtes fixés en interne ? 

 

BC : D’orgueil, je ne sais pas. C’est surtout important parce qu’on l’a vu l’année dernière, Romans qui a fini premier a peut-être eu un meilleur tirage. C’est surtout que l’année dernière, on s’était promis de ne pas perdre un match et on a vite perdu le premier et après, on a vu que c’était un peu compliqué dans la saison. Donc, il faut gagner le plus de match et oui, c’est vrai que la première place est très importante. Il faut prendre les matchs les uns après les autres, chaque match est important. 

 

On va parler un peu plus de ton poste. On sait que, quand tu es arrivé à Albi, tu jouais à l’ouverture, maintenant, tu es fixé à l’arrière. Ça ne te démange pas un peu de retâter du poste d’ouvreur ? 

 

BC : Non, parce-que j’ai tout le temps joué 10/arrière. Ça fait un moment que je ne plus qu’à l’arrière mais il y a deux joueurs qui jouent en 10, qui font de très bons matchs, qui n’ont pas du tout le même jeu et ça nous permet aussi d’alterner les types de jeu quand on joue avec les deux joueurs. 

 

C’est ta 3e saison à Albi, tu as vu le groupe évoluer. Comment tu le qualifierais maintenant qu’il est à maturité ? 

 

BC : C’est vrai que je suis arrivé il y a trois saisons. En fait, il n’y a pas eu beaucoup de départs et il y a eu très peu d’arrivées cette année. C’est vrai qu’avec ce qui s’est passé l’année dernière, on est resté quand même beaucoup de joueurs tout le temps ensemble. On vit bien, on vit de bons moments ensemble et ça passe aussi par des victoires, ça nous donne de la confiance. Et plus on enchaînera de victoires, plus on aura de confiance pour arriver en fin de saison au top niveau. 

 

Là, c’est aussi un match de reprise. La dernière fois qu’il y a eu un match de reprise, c’était à l’extérieur mais vous aviez perdu. C’est quand même dans les têtes ?

 

BC : Non, ce qui est surtout dans les têtes, c’est le match qu’on a fait l’an dernier contre Lannemezan à domicile où on est vraiment passé à côté du match. On gagne 12-6 mais je pense qu’on ne méritait pas grand-chose sur ce match, on a été nuls. Donc surtout, ne pas répéter les erreurs qu’on a faites l’année dernière et de travailler encore ensemble pour, comme je le disais, enchaîner les victoires et prendre encore plus de confiance. 

 

Jérémy, le match de Tarbes passe par un gros match contre Lannemezan. C’est la condition sine qua non pour arriver à Tarbes plein fer, lancé comme un frelon ? 

 

JW : Logiquement oui. C’est en engrangeant de la confiance au Stadium qu’on se déplacera à Tarbes avec des ambitions qui seront assurées par la confiance qu’on aura fait sur le match contre Lannemezan. Après, Benjamin vient de le rappeler, on n’a pas vraiment pas parlé de Tarbes pour l’instant, on parle vraiment de ce match de Lannemezan. Ça va être un gros choc, il faut qu’on s’attende à une belle équipe au Stadium. On a eu Blagnac au Stadium il n’y a pas très longtemps, maintenant, Lannemezan est un gros client de la poule, on l’attend comme un gros client. Je pense qu’ils figureront bien en fin de saison dans cette poule de Fédérale 1. Je le redis, je pense qu’ils vont venir se tester au Stadium donc ça va être un bon match de rugby. Et puis, c’est aussi positif pour les joueurs de ne pas jouer, sans dévaloriser des bas de tableau qui viennent en faisant tourner l’effectif. Ca va être un bon match de rugby samedi soir, dans des conditions peut-être un peu compliquées, il risque de tomber un petit peu d’eau. Mais ça n’enlèvera en rien l’ambition de l’équipe et la prestation des joueurs qui ne devra qu’être augmentée par rapport à ce type de prestation. 

 

Avant samedi, il y match vendredi sur L’Equipe 21 avec Massy-Dijon, deux adversaires déclarés au Jean-Prat. J’imagine que, du côté du staff d’Albi, les yeux vont être rivés sur ces deux équipes ? 

 

JW : Oui, on va jeter un coup d’œil. On a la chance d’avoir encore plus de matchs de Fédérale 1 cette année sur la chaîne L’Equipe que les autres saisons avec des matchs en différé. C’est un plaisir de pouvoir voir aussi parce qu’avec le logiciel qu’on a en notre possession pour analyser les matchs, on n’a pas accès aux autres poules, ça, il faut le savoir. Donc, ça nous permet d’avoir un œil un peu avisé sur ce qui se passe dans les autres poules et c’est bien de savoir à quoi s’attendre aussi. 

 

Benjamin, j’imagine que toi, tu seras plutôt pour Massy vu les liens que tu as un peu avec le club de Massy ? 

 

BC : Je ne suis pour personne à part pour Albi (rires). 

 

Ca, c’est de la langue de bois

 

BC : Non, je leur souhaite une bonne saison mais après, je souhaite la meilleure saison possible pour nous. 

 

Rencontrer Massy en demi-finale, ça aurait quand même une saveur particulière pour toi ? 

 

BC : On gagnera le match, tout simplement. 

 

C’est tout ce qu’on te demande, du côté d’Albi, il n’y a pas photo. Jérémy, on sait que ce sont bientôt les fêtes de Noël. En bon entraîneur, tu aimerais sûrement avoir un cadeau sportif de la part de tes joueurs au pied du sapin. Quel serait ce cadeau ? Te faire un bloc parfait ? 

 

JW : Finir l’année sur une bonne dynamique. On a fait un faux-pas à Saint-Sulpice mais derrière, on a vite su redresser la barre. Mais que moi et les joueurs et tout le monde, on passe les fêtes au chaud, en famille à se ressourcer et à penser à la suite sans se ronger le cerveau. C’est vraiment ça qu’il serait bien d’avoir au pied du sapin. 

 

Le sujet d’actualité. On a entendu pendant un mois et demi tout le monde crier  » la Pro D3, la Pro D3, la Pro D3 « . 44 présidents s’enferment en séminaire et ils votent tous contre la Pro D3. Qu’est-ce que tu en penses ? 

 

JW : Oui, j’ai vu ça. Je ne sais pas, il se dit que c’était un séminaire où il y a eu beaucoup de réflexion, où ça a beaucoup travaillé. Mais on en avait déjà un petit peu discuté en amont : tant qu’il n’y aura pas de relation entre ce qui se passe en Top 14, en Pro D2 et la Fédérale 1, parce-que là, j’ai l’impression que tout le monde travaille dans le sens de la Fédérale 1 sans avoir de réelles concertations avec la LNR et ce qui se passe sur l’élite professionnelle. Donc, tant que tout le monde ne travaillera pas autour d’une table, ce sera compliqué de faire évoluer cette Fédérale 1. Je pensais que la Poule Elite, appelons-la comme on veut, ou Pro D3, était une bonne préparation à la Pro D2 pour les joueurs. Je reste convaincu qu’on ne prépare pas bien une équipe à jouer en Pro D2 avec ce type de championnat qu’on fait actuellement. Mais, tant que tout le monde ne sera pas autour d’une table à discuter avec les enjeux économiques qu’il y a sur le Top 14 et la Pro D2 et ceux qui sont différents dans un autre contexte sur la Fédérale 1, on ne pourra pas, je pense, créer un format de compétition adpaté aux équipes pour préparer la Pro D2. 

 

A priori, la commission de pilotage qui a été mise en place essaierait de travailler sur un élargissement de la Pro D2. Ce serait une solution que tu trouverais crédible ? 

 

JW : Il faudrait voir ce que donnerait un élargissement de la Pro D2. Moi, je pense que la Pro D2 est déjà un marathon qui démarre du début à la fin de la saison avec des blocs de 4 à 5 matchs et, pour peu qu’il y ait des matchs reportés, des blocs de 8 à 9 matchs. A mon avis personnel, je n’ai pas beaucoup d’expérience et de recul sur ces divisions-là, mais ce serait plutôt de réduire un peu les clubs professionnels pour créer une 3e division professionnelle derrière. 12 clubs en Top 12, en 2e division peut-être qu’au lieu d’être 16, être 14 clubs etavoir une 3e division de 12 clubs, clubs qui économiquement sont équipés pour jouer un championnat professionnel. 

 

Benjamin, le point de vue du joueur sur ces problématiques de compétitions. Qu’est-ce que tu en penses ? 

 

BC : C’est vrai que cette poule élite nous prépare. On ne joue que des gros matchs tous les weeks-end donc ça nous conditionne quand même pour monter en Pro D2. Après, je pense que tant qu’ils n’aideront pas économiquement les clubs à se développer, parce-que si c’est pour faire une poule élite comme on l’a fait et que tu sais au mois de Janvier qu’il n’y a que 4 clubs, ça n’a plus du tout le même enjeu. Si on n’arrive pas à aider les clubs à se développer et à se professionnaliser, c’est sûr que ce sera compliqué. 

 

Dans une période où on parle souvent de prépa mentale dans le sport de haut niveau, ce championnat comme il existe en Fédérale 1 actuellement avec des matchs de gala et après des matchs beaucoup moins «  bankables « , pour vous les joueurs, il y a une notion de prépa mentale qui rentre en condition pour vous motiver pour aller jouer au fin fond de la France ? 

 

BC : C’est vrai qu’il y a des matchs qui sont plus ou moins difficiles à préparer. Après, on est des joueurs professionnels et ce qu’on a fait à Saint-Sulpice était une faute professionnelle parce qu’on ne s’est pas préparé comme il fallait. On s’était préparé toute la semaine, on savait que ce serait un match compliqué. Je pense que, n’importe où on joue, il faut qu’on garde notre jeu et si on est bien dans notre système de jeu, on peut jouer contre n’importe quelle équipe en Fédérale 1, ça devrait passer assez normalement. 

 

Le mot de la fin : les maîtres mots et l’état d’esprit pour défier cette équipe du Cercle Amical Lannemezanais 

 

BC : Il va déjà falloir être très costaud devant, avoir plus envie qu’eux et jouer notre jeu comme je le disais. Et ne pas avoir peur de joueur même si il pleut, on l’a déjà très bien fait l’année dernière et cette année de jouer sous la pluie. Donc, si on arrive à garder le ballon et à enchaîner les gros temps de jeu, physiquement on est prêt. 

 

Jérémy, la question bonus : Maurice Buzy-Pucheu vient d’annoncer qu’à son sens, il y a 3 clubs qui pourraient monter. Bien sûr, il y a Albi là-dedans ? 

 

JW : Je ne sais pas, je ne suis pas dans les petits papiers de ce monsieur. Je pense sincèrement qu’il y a Albi dedans. Moi, mon travail, c’est de le faire sportivement avec les joueurs. 

La compo : 

Gymaël Jean-Jacques, Arthur Castant, Patrick Toetu, Sabri El Ghoul, Mathieu André, Lucas Guillaume, Mohsen Essid, Vincent Calas, Laurent Magnaval, Jérémy Russel, Gaëtan Bertrand, Alfi Mafi, Benoît Sicard, SaïmoniNabaro, Benjamin Caminati

Remplaçants : Maxime Escur, Romain Casals, Nicolas Chocou, Gianni Gaillard, Simon Pardakhty, Simon Veyrac, Kevin Boulogne, Lucas Vaccaro,

Damien Nevers (24e), Avenisi Vasuinubu (25e)

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport29112019/

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s