#Rugby – Fed1 / N.Dupouy (Fleurance) : «C’est toujours une grande fierté de recevoir Albi »

Le manager de Fleurance, Nicolas Dupouy nous a accordé une interview ce vendredi pour revenir sur le défi qui les attends ce dimanche face à Albi. Actuellement 6 eme de la poule 3 de Fédérale 1 et qualifiables en Du Manoir, les gersois et leur fidèle public voient arriver le rouleau compresseur albigeois, pour un match de gala. Mais l’ASF forte de son ADN, va tenter d’opposer des valeurs séculaires face à la densité physique du SCA. Entretien avec Nicolas Dupouy, quintessence même de ce territoire qui respire le rugby .

 

Crédit photo DDM

 

Nicolas, s’annonce dimanche un gros match pour tes hommes. Après un beau début de saison, vous accueillez Albi, leader national de Fédérale 1, leader de la poule. J’imagine que, du côté de Fleurance, on va mettre les petits plats dans les grands mais que les joueurs aussi attendent avec ardeur de se défier avec ce qui se fait de mieux dans la poule 3 ? 

 

Oui, c’est toujours une grande fierté de recevoir des clubs comme Albi qui sont des grands clubs de l’élite du rugby français. Après, nous, on n’apporte pas énormément de particularités à ce match parce qu’on sait que ce n’est pas notre championnat. On va le jouer bien évidemment à fond mais nous, notre championnat redémarre dans 15 jours à Graulhet. C’est un gros test pour nous sans pour autant avoir d’objectif de résultat. 

 

Après, ce qu’ont fait Nafarroa et Oloron l’année dernière et Saint-Sulpice-sur- Lèze il y a deux week-ends peut peut-être aussi vous donner des idées à Fleurance, en vous disant que cet ogre albigeois est, comme toute personne, faillible ? 

 

Ce qui s’est passé l’an dernier, je pense qu’ils n’ont pas la mémoire courte et que ça ne se repassera pas forcément cette année. Parce-que cette année, ils sont tombés à Saint-Sulpice-sur-Lèze qui, à mon avis, jouera le quatuor de tête. Je pense qu’après Tarbes, Blagnac et Albi, c’est l’équipe la plus expérimentée, la plus complète de notre poule. Même si on ne l’a pas encore rencontrée, on voit quand même pas mal de vidéos. Derrière, je pense justement que cela ne va pas nous aider qu’ils aient perdu il y a 15 jours à Saint-Sulpice parce qu’ils ne vont pas vouloir recommettre deux fois les mêmes erreurs. Ils auraient été invaincus, je dirais que le faux-pas aurait pu arriver étant donné qu’ils ont joué le gros match la semaine dernière. Là, très clairement, on n’a pas beaucoup de chances de résultat. Après, par contre ? (2.09), ça, c’est clair mais, on n’a pas de pression particulière étant donné que nous, aujourd’hui, on va jouer le match à 300% sans avoir de pression sur résultat. C’est surtout une belle affiche pour le club de Fleurance. 

 

Quand on est coach, quand on est dirigeant d’un club comme Fleurance qui joue le maintien et/ou la qualification en Du Manoir, parce qu’on y reviendra après mais Fleurance est dans le bon sillage pour se qualifier en Du Manoir actuellement, quel est le levier de motivation qu’on actionne pour faire grimper les joueurs aux arbres dans ces matchs ? 

 

Ces matchs-là, c’est d’abord prendre une grande partie de plaisir parce-que nous, sur les 23 joueurs qui vont jouer dimanche, il y en a beaucoup qui n’ont jamais joué contre des équipes comme Albi. On a pas mal de joueurs qui sont issus du Gers, qui ont souvent joué en Fédérale 2 ou en Fédérale 3, certains qui n’ont qu’une saison de Fédérale 1, celle de l’an dernier, dans leurs jambes. Donc, les sources de motivation ne sont pas très compliquées. On leur parle d’Albi, c’est un club mythique, ils n’ont perdu qu’un match, c’est un faux-pas. La semaine dernière, ils ont quand même mis 30 points à la seconde grosse équipe de la poule. On n’a pas forcément besoin de leur dire grand-chose, ils seront prêts. Après, les valeurs, dans le Gers, on les a par contre, la différence rugbystique est quand même présente. 

 

On va aussi parler de votre début de saison à Fleurance qui est quand même un très beau début de saison. L’année dernière, vous avez bataillé jusqu’à la fin pour le maintien dans la poule 3, qui n’était pas composée de la même manière. Cette année et pour l’instant, comme on le disait, vous êtes dans le bon sillage pour essayer d’accrocher un strapontin pour le Du Manoir ? 

 

On est dans le bon sillage. On fait un bon début de saison grâce au résultat qu’on fait à l’extérieur à Mauléon qui nous a clairement lancé la saison. On a réussi à gagner un match à l’extérieur, chose qui n’était pas arrivée l’an dernier où on n’avait pris qu’un point sur toute la saison. Et là, sur notre deuxième déplacement, on arrive à gagner. On confirme la semaine d’après, difficilement, mais on confirme à la maison contre Lannemezan et là, très clairement, ça nous a lancés. Nous, notre but, c’est de récolter un maximum de points à la maison. L’an dernier, on était tout le temps obligé de changer notre équipe à l’extérieur parce qu’on s’est épuisé, qu’on n’avait pas d’effectif très large. Aujourd’hui, on a un effectif qui n’est pas encore parfait pour la Fédérale 1 mais qui est quand même un petit peu plus profond que celui de l’an dernier. Donc, on arrive quand même à cibler quelques rencontres à l’extérieur pour essayer de ramener des points de bonus ou des victoires, un point de bonus comme à Oloron qui fait du bien et qui comptera à la fin. Après, de là à parler du Du Manoir, on verra à la fin où on en sera. Nous, notre objectif reste toujours le même, se maintenir le plus rapidement possible. 

 

En parlant de maintien, un petit coup d’œil aussi sur certains adversaires qui surprennent, Mauléon et Pamiers. Certains pensaient qu’en venant de Fédérale 2, ils allaient être des victimes expiatoires. Ils prouvent avec brio qu’ils vont s’accrocher et même pour Pamiers, voire Mauléon, le Du Manoir n’est pas inenvisageable, loin de là ? 

 

Pour avoir aussi vu quelques vidéos et des résultats, je pense que Pamiers sera dans le wagon du Du Manoir ou alors n’en sera vraiment pas loin. Ils ont vraiment réalisé un très bon recrutement avec 4 joueurs de Pro D2 qui amènent de l’expérience plus, à mon avis, un effectif de Fédérale 2 qui était bon en qualité. Ils font un super début de saison et je pense que c’est une équipe sur qui il va falloir compter. Mauléon arrive à s’exporter, a déjà gagné deux matches à l’extérieur. C’est super pour eux parce-que ce sont quand même des clubs où il n’y a pas beaucoup de budget et où, par contre, il y a des valeurs donc moi, je trouve que c’est très bien. Je pense qu’ils auront un peu plus de mal pour accrocher le Du Manoir mais par contre, ils risquent de se maintenir assez rapidement. 

 

On va parler aussi de ton club. On imagine que ce dimanche à Fleurance, il va y avoir une grosse chambrée. Tout le peuple gersois va venir voir ce match de gala ? 

 

Logiquement, oui. C’est quand même l’affiche du Gers ce week-end. En plus, pas mal de matchs vont être reportés autour. Nous, en tous cas, on attend de la ferveur dans le stade et derrière, si on veut réaliser un bon match, on aura besoin de tous. Donc, on espère et on attend vraiment beaucoup de monde ce week-end pour faire une belle fête du rugby. Je me répète, le résultat sera ce qu’il sera mais, ça nous aidera si on a le public derrière, ça, c’est clair. 

 

Et puis, dans le public, on pourrait trouver un certain Henry Broncan, figure tutélaire du rugby gersois mais aussi un peu tarnais dans l’âme ? 

 

C’est ça et puis, avec Henry, on a quand même de bonnes relations. Il a toujours suivi le club de Fleurance, il est ami avec notre président Michel Courtès, on le connaît tous donc, il est fort possible qu’on retrouve Henry dans le stade si lui, de son côté, ne joue pas. 

 

Je vous rassure, j’ai taquiné Arnaud Méla il y a quelques jours pour savoir si Henry allait lui donner des tuyaux, il m’a répondu qu’Henry ne trahirait jamais son Gers natal. 

 

C’est exactement ça. Tout comme si on lui demandait des tuyaux sur Albi, club dans lequel il est passé. Je pense que c’est quelqu’un qui a beaucoup de respect sur les valeurs du rugby donc, il laisse faire un petit peu les gens à leurs postes et travaille pour lui et pour son club. 

 

En parlant de figure tutélaire, vous avez parlé de Michel Courtès, le président du club de Fleurance. On sait qu’il vous porte une grande affection. A l’image un peu d’Henry Broncan, on peut le considérer comme un de vos mentors ? 

 

Du moins pour le rugby de Fleurance oui, parce-que ça fait quand même 10 ans qu’il est président et il est aujourd’hui devenu une figure. Je dirai lui et tous ses amis dirigeants parce-que maintenant, pour être passé de l’autre côté, on voit que c’est quand même un métier à plein temps de gérer un club de Fédérale 1 ou même de Fédérale 2. Mais, l’équipe dirigeante et l’équipe de bénévoles à Fleurance, c’est vraiment l’âme du club et sans ça, on ne serait pas grand-chose. Pour nous, c’est vrai que le dimanche, que ce soit le staff ou les joueurs, on essaie de leur rendre ça parce-que c’est le seul cadeau qu’ils peuvent avoir. Après, c’est sûr que Michel est une figure de l’ASF, ça, c’est clair. 

 

On va finir avec la question d’usage avant un match. Quels vont être les mots d’ordre que vous allez donner à vos joueurs pour ce défi face au Sporting Club Albigeois ?

 

Jouer notre rugby, courage, fierté et porter haut le maillot de l’ASF pour espérer ramener des points dimanche après-midi. On attend cette équipe d’Albi et on essaiera de la recevoir de la meilleure des manières. 

 

Le cap et le ton sont donnés. On vous donne rendez-vous à tous demain à Fleurance pour ceux qui pourront se déplacer ou sur les ondes de Radio Albigès pour suivre le match en direct. 

 

Parfait, merci beaucoup. 

 

 

 

 

 

 Propos recueillis par Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s